Les métiers d’art en exposition : un entretien avec Gilles Jonemann

Gilles Jonemann sculpteur, puis créateur de bijoux, est Maître d’art en 2004. Il travaille avec Hermès, notamment depuis 2006 – et de 2006 à 2008 avec Pascale Mussard – avec qui il a conçu la collection «  Petit h », petit frère, laboratoire d’Hermès lancé en 2010, qui propose des objets uniques, réalisés à partir des chutes de cuir haut de gamme de son grand frère. Gilles Jonemann poursuit ses activités d’enseignement. Il vit et travaille à Saint-Palais-sur-Mer, en Charente Maritime. Dans deux entretiens avec l’auteure, en 2010 et en 2018, actualisés en 2021,  il évoque  les différentes conditions d’exposition des métiers d’art, notamment celles propres aux créateurs de bijoux.

Voir également : Gilles Jonemann. Un art de l’assemblage. Et Portrait de mai 2021.

Comment êtes-vous passé de la sculpture aux bijoux ?

Il n’y avait finalement que quelques variations dans l’espace. Au fond, les problèmes sont toujours un peu les mêmes. Tout ce qu’on crée est destiné à un certain espace : la peinture sur un mur, le bijou sur le corps, la sculpture dans l’espace, mais en dehors de ces paramètres, les autres problèmes plastiques sont presque toujours les mêmes.

Comment François Mathey estimait-il votre travail ?

Pour lui, il n’y avait pas de hiérarchie des genres, c’était d’ailleurs le thème de sa dernière exposition en 1984 « Sur Invitation » ; j’y ai participé. À côté de peintres comme Claude Viallat, il y avait des dentellières, des mouchoirs de Cholet : un état de la création fait par M. Mathey, à une certaine époque, tout simplement.

Comment cette ultime exposition a-t-elle été perçue ?

Elle a été très bien reçue. Car M. Mathey n’avait pas invité les grincheux, ceux qui rechignent à voisiner avec quelqu’un qui crée autre chose.

Qui est à l’origine de votre exposition personnelle au musée des Arts décoratifs en 1988-1989 ?

François Mathey avait déjà quitté le musée, j’avais été invité par Yvonne Brunhammer et Chantal Bizot qui était le commissaire de l’exposition. J’avais demandé à François Mathey d’écrire un texte pour mon catalogue, car c’était un personnage très rare, un excellent critique. C’était quelqu’un qui avait toutes les meilleures qualités pour être lui-même un créateur. Il possédait la compréhension du cadre de travail dans un atelier, la compréhension de tout ce qui est nécessaire à la réalisation d’un objet, tant le côté intellectuel que le côté manuel. Lorsque l’on associe l’intellect, le manuel, le regard, parfois l’on sait ce que l’on va faire, parfois pas du tout. Mathey comprenait ce processus de création. Il voyait davantage la façon dont les objets avaient été conçus, plus que les objets eux-mêmes. […] Je suis un inconditionnel de François Mathey, tout ce qu’il a fait pour moi a été totalement positif : il a combattu le cloisonnement entre artistes et artisans, il s’est écarté des idées toutes faites, il était sans arrêt dans l’écoute, dans l’observation, la recherche du vrai, la façon dont les gens travaillaient l’intéressait beaucoup.

Comment ont évolué les expositions temporaires depuis les années 1980, quelles ont été les grandes expositions auxquelles vous participez ?

Le mode de présentation des bijoux, le domaine que je connais le mieux, a peu évolué à part quelques exceptions. Il y a trois ou quatre ans, j’ai participé aux Arts Décos à une exposition dont le commissaire était Frédéric Bodet : son idée de présentation consistait à faire figurer des bijoux contemporains dans les vitrines des collections permanentes : il ôtait quelques objets pour les remplacer par des bijoux qui entraient en quelque sorte en résonance avec les collections exposées. J’ai eu le privilège de visiter un an avant le parcours de l’exposition en projet, et j’ai pu choisir d’être exposé dans des vitrines Art Déco, résolument géométriques : j’ai choisi une vitrine de porcelaines bleues du XVIIIe siècle pour y faire figurer un de mes grand collier de faïence bleue. C’était intéressant, il y avait une réflexion sur le temps, sur une famille d’objets à quelques siècles de différence. J’ai réalisé un petit texte et j’ai des photographies de ces créations.

Circuit Bijou  Le dossier de presse.

Collier créé pour l’exposition – ampoules de verre taillées, ressorts, pièces de jouet. © 2019. Gilles Jonemann. Tous droits réservés.

Nous faisions allusion au combat de François Mathey s’agissant des oppositions entre artistes et artisans. Une autre ségrégation existe aujourd’hui [en 2018], même si elle en train de se diluer, c’est celle qui distingue les bijoux d’artistes des bijoux de créateurs. Les bijoux d’artistes sont réalisés par des artistes qui sont connus pour d’autres types de création, ainsi l’exposition récente sur la collection de Diane Venet s’intitulait « Bijoux d’artistes » ne comprenait pas en effet de créateurs comme moi. J’ai discuté avec la fille de Diane Venet, Esther de Beaucé, qui a créé la Galerie MiniMasterpiece en 2012. Elle a commencé à exposer en effet des bijoux « d’artistes », mais elle a envie aujourd’hui de faire entrer dans sa galerie des bijoux de créateurs, pour casser en quelque sorte cette ségrégation.

 

L’exposition « Medusa » en 2017 est une autre exposition pour laquelle j’ai été contacté par une historienne des bijoux, Michèle Heuzé, qui en était en quelque sorte la co-commissaire avec deux autres personnes. L’un de mes bijoux a figuré dans l’exposition qui s’est déroulée au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. C’était nouveau dans la mesure où ces créations de créateurs figuraient sans doute pour la première fois dans un musée d’art moderne et contemporain. C’est un pas en avant. Le bijou en question a été prêté par sa propriétaire, mais j’en conserve les droits de propriété artistique.

 

Il s’agit d’une vrai clé à molette qui comprend un diamant de cinq carats. Le bijou, réalisé en 1975 a été primé au concours De Beers, le grand consortium d’exploitation des mines de diamant. Ils ne sont pas tailleurs de diamants mais organisaient des concours de promotion du diamant. Je ne l’ai vendu qu’il y a deux ou trois ans. Il figure en bonne place dans le catalogue, grâce à une photographie en pleine page, et a même été retenu pour être reproduit sur les cartes postales éditées par le musée à l’occasion de l’exposition.

 Ce bijou avait fait l’objet (avec mon accord et sous contrat) d’une édition en petit format, de bijoux en or, qui ont été un moment donné, contrefaits en 1977/1978 : j’ai dû défendre en justice mon modèle, pour faire valoir mon droit moral, mon droit de propriété artistique.

À Montreuil, en 2018, vous avez participé à un autre type d’exposition ?

Oui, en effet j’ai exposé au Festival International du Film sur les Métiers d’Art FIFMA, Le Festival International du Film sur les Métiers d’Art qui a eu lieu du 8 au 11 mars 2018 à Montreuil au cinéma d’art et d’essai, « Le Méliès », un cinéma très actif. Romain Claris, le réalisateur du film consacré à mon travail, avait été retenu les années passées pour participer à ce festival qui réunissait en 2018, 25 films en compétition. Les organisateurs avaient décidé cette année de réunir au sein d’une exposition les créateurs qui avaient fait l’objet de films présentés les années passées. C’est ainsi que j’ai été convié à y participer. Le seul lien qu’il y avait entre les céramistes, les créateurs textiles, les créateurs de bijoux, ainsi réunis, c’était d’avoir fait l’objet d’un film présenté les années passées. Ils m’avaient demandé pour cette occasion de présenter un bijou en bois, j’ai réalisé deux grands colliers en bois, l’un à partir de deux petits bols en bois d’Australie, très fins, faits à la main, que j’ai découpés. À côté, j’ai réalisé à partir d’un bloc d’ébène rapporté d’Afrique, découpé en fines lamelles, un autre collier, une pièce unique également. Ils n’ont pas été vendus car il ne s’agissait pas d’une foire exposition, mais je les ai ensuite proposés à une vente aux enchères chez Tajan, et le premier d’entre eux a ainsi été vendu.

Comment le mode d’exposition des bijoux de créateurs a-t-il évolué ?

Je n’ai jamais participé aux salons de promotion, j’ai plutôt mis l’accent dès mes débuts en 1967, sur la communication, cherchant à faire des bijoux en argent pas comme les autres, qui étaient montrés dans de petites expositions d’artisanat, très nombreuses à l’époque et qui réunissaient une dizaine de créateurs. Si alors mes créations étaient signalées dans la presse, je ne vendais pas. C’est plus tard que mon travail a été reconnu.

J’ai participé indirectement au Salon des bijoux, mais c’est parce que je venais soutenir l’éditeur des petites clés à molette, guère plus. L’exposition majeure sur les « Métiers de l’Art » réalisée par Mathey en 1980, n’a pas été renouvelée. Sa dernière exposition « Sur Invitation »  a probablement été la dernière exposition de ce type.

Avant d’être exposé le bijou est destiné à être porté, le côté plastique, esthétique est lié à cette réalité. J’ai par exemple récemment réalisé pour le Vietnam, des bijoux très simples, destinés à être laqués, qui reproduisent des formes très simples comme les petits chapeaux coniques. J’ai travaillé sur le diamètre du bijou, sur la proportion de l’objet lui-même la situation du bijou sur le corps : ces trois éléments me semblent essentiels, la relation avec le corps est essentiel, je le rappelais toujours à mes étudiants. Je suis abonné au magazine Ateliers d’Art, des Ateliers d’Art de France, que je trouve très bien : il se passe plein de choses nouvelles sur le plan de la création.

J’ai participé en décembre 2018 à une exposition à Marseille, à la MAMA (la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art de Marseille), un lieu édifié sur l’emplacement de l’arsenal des Galères, un lieu d’exposition superbe, ancien, où nous avions exposé il y a longtemps les travaux des étudiants des Ateliers de Fontblanche. Je suis invité par une amie, Ysabel de Maisonneuve, sculpteure textile, qui va être commissaire d’une exposition sur les textiles, avec cinq femmes spécialistes du textile de grandes dimensions. J’interviens en contrepoint avec mes bijoux avec un autre candide, un designer. Elle souhaite exposer les cinq ou six pièces qui me restent des objets nomades créés pour Issey Miyake, dans les années 1980. J’ai rencontré Ysabel il y a quelques années au FIFMA au cours d’une table ronde. Nous avons sympathisé. Dans le hall du cinéma, elle avait exposé des objets de cinq ou dix centimètres, qu’elle appelait des « bouts d’essais », des expérimentations techniques, des nœuds, des torsades de petite dimension. J’en ai pris quatre ou cinq et j’ai réalisé en écho, un peu par jeu, des pièces à ma façon, qui répondaient en quelque sorte à ces petites pièces : nous avons ainsi échangé des pièces, dix ou douze, qui figureront à l’exposition de Marseille.

Pour revenir sur les expositions-ventes de bijoux contemporains, je trouve qu’il y a une évolution nette, que ces ventes quasi inexistantes auparavant, sont aujourd’hui inscrites dans le paysage, il y en a de plus en plus notamment chez Tajan et chez Pierre Bergé. Les galeristes craignent toujours que les bijoux se vendent moins chers, en vente publique, mais ce n’est pas le cas, au contraire ».

Depuis nos entretiens précédents, vous avez poursuivi vos activités malgré la pandémie ?

Oui, l’exposition de Marseille que j’ai évoquée, a été présentée ensuite à Montreuil au Centre Tignous d’Art Contemporain – Le 116. J’ai également poursuivi ma collaboration avec cette entreprise vietnamienne pour qui j’avais créé des bijoux destinés à être laqués : l’entreprise m’a demandé de créer des objets à partir de leurs productions. J’ai séjourné six semaines au Vietnam et j’ai créé des objets qui, pour moi, signifiaient le pays et ses traditions : trouvés, chinés sur place, je les associe aux objets en laque produits par l’entreprise. Mes Objets-ainsi assemblés- auraient dû être exposés dans ce pays en novembre de cette année, mais il y a un risque que la pandémie ne retarde encore cette exposition, déjà reportée. Je suis confiant, cette présentation finira bien par avoir lieu.

Juste avant la pandémie vous avez publié un ouvrage sur votre activité ?

Oui, il est paru aux Éditions du Regard, en 2019 et j’ai pu le présenter dans plusieurs librairies notamment à Paris, à l’Écume des pages. Plusieurs extraits sont présentés sur mon site internet et sur le site de l’éditeur.

Textes de José Alvarez, Gilles Jonemann. Un art de l’assemblage. 112 pages. Photographies de Paul Louis & Nicolas Claris. Éditions du Regard, Paris. 2e semestre 2019.

 

Avez-vous vu d’autres expositions sur ce thème du bijou que vous souhaitez mentionner ?

J’ai visité en effet en novembre 2019 une foire internationale du bijou, extrêmement intéressante qui se tenait à Barcelone, JOYA Barcelona.

 Mais, depuis deux ans, comme vous le savez il a été difficile, et d’organiser des expositions et d’en visiter. Je poursuis en tout état de cause mes activités pour l’entreprise Hermès et crée pour la marque « petit h ».

Théière volante. Porcelaine, cristal et planche. Hermès Petit h. © 2019. Gilles Jonemann. Tous droits réservés.

Colonne lumineuse de tasses à café. Hermès Petit h. © 2019. Gilles Jonemann. Tous droits réservés.

Je vous remercie.

Le site de Gilles Jonemann  » créateur et sculpteur de bijoux  » : http://gillesjonemann.com

Le film de Romain Claris (2009) : www.romainclarisfilm.com/gilles_jonemann_fr.php


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search