Un critique, des expositions de cinéma, un entretien avec Nicolas Schmidt

En 2017, Nicolas Schmidt avait bien voulu effectuer un bilan, un recensement des expositions de cinéma.

Vous êtes cinéphile, critique[1], vous avez fait des études de cinéma (votre thèse portait sur « le film dans le film » et évoquait surtout « 8 et demi » de Fellini), vous portez donc un regard de connaisseur sur les expositions temporaires consacrées au cinéma. En quoi les expositions sur ce thème vous intéressent-elles ?

Je m’intéresse en priorité aux films. Je vais voir les films en salle et mais j’en regarde aussi sur les chaînes câblées, où l’offre est très large ; et en DVD.

Les études de cinéma que j’ai suivies, à partir de 1978, aux universités de la Sorbonne (Paris 1) et de Nanterre (Paris 10), puisque les deux facultés s’étaient associées pour organiser le DEA de cinématographie, étaient dispensées par des enseignants de différentes disciplines, littérature, sociologie, histoire, ethnologie, psychologie, et le cinéma documentaire occupait également une large place. On pouvait aussi compter sur les projections, nombreuses et variées, à la Cinémathèque universitaire, où les films étaient présentés par les enseignants.

Un des principes des études consistait à revoir et revoir les films, selon la démarche de Jean Rouch. A son sujet, l’exposition « Jean Rouch, l’Homme-Cinéma » Bibliothèque nationale de France, 75013 Paris ; 26 septembre-26 novembre 2017)[2], rendait compte de toutes les thématiques qu’il a abordées, en montrant aussi ses instruments de travail, carnets de tournage, matériels d’enregistrement, etc.

Autrement, les expositions n’étaient pas un objet d’enseignement, même si, comme les historiens l’ont montré, elles ont débuté quasiment avec le cinéma.

Je ne saurais pas dire si les expositions de cinéma poussent le public à voir des films ou si les films attirent le public vers les expositions de cinéma. Par exemple, à propos de « Jacques Tati, deux temps, trois mouvements » (La Cinémathèque française, 75012 Paris ;  8 avril-2 août 2009), une multitude d’objets étaient exposés, qui sollicitaient tout l’attention, comme ses films, ces objets qu’il triturait, malmenait. Je sais qu’il y a eu des débats : valait-il mieux connaître les films de Tati avant l’exposition, ou bien les découvrir après ?

Certains cinéastes s’inspirent de la peinture comme Alfred Hitchcock ?

Il tourne des plans saisissants : comme dans « Les Oiseaux », à la station-service, où le personnage prend de l’essence, allume une cigarette, s’éloigne et soudain les oiseaux arrivent, sa cigarette tombe, le pompiste laisse s’échapper l’essence, ce qui provoque un embrasement. C’est effectivement très visuel, difficile à en rendre compte en parlant, de l’ordre du « précipité chimique », des situations qui basculent en quelques minutes. Ou encore ces plans dans « Correspondant 17 » : il pleut, tout le monde a ouvert son parapluie, l’image est prise d’en haut, un crime est commis sous couvert de ces parapluies.

Quelles sont les premières expositions sur le cinéma que vous avez vues ?

Ce doit être à partir des années 1980, au Centre Pompidou, lors des projections à la salle Garance, où étaient montés des cycles de cinéma du monde entier et de toutes époques. Les expositions dans le couloir qui menait à la salle venaient comme une introduction aux films que l’on venait voir.

Il faut dire que je vais voir davantage d’expositions du fait de travailler à l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS-Paris 8)[3], où l’un des champs d’étude est l’histoire culturelle[4]. A l’IHTP, les chercheurs organisent des expositions, comme commissaires, conseillers, auteurs.

Exemples, au Mémorial de la Shoah (75004 Paris) :« Filmer les camps. John Ford, Samuel Fuller, George Stevens, de Hollywood à Nuremberg » (10 mars-31 août 2010)[5], avec l’idée de « médiation » : comment filmer, penser que l’image vient d’un regard. Et « Juger Eichmann. Jérusalem, 1961 » (8 avril-28 septembre 2011)[6], utilisant les archives écrites et filmées pour montrer quel type d’accusé il était.

J’ai aussi la possibilité de faire des comptes rendus d’exposition sur APPIA – Carnet de l’atelier de prospection sur le patrimoine et les images animées[7], site conçu comme « un espace d’échange » sur ces thèmes.

De fait, un « moteur » des expositions semble être la question patrimoniale. Les cinémathèques ont constitué des collections depuis longtemps de ce qu’on appelle le « non-film » (affiches, photographies, objets, etc.), même si « patrimoine » est encore plus porteur de sens et d’enjeux aujourd’hui. Par exemple, « Écrans de papier. Le cinéma chinois et ses magazines (1921-1951) » (Institut national d’histoire de l’art, 75002 Paris ; 16 novembre – 17 décembre 2011)[8] réunissait des couvertures de revues, ce qui faisait suivre l’histoire du cinéma et de la société d’alors.

Cinéma et patrimoine se retrouvent dans une exposition comme « Monuments et stars du 7ème art » (Conciergerie, 75001 Paris ; 29 octobre 2010-13 février 2011)[9], les monuments servent évidemment de décor ou sont redécouverts par le cinéma. Ou bien, des maquettes et dessins de plateaux au programme du festival « Au-delà de  l’écran »[10] (Vincennes, 2016), manifestation qui s’est renouvelée en 2017[11]. Et encore, un quartier entier fait l’objet d’une exposition, passages, bâtiments, résidences d’artistes, lieux de plaisir, etc. servent de décor depuis plus d’un siècle à des films de tout genre et du monde entier : « Montmartre décor de cinéma » (Musée de Montmartre. Jardins Jean Renoir, 75018 Paris ; 12 avril 2017-14 janvier 2018)[12] . Et, plus avant, les « 5èmes Rencontres internationales du cinéma. Patrimoine et Prix Henri-Langlois » (Vincennes, 29 janvier-1er février 2010)[13], dessins de tournages, vente aux enchères d’affiches, etc.

Enfin, le patrimoine constitue un bien commun, à partager et à transmettre. On voit d’ailleurs que les expositions s’accompagnent de beaucoup d’actions en direction des publics scolaires.

Vous avez également vu une exposition sur une salle de cinéma emblématique, le Brady ?

Oui, « Le Brady 60 ans de projections » (Médiathèque Françoise Sagan, 75010 Paris ; 1er juin-18 septembre 2016)[14]. Il y a eu bien des manifestations (visites de quartier, projections thématiques, conférences). Les affiches et photographies revenaient sur les programmations des films dits « de genre » (horreur, épouvante, érotisme, policiers, etc.) et des cinématographies rares (films indiens) ; et des vitrines montraient des cahiers qu’utilisaient les projectionnistes, l’exposition portant aussi sur des métiers et des savoir-faire. Pour finir sur un renouveau : la salle est classée « Art et essai » depuis 2014. (Voir le site “Patrimoines Cinéphiles” encore en construction, de  Gilles Chetanian, le commissaire.

Est-ce que dans les expositions sur le cinéma, vous retrouvez des plans de cinéma, du montage ?

Certainement. « Fellini, la Grande Parade » (Jeu de Paume, 75008 Paris ; 20 octobre 2009-17 janvier 2010) [15] , le titre fait évidemment penser au cirque, qu’affectionnait Fellini, y compris les jeux du cirque romain. Composée de collections non films, l’exposition se présentait comme « La constitution d’un objet patrimonial international »[16], manière de faire passer le cinéma du côté des biens collectifs, à préserver, conserver, restaurer, transmettre.

Dans un tout autre genre, les faits divers : « Cinéma premiers crimes » (Galerie des bibliothèques de la ville de Paris, 75004 Paris ; 17 avril-2 août 2015)[17] : dans une salle en clair-obscur, on pouvait voir la médiatisation des crimes par les journaux d’époque, et par les « serials », qu’on pouvait regarder sur petits et grands écrans.

Comment sont utilisés les espaces consacrés aux expositions ?

Il s’agit toujours de tirer parti d’un espace. Par exemple, la Cinémathèque française (75012 Paris) organise des cycles sur des cinéastes, exposition et programmation vont de pair. Dans « De Méliès à la 3D : la machine cinéma » (2 octobre 2016-29 janvier 2017)[18], les anciens projecteurs, les équipements et la maquette de son studio à Montreuil, figuraient au centre des salles. De chaque côté, des vitrines expliquaient les évolutions du cinéma de Méliès. La réalité augmentée est entrée au musée ; une reconstitution 3D interactive portait sur l’espace du Studio de Montreuil[19].

Dans la dernière en date, « Goscinny et le cinéma. Astérix, Lucky Luke & Cie »[20] (4 octobre 2017- 4 mars 2018, les personnages des bandes dessinées sont devenus comme des icônes. Une « salle égyptienne » présentait les costumes des personnages des films inspirés des BD et celles des péplums ou autres films historiques (sur Cléopâtre), costumes sont montrés comme s’ils étaient d’époque !

« Antonioni. Aux origines du pop » (9 avril-20 juillet 2015)[21], les contrastes d’espaces entre l’immensité des campagnes, les formes rectilignes du monde urbain, l’infinité du désert.

« Pedro Almodovar » (5 avril-31 juillet 2006)[22], tout un monde de couleurs vives, des visages, une sorte de cabinet de curiosités aussi…

« Scorsese, l’exposition » (14 octobre 2015-14 février 2016)[23], on commence par les images du Christ et finit par celles de concerts de rock.

 

« Pasolini Roma » (16 octobre 2013-26 janvier 2014)[24], où Rome symbolise sa condition, pauvreté, poésie, spiritualité, comme celle de l’Italie.

« Le Monde enchanté de Jacques Demy » (10 avril-4 août 2013)[25], monde féérique, parfois un peu infernal aussi ; et des reconstitutions en miniature, comme l’atelier de réparation automobile où il avait commencé à travailler, et qu’Agnès Varda avait filmé.

« Maurice Pialat, peintre et cinéaste » (8 février-7 juillet 2013), ses tableaux et dessins, et aussi, inattendus, acteurs dans des courts métrages surréalistes et comiques.

« François Truffaut » (8 octobre 2014-10 février 2015)[26], c’était « l’homme-film », comme on parlais des « hommes-livres » dans Farenheit 451.

Et bien sûr, « Le Musée imaginaire d’Henri Langlois » (9 avril-3 août 2014)[27], on connaît son art du rapprochement des films entre eux, et avec des artistes.

« Sacha Guitry » (17 octobre 2007-18 février 2008)[28], qui faisait un peu penser à « Ceux de chez nous » (1915), film qui présentait les artistes qui fréquentaient la maison de son père.

Pour tous ces gens, il faut aussi penser aux femmes de leur vie, que l’on rencontre par les photographies, les correspondances.

Des expositions portent aussi sur des films que l’on dit « mythiques ». A ce sujet, il est possible que les expositions aient à voir avec un autre travail essentiel sur le cinéma : la restauration des films. Outre les questions techniques, c’est une opération qui revêt toutes sortes d’enjeux, esthétiques, économiques, historiques[29]. Il peut aussi y avoir association entre restauration, exposition, éditions en DVD. Exemples de « Metropolis » (19 octobre 2011-29 janvier 2012), donne une impression de gigantisme, d’utopie… Et « Les Enfants du paradis. Carné, Prévert, Arletty, Barrault… Les secrets d’un film de légende » (24 octobre 2012-27 janvier 2013)[30], avec le « Boulevard du crime » en partie reconstitué : non pas un document, mais une création, tout exprès.

Quels autres lieux ont exposé le cinéma ?

« Gaumont 120 ans de cinéma » (Le Centquatre-Paris, 75019 Paris ; 15 avril-5 août 2015)[31] commémorait la maison de production, en associant le patrimoine cinématographique de Gaumont et l’art contemporain (œuvres ou créations d’Annette Messager, d’Alain Fleischer), répondant aussi à la vocation du 104 d’accueillir toutes les esthétiques.

« Gaumont – Le train du cinéma » (Gares franciliennes ; à partir du 28 janvier 2016)[32] reprenait le principe de train décoré, comme cela avait été fait aux couleurs de Versailles : un train du RER francilien était entièrement paré d’affiches, photos, inscriptions de répliques, etc. ; une « exposition itinérante ».

La fondation Jérôme Seydoux-Pathé[33] (75013 Paris), qui se consacre largement aux cinémas des premiers temps. Toutes ces images composent des formes de vitrines, qui reviennent sur l’histoire du cinéma et celles des compagnies prestigieuses, aussi anciennes que le cinéma.

Et je suis aussi beaucoup allé à Lorsque l’Institut Lumière, à Lyon, où il y avait eu, par exemple, Alexandre Trauner, 50 ans de cinéma »[34], exposition d’abord montée à l’École nationale des Beaux-Arts à Paris.

Que pensez-vous des apports respectifs des frères Lumière et de Méliès au cinéma ?

Les uns et les autres se sont lancés, chacun à leur manière, industriels d’un côté, homme de spectacle de l’autre, dans l’entreprise du cinématographe, en mettant au point des techniques, des dispositifs scéniques. Méliès avait racheté l’établissement de Robert Houdin, qui construisait des automates, inventait toutes sortes d’appareils, comme on peut en voir à la Maison de la magie[35], à Blois.

« Lumière ! Le cinéma inventé » (Grand Palais, 75008 Paris ; 27 mars-14 juin 2015)[36] rendait compte de toutes les facettes des travaux de Louis et Auguste Lumière : industrielle, familiale, esthétique, culturelle. On y présentait toutes leurs inventions relatives à l’image, comme les autochromes, la couleur étant  un autre de leurs domaines de prédilection. Une large place était aussi accordée à la découverte du monde : les quelque 1400, films rapportées par les opérateurs Lumière, qui figuraient sur un grand mur bleu, tandis qu’une application permettait de les retrouver. On se retrouvait face un mur d’images, pratiquement du sol au plafond.

Quelles sont les autres expositions marquantes que vous avez visitées ?

« Marlène Dietrich, Création d’un mythe »[37] (Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris, 14 juin – 14 décembre 2003) renvoyait à un cinéma qui n’existe plus : costumes, déshabillés, fourrures, présentés comme des objets précieux dans des écrins, une collection de vêtements et d’accessoires conservés au Filmmuseum de Berlin. Il y a eu plus récemment sur cette actrice une exposition de photographies à la MEP[38].

A l’inverse, « Déjà Stars : exposition de 400 portraits inédits de stars jeunes » (Centre culturel du Crous, 75006 Paris ; 23 février-23 mai 2015)[39] montraient les premiers pas de Gainsbourg, Belmondo, Depardieu, ou des Beatles…

Autrement, je pense aussi à « Leiris & Co » (Centre Pompidou-Metz, 3 avril-14 septembre 2015)[40], qui débutait sur une boîte de biscuits où un personnage en regardait un autre qui en regardait un autre, une mise en abyme. Puis, dans une première pièce figurait « L’Homme à la tête en caoutchouc » de Georges Méliès[41]. Cela donnait bien une idée du contexte de son enfance, tout ce qui avait pu l’influencer ensuite[42]. Pour l’Afrique fantôme, sa première grande expédition[43] , les images se succédaient sur un écran, comme en feuilletant un livre, comme le permettent les nouvelles technologies. Les expositions de peinture proposent aussi des films documentaires comme celui sur Pierre Bonnard, réalisé par Alain Cavalier de 2006[44], « Les couleurs de l’intime », qui portait sur la restauration de l’un de ses tableaux[45].

Ou à des cinéastes plus rares : dans « Les histoires de René Allio de Marseille à la Grande Galerie » (Muséum d’histoire naturelle, 75005 Paris ; 14 novembre-15 décembre 2013)[46] ressortait l’éclectisme de son travail : décors de théâtre pour le TNP ou l’Opéra, histoires de famille, reconstitutions historiques, films stylisés, toujours dans une démarche militante.

Autre monde dans « Eli Lotar (1905 – 1969) » (Jeu de Paume, 75001 Paris ; 14 février-28 mai 2017)[47] : logements miséreux, sites industriels, travail ouvrier, en associant surréalisme et documentaire, et faisant penser au « fantastique social » de Pierre Mac-Orlan.

Quelles sont les grandes évolutions qui caractérisent ces expositions de cinéma ?

Ce qui me semble caractéristique des expositions de cinéma, c’est que l’on peut ressentir une volonté d’immersion, le terme est beaucoup utilisé dans le cadre des nouvelles technologies, qui simulent la création d’un monde dans lequel on est complètement plongé.

Les expositions « immergent » en recréant l’univers d’un cinéaste ou d’un film, c’est une atmosphère, une ambiance, comme dans les films, dans lesquelles on se sent invité, projeté, happé, associé, selon les cas. Les chercheurs s’intéressent à la place du spectateur au cinéma, on peut également étudier celle du visiteur d’exposition.

Les expositions font part des évolutions techniques du cinéma, jusqu’au numérique ; et la 3D, par exemple : un film d’Hitchcock, « Le crime était presque parfait » a été projeté en 3D,  c’était réussi, sans être spectaculaire. Ce sont là des apports importants, on pourrait presque aujourd’hui déambuler dans un « film-exposition », pourquoi pas ?

Finalement, vous allez voir toutes les expositions de cinéma ?

Un grand nombre, mais je reste plus sensible aux films eux-mêmes !

Depuis cet entretien datant de 2017, vous avez vu d’autres expositions sur ce thème du cinéma. Quelles sont celles que vous souhaiteriez mentionner ?

« Chris Marker, les 7 vies d’un cinéaste » (Cinémathèque Française, 3 mai-29 juillet 2018)[48] : On était immergé, notamment par les sons, dans une œuvre multiforme en images fixes et animées, en écrits, sur toutes sortes de support (pellicule, vidéo, bande sonore, numérique, papier, photographie), et avec un caractère ludique Marker utilisait évolutions et découvertes techniques, et en inventait également (la mise au point de logiciels). Il articulait en permanence militantisme et recherche formelle, sans manquer de s’associer avec d’autres créateurs des plus divers, cinéastes, artistes, intellectuels, etc., et en présence de son fidèle compagnon : le chat (aux « 7 vies »), traité dans l’exposition comme une icône[49].

Les expositions de cinéma s’attachent aussi à des mythologies, qu’elles contribuent à entretenir, développer, etc., comme on peut le voir par des genres ou des créatures désormais indissociables des grands et petits écrans.

Ainsi, est opéré un rapprochement entre le western et Homère, dans « Il était une fois Sergio Leone » (Cinémathèque Française, 10 octobre 2018 – 4 février 2019)[50]. La manifestation proposait en particulier un bien nommé « laboratoire Sergio Leone », du fait des trouvailles et expérimentations du cinéaste, comme l’association d’extrêmes et de jeux sur les distances : grands espaces et personnage solitaire, Clint Eastwood en étant devenu indissociable ; rangées d’images de personnages semblant venir de très loin, indistincts, se rapprochant de plus en plus et se faisant menaçants. De même un « couloir sonore » reprenait des répliques de film, illustrant ce qui, du cinéma, peut devenir « culte ». En termes de sonorité, s’impose l’exemple de la musique, qui donnait leur rythme aux images. L’exposition avait légitimement réservé une place au compositeur Ennio Morricone (documents originaux, partitions et pochettes de disques en différentes langues)[51].

Autre mythologie : « Vampires, de Dracula à Buffy » (Cinémathèque Française, 9 octobre 2019 – 19 janvier 2020)[52]. Une « figure », qui associe le rouge sang de la vie et noires ténèbres, tandis qu’un rapprochement est souvent évoqué entre vampirisme et cinéma, ce dernier « aspirant la réalité » (même reconstituée en studio), s’en nourrissant, pour en restituer le mouvement, la réanimer en rendant immortels les ombres des personnages qui se meuvent / se meurent sur les écrans ! Séduisants et angoissants, les vampires se sont popularisés (en revues, jeux, publicité, manga) mais l’exposition faisait également référence à des dessins de Goya, qualifiés par « Du rire à l’effroi ». Elle faisait naviguer entre Béla Lugosi installé dans son fameux cercueil, Musidora évoluant dans son fourreau noir, Christopher Lee arborant son rictus, sous le signe de la créature tutélaire Nosferatu, dont la silhouette décharnée était omniprésente, sur les murs, dans les escaliers, les couloirs…

Toujours des mythologies encore avec « Quand Fellini rêvait de Picasso » (Cinémathèque Française, 3 avril – 28 juillet 2019)[53]. Dans « Le livre de mes rêves » – « Il Libro dei sogni » (1960), Federico Fellini relate et dessine ses rêves, dont ceux où il voit Picasso. L’exposition opère des rapprochements entre les deux créateurs notamment par des thématiques essentielles : « Le cirque » et « Le continent femme », l’une et l’autre exprimant chez eux toutes sortes de sentiment, plaisir, danger, etc. Une autre thématique, la « Constellation Fellini / Picasso », retrace leurs parcours géographiques, esthétiques, sentimentaux, etc., en précisant que les deux artistes ne se sont pas réellement connus, mais ont fréquenté de mêmes lieux (comme Rome, Paris, Cannes), et ont eu des amitiés communes. Une profusion d’images, d’objets, de musiques, de lumières, etc. rend compte de leurs créations respectives réalisées dans un mouvement permanent, où se côtoient Antiquité et Modernité, figures angéliques et créatures monstrueuses, etc. De ces itinéraires oniriques, peuvent se dégager « Roma » / « Amor » : les deux mots sont suspendus en lettres lumineuses (pouvant faire penser à une façade de de cinéma), telle une association d’idées déchiffrant un rêve.

Outre des expositions consacrées à des personnalités ou des thèmes, d’autres manifestations faisaient découvrir des aspects moins connus du cinéma.

« Effets spéciaux. Crevez l’écran ! » (Cité des sciences et de l’industrie, 17 octobre 2017 – 26 août 2018)[54] faisait suivre un parcours instructif et ludique – pertinent pour ce genre de sujet attirant – faisant découvrir la très complexe création d’univers visuels et sonores, et donnait l’occasion d’exercer sa créativité : s’incruster dans un décor, créer une bande-annonce au moyen du téléphone portable, etc. L’exposition faisait se côtoyer le visible et le numérique, le solide et le malléable, le manuel et l’informatique, dans un foisonnement d’objets et de machines, dans une grande variété de matériaux (maquettes en carton, bois, métal, plastique, plexiglas…). Les effets spéciaux font appel à un très grand nombre de métiers, des grands tableaux explicatifs proposaient de montrer les processus de réalisation (avec néologismes et nombreux termes anglo-saxons). Mais, quels que soient les moyens utilisés, la réalisation d’effets spéciaux garde finalement un bienvenu parfum de mystère.

Par ailleurs, on peut voir comment Par ailleurs, on peut voir comment le cinéma est partie prenante, de toutes sortes de point de vue, historique, culturel, politique, esthétique, etc.

« Rouge. Art et utopie au pays des Soviets » (Grand Palais, Galeries nationales, 20 mars – 1er juillet 2019)[55]. « Projet cinématographique pédagogique et émancipateur » : tel était défini le programme du temps des Soviets, servi par une abondance d’images, actualité, propagande, documentaire, reportages ; et fictions, dans lesquelles les « grandes figures » de Lénine et de Staline, incarnées par des acteurs, étaient montrés comme des gens très accessibles. Ce qui ne fait pas oublier le caractère écrasant, colossal, des réalisations, à l’image des maquettes de ville présentées lors de l’exposition internationale de Paris en 1937. De quelque nature qu’elles soient, les images sont faites de mouvements de foule autant que d’individualités qui se détachent par leurs engagements, leur héroïsme, etc., lors de combats de toutes sortes, éducation, justice, production industrielle, etc., pour bâtir un « avenir radieux » !

Enfin, d’autres formes de mise en scène du cinéma :

Dans le cadre d’une démarche artistique : « (E)motion. Wim Wenders » (Grand Palais, Nef, 18 avril – 22 avril 2019), moins une exposition qu’une « installation monumentale cinématographique conçue à partir de sa filmographie, projetée sur la structure intérieure de la Nef du Grand Palais »[56]. Une imbrication des films donnaient une impression d’interminables panoramas mouvants, faits d’images déformées et déstructurées par leurs projections sur les murs, piliers, escaliers, voûtes, arches, dans une impressionnante immersion sonore. Performance esthétique et technique, expérience émotionnelle, individuelle et collective, par les déambulations dans le volumineux espace, à l’image de l’errance qu’on rencontre dans les films de Wenders et plus généralement dans la culture allemande.

Une « parente » du cinéma : « Les Nadar, une légende photographique » (Bibliothèque nationale de France, 16 octobre 2018 – 3 février 2019)[57]. Comme les Frères Lumière, les Nadar ont été à l’origine de bien des innovations et ont déposé nombre de brevets, notamment en matière d’éclairage artificiel, d’ustensiles, produits et procédés de développement et fixation des images. En relation avec le cinéma, on peut citer les exemples de séries d’images, présentées sur de grandes surfaces suspendues servant d’écran : succession de photographies de personnages dans une suite de postures différentes, reconstituant le mouvement, ou comme une anticipation sur la technique du fondu enchaîné.

La peinture : « Renoir père et fils » (Musée d’Orsay, 6 novembre 2018 – 27 janvier 2019)[58] : une approche très sensible de la filiation entre le peintre et le cinéaste, des points de vue esthétique et sentimental, Catherine Essling passant de modèle du père à femme du metteur en scène, son initiatrice dans tous les sens du terme. Étaient placés côte à côte à l’entrée de l’exposition de grandes photographies de l’atelier du peintre et du studio de cinéma – pour le tournage de French cancan, film illustrant bien ces deux caractères d’ascendance et de descendance. Et manière pour le cinéma de faire sa place au musée, d’en devenir un hôte à part entière.

Je vous remercie.

[1]https://cv.archives-ouvertes.fr/nicolas-schmidt voir notamment : « Entretien avec Anna Karina », et « Pour une Russie de toujours, trois films de Nikita Mikhalkov (Partition inachevée pour piano mécanique, Quelques jours de la vie d’Oblomov, Cinq soirées) » in Denitza Bantcheva (dir), L’Age d’or du cinéma européen. Chefs-d’œuvre des années 1950-1970, Editions du Revif, pp.161-166, 2011, Collection cinéma, 978-2-35700-008-7. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01579596 et https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01579478

Le cinéma du sam’di soir, dirigé par Gérard Dessere et Nicolas Schmidt : http://www.corlet-editions.fr/site/telechargements/CinemAction095-sommaire.pdf

[2]http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.rouch_homme_cinema.html

[3]http://www.ihtp.cnrs.fr/

[4]http://www.ihtp.cnrs.fr/content/histoire-culturelle-du-cinema

[5]http://www.memorialdelashoah.com/upload/minisites/filmer_les_camps/mentions-legales.html

[6]http://juger-eichmann.memorialdelashoah.org/exposition/avant-propos.html

[7]https://appia.hypotheses.org/

[8]https://www.inha.fr/fr/ressources/expositions/en-2011/cinema-chinois.html

[9]https://www.monuments-nationaux.fr/Actualites/Monuments-stars-du-7eme-art

[10]http://www.parisfaitsoncinema.com/autour-du-cinema/culture/le-festival-au-dela-de-l-ecran-a-vincennes.html

[11]http://www.dvdclassik.com/news/vincennes-film-festival-2017-2eme-edition

[12]http://museedemontmartre.fr/exposition/montmartre-decor-cinema/

[13]http://www.commeaucinema.com/festival/5emes-rencontres-internationales-du-cinema-vincennes-2010,170896

[14]https://www.bibliocite.fr/le-brady-60-ans-de-projection/

[15]http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=830 et http://www.elysee.ch/elyseelab/elyseetv/fellini-la-grande-parade/

[16]https://cinemadoc.hypotheses.org/161

[17]https://appia.hypotheses.org/380 « L’exposition « Cinéma Premiers Crimes » fait revivre au public d’aujourd’hui les frissons des spectateurs d’il y a cent ans. Affiches de feuilletons et de films à épisodes, gravures sanglantes en première page des journaux, photographies : plus de 200 pièces et de très nombreux extraits de films rares, restaurés en haute définition racontent l’essor d’un art populaire, le cinéma, pendant les 30 premières années du vingtième siècle ». https://www.bibliocite.fr/premiers-crimes/

[18]http://www.cinematheque.fr/cycle/de-melies-a-la-3d-la-machine-cinema-356.html

[19]http://www.cinematheque.fr/cycle/georges-melies-257.html et https://m.ina.fr/video/3613639001058/georges-melies-a-l-honneur-de-la-cinematheque-francaise-video.html

[20]http://www.cinematheque.fr/cycle/goscinny-et-le-cinema-402.html

[21]http://www.cinematheque.fr/cycle/michelangelo-antonioni-23.html

[22]http://www.cinematheque.fr/cycle/pedro-almodovar-52.html

[23]http://www.cinematheque.fr/cycle/martin-scorsese-l-exposition-58.html  http://www.programme-tv.net/news/cinema/57868-martin-scorsese-une-grande-retrospective-en-son-honneur-a-paris/

http://www.cinematheque.fr/video/687.htm

[24]http://www.cinematheque.fr/cycle/pasolini-roma-71.html

[25]http://www.cinematheque.fr/cycle/le-monde-enchante-de-jacques-demy-103.html

[26]http://www.cinematheque.fr/cycle/francois-truffaut-36.html

[27]http://www.cinematheque.fr/cycle/le-musee-imaginaire-d-henri-langlois-119.html

[28]http://www.cinematheque.fr/cycle/sacha-guitry-332.html et http://www.ina.fr/video/3475161001019

[29]Exemple : le colloque « Patrimoine et patrimonialisation du cinéma depuis les années 1960 », Ecole des chartes, Paris, 24 et 25 novembre 2016 : http://www.chartes.psl.eu/sites/default/files/atoms/files/flyer-colloque-patrimoine-cinema-bd_0.pdf

[30]http://www.cinematheque.fr/video/564.html

[31]http://www.gaumontpresse.fr/fiche/120-ans-de-cinema-gaumont-depuis-que-le-cinema-existe-/1170

[32]https://www.transilien.com/sites/default/files/atoms/files/cptrainducinema_2emeramev2.pdf

[33]http://www.fondation-jeromeseydoux-pathe.com/

[34]https://culturebox.francetvinfo.fr/arts/expos/exposition-hommage-au-decorateur-de-cinema-alexandre-trauner-dans-la-manche-5197et http://www.lpce.com/trauner/expo.html

[35]http://www.maisondelamagie.fr/

[36]http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/lumiere-le-cinema-invente http://www.grandpalais.fr/fr/article/decouvrez-la-playlist-video-de-lumiere-le-cinema-invente

[37]http://www.palaisgalliera.paris.fr/fr/expositions/marlene-dietrich-creation-dun-mythe

[38]https://www.mep-fr.org/event/obsession-marlene/

[39]http://www.culture-crous.paris/event/deja-stars-exposition-de-400-cliches-inedits-de-stars-avant-detre-celebres/

[40]http://www.centrepompidou-metz.fr/leiris-co-picasso-masson-mir-giacometti-lam-bacon

[41]« Cette exposition pluridisciplinaire offre une lecture renouvelée de l’histoire artistique et intellectuelle du XXe siècle, allant de Raymond Roussel à Pablo Picasso, et passant par l’Afrique, les Antilles, l’Espagne, Cuba et la Chine. Elle permet ainsi de tisser de façon poétique des liens inédits entre écriture et peinture, jazz et opéra, transe et tauromachie, vaudou et rites de possession éthiopiens, la quête de soi et celle de l’autre.

Le parcours alterne entre déroulé chronologique et carrefours thématiques, faisant dialoguer sujets et disciplines avec des questionnements actuels, portés par des artistes contemporains (Mathieu K. Abonnenc, Jean-Michel Alberola, Kader Attia, Miquel Barceló, Marcel Miracle et Camille Henrot). Parcours : salle 1. THÉÂTRE DE L’ENFANCE : Objets « fétiches », jeux et livres de l’enfance et des années de formation, spectacles « cruciaux » de tous ordres – opéras du répertoire tragique, films (L’Homme à la tête en caoutchouc de Georges Méliès), pièces de théâtre populaire ou d’avant-garde (Parade, Petrouchka) –, ont façonné la mythologie personnelle de Michel Leiris. Ce « fourbi » hétéroclite, présenté ici comme un premier autoportrait emblématique, sera érigé par Leiris au rang de « sacré ». Devenu réservoir d’images mémorielles, il sera placé au cœur de son œuvre autobiographique dans L’Âge d’homme et La Règle du jeu. Magie du quotidien, prestige de l’aventure et de l’art – et de l’artiste en saltimbanque –, goût de l’exotisme : les figures familières de la cantatrice Claire Friché et de Raymond Roussel – le voyageur, le chanteur, l’écrivain à secrets dont les Impressions d’Afrique fascinent Leiris en 1912 – dominent ces premières années vécues sous le signe du merveilleux théâtral ».

[42]http://www.centrepompidou-metz.fr/leiris-co-picasso-masson-mir-giacometti-lam-bacon#onglet-2

[43]Parcours, « N°5. L’AFRIQUE FANTÔME : Leiris participe, comme secrétaire-archiviste, à la mission Dakar-Djibouti (1931-33), conduite par Marcel Griaule, une des premières grandes missions ethnographiques françaises, destinée à rapporter des « documents » sur les cultures africaines et à enrichir les collections d’objets du musée d’ethnographie du Trocadéro. Il se familiarise avec les méthodes de l’enquête : carnets de route, fiches, inventaires dont, devenu autobiographe, il reprendra la pratique. En parallèle de cet apprentissage, il écrit L’Afrique fantôme, journal de terrain et journal intime. Il note tout : ses exaltations, ses désillusions, ses entraves d’Européen, ses rêves, le menu quotidien. Il livre les faits : les ambiguïtés du travail scientifique de la mission, les dérapages de la colonisation, les pratiques prédatrices et sacrilèges de l’équipe, l’impossible communication avec l’autre, l’indigène. Il fait le constat d’une Afrique « fantôme », impénétrable, revendique une totale subjectivité pour atteindre l’objectivité : L’Afrique fantôme, dès sa publication en 1934, ne manque pas de choquer la communauté des ethnologues, mais confère à Leiris le statut d’écrivain. Avant l’ethnologue qui étudiera la théâtralité des rites et des fêtes, c’est le poète en quête de sacré et de secret qui, pendant la mission, est sur le terrain ».

[44]« Bonnard, les couleurs de l’intime » : https://vimeo.com/15981639

[45]« J’ai eu la chance de pouvoir filmer le travail de décrassage et de restauration d’un tableau de Pierre Bonnard : Nu dans la baignoire. Cette toile, je l’ai complètement habitée. Elle m’a aimanté, elle m’a permis d’enregistrer des preuves cinématographiques palpables de l’art de peindre de Bonnard. Elle m’a conduit sur le chemin caché de sa vie privée.” (Alain Cavalier) » http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/16156_0

[46]http://www.mnhn.fr/fr/visitez/agenda/expositions/histoires-rene-allio-marseille-grande-galerie-evolution

[47]http://www.jeudepaume.org/?page=article&idArt=2686

[48]https://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/expositions-passees/effets-speciaux-crevez-lecran/

[49] https://appia.hypotheses.org/1916

[50]https://www.cinematheque.fr/cycle/exposition-sergio-leone-462.html

[51]z https://appia.hypotheses.org/8504

[52]https://www.cinematheque.fr/cycle/vampires-527.html

[53]https://www.cinematheque.fr/cycle/quand-fellini-revait-de-picasso-508.html

[54]https://www.cite-sciences.fr/fr/ressources/expositions-passees/effets-speciaux-crevez-lecran/

[55]https://www.grandpalais.fr/fr/evenement/rouge

[56]https://www.grandpalais.fr/fr/evenement/emotion

[57]http://expositions.bnf.fr/les-nadar/

[58]https://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/expositions/aux-musees/presentation-generale/article/renoir-pere-et-fils-47534.html?cHash=59e354815c


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search