Barbara Rose : ses artistes, ses archives

Barbara Rose, critique et historienne de l’art, est décédée en décembre 2020.

Son nom et son action sont indissociables des avant-gardes new-yorkaises des décennies 1960 et 1970. (Comme le rappelle Guy Boyer (et Philippe Dagen dans Le Monde)

La critique d’art a laissé au Getty une partie de ses archives. Sa fille, Rachel Stella, a fait donation aux archives de la critique d’art  (ACA-INHA) d’une  autre partie de cet héritage.

À l’occasion de la sortie du livre “Barbara Rose : un sourire“, la galerie Ceysson & Bénétière – 23 rue du Renard, Paris (4) accueille actuellement une exposition dont Rachel Stella est la commissaire et qui met en valeur ces archives ainsi que les œuvres d’artistes que Barbara Rose défendait : Orlan, Bernar Venet, Pincemin et l’américaine Nancy Graves.

Voici quelques vues du parcours de visite :

Pour le finissage de l’exposition, le 28 janvier prochain après-midi,  seront réunies  pour une table ronde, trois femmes artistes qui ont été proches de la critique d’art :

Teri Wehn-Damisch (réalisatrice et productrice, lauréate du prix Charles Brabant de la Scam 2022; elle a rencontré Barbara Rose à New York en 1964 à la galerie Sydney Janis),

Margit Rowell (historienne d’art et conservatrice, publie cette année chez Phaidon une monographie sur Luciano Fabro; elle a rencontré Barbara Rose en 1969 à Minneapolis) et

Gladys Fabre (historienne d’art et commissaire spécialisée dans le modernisme et l’avant-garde du XXe siècle, elle a rencontré Barbara Rose en 1972 chez Margit Rowell).

La place du fonds d’archives Barbara Rose dans la collection INHA – Archives de la critique d’art, Rennes, présentée par Antje Kramer Mallordy, directrice des Archives de la critiques d’art.

 Barbara Rose en entretien avec l’artiste espagnol Juan Garaizabal.

 



Citer ce billet
Brigitte Gilardet (2023, 21 janvier). Barbara Rose : ses artistes, ses archives. Histoire musées expositions. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp5o