Clap de fin pour Giovanni Bellini au musée Jacquemart- André

L’exposition consacrée au vénitien Giovanni Bellini (1 janv. 1430- 29 nov. 1516), s‘achève ce 17 juillet. Le musée qui l’accueille ferme ses portes à partir du mois d’août et jusqu’en septembre 2024, pour d’importants travaux de restauration.

Giovanni Bellini. Influences croisées rassemble une cinquantaine d’œuvres, toutes issues de collections publiques et privées européennes (Gemäldegalerie de Berlin, Petit Palais de Paris, Galleria Borghese de Rome, Museo Correr et Gallerie dell’Accademia de Venise. Elle souligne à quel point BELLINI est un copieur génial : il s’inspire des oeuvres de ses prédécesseurs, des peintres de sa famille qui le forme (son père Jacopo, son demi-frère Gentile)  et de ses contemporains, pour bâtir une oeuvre bien à lui, comme le fera plus tard Picasso.

Les deux commissaires d’exposition, Neville Rowley et le directeur du musée, Pierre Curie, mettent l’oeuvre du peintre en perspective : figurent ainsi des fresques et peintures créées par la bottega de son père où il travaille à ses débuts avec son demi- frère Gentile, mais aussi les oeuvres fameuses de Mantegna, son beau-frère. D’autres créateurs  vont l’inspirer, de Byzance à l’oeuvre de Antonello de Messine dont il copie la mise en perspective d’un portrait, pour le faire sien en 1475. Bellini est aussi influencé par les peintres de Bruges ou d’Anvers mais aussi par la sculpture, celle de Donatello, au moment où sculpture et peinture rivalisent (paragone).

Fonds unis presque abstraits, après les fonds d’or, Bellini, toujours à la recherche de la modernité, va peu à peu posséder ses propres codes et gagner la place éminente qu’il souhaitait conquérir.

Un dernier tableau réalisé dans sa vieillesse, vers 1515,  est l’illustre “Ivresse de Noé” appelé aujourd’hui ” La dérision de Noé”: ce tableau appartient aux collections du musée de Besançon.

Michel Laclotte (27 octobre 1929-10 août 2021) affectionnait tout particulièrement ce tableau et ne manquait pas de souligner l’originalité du sujet et de sa composition  : ce tableau clôturait sa première exposition à l’Orangerie en 1956 sur les primitifs italiens.

De Giotto à Bellini, les primitifs italiens dans les musées de France : Paris, Orangerie des Tuileries, mai - juillet 1956. 

Elle marquait son début de carrière. Le même tableau ouvrait l’exposition qui marquait symboliquement sa fin de carrière en 1993 :

Le siècle de Titien : l'âge d'or de la peinture à Venise : Paris, Galerie nationale d'exposition du Grand Palais, 9 mars-14 juin 1993.

S’agit-il d’un tableau-miroir plein d’autodérision, pour le peintre comme pour le conservateur ?

Il est, en tous les cas, cher aux admirateurs de Bellini et figure, restauré et éclatant, dans la dernière salle du parcours d’exposition.

Comme toujours dans ce musée, un film commentaire, donne la parole aux deux commissaires.

L’audioguide est une parfaite réussite et le parcours, un chef d’oeuvre d’équilibre alors que les espaces en étage ne sont pas, de l’avis général, très adaptés au déroulé d’une exposition. Sans doute la rénovation et les travaux attendus les modifieront en 2024.

Sur l’exposition, un débat (en italien) avec Neville Rowley :

Pour en savoir plus sur ce musée qui appartient à l’Institut de France :

158 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

01 45 62 11 59

http:/www.musee-jacquemart-andre.com

message@musee-jacquemart-andre.com

G BELLINI par F. ZERI :



Citer ce billet
Brigitte Gilardet (2023, 16 juillet). Clap de fin pour Giovanni Bellini au musée Jacquemart- André. Histoire musées expositions. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp62