Alsace. Rêver la province perdue (1871-1914)

 

L’artiste peintre Jean-Jacques Henner fait l’objet actuellement de trois expositions temporaires différentes en France.

Qui est Jean-Jacques Henner ?

Une figure majeure des Alsaciens de Paris. Né à Bernwiller en 1829 et mort à Paris en 1906, il fait partie de ceux qui ont dû émigrer, essentiellement vers les autres départements de l’Est mais aussi à Paris. En effet, à l’issue de la défaite française, en 1871, le traité de Francfort rattache l’Alsace et la Moselle à l’empire allemand, une annexion qui obsèdera cette génération qui, comme Gambetta, y pensa toujours. L’artiste dessinera et peindra son Alsace perdue et la fameuse “L’Alsace. Elle attend” peinte dès 1871.

https://youtu.be/xRIrCWtZSec

Les trois expositions temporaires consacrées actuellement à Henner :

– A Mulhouse : au musée des beaux-arts. L’exposition cherche à donner à voir “les coulisses” du travail d’un grand peintre. Organisée en étroite collaboration avec le Musée national Jean-Jacques Henner à Paris et la Bibliothèque de Mulhouse, l’exposition permet de redécouvrir ces étonnants croquis et esquisses, parfois réalisés sur des supports de fortune, comme des pages de journaux.. Le parcours thématique, présentant plus de soixante-quinze dessins et carnets ainsi que des peintures, et offre un regard intime sur le processus créatif de l’artiste.

 

au Musée des Beaux-Arts de Strasbourg l’exposition s’intitule “Jean-Jacques Henner (1829-1905) La Chair et l’Idéal“. Elle se focalise sur son œuvre picturale.  (communique de presse : CP_F_HENNER) :

L’exposition adopte un parcours chronologique, qui permet d’appréhender les périodes charnières de l’œuvre de Jean-Jacques Henner et ses thèmes de prédilection : les peintures religieuses, les paysages et nus idylliques, les portraits et têtes de fantaisies. Cette exposition offre une confrontation inédite entre les œuvres majeures de cet artiste, réunies pour l’occasion et provenant de musées et collections privées, tant français qu’étrangers.

L’exposition parisienne au musée national Henner dans la plaine Monceau.

Cette exposition conçue en partenariat avec le musée Alsacien prend place dans le contexte des commémorations des 150 ans de la guerre franco-prussienne et du souvenir des 150 ans du traité de Francfort (mai 1871), par lequel la France vaincue céda à l’Allemagne l’Alsace et la Moselle. Lors du rattachement, les Alsaciens ont dû choisir leur nationalité : un formulaire du vendredi 9 août 1872 certifie que Jean-Jacques Henner a choisi de demeurer français. Ce certificat figure dans l’exposition parisienne.

L’exposition traite de l’image et du destin de cette province perdue entre 1871 et 1914. De nombreux  moyens scénographiques sont utilisés pour illustrer ce sentiment de perte et de mobilisation patriotique qui s’exprimèrent sur des supports de toute nature, dans les Beaux-arts comme dans l’art populaire.

D’autres Alsaciens, comme Henner, entretiendront la flamme : Hansi, mais aussi Gustave Doré, et son Alsace enveloppée du drapeau français, Bartholdi, né à Colmar, qui crée un groupe de bronze “La Malédiction de l’Alsace” une jeune femme soutenant un soldat mort et protégeant un enfant, œuvre offerte par souscription d’Alsaciens reconnaissants à Gambetta. L’exposition qui s’ouvre au musée Jean-Jacques Henner illustre ce demi-siècle selon un double regard : les Alsaciens restés dans la province perdue, ceux qui ont émigré, essentiellement vers les autres départements de l’Est mais aussi Paris.

Unes de journaux, caricatures, manuscrits rappellent combien ce sujet occupa aussi l’opinion publique : le thème de l’Alsace perdue, l’exil, sont également des thèmes traités par l’art populaire, par la publicité, par les menus objets du quotidien  : jeu de l’oie, cartes postales, bijoux, comme des boucles d’oreilles, poupées, vaisselle, des images publicitaires comme une  publicité pour la chicorée, etc..

Le souvenir des épisodes glorieux  est lui aussi illustré comme la bataille de Reichshoffen, du 6 août 1870.

L’art contemporain est également présent au sein de l’exposition grâce notamment à cette danse macabre de Charles Fréger.

WORKS

- Pour en savoir plus sur L’Alsace, province perdue | Histoire et analyse d'images et œuvres :  France !! ou l’Alsace et la Lorraine désespérées, par Jean-Joseph Weerts (1847 - 1927) © Musée Lorrain, Nancy - P. Mignot :

Ci-après quelques vues de l’exposition du musée Henner, dont une grande partie des œuvres a laissé la place à l’exposition temporaire, selon les plans adoptés par les deux commissaires de l’exposition, Maeva Abillard, conservatrice en chef du musée, et Marie Pottecher, conservatrice en chef du patrimoine, Cheffe d’Établissement du musée Alsacien, assistées de Candice Runderkamp-Dollé, adjointe à la conservatrice du Musée Alsacien, chargée des collections, et de Marie Vancostenoble, assistante de conservation au Musée national Jean-Jacques Henner. La muséographie est d’Hubert Le Gall assisté de Nina Lejeune.

Subsiste l’atelier, tel que l’on peut le voir habituellement.

Sur le musée Henner et ses collections : Margot Manouvrier, stagiaire guide-conférencière au musée, propose de découvrir l’œuvre de Jean-Jacques Henner en présentant un tableau très caractéristique du peintre : La Source. (Crédits photo : RMN-GP Crédits vidéo). A voir sur la chaîne Youtube du musée.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search