Penser le primitif et la sculpture : la revue « Documents » (1929-1931)

Françoise Levaillant, Penser le primitif et la sculpture : la revue « Documents » (1929-1931)

Paru le 3 juin 2021, Editions, PU Vincennes, Collection Esthétiques hors cadre.

La revue « Documents » (1929-1931) a-t-elle encore une actualité ? Les sujets qu’elle aborde participent directement d’une histoire de l’anthropologie européenne qui ne cesse de s’interroger sur ses sources. C’est à un approfondissement d’un travail antérieur mené en 2011 auquel Françoise Levaillant nous convie, une nouvelle lecture des sources mises à sa disposition à laquelle elle procède, dans le contexte actuel, où il existe un regain d’intérêt pour la culture des anciens peuples dominés, alors que des premières réponses positives sont données aux demandes de restitution de leurs objets patrimoniaux.

La revue se situe exactement à un croisement où, comme l’écrit l’autrice, les productions plastiques des peuples dominés ainsi que les pièces découvertes par les archéologues dans d’autres pays du monde ne cessent d’attirer une attention toujours plus grande, tandis que les jugements d’infériorité et de supériorité des êtres humains continuent de reposer sur les notions  d’évolution et de dégénérescence raciales, alors qu’à la même époque, certains scientifiques et artistes contestent  violemment ces thèses.

En introduction, F. Levaillant rappelle que la revue est à l’intersection de l’histoire de l’art, de l’archéologie et de l’ethnographie. Elle s’interroge ensuite dans la première partie, sur le fonctionnement socio-culturel de « Documents » et émet à ce propos plusieurs hypothèses : sa conception est-elle hybride ? Relève -t-elle de la catégorie des magazines ? Si oui, à quel public est-ce destiné ? Dans une deuxième partie, F. Levaillant se focalise sur l’inscription de la sculpture et de l’objet sculpté dans la revue, la façon dont il est décrit, dont il est écrit. Elle souligne l’usage essentiel de la photographie, évoquant l’inscription de « la sculpture par la photographie ». L’ouvrage comprend ensuite un  cahier iconographique, qui prend place avant la troisième et dernière partie, consacrée à l’inscription de la sculpture dans l’Histoire, aux notions de « primitif » et d’archaïsme », de l’évolution du terme de « primitivisme » et de l’évolution de la représentation de cette notion. En conclusion, elle s’interroge sur le succès ou l’échec de la revue, et les raisons possibles qui ont conduit à sa disparition au bout de quinze numéros.                                            

Comment la revue et ses auteurs se positionnent-ils dans le contexte social et politique de la fin des années 1920 et au début des années 1930 ? Comment naît en France un véritable musée de l’ethnologie ? Quelles contributions la revue apporte aux débats de l’époque sur le «  primitivisme », sur l’éventuelle hiérarchie des œuvres et des civilisations qui les produisent ? Telles sont les questions auxquelles l’ouvrage  de F. Levaillant souhaite répondre. Pour cela, elle analyse les contributions des auteurs de « Documents » : outre Georges Bataille et Carl Einstein, ses deux co-fondateurs, la revue rassemble des archéologues, des ethnologues et des historiens de l’art réputés, français ou étrangers. L’autre question essentielle de l’ouvrage a trait aux modes de description qui s’attachent à la sculpture et à la notion de « primitif » utilisée pour les décrire.

L’ouvrage succède à une série de recherches menées sur « Documents »: depuis sa réédition en 1993, plusieurs études ont en effet évoqué les objets africains étudiés dans la revue, les articles consacrés à la culture populaire :  le cinéma, les spectacles de music-hall, le jazz, ou bien ces recherches se focalisent sur les articles de Georges Bataille publiés dans « Documents ». D’autres travaux portent sur les rapports étroits entre la revue et le surréalisme, etc. En outre, de nombreuses monographies ont été rédigées et racontent les parcours de Paul Rivet, Carl Eisntein, George Henri Rivière ou Michel Leiris, les principaux auteurs de la revue, ainsi que sur Marcel Griaule qui participe à l’activité de « Documents ». Deux expositions temporaires récentes ont été consacrées à Georges Henri Rivière et à Michel Leiris. C’est l’un des atouts de ce nouvel ouvrage, qui actualise l’inventaire des sources disponibles sur l’histoire de la réception de la revue « Documents ». L’ouvrage s’attache à cerner ce que la notion de primitivisme recouvre, depuis les  années 1920 jusqu’à aujourd’hui. L’autrice démontre que le défaut d’élaboration historique de cette appellation en fait « une notion subreptice, sournoise, propice à n’importe quel amalgame » (p188).

Des savants réputés dans le domaine de ces disciplines, toutes neuves, qui vont devenir en partie les sciences de l’homme, souhaitent une meilleure diffusion des objets dont ils s’occupent mais c’est en quelque sorte le contexte dans lequel « Documents » va publier la généalogie des objets, leur origine, leur datation, et l’interprétation qui leur est donné, qui caractérise la contribution de « Documents » à l’ethnologie naissante. Ces productions plastiques, belles ou laides, qu’il s’agisse de découvertes récentes ou d’objets de collection, sont examinées sous un nouvel angle, et font l’objet de nouvelles interprétations. La revue participe de façon magistrale par l’image (la photographie le plus souvent) comme par l’érudition, à la diffusion des meilleurs exemples d’un corpus désormais réputé.

F. Levaillant évoque finalement mais peut être moins qu’attendu, la sculpture étudiée dans « Documents », en évoquant des artistes contemporains, se focalisant davantage sur l’utilisation abusive du terme de primitivisme, source de confusion jusqu’aux années les plus récentes.

Désigner et indexer : décrire la sculpture sans l’énoncer semble en effet s’imposer :  Michel Leiris évoque « ces beaux objets que j’ai pu regarder et palper » s’agissant des sculptures de Giacometti. Si le mot sculpture apparait rarement, en revanche, les mots « bronzes, statuaires » sont utilisés souvent. D’après le préhistorien japonais Nakaya, les représentations sculptées sont prioritaires pour l’interprétation historique et textuelle car elles possèdent tous les traits permettant de définir ce qu’on pourrait désigner aussi comme unité de civilisation (p. 170). Autre point souligné dans l’ouvrage, le rôle essentiel joué par la photographie  dans « Documents » joue un rôle essentiel : elle contribue à mettre à bas une hiérarchie des arts et plus particulièrement des arts sculptés.

Primitif ? Archaïque ? L’autrice revient sur les différentes significations qui s’attachent à ces deux termes utilisés par des auteurs multiples, alors que le marché de l’art, les collectionneurs, les critiques et les musées, portent une importance croissante à l’acquisition des objets produits par ces différentes civilisations. Paul Rivet, comme Georges Henri Rivière écartent toute interprétation dépréciative. En 1930, G H Rivière dans Comoedia titre : Au TrocadéroNotre musée d’Ethnographie pour éviter le pillage de notre art colonial – soulignant les riches collections réunies  dans les autres pays européens. (p 202). Mais le grand public ne semble pas prêt à reconnaître la culture des « indigènes » : la lecture des journaux de l’époque est de ce point de vue éclairante, comme le souligne Françoise Levaillant.

La nécessité conclut l’autrice « d’un changement dans la qualification des arts paraît in fine comme un enjeu fondateur » (p. 193).

L’arrêt de la publication de « Documents » suscite autant d’interrogations que sa naissance : la revue est qualifiée d’hétérogène, voire d’excentrique (p 210). Plusieurs hypothèses sont avancées : des raisons financières suite à la grande dépression, (la revue est financée par un mécène privé), le départ pour la mission Dakar-Djibouti de trois de ses auteurs et collaborateurs (Griaule, Leiris et Schaeffner) : la revue, hétérogène, hybride, aura été en quelque sorte un prototype, remplacé par le bulletin d’ethnologie du musée du Trocadéro.

L’ouvrage, au prisme des écrits des 15 numéros de « Documents », fournit des éléments d’information nombreux et des références actualisées, multiples sur l’histoire des collections – publiques ou privées – d’ethnographie et d’archéologie des civilisations extra occidentales, sur les objets d’art qu’elles rassemblent et mettent en scène, de la fin du XIXe siècle jusqu’à  l’entre-deux guerres.

F. Levaillant rappelle l’analyse de Paul Rivet (p. 154) – citant le livre de Christine Laurière, Paul Rivet le savant et le politique, paru en 2008. Il écrit : « La mentalité prélogique, primitive, n’est pas l’apanage des sociétés exotiques, mais se retrouve, si ce n’est en chaque individu, du moins dans toutes les sociétés développées ». Les principaux acteurs de la revue « Documents », Georges Bataille, Michel Leiris, Georges Henri Rivière, Carl Einstein, Paul Rivet et Marcel Griaule, sont à cette époque, les défenseurs d’une approche nouvelle et interdisciplinaire des arts non occidentaux, qui va au-delà des caricatures et des dépréciations qui caractérisent le discours d’une communauté scientifique parfois gagnée par les concepts de races, de hiérarchies des arts, à l’orée d’une nouvelle guerre mondiale.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search