Fernande Olivier et ses peintres

Amélie Lang, dite Fernande Olivier (1881-1966), a vécu avec Picasso pendant huit ans au Bateau-Lavoir entre 1904 et 1912. Elle était modèle, entre autres, de Giovanni Boldini, Kees van Dongen, Joaquìm Sunyer, Suzanne Valadon, Picasso. Elle a côtoyé notamment Braque, Max Jacob,  Apollinaire, Marie Laurencin, Matisse, Juan Gris, Modigliani et Gertrude Stein.

Suzanne Valadon, autoportrait.

Max Jacob par Marie Laurencin.

 

Elle fut aussi peintre et écrivaine (autrice de deux livres  Picasso et ses amis,  en 1933  et Souvenirs intimes, ouvrage publié après sa mort en 1988.

En novembre 1908, elle participe au banquet de la bande à Picasso, en l’honneur du Douanier Rousseau.

En 1912, après huit années tumultueuses, la relation s’essouffle, Pablo fréquente Eva Gouelle. Fernande Olivier le peintre Ubaldo Oppi. Fernande humiliée, quitte un Picasso à la notoriété grandissante.

 

 Fernande Olivier Autoportrait, circa 1935.             

Ubaldo Oppi.                                   

L’exposition se déroule au Musée de Montmartre jusqu’au 19 février 2023, sous le commissariat de Nathalie Bondil, directrice du département du musée et expositions de l’Institut du monde arabe, et Saskia Ooms, responsable de la conservation du musée de Montmartre, assistées de Clémence Pinquier, et avec le soutien du Musée national Picasso Paris (dirigé par Cécile Debray).

Elle ouvre l’année picassienne « Célébration Picasso (1973-2023) », à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de l’artiste. L’exposition est chronologique, composée de 80 œuvres. Peintures, sculptures, dessins, lithographies, photographies, assiette, sont ainsi rassemblées issues des avant-gardes : Picasso bien sûr (de la période rose, au primitivisme et au cubisme), mais aussi les artistes qui la prirent pour modèle.

Manuscrits, lettres,  documents audio et vidéo, et une installation contemporaine d’Agnès Thurnauer, figurent également au sein du parcours de visite.

La violence faite aux femmes est très présente au début de l’exposition. En effet :

"A dix-sept ans, Amélie Lang, née en 1881 de père inconnu, est présentée à Paul Percheron, homme violent. Enlevée et abusée, elle est contrainte de l’épouser. La seule alternative étant la maison de correction. L’enfant qui naît de cette union en 1899, un garçon, est abandonné. Amélie fuit les violences conjugales de ce mariage subi en 1900 et se réinvente à Montmartre auprès des artistes de la bohème. Elle prend un pseudonyme, Fernande Olivier, pour échapper à son mari. Paul Percheron mourra en 1904 hôpital d’aliénés de Villejuif".  . 

A Montmartre elle fut également peintre, et réalisa plusieurs autoportraits.

Les portraits dominent l’exposition :

Picasso Pablo (dit), Ruiz Picasso Pablo (1881-1973). Paris, musée national Picasso – Paris. MP18 (DR).


Portrait de Fernande sur une assiette, Kees Von Dongen

Portrait de Fernande par Kees Von Dongen.

Le dossier de presse est richement illustré.

Une autre exposition a lieu au rez- de- chaussée du musée : elle est consacrée à Henri Rivière  (1864-1951)

HENRI RIVIÈRE, PEINTRE DES OMBRES, MAÎTRE DE LA LUMIÈRE

Henri Rivière fut peintre, graveur, créateur du théâtre d’ombres du Chat Noir, il est l’oncle de Georges Henri Rivière le magicien des vitrines, et de Thérèse Rivière, ethnologue. 

A travers 25 œuvres et documents d’archives, pour certains inédits, la Société du Vieux Montmartre vous invite à découvrir la vie et l’œuvre d’Henri Rivière dans la diversité de ses modes d’expressions. Salle Poulbot jusqu’au 31 décembre 2022 (commissariat    : Isabelle Ducatez  et Pauline ClémentBayer).

Enfin, signalons qu’une exposition temporaire en liaison avec ces artistes, leurs modèles et cette période de création, est en préparation : elle est consacrée à Suzanne Valadon : SUZANNE VALADON. UN MONDE À SOI, présentée au Centre Pompidou-Metz, du 15 avril 2023 au 11 septembre 2023.

 

 



Citer ce billet
Brigitte Gilardet (2022, 30 octobre). Fernande Olivier et ses peintres. Histoire musées expositions. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp5d