Un commissaire, une exposition : « Bordeaux-Italie : échanges & visions artistiques : XVIIe-XXe siècles

Entretien avec Marc Favreau, le 27 octobre 2023

  • A quelle date êtes-vous entré dans la carrière (de conservateur, d’universitaire, de commissaire) ?

Je suis né en 1964. J’ai en fait deux carrières : une première, classique, d’universitaire : ATER à Bordeaux, puis maître de conférences sélectionné par le CNU, j’ai été en poste à Clermont-Ferrand de 1997 à 2001, puis j’ai été nommé à Bordeaux. En 2009, un poste de conservateur de musée s’est libéré dans cette ville : j’ai postulé et j’ai été retenu au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux (MUSBA) où j’ai exercé ces fonctions de 2009 à 2020. Conservateur en chef du patrimoine au musée des Beaux-Arts de Bordeaux, je suis chargé de mission (collection photographique, fonds Duchemin) au musée d’Aquitaine.

J’ai donc une carrière plutôt académique, de conservateur, chercheur et scientifique, comme aux Etats-Unis ou au Canada. J’ai réalisé deux thèses : la première sur « Bordeaux au Grand siècle (1589-1715 », l’activité à Bordeaux au XVIIe siècle. Puis, pour mon habilitation à diriger des travaux de recherche (HDR), une thèse consacrée au château de Cadillac publiée en 2021.

  • De quelle exposition voudriez-vous bien me parler ? Pourquoi ?

De celle dont j’ai été le commissaire intitulée « Bordeaux-Italie : échanges & visions artistiques : XVIIe-XXe siècles » : l’exposition a été organisée par le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux et présentée à la Galerie des Beaux-Arts, du 7 mai au 7 septembre 2015.

  •  Qui l’a décidée ? Quand ?

J’avais depuis longtemps ce projet en tête car au cours de mes recherches sur le Grand Siècle, lors de ma thèse, j’avais constaté que la présence italienne dans la région bordelaise était importante dès cette époque et, comme dans l’Agenais, elle remontait au XVIe siècle. Cette implantation italienne passait en fait par les banquiers florentins : Fernand Braudel l’évoque dans son ouvrage intitulé Le modèle italien. Il avait souligné l’influence de ce modèle sur l’Europe entière, précisément entre 1450 et 1650[1]. En outre, il ne faut pas oublier que souvent les archevêques de Bordeaux devenaient cardinaux et que les échanges entre Rome et Bordeaux étaient quasi constants.

Dans un article paru dans des Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Cocula [2], j’ai étudié et publié l’inventaire après décès de sa bibliothèque par un architecte milanais mort à Bordeaux[3] : toutes les références à l’architecture italienne de son temps y étaient comme Vitruve ou Alberti, par exemple. La présence italienne était plus prégnante qu’on ne le pensait, même si on cite en priorité les Pays-Bas et l’Angleterre, partenaires économiques traditionnels. La présence italienne au sein du patrimoine architectural de Bordeaux, est réelle même si elle est dispersée sur ce territoire ou dissimulée derrière des façades du XVIIIe et XIXe siècle. C’est une ville plus italienne que les habitants l’envisagent. C’est pourquoi j’ai proposé cette exposition à partir des collections permanentes du musée (ce qui a l’avantage de les valoriser et de coûter peu cher) montrant ainsi que les collectionneurs bordelais s’étaient intéressés à cet art. J’ai ouvert le champ chronologique du XVIIe siècle au XXe siècle, en incluant un volet « photographies » ; soit quatre siècles. Bordeaux est une ville beaucoup plus méridionale que les Bordelais pouvaient le penser.

 J’ai aussi voulu mettre l’accent, à la fin du parcours, sur les « Prix de Rome » car les artistes bordelais ont souvent été récompensés en peinture et en gravure. Emmanuel Schwartz, conservateur général à l’E.N.S.B.A, chargé des peintures et des sculptures, a accepté de prêter ces œuvres pour que les Bordelais qui ne les connaissaient pas (puisqu’elles sont en réserve à Paris) puissent les voir.

Enfin, en conclusion, il y avait une exposition dans l’exposition : celle qui montrait l’album photographique constitué par le peintre William Laparra, lui aussi Prix de Rome[4]: il a constitué un album en achetant des photographies sur le trajet du « Grand Tour » des XVIIIe et XIXe siècles.

C’est avec un collègue en charge de la documentation, Serge Fernandez, que nous avons pu mettre en valeur cet album de photographies, peu connu. En effet, il faisait partie de la donation faite au musée mais n’avait pas été spécialement étudié. Les auteurs de ces grandes photographies (d’une cinquantaine de centimètres environ) ont pu être identifiés par Serge Fernandez et ces très belles photographies, après l’exposition, ont pu être conservées dans le cabinet des arts graphiques, passant ainsi du statut de document à celui d’œuvres à part entière.

  • Qui a financé l’exposition ?

La Ville de Bordeaux puisque ce musée est municipal. Nous avons obtenu un soutien de la part d’un restaurant italien pour organiser un déjeuner de presse.

  • A-t-elle été reportée ? Était-t-elle itinérante ? Quelle était la durée de la programmation ?

Elle s’est tenue aux dates prévues et après trois mois, il y a eu une prolongation jusqu’au 26 octobre. Il n’y avait pas de raison d’organiser une itinérance. C’était vraiment à destination des Bordelais. Et puis cela aurait eu un coût.

  • Qui a décidé de votre désignation comme commissaire ?

J’ai apporté l’idée, le thème à la direction du musée, j’ai donc été choisi pour le commissariat.

  • Quel était le scénario de l’exposition ? De quelle équipe disposiez-vous ?

L’exposition était divisée en plusieurs sections. Le parcours était chronologique et thématique. Il fallait commencer par les collectionneurs et leurs goûts : la collection privée, la collection publique, notre collection est très riche. Une deuxième partie développait la vision artistique de l’Italie par les artistes bordelais, l’imprégnation, à travers des anecdotes historiques, les paysages. Puis, en conclusion, les prix de Rome et leurs œuvres : leur formation étant classique, ils étaient fortement inspirés par l’Italie.

  • Quid de la scénographie ?

Je disposais de l’équipe technique du musée pour m’épauler. La scénographie était assez classique. Au rez-de-chaussée, pour l’introduction, j’avais emprunté à la bibliothèque des descriptions et des guides touristiques – français, anglais, allemands – du XVIIIe et XIXe siècle, qui montraient la perception de l’Italie à chaque époque. Il y avait aussi une grande carte de la péninsule. Dans les salles suivantes, je voulais présenter des collectionneurs à Bordeaux, d’une part, et l’Italie vue par les artistes, d’autre part. Puis il y avait une troisième partie consacrée aux photographies. Et il y avait les quatre fresques[5] de Gaspard Duguet (1615 – 1675) dit Le Guaspre[6], réalisées vers 1654-1655 pour le palais du Bernin à Rome. Les échanges entre Bordeaux et l’Italie furent nombreux, en particulier durant l’épiscopat du cardinal François de Sourdis (mort en 1628).

Au premier étage, figuraient les différentes visions de l’Italie du XVIIe au XIXe siècle, restituées par les peintres notamment du Nord et incluant les paysages, les ruines, les scènes de genre. L’Italie et son ciel bleu fascinent toujours les visiteurs, comme la révélation des couleurs, les contrastes qui surgissent grâce à cette luminosité très particulière qui existe en Italie.  Par ailleurs, les traditions de ce pays, notamment religieuses, intéressent également les visiteurs.

A l’issue du parcours, au sous-sol, nous faisions figurer, d’une part, les études et copies des élèves inspirés par l’Italie et, d’autre part, les Prix de Rome où figurait ainsi la peinture de Lacour, le premier conservateur du musée. Certaines œuvres de l’ENSBA prêtées figuraient sur des chevalets. J’ai eu tout au plus huit mois pour préparer l’exposition et le budget étant limité, nous n’avons pas eu d’autres prêteurs car cela engendre des frais. Mais j’avais cette idée très tôt de montrer que Bordeaux allait au-delà des clichés habituels sur l’influence des Hollandais, le rôle du négoce du vin, etc.

François de Sourdis a -t-il fait venir des artistes italiens à Bordeaux ?

Oui, l’artiste Pietro (Pierre) Torniello est en effet souvent cité. Il a achevé sa carrière à Toulouse mais j’ai pu croiser son parcours dans les archives consultées durant ma thèse sur le Grand siècle[7].

  • Quid du catalogue ?

Je l’ai rédigé avec Serge Fernandez.

  • Quelles difficultés rencontrées notamment dans les prêts ?

Je n’ai pas pu obtenir le prêt du buste de Mgr de Sourdis par Le Bernin, buste qui est actuellement en dépôt au musée d’Aquitaine.

  • Quelle audience, quelle perception de cette exposition, par le public, les critiques ?

22.814 visiteurs payants ont été décomptés. La presse a été intéressée : aussi bien locale que nationale. Il faut distinguer les annonces, des articles véritables, mais le point presse du 1er septembre 2015 fait état notamment, des articles suivants parus dans Le Quotidien de L’Art, Version Femina, Point de Vue, La Gazette de l’Hôtel Drouot, Le Parisien Magazine, d L’Estampille L’Objet d’Art, L’œil, Antiquités Brocante, Beaux-Arts Magazine Supplément, Connaissance des Arts, Arts Magazine, Dada, Vieilles Maisons Françaises, Art Absolument. Et dans la presse internet, Télérama.fr

Des journalistes parisiens, comme Connaissance des arts, Didier Ryckner, de la Tribune de l’Art, étaient venus.

  • Quelle programmation a accompagné l’exposition ?

Il y a eu une conférence en mai 2015 de Marion Lagrange, maître de conférences à l’Université Bordeaux-Montaigne, qui a évoqué la présence d’artistes italiens en France aux XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles.

Il y a eu un concert en juin 2015. L’ensemble Sagittarius a interprété les œuvres de musiciens italiens des XVIIe et XVIIIe siècle qui donnèrent naissance à l’Opéra.

Emmanuel Schwartz, conservateur à l’E.N.S.B.A. chargé des peintures et des sculptures (et qui a prêté des œuvres pour l’exposition), a évoqué en septembre 2015 les Prix de Rome.

  • J’ai beaucoup aimé la documentation pédagogique réalisée pour l’exposition : avez-vous participé à son élaboration ?

Oui, j’ai participé activement à la création de ce document élaboré avec le service du public du musée (trois ou quatre personnes) : c’est vrai que ce travail est très fouillé et bien présenté.

Des dons, des acquisitions à la suite de l’exposition ?

Non. Mais le fonds du musée des Beaux-Arts est très riche : par exemple, un des directeurs a acquis des œuvres de Magnasco, très belles, le sculpteur Dominique Fortuné Maggesi a fait des dons au musée.

La mise en valeur de l’art italien présent à Bordeaux mérite d’être poursuivie.

Je vous remercie.

Pour en savoir plus :

Le dossier pédagogique.

Ll’exposition présentée par Marc Favreau, commissaire de l’exposition : Station Ausone, la video :


NOTES

[1] « De 1450 à 1650, pendant deux siècles particulièrement mouvementés, l’Italie aux diverses couleurs, toutes éclatantes, a rayonné au-delà de ses limites propres, et sa lumière s’est répandue à travers le monde. Cette lumière, cette diffusion de biens culturels issus de chez elle, se présente connue la marque d’un destin exceptionnel, comme un témoignage qui, par son ampleur, pèse à son vrai poids une histoire multiple dont le détail, vu sur place, en Italie même, ne se saisit pas aisément, tant il a été divers ». Extrait de la quatrième de couverture, Fernand Braudel, Le modèle italien, Ed.  Champs Art, poche, septembre 2008.

[2] Historienne, spécialiste de la Dordogne, de Montaigne, elle fut la première femme à présider une université en Aquitaine.

[3] « Modeste contribution à l’histoire de « l’art provincial » en général et à l’histoire de l’art bordelais, en particulier », Provinciales. Hommage à Anne-Marie Cocula, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2009, t. 1, p. 89-99.

[4] William Julien Émile Édouard Laparra, né à Bordeaux le 25 novembre 1873, mort à Hecho (Aragon, Espagne) le 5 septembre 1920, est un peintre français. Paysagiste et portraitiste, il est lauréat du prix de Rome en 1898. Son œuvre a été exposée au musée des Beaux-Arts de Bordeaux en 1997pour faire suite à la donation à la Ville de Bordeaux par les héritiers de l’artiste d’une vingtaine d’œuvres en 1990.

[5] Il s’agit des quatre Saisons, vers 1654-1655, fresques transposées sur toile et marouflée sur bois, hauteur 90 cm, largeur 380 cm.

[6] Gaspard Dughet est le frère de Jean Dughet et le beau-frère de Nicolas Poussin. Français, il a vécu toute sa vie à Rome. https://www.musba-bordeaux.fr/fr/article/gaspard-dughet-le-printemps

[7] Extraits : « (…) La présence d’artistes italiens semble rare, à l’exception du peintre milanais Pierre Torniello qui travailla plus de vingt-cinq ans, notamment pour Sourdis et le chapitre de la cathédrale Saint-Jean de Bazas, avant de s’installer à Toulouse et de délaisser la peinture pour la numismatique en 1638. La réalité devait être bien différente à l’image de Marc Dousset, maître maçon milanais jusqu’à présent inconnu et qui laissa en novembre 1626 ses effets et sa petite bibliothèque d’architecte », « (…) Le cardinal s’impliqua surtout dans sa métropole avec les travaux de l’archevêché (cf. infra) qu’il surveilla constamment et avec l’installation de congrégations ou d’institutions religieuses. Il donna ainsi aux jésuites un terrain pour fonder leur maison professe en 1624. Il envoya aux feuillants son peintre Pierre Torniello de Viagarello, le 17 août 1613, et leur offrit l’oratoire que Paul V lui avait donné personnellement ».

Traduction italienne figurant sur le site du musée : Italia Mastromarino

Bordeaux – Italia. Scambi e visioni artistiche XVII – XX secolo

Iscrivendosi nella grande esposizione che presentò i capolavori italiani nel 1987, poi nell’altra che, nel 2013, mostrò i legami economici e artistici tra la galleria parigina Goupil e gli artisti oltremontani nel XIX secolo, questa presentazione desidera illustrare, nella prima parte, la storia del gusto per l’Italia a partire dal XVII secolo, con i grandi collezionisti (Lacaze, Brown), con le confische rivoluzionarie e i depositi dello Stato nel XIX secolo, e con le acquisizioni nel secolo successivo, soprattutto quella della Société des Amis des Musées di Bordeaux nel 2012.

La seconda sezione sarà senza dubbio la più importante poiché tratterà della storia e del paesaggio italiano. Le scene sulla vita di Giotto o di Ribera, la veduta della Stanza della Segnatura di Victor Navlet (illustrazione sopra) introdurranno paesaggi reali o immaginari, di Paul Bril (illustrazione sopra) sul Foro Romano o di Albert Marquet per Napoli e Venezia, che traducono talvolta il gusto per le rovine antiche e hanno spesso ispirato i pittori francesi, nordici e italiani in una visione che ricorda generalmente un’immagine di Epinal, e perfino una cartolina per appassionati e collezionisti europei.

La terza parte sarà consacrata allo studio dei maestri da parte di pittori e scultori francesi del XIX e XX secolo. Nell’iter accademico classico, gli studenti dovevano lavorare sulle opere dei loro illustri predecessori, ma anche gli artisti affermati continuavano ancora ad ispirarvisi. L’esposizione presenterà lavori come i disegni del XIX secolo su La cacciata di Eliodoro dal Tempio di Raffaello e sul Crepuscolo di Michelangelo nella Sagrestia Nuova di San Lorenzo a Firenze, o ancora un bassorilievo di Wlérick su una Madonna di Botticelli (illustrazione sopra). Questa sezione si concluderà con la presentazione di alcuni bordolesi che hanno concorso e vinto il Prix de Rome a partire dall’architetto Louis Combes e la sua Cathédrale nel 1781. Le opere illustreranno il soggiorno degli artisti a Villa Medici e il contatto che ebbero col patrimonio, la luce e i colori della penisola.

La storiografia bordolese, e francese in generale, ha spesso la tendenza a focalizzarsi sulle relazioni tra la Guyenne e il nord dell’Europa – l’Inghilterra e le città anseatiche nel Medioevo – e le Antille nell’epoca moderna. Nonostante ciò, gli archivi e le opere d’arte testimoniano relazioni antiche tra la capitale gasconne e la penisola italiana dopo la caduta dell’impero romano. Certamente si trattava di scambi commerciali con i banchi fiorentini ma, nel Rinascimento, la creazione del Collège de Guyenne garantì grazie ai tipografi bordolesi, la trasmissione degli ideali d’oltralpe, i quali ricevettero un’accoglienza favorevole tra i parlamentari, in particolare presso Pierre de Brach, Etienne de la Boétie e Michel de Montaigne. Certi incarichi ecclesiastici toccarono a degli italiani, specialmente quello dell’abbazia di Sainte-Croix di Bordeaux durante la seconda metà del XVI secolo.

Anche se il XVII secolo ebbe un lustro differente dal secolo precedente, gli scambi tra Bordeaux e l’Italia furono comunque fruttuosi, in particolare, durante l’episcopato del cardinale François de Sourdis (morto nel 1628). Ma lo sconvolgimento progressivo degli scambi economici, a scapito del Mediterraneo e in favore del continente americano, ha modificato l’orientamento economico bordolese verso l’occidente, con le Antille in generale, e Santo Domingo in particolare.



Citer ce billet
Brigitte Gilardet (2023, 9 novembre). Un commissaire, une exposition : « Bordeaux-Italie : échanges & visions artistiques : XVIIe-XXe siècles. Histoire musées expositions. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp6c