Un commissaire, des expositions : un entretien avec Milan Garcin

Milan Garcin est historien de l’art. Spécialiste de Francis Bacon, il a déjà à son actif plusieurs expositions temporaires dont celle consacrée à Pierre et Gilles à la Philharmonie de Paris, en 2019/2020. Il a également participé à l’exposition « Carambolages » au Grand Palais avec le commissaire Jean-Hubert Martin. Il organise actuellement une exposition temporaire à Draguignan, intitulée «   Ulysse, voyage dans une Méditerranée de légendes », exposition ouverte jusqu’au 22 août et  qu’il a bien voulu évoquer.

Quelles sont les spécificités d’une exposition comme celle que vous organisez à Draguignan  en ce moment ?

Il s’agit de l’exposition inaugurale d’un nouveau lieu, l’Hôtel départemental des Expositions du Var (l’HDE Var) qui a été édifié par le Conseil départemental du Var : le bâtiment est situé au centre de la ville de Draguignan et il est destiné à offrir des expositions d’envergure dans ce territoire, mais aussi à attirer les touristes qui fréquentent ce département. L’enjeu est donc important pour les autorités locales qui ont mis à disposition du projet un budget assez conséquent, pour un thème d’exposition assez fédérateur : les voyages d’Ulysse.

Dans le contexte de la crise sanitaire, l’exposition  a-t-elle être prolongée ? Si oui, avez-vous rencontré des difficultés pour l’obtention de la prolongation des prêts ?

L’exposition en effet a été reportée, mais elle a pu bénéficier du maintien des 60 prêts prévus, sauf une ou deux exceptions, ce qui est assez inévitable dans ce genre de circonstances.

 Les expositions sur un sujet relatif à l’antiquité grecque, à sa mythologie, sont-elles plus nombreuses qu’auparavant ? 

Peut-être en effet car, effectivement, le musée Louvre-Lens a organisé peu de temps auparavant, en avril 2019, une exposition sur Homère, et j’ai été amené à rencontrer l’un des commissaires de l’exposition, l’administrateur général adjoint du musée du Louvre Vincent Pomarède, craignant pour l’exposition de Draguignan des difficultés de prêts, au cas où les sujets que j’abordais pouvaient se chevaucher avec ceux du Louvre-Lens, mais il m’a rassuré, le musée du Louvre-Lens n’ayant pas choisi de développer l’intégralité des chapitres de l’Odyssée : les salles consacrées au voyage d’Ulysse étaient organisées par thématiques : les monstres, les femmes et le massacre des prétendants. Les quatre commissaires ont également sélectionné quelques épisodes de la guerre de Troie (la colère d’Achille ; la mort de Patrocle) – partie de l’épopée que je laissais de côté. Ils ont puisé dans l’imagerie des artistes qui ont donné au cours des siècles leurs versions de ces épisodes. Il faut aussi citer l’exposition de la BnF en 2007, ainsi que celle des Musei San Domenico de Forli, en Italie, en 2020, qui nous a beaucoup préoccupés pour l’obtention de certains prêts, certains prêteurs refusant de prêter à nouveau leurs pièces dans un si faible intervalle. Aucune de ces expositions, en tout état de cause, n’abordait la question telle que nous l’avons faite ici, et cela a certainement beaucoup joué en notre faveur pour obtenir des pièces d’horizons et d’époques si différents.

Que vous a apporté votre collaboration avec Jean-Hubert Martin, un grand commissaire d’exposition ?

Tout, puisque c’est Jean-Hubert Martin qui avait été contacté le premier pour cette exposition à Draguignan et qui m’a recommandé ensuite pour en prendre le commissariat.  Il est sur cette exposition conseiller, avec Yvon Lemoine, ils ont notamment facilité certains prêts en m’aiguillant sur quelques contacts, par exemple les musées italiens qui ont une organisation administrative très différente de ce que nous connaissons en France. La recherche des œuvres illustrant ce thème a nécessité deux ans de travail préalable dans les diverses sources de données possibles. La majeure partie des œuvres sont peu connues. Le parcours est divisé en onze sections retraçant les aventures d’Ulysse, son Odyssée.

C’est l’approche de Jean-Hubert Martin, cette approche transversale qui avait attiré les organisateurs et elle m’influence beaucoup : je ne conçois pas de faire des expositions autrement qu’à travers cette approche qui explore tous les aspects d’un thème donné, quelles que soient les époques de création et les mediums utilisés : ainsi, j’ai montré des œuvres postérieures à la période antique. L’exposition intègre de nombreux objets et œuvres datant de cette époque, mais elle traverse également les siècles de réception artistique des aventures d’Ulysse, et elle comprend également des commandes d’art contemporain formulées auprès des artistes Anne et Patrick Poirier, Damien MacDonald (Nekyia, encre carbone, neuf dessins a la plume sur Canson 224 g, 200 cm × 120 cm chacun, commande du département du Var, collection de l’artiste) et Camille Grandval (L’Odyssée, 2020 miroir, résine moulée, bombée et chromée, H. 195×L. 130 cm, commande du département du Var, collection de l’artiste) : Camille a réalisé un miroir ondulé qui a nécessité un processus de production assez complexe : elle voulait ainsi représenter ce phénomène maritime, de mer sans vent, qu’on appelle « la pétole », phénomène vécu sur le Pen Duick III, l’ancien voilier d’Éric Tabarly, lors d’une traversée vers la Tunisie en Méditerranée, entre Almeria et Monastir. Elle évoque l’impermanence des choses, ce magma de matière dans lequel chaque spectateur se reflète, ce rapport au diaphane. L’artiste voulait également rendre hommage à l’une de ses amies, Florence Arthaud, navigatrice décédée accidentellement en 2015, qui voulait lever des fonds pour une course maritime en Méditerranée, qui aurait été uniquement féminine et qui se serait appelée l’Odyssée. Enfin, le spectateur se voit dans le miroir, comme pour s’y identifier, en clôture de l’exposition, après avoir traversé le récit initiatique d’Ulysse et de ses aventures.

             

Installation d’Anne et Patrick Poirier, ΟΔΥΣΣΕΙΑ (ODYSSEIA), 2019-2020 bois, feuille d’or, feuille de cuivre, acier, Dacron, fil d’or, carbone, laine  soie, fibre de bambou, photo, encre, Nescafé, marbre, commande  du département du Var, collection  des artistes et l’œuvre de Camille Grandval, L’Odyssée, 2020 miroir, résine moulée, bombée et chromée, H. 195×L. 130 cm, commande du département du Var, collection de l’artiste.

Le bâtiment  d’accueil a -t-il influencé votre travail ? Qu’est-ce qui était nouveau ?

Dans cette expérience tout était nouveau, le bâtiment, sur trois étages, soit 650 m2 où se déploie l’exposition ; l’équipe (très réduite au départ), le travail sur un thème que je connaissais somme toute fort peu du point de vue de l’art grec, les contacts avec les prêteurs spécialistes de cette période, à Vienne, Athènes, Berlin, Munich, Moscou, etc.

Comment se sont organisés les rapports avec l’institution d’accueil ?

 C’est le Département qui s’est chargé de la campagne de communication, tant locale que nationale (affiche, rapports avec la presse, financement du catalogue et sa validation, etc.), et qui a décidé de ma désignation en qualité de commissaire, le catalogue a été édité par la Réunion des Musées Nationaux. Le département  du Var a précisé ses objectifs dans la préface du catalogue :

L’ouverture d’un nouvel équipement culturel représente toujours un moment particulier pour les habitants d’un territoire. Le département du Var a connu un important accroissement de sa population, favorisant l’adaptation des services éducatifs, sociaux, sportifs et, bien entendu, culturels. Le conseil départemental du Var accompagne ce mouvement par son implication dans la gestion de plusieurs musées, monuments historiques, lieux de culture scientifique, médiathèque ou archives départementales. La création de l’HDE Var (Hôtel départemental des Expositions du Var) a été pensée dans cette dynamique d’amélioration mais aussi d’équilibre territorial de l’offre culturelle du département. Parallèlement aux musées de premier plan du territoire, le nouvel équipement de Draguignan, dans le centre Var, a pour vocation d’accueillir des expositions temporaires susceptibles de fédérer tant un public local que national autour de thématiques historiques et civilisationnelles. En étroite complémentarité avec la vocation des musées territoriaux, ce lieu novateur s’articulera avec l’ensemble des propositions régionales ou nationales. Deux expositions par an seront proposées au public. Pour ce faire, l’HDE Var recourra à des prêts auprès d’institutions ou de musées français et étrangers. Qu’ils soient ici sincèrement remerciés de la mise à disposition de leurs exceptionnelles collections. Ulysse, personnage mythique notoire, héros de l’Odyssée – ouvrage fondateur de la littérature occidentale –, s’est rapidement imposé comme un thème évident pour cette exposition inaugurale. Si l’exactitude historique des merveilleux poèmes de l’Iliade et de l’Odyssée, qui résultent vraisemblablement de l’héritage de plusieurs siècles de traditions orales, ainsi que l’existence même d’Homère, leur supposé auteur, ont fréquemment été discutées, leur portée historique et leur influence sur la littérature et les arts de l’Antiquité à nos jours sont indéniables. L’Odyssée – incarnée par le personnage d’Ulysse, dont les qualités, mais aussi le destin tragique par bien des aspects, ont représenté tantôt un modèle tantôt un miroir – a ainsi profondément et durablement marqué la civilisation occidentale et sans doute au-delà. Depuis plus de vingt-cinq siècles, chaque époque a privilégié une lecture de cette œuvre et de l’aventure de son principal protagoniste en résonance avec ses préoccupations, démontrant ainsi la grande plasticité ainsi que la richesse de cette féconde production littéraire aux origines encore plus lointaines. Cette exposition et cet ouvrage ont pour finalité de mettre en lumière cette permanence de l’influence constante d’Ulysse à travers des pièces archéologiques, des tableaux, des sculptures et des dessins ainsi que des œuvres contemporaines, des films et des jeux vidéo. Ainsi, à travers ce nouveau lieu et cette exposition, l’ambition du département du Var est d’offrir un espace de connaissance mais aussi de réflexion sur les civilisations humaines. LE DÉPARTEMENT DU VAR.

Comment avez-vous sollicité les prêts ?

Cela demande un travail de recherche de plus de deux ans, pour choisir les objets, les œuvres, puis solliciter les prêts. Il n’y avait au départ pas de chargé de production à qui l’on donne habituellement la liste des prêts et qui formule les demandes auprès des institutions sollicitées. Le calendrier classique de la production d’une exposition a également beaucoup été chamboulé par la crise. Il y avait en revanche un budget conséquent, ce qui m’a permis de solliciter une grande partie des prêts moi-même, en me déplaçant en Europe. L’équipe de production qui s’est ensuite constituée a par la suite fait un immense travail de suivi des prêts – avec près de 60 institutions françaises mais surtout internationales, la tâche était gigantesque et leur engagement a été vraiment admirable, notamment compte-tenu des circonstances.

À Munich, étant à moitié Allemand, je n’avais donc pas la barrière de la langue, j’ai pu échanger directement avec le conservateur de la collection des Antiquités de l’État, qui forme avec la Glyptothèque le complexe muséal dédié à l’art antique, alors que je ne suis pas un spécialiste de l’antiquité grecque et que cette institution possède l’une des plus belles collections de vases grecs au monde avec celle du Louvre. Arrivé avec quatre demandes, je suis reparti avec une vingtaine d’accords de prêts, ce qui était extrêmement satisfaisant. J’ai eu le même accueil à Vienne qu’à Munich : après quelques échanges, j’ai pu obtenir le prêt de ce grand relief, qui n’était probablement pas sorti des collections depuis des dizaines d’années et qui surtout n’avait jamais été montré en France. Je suis heureux d’avoir obtenu cette frise, unique représentation de cette taille au monde de l’Odyssée dans l’art grec, où Ulysse et Télémaque tuent les prétendants :

Ulysse et Télémaque tuent les prétendants de Pénélope, héroon de Trysa, Lycie, Asie Mineure, vers 380 av. J.-C., pierre calcaire, Vienne, Kunsthistorisches Museum, Antikensammlung, inv. I 481 (H. 59 ×L. 250 cm); I 482 (H. 59 ×L. 125 cm); I 483 (H. 59 ×L. 110 cm); I 484 (H. 59 ×L. 105 cm).

Malgré de nombreux échanges par mail et par téléphone, je ne suis pas allé en Grèce où les processus d’accord de prêt s’effectuent en plusieurs étapes : chaque musée dépend d’une éphorie (division archéologique régionale), et ces échelons territoriaux dépendent ensuite de la division des antiquités du ministère de la culture.

Une grande amphore monumentale provenant d’Eleusis a notamment manqué à l’exposition, comme une magnifique petite sculpture de quelques centimètres, montrant un compagnon d’Ulysse fuyant sous le bélier et conservée au musée de Delphes, en raison des changements de dates.

 Parmi les 60 prêteurs qui ont accepté la prolongation de leurs prêts (évoqués ici), on peut également citer la BnF, Le Louvre qui a prêté un dessin et pour la peinture du XIXe siècle, très présente dans l’exposition, la collection des Beaux-arts de Paris. Toutes ces pièces bénéficient des mesures de sécurité nécessaires sur place. Malgré la jeunesse du lieu, nous avions beaucoup d’atouts : le bâtiment est neuf, conforme aux normes de conservation, il est situé dans l’enceinte de la sous-préfecture, toutes les pièces prêtées sont assurées, les transporteurs connus. La crise a pourtant fait quelques dégâts : les pièces russes, compte tenu des changements de dates d’ouverture de l’exposition, ne sont finalement pas venues jusque-là, et on l’a su une semaine avant leur accrochage. Les 7 jours de quarantaine exigés dans le contexte Covid et applicables aux convoyeurs étrangers, peuvent aussi avoir découragé les meilleures volontés. On a aussi eu de belles surprises, avec un musée en Belgique qui, après un accord de principe, ne s’est pas manifesté pendant près d’un an, puis une semaine avant le début du montage a donné signe de vie : on a réussi à organiser le prêt dans un temps incroyablement court, avec un échange de courriers officiels le mardi, le jeudi l’œuvre était enlevée et arrivait à Draguignan pour être accrochée le mardi suivant.. ! Beaucoup de convoiements ont été réalisés par vidéoconférence, et cela a également certainement facilité énormément de choses.

Qui a fait son scénario ?  Quel est-il ? Quelle est sa scénographie ?

J’ai fait le scénario, je ne souhaitais pas adopter un déroulé chronologique, j’ai abordé les aventures d’Ulysse par chapitres, au fil de ses rencontres, il semble évident qu’en fait ce mythe ressemble à bien d’autres mythes plus anciens, des légendes qui appartiennent à la tradition orale liée à de nombreuses cultures antérieures et qu’en fait le sujet n’est pas Ulysse, mais les femmes qu’il rencontre. On trouve des traces d’un matriarcat qui a disparu : la figure de Circé en est un bon exemple, réminiscence des figures de « maîtresses des animaux », les potnia theron, que l’on trouve notamment à Cnossos, qui sont des figures de pouvoir.

Les créatures monstrueuses qui peuplent l’Odyssée sont aussi mises en avant, et qui sont souvent une explication d’un phénomène naturel par le mythe. C’est le cas des sirènes, qui existent sous différentes formes, parfois issues d’assemblages inattendus, comme celles constituées d’une queue de poisson et d’une tête de singe momifiée : ces objets découverts aux îles Fidji par des explorateurs ont eu beaucoup de succès au XIXe siècle dans lesn cabinets de curiosité. Barnum s’en saisit, les expose, le contexte des découvertes de Darwin favorise également cet engouement. Un exemplaire créé au XIXe siècle et qui provient du Japon, figure dans l’exposition.

Chimère sirène, Japon, XIXe siècle, assemblage taxidermique (squelette de singe et de poisson, matériaux divers), H. 15,8×L. 35×lg. 11,8 cm, Barcelonnette, musée de la Vallée, inv. 2011.0.1

 

 

 

 

 

 

 

Une représentation de sirène, antique, cette fois, vient probablement d’Urartu :

Sirène, applique de chaudron, provenance : Urartu (?) (Turquie orientale actuelle), vers 700 av. J.-C., bronze, H. 15×L. 22 cm, Paris, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, inv. ADUT8.

C’est aussi le cas du Cyclope, qui a fasciné de nombreux artistes au cours du temps, comme cette sculpture de Polyphème prêtée par le musée de Turin et reprise par le peintre Tischbein dans une gouache conservée au musée d’Oldenburg, en Allemagne, également présentée. C’est d’ailleurs la première fois que ces deux pièces se retrouvent en 200 ans, depuis que Tischbein s’en est inspirée ! Le mythe est ici encore une explication d’un objet naturel inexplicable : Empédocle raconte que les grecs, découvrant des crânes d’éléphants nains en Sicile, les prenaient pour des restes de créatures fabuleuses, confondant l’orifice de la trompe avec l’orbite d’un œil gigantesque.

Johann Heinrich Wilhelm Tischbein, Polyphème (étude pour « Homère dessiné d’après l’antique »), avant 1802, aquarelle sur plume et crayon sur papier vergé, aquarelle verte en bordures, H. 62,3×L. 50,9 cm, Oldenburg, Landesmuseum für Kunst und Kulturgeschichte, inv. LMO 15.011

Buste du cyclope Polyphème, 150-200 apr. J.-C. (partie inférieure XVIe siècle), marbre blanc, H. 62×L. 30×Ép. 27cm, Turin, Museo di Antichità, Musées royaux de Turin, inv. 148

Philippe Maffre a été le scénographe de l’exposition, (scénographie et conception des éclairages : [MAW] Maffre Architectural Workshop – Philippe Maffre, Maëva Abdelhafid, Côme Tardy, Alice Chantepie. Il a réalisé de nombreuses scénographies, notamment pour le musée du Louvre. Son regard pragmatique a été d’une grande aide dans le cadre d’une ouverture de musée ; la mise en scène devait être simple, suggestive plus que théâtrale, et surtout réalisable. Il ne s’agissait pas comme pour l’exposition Pierre et Gilles (La fabrique des idoles) dont j’ai été le commissaire il y a un an et demi, de faire un spectacle, une scénographie artistique à la hauteur des créations Kitsch des années 1980 assumées par ces deux photographes. Ils collectionnent de nombreuses figurines et tableautins  qui ont figuré dans leur exposition. Ils ont également créé au sein de l’exposition une fausse chambre d’adolescent, fan de Sylvie Vartan, cette dernière acceptant de composer une chanson pour eux et sur eux diffusée dans cette partie de l’exposition. C’est Georgiana Savuta-Idier, chargée des opérations scénographiques au musée National de la Musique, qui a réalisé cette scénographie très particulière, avec beaucoup de talent. L’exposition a rencontré un vrai succès avec près de 60 000 visiteurs dans le « petit » espace de la Philharmonie.

Avec l’exposition de Draguignan, c’est très différent : l’équipe de Philippe Maffre avait bien en tête la liste des prêts : il venait valider les aspects techniques, je formulais mes souhaits : il les validait s’ils étaient techniquement faisables ou pas : l’espace est en fait composé de salles de 5 mètres de large par 20 mètres de long, et de 3 m de hauteur : tout n’est donc pas concevable. Le bateau des Poirier par exemple, a été découpé en plusieurs parties pour pouvoir être inclus dans l’exposition. Le tableau célèbre de Gustave Moreau « Les prétendants » ou le « Ulysse et les Sirènes » de Picasso, conservé à Antibes n’auraient pas pu être inclus dans l’exposition, car trop hauts.

Nous ne voulions pas recréer une architecture, comme celle que montre le peintre Boulanger (qui figure dans l’exposition) et qui a peint l’intérieur de la villa pompéienne du Prince Jérôme. Il y a certes des rapports de couleurs légers, le bleu des sirènes, la couleur sombre pour la caverne. Nous avons juste fait un clin d’œil aux visiteurs p: lorsque l’on approche de la salle consacrée à l’épisode de Charybde et Scylla, le couloir se rétrécit un peu, en écho aux deux célèbres rochers. La mise en scène du crâne d’éléphant que nous montrons dans la salle consacrée au Cyclope est également organisée pour surprendre, pour rappeler que les Grecs anciens, lorsqu’ils tombaient par hasard sur ce type d’objet, pouvaient tout imaginer.

Si l’exposition se focalise sur Ulysse et les figures féminines qu’il rencontre, les compagnons d’Ulysse ont un rôle très mineur dans le récit, même si certaines de leurs mésaventures ont été reprises par les artistes, très tôt.

Quid du catalogue, quelles exigences ?

Le catalogue, c’est ce qui reste de l’exposition après sa fermeture. Ce n’est pas une reproduction papier de l’exposition, je n’ai pas souhaité faire un catalogue de notices (avec 60 prêteurs qui devaient les valider) : les œuvres prêtées sont bien sûr illustrées et citées, mais le catalogue fait en quelque sorte un pas de côté par rapport à l’exposition en privilégiant des essais : il y a quatre essais introductifs dont l’un que je signe, aux côtés des essais de Paulette Pelletier-Hornby, du Petit Palais, qui traite dans l’iconographie odysséenne dans l’art grec, Alice Thomine-Berrada (un très beau texte sur la question du vêtement d’Ulysse dans la peinture du XIXe siècle) et Anca Vasiliu qui a écrit sur les aspects philosophiques de l’Odyssée. Puis figurent les trois commentaires sur les œuvres contemporaines de l’exposition : l’écrivain Yannick Haenel a commenté l’œuvre dessinée de Damien MacDonald, Nekyia, 2020 : cette pièce fait référence à cet épisode où, sur les conseils de Circé, Ulysse invoque les morts, pour connaître son avenir : il va au croisement des quatre fleuves infernaux pour interroger le devin aveugle Tirésias sur son avenir. L’artiste a créé neuf panneaux qui font 2 mètres sur un mètre 20, et qui figurent des nuées de personnages qui volent un peu comme les nuées qui figurent au plafond de l’église de Saint Ignace de Loyola à Rome ou les nuées de William Blake et de Gustave Doré dans leurs illustrations de Dante. Il s’inspire autant des « murmurations », c’est-à-dire des mouvements observés dans les bancs de poissons ou les groupes d’hirondelles, que des archétypes de Jung, chez qui la Nekyia a une place très importante. Damien Sausset, directeur artistique du Centre d’art Le Transpalette (Bourges) a commenté l’œuvre des Poirier et Marie Pérennes, conservatrice à la Fondation Cartier pour l’Art contemporain, l’œuvre de Camille Grandval.

 

Tête d’un compagnon d’Ulysse saisi par la main de Scylla, groupe de Scylla, villa d’Hadrien (attrib.) vers 130 apr. J.-C., marbre, H. 29×L. 18×P. 20 cm, Palerme, Museo Archeologico Regionale Antonio Salinas, inv. NI7160.

Dessin de Damien MacDonald, Nekyia, 2020.

J’évoque pour ma part tout ce que les aventures d’Ulysse ont suscité dans la pop culture, des comics américains à Game of Thrones ; je suis également revenu sur l’origine du récit : comment se fait-il que l’on trouve dans les récits extra européens, notamment indiens, des aspects similaires : dans l’épopée de Gilgamesh, mais aussi dans le Mahâbhârata, le livre sacré de l’Inde ancienne, où les figures féminines sont similaires à celles que l’on retrouve dans l’Odyssée ; je pense tout particulièrement au retour à Ithaque, au concours de tir à l’arc qui existe également dans le Mahâbhârata[1]. leur origine est vraisemblablement antérieure à l’écriture, à une tradition orale qui a essaimé en Europe et en Asie.

Quel public visez-vous ? Quelle a été la réaction des critiques ?

C’est très difficile pour un musée, qui plus est un musée qui ouvre, une institution en région et en période de covid (qui bouleverse aussi les communications), de réunir un public conséquent. La ville de Draguignan (30 000 habitants) n’est pas située sur la côte et n’a pas de gare en centre-ville. Toutefois le conseil départemental visait 70 000 visiteurs par an, mais les touristes étrangers seront probablement très peu au rendez-vous, pour l’instant l’exposition (qui au lieu des quatre mois prévus initialement ne sera qu’ouverte deux mois et demi) reçoit – depuis son ouverture effective en juin – une centaine de visiteurs par jour, 300 environ le week-end, et il est probable que ces chiffres vont augmenter durant la période estivale. Le département du Var a réalisé pour la promotion des petites vidéos en ligne, j’ai répondu à des interviews. Philippe Dagen a écrit un article récemment dans le journal Le Monde, un autre a paru dans le Quotidien de l’art, nous sommes annoncés dans les expositions de l’été par Beaux-arts Magazine, ce qui montre que l’exposition est plutôt bien reçue par les critiques spécialisés. La presse quotidienne régionale n’est par ailleurs pas en reste. La situation du commissaire d’exposition est toujours un peu compliquée : il s’agit d’avoir du public, mais ne pas verser dans un succès populaire qui serait jugé trop peu crédible du point de vue scientifique ; il faut obtenir des prêts de qualité, des pièces connues mais aussi contribuer à faire des découvertes, en obtenant des pièces moins connues. Le catalogue est important en tout état de cause, pour garder la mémoire du travail accompli.

 Quelle serait la suite ?

J’ai appris beaucoup de choses, dans un contexte qui a été très formateur en termes d’organisation, puisque nous sommes partis de rien, le bâtiment et l’équipe se créant parallèlement au projet de l’exposition. J’ai beaucoup appris des spécialistes de l’Odyssée. Ces derniers se sont retrouvés à Draguignan, découvrant parfois des pièces antiques qu’ils ne connaissaient pas, ce qui m’a fait plaisir et surpris ! C’est aussi important de voir que ces œuvres sont vivantes : j’ai par exemple choisi de placer dans une vitrine cloche un vase, montrant une sirène, qui est fêlé : c’est une façon de rappeler combien les pièces sont fragiles, et à quel point nous sommes chanceux qu’elles aient survécu au temps.

Un cratère du musée de Vienne, qui figure dans la salle consacrée à l’épisode des prétendants et au repas au cours duquel ils sont massacrés, montre un symposion, un banquet, au cours duquel les convives jouent au jeu du cottabe : il s’agit d’envoyer avec sa coupette sa dernière goutte de vin dans un bassin, posé par terre ou sur une table, en prononçant le nom d’une personne aimée. Si les gouttes atteignent effectivement la coupe, c’est un heureux présage, le gagnant remporte un petit lot ; s’il perd, il a un gage. C’est l’ancêtre de notre beer-pong contemporain ! Ce qui est fascinant, c’est que sur ce cratère le convive balance en l’air sa coupette, qui vole sur l’image : on expose aujourd’hui avec préciosité ces objets, mais cette image qui renvoie manifestement à un contexte plus festif, paillard, montre que la vaisselle pouvait être maltraitée, ce que nous ne pouvons bien sûr qu’évoquer aujourd’hui.

Je vous remercie.

Herbert James Draper, Ulysse et les sirènes, vers 1909, huile sur toile, H. 177×L. 213,5 cm, Royaume-Uni, Hull, Ferens Art Gallery, nv KINCM 2005.4878.

Léonard Limosin. Portait d’Ulysse. Musée national de la Renaissance.

Pour en savoir plus : Peut-on fouiller les mythes ? CARBONE 14, LE MAGAZINE DE L’ARCHÉOLOGIE par Vincent Charpentier, Tout se fouille, d’ailleurs l’archéologue fouille tout ! Mais pour autant pourrait-il fouiller quelques récits fondateurs… comme les mythes ?

____________________________________________________

[1] « Arjuna et Ulysse sont deux héros comparables qui semblent découler d’un même modèle héroïque. Tous les deux sont, bien sûr, de puissants guerriers, mais surtout ils vont tous deux partir en exil et rencontrer plusieurs femmes différentes qui répondent aux mêmes enjeux. La première est liée à la magie (Ulupi et Circé) et entraine le héros dans les mondes inférieurs. La seconde femme (Citrangada et Calypso) est précédée par un épisode impliquant du bétail et va donner naissance à un fils qui s’engagera dans un duel à mort face à son père. La troisième femme est liée au monde aquatique. Vargâ est une ancienne nymphe transformée en crocodile avec ses compagnes après avoir charmé un brahmane par ses chants ; et Ulysse affronte des sirènes également chanteuses, tandis que Scylla est également une nymphe transformée en monstre à la suite d’une querelle amoureuse. La quatrième femme (Subhadra et Nausicaa) est liée à une catastrophe naturelle : le pays de Dvaraka est englouti et Schérie est enterrée sous une montagne par le dieu de la mer, Poséidon. Pénélope et Draupadi sont les épouses principales du héros et répondent encore à un modèle féminin comparable. Arjuna et Ulysse, leurs époux, ont tous deux à se déguiser et à mendier. Ils vivent humblement et sont crus morts par la société sauf par des proches. Pour épouser leur femme, ils doivent participer à un concours de tir à l’arc sous l’égide des dieux ». (source : https://karma-world.blogspot.com/2009/10/le-mahabharata-liliade-et-lodyssee.html).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search