Intervista a Camilla Adami

 

Camilla Adami vit et travaille en Italie (Meina, Lago Maggiore) et en France (Paris). Diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Milan (Accademia di Brera), elle épouse le peintre plasticien Valerio Adami, dont l’œuvre devient très prisée dès les années 1960-1970. Camilla, qui a arrêté de peindre depuis son mariage, recommence à travailler, d’abord pour la réalisation de décors de théâtre en France, au Festival de Carpentras, et pour FR3. Elle n’est plus une débutante lorsque, dans les années 1980, elle se remet à peindre : elle a rencontré les grands artistes contemporains, participé aux débats de la modernité, acquis une connaissance intellectuelle des arts, maturité et exigence. À une époque où le figuratif n’est guère à l’honneur, c’est le domaine qu’elle explore, à la recherche d’un rapport viscéral à l’art.

Elle a bien voulu répondre à quelques questions :

  • Vous avez fait vos études à l’académie de Brera : quand et avec quels professeurs ?

Nous avons fait tous les deux nos études à l’académie des beaux- art de Brera, mais quand je suis entrée  Valerio avait déjà terminé ses études. Je venais du lycée artistique des Ursulines, un enseignement catholique, et faire les beaux-arts à Brera me semblait être particulièrement audacieux car il n’y avait pas beaucoup de filles qui à l’époque voulaient faire de la peinture, mais j’ai choisi avec une amie, un peintre horrible pour professeur, pour la seule raison qu’on nous avait dit qu’il n’était jamais là ! Valerio avait eu lui un grand maître, Achille Funi. Pour ma part, je ne voulais pas avoir un maître mais un endroit où travailler et échanger avec des gens de mon âge. A l’époque, l’académie de Brera était un endroit fabuleux : dans ma classe nous étions dix, mais nous étions en réalité six à assister aux cours. Nous disposions d’un modèle à notre disposition pendant un mois, nous n’étions pas contraints à travailler dans la précipitation, nous faisions des dessins avec le même modèle, dans la même pose, encore et encore, je ne suis pas favorable au dessin rapide et cela me convenait parfaitement.

  • Quand avez-vous rencontré Franco Russoli ?

Quand je suis sortie de l’école et après ma rencontre avec Valerio, dans les années 1960. Valerio connaissait déjà Franco Russoli : Franco Russoli était un homme un peu solitaire, c’était un intellectuel, Milan était une ville formidable, un peu provinciale dans la mesure où tout le monde se connaissait, tous les peintres, les jeunes critiques, se connaissaient et nous étions au courant des actualités de l’art international et les courants artistiques passés : à Milan, nous connaissions très bien la peinture allemande d’avant-guerre, ce qui est arrivé bien plus tard à Paris, ou bien l’autrichien Egon Schiele. Nous connaissions bien aussi la génération des peintres italiens qui nous précédaient.

  • Vous êtes venus ponctuellement en France dans les années 1960, vous vous êtes installés à Paris en 1974 : pourquoi Montmartre ?

Je rêvais de Montmartre depuis très longtemps : j’avais visité la ville très jeune avec les amies de Brera, avec le lycée, et je disais : «  moi, je veux vivre là ! » parce que je trouve que Paris est une ville magnifique : si tu es devant la Tour Eiffel, devant le Sacré-Cœur, si tu regardes par la fenêtre et que tu vois ces monuments, les choses sont claires : tu es à Paris ! Même si d’autres monuments ont ma préférence, nous sommes installés derrière la coupole du Sacré Cœur, mais nous sommes à la même hauteur lorsque l’on regarde par la fenêtre : ce  n’est pas mal, non ?

En 1974, nous avons acquis cet appartement, nous avions une vie plus stable, Valerio avait commencé à travailler avec la galerie Maeght, mais nous étions aussi pleins d’envies, de voyages, de découvertes.

  • Quelles références historiques, quels exemples aviez-vous sur la vie artistique de vos prédécesseurs à Paris ?

Bien sûr, nous avions ces exemples en tête ! Paris à l’époque était une ville géniale, nous avions auparavant vécu deux ans à Londres : c’était une très belle ville mais très conformiste, il fallait pour rencontrer des gens, prendre rendez-vous, à Paris c’était très différent : on allait dans les cafés, à la Coupole, aux deux Magots, on rencontrait tout le monde. Au début des années 1960-1970, nous étions dans un petit studio au cinquième étage, nous arrivions à Paris, nous déchargions nos bagages et à minuit nous allions dans ces cafés retrouver tous ces peintres, écrivains, artistes qui étaient là tous les soirs ! Car les appartements des artistes étaient souvent exigus, peu confortables, il s’agissait souvent d’anciennes chambres de bonnes et donc tout le monde passait ses soirées dehors, dans les cafés.

  • Plus tard, est-ce que Paris est resté conforme au Paris rêvé, à votre imaginaire ?

Oui et encore mieux ! Nous n’avions pas imaginé que nous allions rencontrer de grands peintres, pour qui nous avions beaucoup d’admiration et, grâce à Aimé Maeght, nous avons rencontré absolument tout le monde ! C’était une ville agréable à vivre, rapide, dans laquelle on se déplaçait facilement, où on pouvait louer un atelier, peu cher, assez facilement, même si souvent il n’y avait pas de chauffage et des toilettes sur le palier, mais il y avait beaucoup de possibilités pour les jeunes artistes de disposer de l’espace nécessaire pour travailler. Beaucoup de peintres et d’intellectuels d’Amérique latine étaient là : nous avons connu Wilfredo Lam, Octavio Paz..

  • Formiez- vous une « colonie » comme Picasso et ses amis espagnols d’alors ?

Pas vraiment : il y avait bien sûr des artistes italiens sur place mais c’était différent : les grands artistes italiens d’avant-guerre étaient déjà partis, ou décédés. Souvent, beaucoup d’artistes italiens venaient mais repartaient assez vite, la communauté italienne n’était en fait pas très nombreuse.

  •  Avez-vous rencontré des conservateurs français comme François Mathey ?
Afficher l’image source
Affiche d’André Masson pour le salon de Mai, 1962.

Je ne me souviens pas vraiment de  François Mathey, qui  était un personnage extraordinaire, mais Valerio vous en dirait sur lui davantage. Nous n’avions pas les mêmes contacts qu’en Italie, c’était plus distant avec les conservateurs français, qui étaient passionnés d’art, mais qui nous semblaient différents, plus formels qu’en Italie, plus « fonctionnaires ». J’avais en tous les cas cette impression, je me trompais sûrement car j’étais très jeune. Je suivais les débats qu’il y avait entre les peintres, ceux qui participaient au Salon de Mai, ceux qui n’y participaient pas, c’était très intéressant. On a eu de la chance de vivre une époque extraordinaire, où les artistes échangeaient : il n’y avait pas de collectionneurs à Paris, à cette époque : lorsqu’un artiste avait réussi à vendre des tableaux à un collectionneur mexicain de passage, par exemple, il l’adressait à ses autres amis peintres ! Les artistes se respectaient entre eux, jamais nous ne trouvions un peintre « mauvais » dès lors qu’il travaillait, il n’y avait pas de jugement sur la valeur de sa peinture. Il y avait du respect et de l’amitié.

  • Les philosophes ont écrit sur vos œuvres et celles de Valerio (comme Derrida) : comment l’avez-vous rencontré ?
Valerio Adami, Portrait de Jacques Derrida, 2004 (DR).

Nous l’avons rencontré dans les années 1970, lors d’un dîner où la mère d’une de ses élèves nous avait également invités. Nous avons engagé la conversation : Derrida et Valerio voulaient créer ensemble un livre, ce fut ensuite une amitié durable, c’était en effet un personnage.

ADAMI, Valerio – DERRIDA, Jacques‎ ‎DERRIÈRE LE MIROIR N° 214. ADAMI. Le voyage du dessin. Mai 1975.‎
Collectif, Valerio Adami, couleurs et mots, Ed. Cherche Midi, 2000.

En 2012, à propos de votre exposition « Vertige » : vos œuvres ont paru en décalage, en rupture brutale avec l’esthétisme, alors dans l’air du temps. Qu’en pensez- vous ?

Je m’enrage facilement ! J’essaie aujourd’hui de faire des choses moins « violentes » en effet ! J’ai arrêté dix ans de faire de la peinture, je n’ai pas fait de carrière de peintre, je n’ai pas eu de galerie, mais je suivais ce qui se passait. Quand j’ai repris dans les années 1980, j’ai choisi tout d’abord de faire de grands dessins, j’avais besoin d’espace pour développer mon geste et effectivement j’ai débuté par des dessins figuratifs, de grand format. J’ai repris ce que j’avais fait aux Beaux- arts, J’ai utilisé d’abord la mine de plomb pour les portraits, le fusain. Quand on dessine un bras on sent le bras, le contact est direct. J’ai fait beaucoup de séries, puis j’ai glissé vers autre chose, vers la peinture à l’huile et l’acrylique ensuite, c’était extraordinaire. Je continue à être un peu satirique, un peu méchante, mais il faut -pour être un peintre- un peu de pitié pour les vivants ! Je voudrais vieillir et mourir plus intelligente que jeune, c’est cela qui m’intéresse, je crois que j’ai de ce point de vue réussi, et je continue : je veux essayer de comprendre, encore et toujours ce monde !

Je vous remercie.

Camilla Adami, Vertigine, 1990, huile sur toile, 250 x 110 cm, © Camilla Adami.
Camilla Adami, Primate, 2000-2001, fusain sur toile, 195 x 144 cm, © Camilla Adami.
Camilla Adami, Rituali Magici, 2003, techniques mixtes sur toile, diptyque, 200 x 115 cm, © Camilla Adami.

En savoir plus :

Une exposition en 2012,

une exposition en 2016,

Découvrir de nouvelles œuvres ici.

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search