Un commissaire, des expositions. Un entretien avec Annick Notter

Annick Notter est diplômée de l’école des chartes. Elle a achevé sa carrière en 2019, en qualité de conservatrice générale du patrimoine. Au cours de son parcours, elle a été conservatrice du musée des beaux-arts d’Arras, de 1984 à 2001, directrice du musée des beaux-arts d’Orléans puis adjointe au chef du service du musée de Fontainebleau et directrice des trois musées d’art et d’histoire de la ville de la Rochelle, dont le musée du Nouveau Monde. Elle a été membre du comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage. Elle a organisé de très nombreuses expositions temporaires : elle a bien voulu en évoquer quelques-unes, marquantes à ses yeux.

Quelles sont les spécificités des expositions que vous choisissez d’évoquer ?

Je souhaiterais évoquer deux types d’expositions très différentes : d’une part, une exposition classique, scientifique, sur l’an Mil, au musée des beaux-arts d’Orléans, réalisée en 2004 avec très peu de moyens, qui présentait 25 objets au lieu des centaines initialement prévues mais qui tout compte fait a permis de dire l’essentiel ; et, d’autre part, une série d’expositions au musée des beaux-arts de La Rochelle, que j’appelle « les accrochages » :  c’est-à-dire une série  d’expositions réalisées à partir d’un choix effectué par le public au sein des collections permanentes : c’est un groupe de citoyens, le public qui devient commissaire.

Couverture du catalogue « Lumières de l’an mil en Orléanais ».

Évoquons la première en 2004 au musée des Beaux-arts d’Orléans : dans  quel contexte a-t-elle été organisée ? 

Cela correspondait au 1000e anniversaire du décès d’Abbon, abbé de l’abbaye de Fleury, et un des grands érudits de l’an mil, mort accidentellement en 1004. Pour commémorer cette date-anniversaire, les moines de Fleury avaient contacté Madame Chevalier, directrice de la médiathèque de la Ville d’Orléans. Celle-ci avait confié ce travail à Aurélie Bosc, responsable du fonds ancien et moi-même. Nous étions donc deux commissaires, toutes les deux chartistes. Nous avions donc mobilisé nos réseaux pour monter cette exposition scientifique. Nous avions lancé les feuilles de prêts et prévu de montrer deux cents objets environ : il y avait beaucoup de choses en effet à faire découvrir puisqu’Orléans se trouvait être alors la capitale des premiers rois capétiens et qu’à l’abbaye de Fleury de Saint-Benoît-sur-Loire, il y avait eu l’un des plus importants scriptorium de l’époque, donc beaucoup de manuscrits anciens dont nous avions retrouvé la trace, mais aussi des éléments d’architecture également liés à l’abbaye. Nous voulions également financer et montrer une maquette de l’abbaye vers l’an mil. Mais, environ 5 mois avant l’exposition, le budget promis n’a finalement pas été voté et l’exposition qui devait avoir une certaine ampleur a dû finalement – compte tenu des coûts de transport et d’assurance – se limiter à 25 objets choisis : bibles et manuscrits d’époque, chapiteaux sculptés, fresques, évoquant l’an mil et la figure d’Abbon entre-temps sanctifié.

Qui était Saint Abbon ?

Portrait d’Abbon.

C’était un moine devenu saint, né entre 940 et 945 à Orléans alors capitale du royaume de France, et mort le 13 novembre 1004 à La Réole : il s’agit donc d’un moine bénédictin réformateur, érudit, nommé abbé de Fleury. Il est connu comme l’un des grands théologiens du Haut Moyen Âge. Il défendait la liberté monastique dans les querelles de l’époque entre évêques et monastères. Grand voyageur, il a visité le Saint-Siège mais aussi l’Angleterre.

 
Qui a réalisé la scénographie ?

La scénographie était très réussie. L’exposition présentait en somme la vie politique, culturelle et religieuse dans l’Orléanais de 800 à 1150. Pour recréer cette ambiance et mettre en valeur les objets,  le muséographe, Frédéric Beauclair a transformé le grand plateau assez modulable des salles de musée, au sous-sol en un vaste intérieur d’église romane évoquant St Benoît-sur-Loire. Toute la « partie abside » était consacrée aux quatre chapiteaux sculptés que l’on avait empruntés, très coûteux en termes de transport, car lourds et très fragiles à manipuler.

Dès que l’on entrait dans l’exposition, on découvrait d’abord une faucille, un objet archéologique daté de l’an mil découvert aux environs d’Orléans. L’objet était dans un état exceptionnel, donc avec ses dents, un objet fait pour couper le blé à cette époque, très frappant reflétant cette période et ses aspects économiques, la vie rurale dans l’Orléanais d’alors. En deuxième vitrine, pour évoquer la royauté des premiers Capétiens, le sacre de Robert II en la cathédrale d’Orléans, il y avait une charte de cette époque, qui provenait du fonds archives départementales et quelques monnaies de l’époque capétienne. Il y avait ensuite une série de manuscrits. Nous devions avoir en prêt deux bibles de Théodose, parfaitement datées et identifiables : l’une conservée à la BnF, l’autre conservée en mains privées par l’évêché du Puy-en-Velais. Elles avaient été commandées par Charlemagne et réalisées à Orléans en 800, à l’époque de l’évêché de Théodore alors évêque d’Orléans. Il était aussi l’un de ces grands érudits de l’époque de Charlemagne. La  valeur d’assurance de ces bibles est élevée : pour la BnF cela se compte en millions d’euros, nous y avons donc renoncé. En revanche, l’évêque du Puy-en-Velais (qui est par ailleurs lui aussi chartiste) a accepté de nous confier son exemplaire avec une valeur d’assurance plus raisonnable correspondant à notre budget. C’est l’un des moments forts de ma carrière, un grand moment d’émotion que d’avoir entre les mains cet objet qui est extrêmement simple dans son ornement, si ce n’est la table des matières. Son écriture, caroline, est extrêmement soignée et le Cantique des Cantiques, qu’il reproduit, est rédigé en lettres d’or et d’argent sur un velin pourpre extrêmement fin. Penser qu’en l’an 800, on a copié cette Bible dont les caractères font à peine un millimètre de hauteur, fait prendre conscience en quelque sorte de cette foi formidable qui émane de l’objet.

Les valeurs d’assurance pour les œuvres du Haut-Moyen-âge sont considérables. Nous avions emprunté deux autres manuscrits à la bibliothèque de Berlin, directement liés à Abbon : l’un d’eux était un manuscrit scientifique, d’astronomie, comportant des dessins, qui était probablement rédigé de la main d’Abbon lui-même, et l’autre était le diaire, un manuscrit dans lequel les moines  consignaient les évènements de l’abbaye. Abbon y notait les évènements importants comme en l’an mil la crue qui avait fait sortir la Loire de son lit. Cela faisait en quelque sorte écho aux crues de la Seine, à la crainte de la crue centennale que nous connaissions alors en 2004. Cet écho, 1004 ans après l’évènement, était assez magique. Le conservateur de Berlin a été formidable, il a maintenu les prêts et il est venu lui-même en avion avec ces livres conservés dans une mallette : il s’était menotté à la mallette pour éviter nous soyons tenues de payer des coûts de transport trop élevés. La BnF avait prêté deux autres manuscrits dont l’un grammatical. Nous avions également en prêt cette fois en provenance de la médiathèque d’Orléans, quelques manuscrits qui venaient du scriptorium, dont un manuscrit enluminé et très spectaculaire, que nous avions numérisé et que l’on pouvait consulter sur un écran pour découvrir toutes les miniatures. Ce mode de consultation était à l’époque assez novateur dans un parcours de visite. Nous présentions également des éléments de fresques contemporaines de l’an Mil qui venaient de Montargis. Nous avions également une petit châsse reliquaire qui était conservée à Saint Benoît.

Quid du catalogue et du journal de visite ?

Le gros catalogue était pratiquement achevé cinq mois avant l’exposition : il est très érudit. Pour le grand public, le parcours de visite était accompagné de deux journaux de visite, ce qui est inhabituel. Le personnage d’Abbon et son abbaye étaient au centre de l’exposition, donc des propos des deux journaux. Nous en avions réalisé  un sérieux, que je qualifierai d’habituel, l’autre plus accessible et plus amusant : nous transposions ce qu’est un journal local d’aujourd’hui, en faisant le récit des évènements de l’époque :  nous rédigions comme des journalistes, la Une de l’Orléanais. A la Une nous rappelions qu’il y a mille ans, le 13 novembre 1004, mourait tragiquement à La Réole Abbon, abbé de Fleury (Saint-Benoît-sur-Loire), victime d’une rixe entre moines gascons et moines fleurisiens. Un autre article s’intitulait «  Les Danois fuient devant la résistance orléanaise » : nous avions en effet dans le parcours un chapiteau décoré figurant Renaldus, l’un des chefs supposés des Danois qui envahissaient à l’époque la région. Nous faisions aussi allusion à la crue de la Loire qu’Abbon avait consignée dans son journal.

Trois extraits du petit journal de visite (DR).

Combien de temps a duré l’exposition ? Comment a-t-elle été reçue ?

Elle a duré trois mois. Nous avions un peu d’appréhension. C’était un peu difficile d’expliquer que nous avions énormément travaillé sur ce sujet mais qu’il n’y avait en fait que 25 objets à admirer. Le public a été bluffé : on pouvait prendre son temps, lire les cartels, consulter le manuscrit numérisé. L’exposition a reçu entre dix et douze mille visiteurs, de mémoire.

Sa reconnaissance a été au-delà puisque le Haut comité des célébrations  nationales a inscrit le millénaire de la mort d’Abbon au titre des Célébrations nationales 2004.

Pouvons-nous évoquer la série des accrochages, réalisés à La Rochelle ?

Affiche de l’exposition réalisée par le service technique de la ville de La Rochelle.

Lorsque je suis arrivée à La Rochelle, il n’y avait plus de conservateur depuis trois ans, et j’étais le seul personnel scientifique, soutenue par l’équipe des gardiens. Au musée du Nouveau Monde, il y avait dix mille visiteurs dans l’année, c’était l’un des trois musées de la ville, le plus fréquenté.

La collection du musée des beaux-arts de La Rochelle est constituée d’environ 900 œuvres de bonne facture, dont beaucoup en réserve. Les salles d’exposition (400 m2) ne permettaient de montrer qu’une centaine d’œuvres à la fois. J’ai donc eu l’idée de recourir à un accrochage semi permanent d’une durée d’un an à chaque fois et d’associer des groupes de citoyens représentant le public pour choisir un thème et des œuvres l’illustrant à partir des œuvres en réserve. Il y a eu ensuite 10 accrochages réalisés par le public. J’ai réalisé le premier. Puis j’ai d’abord sollicité les gardiens du musée, puis une classe d’histoire des arts du lycée voisin. Ceux-ci ont choisi la thématique de la modernité dans les collections du musée, ce fut une belle réussite. J’ai demandé ensuite à la société des Amis des arts du musée (sur le thème traditionnel du paysage), puis j’ai sollicité un groupe d’artistes. L’année suivante, j’ai demandé à des représentants du service technique de la ville, des serruriers, des peintres…, qui ont choisi le thème du travail et des loisirs : c’est à chaque fois le thème retenu par ces groupes successifs qui m’a particulièrement intéressée. On parle toujours de soi à travers les œuvres choisies et c’est intéressant. Nous avons ensuite sollicité un groupe de femmes d’un quartier périphérique de la ville qui a travaillé sur le thème de la femme. Il fallait travailler en groupe, travailler sur la base de photographies, bâtir un propos. Les groupes pouvaient comprendre de cinq à une dizaine de personnes.

Nous avons également travaillé avec un groupe de non-voyants avec l’aide d’une association, puis avec des membres de l’équipe de rugby de la ville sur La Rochelle, équipe très connue et très soutenues par les habitants de La Rochelle : ils souhaitaient mettre en avant autre chose que leurs capacités sportives et ils ont souhaité rendre hommage à leur ville et la montrer à travers des œuvres. Ariane Peuch sur son blog en 2014, a évoqué cette initiative et j’ai parlé avec elle de l’accrochage no 8 réalisé par le stade Rochelais qui s’intitulait  » Sur le terrain des arts ».

Nous avons travaillé aussi avec des détenus de la Centrale de Saint- Martin-de-Ré qui ont choisi le thème de la lumière (exposition réalisée avec l’artiste plasticienne Marie Tillard).

Enfin une classe du lycée hôtelier de La Rochelle qui ont retenu pour thème « les cinq sens ».

Affiche de l’exposition « les cinq sens ».

Pouvons nous évoquer une exposition plus classique, la rétrospective Gustave Guillaumet ?

En 2018, j’ai organisé à La Rochelle une exposition sur les œuvres du peintre Gustave Guillaumet, en partenariat avec les musées de Limoges et Roubaix : elle a fait partie de la vingtaine d’expositions organisées cette année-là ayant obtenus le label d’intérêt national  » par le ministère de la culture. Elle présentait ses peintures sur l’Algérie des années 1860/1880.

Visite de l’exposition présentée par Annick Notter (FR3).

Mais le bâtiment très ancien et fragilisé (il s’agit de l’ancien évêché) qui accueille le musée, a dû fermer de façon assez brutale pour raisons de sécurité en juin 2018, Alors que les autres salles étaient déjà fermées au public, j’ai obtenu que l’exposition qui se déroulait au rez-de-chaussée puisse tout de même avoir lieu. Mais en septembre, au bout des trois mois consacrés à l’exposition, qui a dû composer avec les étais installés rapidement dans les salles, le musée a cette fois fermé totalement et pour une durée indéterminée, mettant fin du même coup également à l’initiative des « accrochages ».

 

Je vous remercie.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search