L’art et l’argent : un alliage réussi

L’exposition à la Monnaie de Paris s’achève le 24 septembre prochain. Elle a été gratuite tout le moins d’août, c’est assez rare pour être signalé.

L’exposition couvre plus de 20 siècles d’histoire de l’art sur le thème des rapports complexes entre Art et Argent, de l’Antiquité et ses mythes jusqu’à aujourd’hui.

Elle présente des œuvres authentiques, de grand prix, voire inestimables (prêtées par les plus grands musées comme Le Louvre, Orsay), réalisées par Simon Vouet, Louis le Nain,  Degas, Renoir, Arman et Warhol,  mais aussi des copies de tableaux iconiques aux côtés d’œuvres créées par des anonymes.

Le parcours chrono-thématique est très riche et permet tout à la fois d’examiner des chefs-d’œuvre à hauteur d’homme mais aussi de découvrir des artistes moins connus, d’hier et d’aujourd’hui.

L’exposition bénéficie d’une aide à la visite particulièrement étoffée :

  • Ne pas manquer le podcast : c’est le commissaire d’exposition lui-même, Jean-Michel Bouhours qui commente l’exposition.
  • À télécharger sur les applications   AcastSoundcloud et Spotify.
– Le catalogue “L’Argent dans l’Art” comprend des textes de Jean-Michel Bouhours, Sophie Cras, Jean-Joseph Goux, Marc-Alain Ouakin (208 pages) :

A consulter également :

 
 

L’exposition s’accompagne également de deux livrets de visite :

  • Le livret visiteur :  ici
  • Le livret Paris Mômes à destination du jeune public et des familles :  ici
Vous pouvez également accéder à la visite en ligne.
Rappel des thématiques proposées :
Section I – Mythes et origines de la monnaie. Section II – La morale religieuse. Section III – Révolution artistique et capitalisme financier. Section IV – Que vend l’artiste ? Section V – Capital : je t’aime moi non plus. Section VI – Art et argent, entre flux et datas.

Voici enfin quelques vues du parcours : certaines œuvres contemporaines y figurent dès le début :

Vue générale.

 

Anne et Patrick Poirrier ” Fragilité”. 2001. Détail. (DR) BG. Œuvre réalisée avec des billets de banque recyclé.

 

 

Les billets de banque sont revus, corrigés, moqués : Le métal des petites pièces est artistiquement recyclé :

A gauche, Œuvre de Hans Peter Feldmann. A droite, Claude Closky,  ” 28 euros et 48 cents”.

 

Cette figure de donateur est égyptienne :

Sérapeum de Memphis, Saqquarah, Egypte. 664-332 avant JC. (D’après style). Alliage cuivreux. Musée du Louvre.

 

 

L’œuvre est physiquement exposée près de cette plaque cuivrée gravée de Chagall : une adoration du veau d’or : Sur la gravure, le veau d’or, placé sur un piédestal, est entouré des hébreux, les bras levés, en position d’orants.

Chagall, plaque gravée sur cuivre, adoration du veau d’or.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la section qui évoque l’argent, les femmes, etc.. ce très coloré Van Dongen et cette Romance de Jacque Monory (1977) :

 

 

 

 

 

 

 

 

Et devant le petit tableau de Van Dongen :

 “Nice Casino” par Arman. 

Les Nouveaux réalistes ont en effet toute leur place : 

GIANCARLO BOTTI, YVES KLEIN,
Cession d’une «zone de sensibilité picturale immatérielle» à Michael
Blankfort (zone n° 01, série n° 4), Pont au Double, Paris, 10 février 1962,
Photographie, encre, papier, Archives Yves Klein, Paris. 

Avec Yves Klein : sur les bords de la Seine, François Mathey est témoin d’une ” cession” au profit de Michaël Blanquefort.

Les œuvres des artistes américains sont très présentes également :

Warhol, “Dollar sign”, 1981.

Et pour terminer ce parcours, trop vite résumé, quelques œuvres toujours étonnantes :

Bertrand Lavier, “Brandt/ Haffner”, 1984.

Une œuvre de Michel François, un artiste belge contemporain, entre argile et or :

Michel François, “A l’arraché”.



Citer ce billet
Brigitte Gilardet (2023, 17 septembre). L’art et l’argent : un alliage réussi. Histoire musées expositions. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp64