Portraits croisés : Mathey, Duchein, préface et entretiens

Dans le cadre de ma thèse sur François Mathey, j’ai pu lire la préface de Mathey pour le catalogue de l’exposition Duchein en 1986 à la galerie Chave à Vence. En forme d’hommage, en voici des extraits :

Dans un cabinet d’amateur, Georges Perec raconte un collectionneur américain s’était constitué une galerie idéale avec d’admirables pastiches de tableaux supposée réels. Experts et historiens d’art, tout le monde s’y trompe allègrement. A partir d’authentiques tableaux qui ne laissent aucun doute sur la sincérité de leur auteur, Duchein nous révèle son propre musée imaginaire, Beaubourg, le Louvre et la Tate Galery qu’il n’a pu annexer. Passionné d’art, collectionneur et critique, Paul Duchein, pour se venger, nous offre, sous forme de petits théâtres portatifs, des boîtes magiques où défilent Michel-Ange et la Vénus hottentote, Courbet. Watteau, Picasso, Dubuffet, confrontés en vrac à des pin-ups découpées, des bois flottés, des bijoux de pacotille, tous les riens savoureux d’un inventaire dérisoire et fabuleux. On croirait Magritte, on dit Cornell, on pense à Louis Pons et aussi à Max Ernst et pourquoi pas à Nevelson à l’échelle miniature d’autant que le monde de Chave sollicite les attributions d’une haute fantaisie. Tant de surréalisme et d’art brut ainsi réunis amusent mais risquent bien de nous égarer. Il s’agit certes d’exercices spirituels et plastiques où notre amateur se défoule en pleine jubilation. La peinture qui est son univers jaloux, intime et quotidien le confronte à celui des artistes qu’il aime et le rêve que ceux-ci engendrent l’incite à matérialiser pour son propre compte, les impressions reçues. […] Alors on admire les truchements astucieux, quelquefois émouvants, subtils et si intelligents, comme s’ils étaient le moment privilégié de l’amateur de plain-pied entré en complicité créatrice des artistes qu’il admire. C’est une vue immédiate et commode. Trop commode. Un contresens. Il est trop enthousiaste pour entretenir des regrets et se satisfaire de placebos. Ses reliquaires ne sont pas que des variations sur des rêves urs entrevus. L’intimité des artistes décourage mais enhardit les amoureux que le fantastique nourrit leurs illusions. L’insolite ne relève pas ent, ce n’est pas davantage le goût de l’étrange réalité transposée, celle qui résulte de l’échange e admire et Duchein, critique d’art, poète qui ses propres créations des liens secrets, insoupçonnés que ceux de notre univers rationnel et qui plus intimement encore a l’objet de son admiration garde aux titres. Ils tentent de résoudre abusent d’autant plus car ils interdisent l’explication familière et sont comme une protection supplémentaire pour décourager l’envie facile de réduire la poésie à un jeu de mots ou de situations. Le titre c’est la fausse clé de l’univers caché du tableau. […]. Peintre et poète, inventeur d’histoires en trois dimensions, prestidigitateur, montreur d’allégories et de symboles, Duchein puise ses réussites dans les étranges ressources de ses paniers ou s’accumulent les trésors des Puces du monde entier. Ce pourrait être un univers surréaliste s’il y péchait indifféremment au hasard et comme par automatisme. Mais le poète redistribue les éléments égarés de la réalité selon son propre rituel pour leur restituer une réalité autre, celle du peintre et les confondre avec leurs apparences. Cet avertissement pour terminer sur le mode d’emploi des œuvres de Paul Duchein, c’est comme la littérature des produits pharmaceutiques. Superflue, mais n’en pas tenir compte serait sans doute une lecture erronée de son travail ou bien, comme l’écrivait Reverdy, une préface c’est comme un paillasson, l’on doit essuyer ses pieds avant d’entrer“.

Paul Duchein avait bien voulu m’accorder un entretien sur sa condition d’artiste en 2011 :

Pharmacien artiste ce n’est pas banal, avez-vous été considéré pleinement comme un artiste dans le milieu de l’Art ?

Je ne sais pas, en tout cas le qualificatif de « pharmacien », je n’y tiens pas trop et je n’aurais sûrement pas débuté la rédaction de la notice me concernant dans le « Benezit » par ces mots : « Pharmacien à Mautauban » !

 Comment votre activité artistique a-t-elle été perçue chez les pharmaciens ? Dans la revue professionnelle que vous dirigiez, écriviez-vous sur l’Art ? Y avait-il une rubrique consacrée à ce thème ?

Oui, pendant vingt ans (de 1974 à 1994), j’ai rédigé dans la revue destinée aux pharmaciens de France, des commentaires d’expositions, un éditorial, un peu polémique et une rubrique intitulée « Le carrefour de l’oubli », j’ai aussi fait un certain nombre de photomontages pour les couvertures de ce magazine. Je crois que les pharmaciens abonnés à la revue regrettent la disparition de ces rubriques. Dans les années 70 J’ai demandé à des artistes de créer des pots de pharmacie en porcelaine de Limoges, édités par une société qui s’intitulait « Le pot de Galien » : Mathieu puis Hélion, Debré, Leonor Fini ont contribué à ces réalisations. Ces pots ont d’ailleurs figuré au sein d’une exposition du musée des arts décoratifs en 1980, intitulée « Les métiers de l’Art ». Ils sont dans le catalogue. J’ai aussi créé en 1975 un prix de la publicité pharmaceutique : le jury était composé notamment de François Mathey, d’André Parinaud (rédacteur en chef d’Arts) et de Pierre Desgraupes, Jacques Paugam, journalistes.

 Avez-vous eu peur de vous jeter sans « filet de sécurité » dans le milieu artistique ?

J’ai commencé à peindre dès l’âge de quatorze ans, tous les jeudis après-midi j’allais chez un céramiste « replié » en zone libre. Je ne me considérais pas comme un peintre génial, je n’avais pas le talent nécessaire pour faire une carrière de peintre mais je voulais rencontrer les artistes. Jeune homme, j’ai dû partir pendant trente mois en Algérie. Pendant cette période, j’ai écrit à Braque, à Waroquier et d‘autres, je voulais les rencontrer. J’ai découvert le surréalisme. Installé à Montauban comme pharmacien, depuis 1957, j’ai décidé d’exposer les autres, les artistes modernes qui se trouvaient dans les collections locales : ce fut ma première exposition sur « L’art moderne dans le Quercy » : j’ai exposé en 1966 des éléments de la collection de Charles Malpel : Van Dongen, Degas, La Fresnaye, Picasso, Lhote, mais aussi des peintres plus « mineurs » en tout cas moins connus, comme André Brasilier. Les collectionneurs prêtaient plus facilement leurs tableaux à l’époque. Cela m’a mis en contact avec des galeristes parisiens comme Françoise Tournié, qui m’a demandé en 1972 d’écrire la préface d’un catalogue pour une exposition d’Oscar Dominguez, aux côtés d’un texte d’André Breton. J’ai également contribué à l’exposition de certains artistes à la galerie Chave. Je préside et j’anime depuis 1968 les « Rencontres d’Art en Quercy » qui se tiennent annuellement au musée Ingres depuis 1972. A ce titre j’essaie de promouvoir les artistes qui travaillent dans ma région. J’organise d’ailleurs en ce moment une exposition sur ces artistes au musée Ingres.

 De quoi s’agit-il ? D’aider les artistes locaux ?

R : Oui, c’est une exposition organisée chaque année par l’association des Rencontres d’Art en Quercy pour mettre en lumière des artistes singuliers, qu’ils soient célèbres ou inconnus. J’ai pu ainsi faire découvrir un artiste russe très récemment, mais pour d’autres artistes qui travaillent dans la région, il est difficile de les faire connaître, au-delà de ce périmètre.

Pouvez-vous me parler de l’artiste Millecamps (membre de l’Académie des Beaux-Arts) pour qui vous avez écrit en 1984 ?

J’aime cet artiste « hors normes » par rapport à ce que je montre habituellement. Je l’ai exposé en 2008 dans le cadre d’une rencontre sur l’art géométrique et l’abstraction lyrique, aux côtés de Jean Dewasne, Marcelle Loubchansky et un peintre russe moins connu, Oleg Goudcoff : c’est le principe de ces rencontres, mélanger les peintres reconnus et moins connus. C’était pour le cinquantième vernissage des « Rencontres d’art ».

Le statut des artistes en France, leur condition sociale, ont-ils évolué depuis les années 60 ? Comment ?

On ne peut plus aujourd’hui être simplement artiste, il faut travailler parallèlement, c’est devenu très difficile de se faire connaître en dehors des cercles parisiens et internationaux qui trustent la scène artistique. Parallèlement, il est difficile de créer des centres d’exposition pour faire connaître ces jeunes artistes et d’obtenir des financements de l’Etat ou des collectivités locales. Je voudrais bien par exemple créer à Montauban ce type de centre, doté d’une galerie d’exposition temporaire, d’une librairie, d’un restaurant, car il faut que cela soit un lieu vivant ! Mais pour l’instant je n’y parviens pas.

 En 1981, François Mathey a salué votre travail en ces termes : « J’admire que vous puissiez mener de front et avec un égal succès, l’activité d’un amateur éclairé; d’un conservateur « engagé », vous occuper à la fois de votre profession et je l’espère aussi de votre pharmacie ». Comment avez-vous maintenu un tel rythme durant toutes ces années ?

Je crois que la passion est un moteur suffisant ; j’ai montré des ensembles de Picasso, Masson, Bissière, Poliakoff, Hérold, Vieira da Silva, Marx Ernst, Gleizes, Zadkine.. il y a plus de quarante ans. Je ne suis pas sûr que beaucoup de musées de province aient fait cela à l’époque, mais ce qui m’a toujours passionné c’est l’art populaire ; d’ailleurs j’ai réalisé deux ouvrages sur ce thème. A une époque où l’argent est le principal mobile pour consacrer un artiste, ces oeuvres « orphelines », réalisées par des auteurs anonymes me touchent particulièrement.

Le 29 septembre 2011, il m’accordait un entretien sur François Mathey :

Quand avez-vous rencontré François Mathey pour la première fois ?

Vers 1965, je crois, c’est Pierre Belvès qui me l’a présenté. Je l’ai retrouvé plus tard, lorsqu’il a fréquenté la galerie d’Alphonse Chave que j’ai connu vers 1969/1970 et que j’avais mis en relation avec des artistes qu’il a exposés dans la galerie de Vence. J’avais auparavant découvert le surréalisme et préfacé un catalogue d’exposition d’Oscar Dominguez, à la galerie de Françoise Tournier, en 1972.

 De quelles expositions du musée des arts décoratifs vous souvenez-vous en particulier ?

 L’exposition Picasso en 1955 (je voulais voir Guernica), les expositions Bissière, Balthus, Tobey. Il m’a parlé un jour vers 1970 de l’exposition sur les voitures de course qu’il préparait, des bottes de paille qui seraient installées au musée et du fonds sonore qu’il mettrait en place, cela l’amusait beaucoup. Ensuite il a exposé Roy Lichtenstein, parmi d’autres.

 François Mathey aimait-il les surréalistes ? Quels étaient vos thèmes de conversations privilégiés dans le domaine artistique ? Ses goûts ?

 Il n’aimait pas particulièrement les surréalistes mais il appréciait Max Ernst ; il a organisé une exposition « Delvaux » en 1969 et accueilli en 1976 l’exposition sur « machines célibataires » où figuraient beaucoup de surréalistes (Michel Carrouges). J’ai notamment rencontré Mathey au vernissage d’une exposition Matta, à la galerie Claude Bernard vers 1989, me semble-t-il.

 Nous avions un goût commun pour l’art populaire, si bien représenté au musée de Laduz, chez nos amis communs, les Humbert. J’ai écrit deux ouvrages sur ce thème, l’un sur Les Epis de faîtage en terre cuite vernissée dans l’art populaire méridional, l’autre sur l’Art populaire en France. Pierre Bonte dans l’introduction rédigée pour ce dernier ouvrage, cite François Mathey : « L’artisan fait. Il ne cherche pas la réalité. Il dit la vérité et en cela le plus simple, le plus obscur des artisans – et à condition qu’il le reste- se retrouve (moralement) l’égal, mais, à son insu, de Matisse Braque ou Miro. » Mathey disait qu’un soc de charrue ne dépareillait pas, près d’une statue d’Henry Moore…Nous avons visité ensemble dans les années 80, à Neuilly- sur- Marne, les collections de l’Aracine créées par Madeleine Lommel, avec Michel Nedjar. Cela l’intéressait beaucoup et il achetait des productions « brutes ».

Avez-vous eu des activités communes ?

Oui, François Mathey a accepté dès 1975, et plusieurs années de suite, de participer au jury d’un prix de publicité pharmaceutique (que j’ai créé), aux côtés d’André Parinaud, de Pierre Desgraupes, Paugam et d’autres cela l’amusait. En effet, j’ai été en tant que pharmacien, directeur de la rédaction de la revue  nouvelle des pharmaciens, de 1974 à 1991.

J’avais aussi demandé (dans les années 70/80) à Hélion, Debré, Leonor Fini, Mathieu et d’autres (comme Louttre B.), de concevoir des pots de pharmacie en porcelaine de Limoges, édités pour une société de production qui s’intitulait « Le pot de Galien ». Ils n’ont pas vraiment séduit les pharmaciens, (qui préféraient les décorations à petites fleurs très XIXème siècle). J’en ai conservé quelques exemplaires. Mathey les a présentés comme la production de Limoges la plus créative (à cette époque), lors de l’exposition « Les métiers de l’art » organisée au musée des arts décoratifs en 1980. Ils sont reproduits dans le catalogue.

Avez-vous exposé au musée des Arts décoratifs ?

 Non, mais François Mathey a accepté de préfacer mon catalogue pour l’exposition « Rituels de mémoire » en 1986 à la galerie Chave, puisque je réalisais des objets depuis longtemps.

Avez-vous rédigé des articles sur les expositions du musée des arts décoratifs ?

Oui, dans la revue que je dirigeais « Le Pharmacien de France », entre 1974 et 1994, j’avais aussi créé une rubrique intitulée « le carrefour de l’oubli », je faisais un éditorial un peu plus polémique tous les quinze jours et je commentais les expositions. J’ai aussi été le correspondant régional de la revue Art dès et puis j’ai écrit pour L’œuf sauvage et exposé à la galerie « Pleine marge », à Paris, qui « prolongeait » la revue.

Quand avez-vous vu François Mathey pour la dernière fois ?

Il est venu à Montauban à plusieurs  reprises. Nous avons fait ensemble notamment une émission radiophonique avec le fils d’Alphonse Chave, Pierre, Louis Pons et moi-même en 1985, à l’occasion d’une exposition intitulée « Les artistes singuliers du Midi », autour de Louis Pons au musée Ingres et François Mathey présentait l’exposition. Plus tard, en 1987, il écrira une préface pour Louis Pons, à la galerie Chave. La dernière fois, en 1990, il est venu avec Jacqueline Humbert, pour  assister à ma réception au sein de l’académie des Sciences, Belles-lettres, Arts, Encouragement au Bien de Montauban (société savante créée en 1730 par le marquis Jean Jacques Le Franc de Pompignan, tête de turc de Voltaire). J’avais écrit pour cette occasion une communication : « L’œil existe à l’état sauvage ». Je crois qu’il s‘était bien amusé ce soir-là. François Mathey avait acheté, pendant son voyage jusqu’à Montauban, une canne en forme de sabot de cheval, dans une brocante du Larzac. Il a demandé à Goudji de lui ajouter un fer pour orner le sabot. Il a gardé cette canne jusqu’à la fin de sa vie. Il voulait visiter avec moi l’atelier de Jean-Jules Chasse-Pot (frère de Bernard Rancillac), qui créait des œuvres en papier mâché, mais Mathey a dû entrer en clinique ce jour-là, nous ne nous sommes plus revus…

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search