Héroïnes romantiques

Qui sont les héroïnes du romantisme et comment sont-elles représentées dans les arts au XIXe siècle? Grâce à une sélection d’une centaine d’œuvres – peintures, sculptures, manuscrits et objets d’art – le musée de la Vie romantique explore ces questions en invitant le public à découvrir des héroïnes revisitées ou inventées par les artistes de l’époque comme Théodore Chassériau, Ary Scheffer, Léon Cognet, François Gérard, AnneLouis Girodet, Eugène Delacroix, CharlesLouis Müller, Léopold Burthe. Le parcours présente successivement les héroïnes du passé, les héroïnes de fiction et les héroïnes en scène. Une oeuvre peinte sur porcelaine attire l’attention :

Marie-Victoire Jaquotot, Corinne au Cap Misène, peinture sur porcelaine (Sèvres), 1825, Musée du Louvre.

Marie Victoire JAQUOTOT (Ecole française, 1772-1855) est connue pour ses miniatures tant sur ivoire que sur porcelaine. Sa peinture obtient les faveurs de Louis XVIII et Charles X. Elle commença sa carrière sous l’Ancien Régime en faisant à Saint-Cloud le portrait de Marie-Antoinette. En 1800 ou 1801, elle entra à la manufacture de Sèvres comme peintre de figures et fut gratifiée du titre de ‘peintre sur porcelaine du Cabinet de Roi’, en 1816 et en 1828, de celui de ‘Premier peintre sur porcelaine du Roi’. Elle réalisa sur des plaques en porcelaine le portrait de personnalités de son temps et des copies de chefs d’oeuvre anciens. Ses compétences l’amenèrent à ouvrir à Paris une école pour la peinture sur porcelaine qui fonctionna pendant vingt ans environ et fut fréquentée constamment par une trentaine d’élèves femmes au prix de 20 francs par mois.

Autoportrait.

Anne Lajoix, Marie Victoire Jaquotot (17721855), peintre sur porcelaine, Paris, Le Trait d’Union – Florence Hatier, 2006.

Quelques vues du parcours : la scénographie  est particulièrement réussie :

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search