Jean-Luc Johannet. Nomade Lunaire / Hey ! Dessin

Au rez-de-chaussée de la Halle Saint-Pierre, un espace (trop petit) a été réservé à JeanLuc  Johannet, ses dessins et ses maquettes, ses machines  dédiées au voyage :

Le dossier de presse :  DP-Johannet-HSP21-bd

La Halle St- Pierre se consacre à  l’exposition Hey ! Le Dessin pour laquelle la commissaire Anne Richard, fondatrice de la revue HEY ! a réuni ici des artistes venant de 30 pays différents, des dessins mais aussi quelques céramiques, comme ces œuvres superbes de Serguei Isupov   :

Dans une quasi obscurité au rez-de-chaussée et en plein lumière à l’étage, les œuvres sont rassemblées, toutes époques et tous styles confondus : les œuvres d’artistes rattachés à l’art brut sont peu nombreuses mais frappantes: ainsi,  on peut admirer dans la pénombre une œuvre de Victor Simon  à l’entrée :

Dans une salle à part, un film documentaire est proposé : il a été réalisé par Philippe Lespinasse, il est dédié à Joseph Pepe Vignes : on y voit les travaux de l’artiste “brut”, sa façon de travailler, les témoignages de sa famille, d’historiens comme Michel Thevoz, et de collectionneurs, comme Alain Bourbonnais, créateur de la collection rassemblée à La Fabuloserie (Yonne).  

Sans rapport, l’art des prisons, l’art carcéral figure également dans l’exposition,  comme celui créé notamment à Lyon dans les années  1930 : les carnets de Emile Simonet, dit Fanfan:  trois cahiers avec manuscrit autographe signé et vingt et un dessins originaux à la mine de plomb et aux crayons de couleur, avec autobiographie écrite de la main de l’auteur.

L’art du tatouage en fait partie, illustré ici par l’étude menée par le docteur Charles Perrier qui s’est intéressé aux tatouages des prisonniers, les a examinés et répertoriés.  :

Un surprenant dessin d’un yakusa en prison, dans le couloir de la mort, nous renvoie à  l’univers du dessin japonais fortement représenté dans l’exposition qui expose pour la première fois en France des dessins appartenant à la Fondation japonaise Daidoji Sachiko & Akahori Masao :

Les dessins au stylo bille de Janko Domsić, les architectures rêvées de Marcel Storr sont des classiques de l’art brut, ce dernier avait d’ailleurs été présenté par Laurent Danchin dans son exposition de 2011, précisément à la Halle Saint-Pierre, intitulée Aux marges de l’art brutMarcel Storr, cantonnier le jour, devient bâtisseur visionnaire le soir dans le silence de sa cuisine. 

L’art anonyme des tranchées figure également, celui des soldats de 14/ 18 qui réalisaient des gravures sur des feuilles d’arbres : cette série est intitulée Mémoire végétale de la Grande Guerre. 

D’autres œuvres plus récentes peuvent être évoquées,  comme ces dessins de l’américain  John Robert Ellis :

A l’étage : des œuvres  au fusain, de grands format de Laurie LIPTON :

 D’autres œuvres, majoritairement de grand format  sont là aussi harmonieusement associées. Il s’agit d’œuvres essentiellement contemporaines, qui ne se limitent pas au dessin, comme cette création du français Kraken :

ou les planches de skate pyrogravées de Ali Hazri WENNSTROM originaire de Singapour :

 Cobaan Hidup/ 2021. Ensemble de 13 planches de skate pyrogravées, avec bois
découpé et pyrogravé. Env. 220 x 200 cm.

Pour en savoir plus : Le dossier de presse.

Zoomer sur la liste des artistes :


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search