Les chevaux de Géricault

Le musée de la vie romantique célèbre Théodore Géricault (1791-1824) à l’occasion du bicentenaire de sa mort et explore ses représentations de chevaux ; un motif puissant et omniprésent dans son oeuvre. Réunissant une centaine d’œuvres exceptionnelles, l’exposition propose un nouveau regard sur l’artiste.

Cheval cabré au tapis de selle rouge dit “Tamerlan”, 1814 – Rouen, musée des Beaux-Arts Photo © RMN-Grand Palais / image RMN-GP.

Théophile Gautier écrira en 1848 « depuis les frises du Parthénon, où Phidias a fait défiler ses longues cavalcades, nul artiste n’a rendu comme Géricault l’idéal de la perfection chevaline. »

Voici quelques vues de l’exposition dont le patcours est clair et la scénographie très réussie :

Dans la première salle :

Dans la deuxième :

Dans la salle suivante :

Dans la dernière salle :

La biographie de Théodore Géricault et les réponses aux questions posées aux commissaires de l’exposition, Bruno Chenique et Gaëlle Rio, à consulter dans cette la rubrique : ici.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Brigitte Gilardet (3 juin 2024). Les chevaux de Géricault. Histoire musées expositions. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rbo