Toute une histoire au musée de l’armée

Toute une histoire ! Les collections du musée de l’Armée – la nouvelle exposition au Musée de l’Armée :

Le musée de l’Armée revient sur les 100 ans de l’histoire, souvent méconnue, parfois inattendue, de l’enrichissement de ses collections. Essence même d’un musée, appelées sans cesse à évoluer, ses collections le définissent et le font vivre. A travers l’exposition Toute une histoire ! Les collections du musée de l’Armée, celui-ci revient sur 100 ans d’acquisitions, 100 ans de constitution de ses collections, 100 ans qui ont forgé son identité même. Une chronique institutionnelle foisonnante, souvent méconnue, parfois inattendue, qui s’est écrite en lien avec la grande histoire et qui raconte le lien unissant la Nation et son armée.

Aux origines du musée de l’Armée

Le 26 juillet 1905, le musée de l’Armée naît de la fusion, par décret présidentiel, du musée d’Artillerie, précédemment dépôt des armes anciennes, créé en 1794 et du musée historique de l’Armée, créé en 1896. Le musée de l’Armée intègre également des collections patrimoniales de l’Hôtel des Invalides. Envisagée par les autorités civiles et militaires dès 1900, cette fusion est l’aboutissement de la coexistence des deux musées militaires aux Invalides, lieu d’histoire incontournable et panthéon militaire. Le nouveau Musée dispose d’un ample héritage, à la confluence de trois institutions.

L’exposition n’est pas chronologique, mais sur le mur de droite se déroule l’histoire du musée et de ses collections. Sur le mur de gauche, ce sont les modalités d’entrée des objets dans les collections qui sont détaillées : acquisitions, donations, restitutions, commandes : livres, peintures, sculptures, tableaux, dessins, estampes affiches, photographies, textiles, films ou éléments d’uniformes, armes, moteurs, reflètent la variété des objets conservés.  En résulte une exposition riche, qui n’oublie pas le jeune public, et qui multiplie les contrastes et les rapprochements. Les collections couvrent jusqu’aux périodes les plus récentes de l’histoire militaire.

Deux exemples de commandes réalisées auprès d’un peintre en 1914-1918, puis plus récemment auprès d’un photographe :

Maurice Busset (1879-1936), Bombardement de Ludwigshafen, 1918. Huile sur toile.
PARIS, MUSÉE DE L’ARMÉE (DR).

Maurice Busset en 1915 s’engage dans l’aviation. Il est rattaché au Ministère de la Guerre, direction de l’aéronautique militaire, section artistique et des archives de l’aéronautique. Il crée une série de toiles sur le thème de l’aviation militaire.

En 2009, en Afghanistan, à la suite d’une commande de l’armée, le photographe Eric Bouvet prend une série de clichés dans la vallée d’Ouzbin :

Les donateurs sont nombreux, les objets confiés au musée sont très divers : un don de Jacques-Paul Dauriac effectué en 2013 ” Prise de Son Tay”, vers 1890,

Anonyme, "Prise de Son Tay", vers 1890, don de Jacques-Paul Dauriac en 2013. Paris, musée de l'Armée
Anonyme, “Prise de Son Tay”, vers 1890, don de Jacques-Paul Dauriac en 2013. Paris, musée de l’Armée

La casquette de Bugeaud :

Quelques vues de l’exposition :


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search