Clément Chéroux : L’immagine comme punto interrogativo

L’édition n°1 des “Carnets du BAL”, s’est appuyé en partie sur le colloque intitulé L’Image-document entre réalité et fiction, qui, à l’initiative du BAL, s’est tenu les 3 et 4 novembre 2009 à la Fémis, à Paris. Cet exemplaire de la revue est, semble-t-il, balépuisé.

L’article de Clément Chéroux qu’il comprenait ( “L’image comme point d’interrogation ou la valeur d’extase du document surréaliste”) a fait l’objet d’une nouvelle édition  chez Johan et Levi, en 2012, dans une version italienne, sous le titre : L’immagine comme punto interrogativo o il valore estatico del documento surrealista. Ces 46 pages annotées et illustrées rendent hommage aux surréalistes et à leur prescience s’agissant du pouvoir révolutionnaire des images, dont ils ont fait la démonstration dans le cadre d’un usage renouvelé de l’objet photo, entre “trasformazione, trasfigurazione et transustanziazione”, l’essentiel étant, en paraphrasant Rimbaud, de changer la vision, “cambiare la vista”.

Évoquant les notions de “trasformazione, trasfigurazione et transustanziazione”, Clément Chéroux  fait appel à la problématique d’une exposition du MoMA de 1990, intitulée “High and Low“, qui analysait l’intérêt que portait l’art contemporain à l’art populaire et les rapports d’appropriation et de chosification qui  en résultaient : la problématique évoquée se rapproche de celle qu’il a voulu souligner dans son article.

Pour en savoir plus sur l’exposition « High and Low. Modern Art and Popular Culture » dont le commissaire était Kirk Varnedoe, et qui comprenait notamment des œuvres de Roy Lichtenstein, voir l’article de Rosalind Krauss dans October et  l’interview de Kirk Varnedoe donnée à Art Press (N° 141). Voir le communiqué de presse de l’époque du MoMA.

 

 



Citer ce billet
Brigitte Gilardet (2013, 30 août). Clément Chéroux : L’immagine comme punto interrogativo. Histoire musées expositions. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/roqy