Le résistant Daniel Cordier, peintre, galeriste et collectionneur d’art

Depuis le décès hier de Daniel Cordier à l'âge de 100 ans,les hommages se multiplient avant l'hommage national qui lui sera rendu. 
Compagnon de la Libération, Daniel Cordier a eu plusieurs vies : résistant, apprenti peintre (huit ans), galeriste (huit ans), globe- trotteur (pendant un an), collectionneur d'art, historien, donateur.
C'est dans le cadre de ma thèse sur François Mathey que j'ai pu le rencontrer. Il portait au conservateur une sympathie certaine.

l'entretien accordé date du 6 mars 2009 à son domicile parisien. En voici quelques extraits
qui mettent en avant certains éléments de sa personnalité et de son parcours: un homme engagé jeune dans la Résistance, qui n'a pu compléter sa formation dans l'enseignement supérieur; un galeriste qui cherchait l'exclusivité avec les artistes et rétribuait "ses" peintres comme Dubuffet (achat intégral de la production contre un revenu périodique), et qui au bout de huit ans, ne vendant pas un tableau pendant la crise économique, a dû abandonner son activité en 1964, devenant un expert, un collectionneur puis un donateur.
Extraits 

"J’habitais en province, à Bordeaux, je faisais de la peinture, je voyageais. Mes soldes versées pendant la guerre et durant mes missions se sont accumulées à Londres, j’ai hérité de ma famille. À la Libération, j’ai donc disposé d’une certaine somme qui m’a permis de faire de la peinture et surtout d’acheter de la peinture, car tout de suite j’ai été collectionneur.

Quand avez-vous eu l’idée de créer votre propre galerie ?

"En réalité, c’est parce que je n’avais plus d’argent. J’avais dépensé tout ce que j’avais, je vivais chez ma mère, je dépensais tout mon argent dans les œuvres d’art. C’est la découverte du Prado qui m’a jeté dans la peinture. Jean Moulin m’avait dit qu’après la guerre il m’y conduirait, il admirait beaucoup ce musée. Il me parlait souvent de peinture. Et quand j’ai quitté la France, longtemps après son arrestation au printemps 1944, pour retourner à Londres, il n’y avait pas d’avion et j’ai traversé les Pyrénées à pied. En Espagne, le résultat était le même pour tous : après huit jours de liberté surveillée dans une pension de famille, nous étions ramassés et jetés en prison pendant quinze jours puis envoyés dans un immense camp, où il n’y avait pas moins de 3 000 prisonniers : Russes, Allemands, Français, de toute nationalité, et des gens qui étaient là parfois depuis quatre ans. Il fallait trouver un moyen d’en sortir. Les Espagnols ne parlaient pas des gens qu’ils retenaient, il fallait que ceux qui nous recherchaient reviennent à la charge et nous réclament. Un jour, je suis finalement sorti au mois de mai, et à la mi-mai j’ai passé deux jours au musée du Prado : j’ai découvert cela, c’était un endroit tout à fait solitaire. Il n’y avait personne, absolument personne.
Je ne savais rien faire ...

À part militaire, ou espion, je ne savais rien faire : c’est Guy de Broglie qui m’a aidé financièrement à monter ma galerie. Pendant huit ans, cela a marché, j’ai ouvert en 1959 une galerie à New York, où je travaillais avec un financier à qui j’apportais des tableaux. Puis il y a eu la crise.

Sur Mathey :
Il y avait quelque chose d’assez fort entre nous : Mathey avait trouvé au marché aux puces un autoportrait de Jean Moulin au crayon qu’il m’a offert très gentiment et que j’ai toujours. Je ne sais pas pourquoi nous avions cette amitié, il aimait bien rire, il aimait lire, il filait au marché aux puces tous les samedis. On était étonné par l’immensité de sa culture, picturale, artistique. Il était ouvert, on pouvait dire n’importe quoi, il ne jugeait pas, il était extraordinairement libre, il savait regarder.
Galeriste pendant huit ans, il abandonne en 1964
Ce qui m’avait fatigué c’est que le milieu de la
peinture n’était pas celui que je croyais.
Pour moi, c’était lié aux musées, à l’histoire de l’art, je découvrais ce monde très tard. Pendant la Résistance, j’étais chef de cabinet à 23 ans, très jeune, et là je découvrais le monde de l’art alors que j’étais plus âgé (je suis né en 1920). De l’automne 1963 à l’été 1964, je n’avais pas vendu un seul tableau. La crise a été générale, la même pour tous, liée à l’effondrement de la Bourse à New York. Et pourtant à New York, on vendait tous les jours, au moins une pièce par jour. Les coûts initiaux n’étaient pas les mêmes : pour louer une galerie à New York, il fallait à l’époque payer 3 000 dollars par mois, c’est ce que je payais à Paris, par an ! En 1964, j’ai arrêté : j’ai vendu ma galerie, mon appartement pour payer mes dettes et puis je suis parti faire le tour du monde pendant un an.

J’avais près de 7 à 8 000 tableaux ou dessins. Mais cela ne valait rien ! J’aimais la peinture ! J’avais eu 23 peintres sous contrat, j’achetais toute leur production, il y avait Dubuffet, Michaux, Rauschenberg, Matta, Dado, Bettencourt, etc. Si vous ne les vendez pas, vous les gardez ! Mon voyage au tour du monde m’a coûté 10 000 dollars. Puis je suis rentré et, petit à petit, des collectionneurs m’ont demandé de m’occuper de leur collection.

Combien étaient-ils ? 

Pas tout à fait une dizaine : en France, en Suisse, en Amérique. Cela a été très agréable, ils acceptaient en général ce que je leur proposais.

Sur l'exposition d'art contemporain en 1972 à laquelle il a participé :

Mathey est venu vous chercher ?


Oui, nous déjeunions, il venait de voir le président Pompidou et m’a dit que cela l’intéresserait que je fasse partie d’un comité d’organisation. Je l’ai prévenu que ma situation d’ancien marchand de tableaux allait déclencher des réactions, cela ne l’intéressait pas. Il m’a présenté aux cinq autres membres du groupe, je les ai invités à déjeuner : Serge Lemoine, Jean Clair, etc. Il y avait tous les futurs directeurs des musées ! Une grande partie des réunions, à la fin, ont eu lieu chez moi.

Qu’aviez-vous à faire pour cette exposition ?

On présentait ce qu’on était, toute une époque de la peinture, Dubuffet, Dado, j’ai proposé un certain nombre d’artistes qui ont été acceptés. C’était très sympathique. Si cela s’est mal terminé, ce n’est pas la faute de Mathey, cela tient aux circonstances. Évidemment les gens qu’on invite et qui décrochent leurs tableaux ! C’était une très belle exposition et cela a été le grand moment pour Mathey, et considéré comme un échec, Pompidou n’est pas venu.
En 1977, à la télévision : 
"J’y passais pour la première fois, invité parce qu’un écrivain avait fait un film sur Jean Moulin et insisté pour que je vienne
à l’occasion de la publication du livre de Fresnaye sur Jean Moulin. Je me suis retrouvé face à Jean-Pierre Lévy, Henri Frenay, Passy, etc. En quittant l’émission, à une heure du matin, je suis rentré chez moi, j’ai regardé la photo de Jean Moulin (je lui devais beaucoup). Maintenant qu’il était attaqué, il fallait que je le défende. À partir de là, ma vie a changé...

Et vous êtes devenu historien...
Oui.

Dans la Résistance, je n’avais pas 20 ans,… des divisions tenaces

Connaissiez-vous E. Claudius-Petit ? 
Oui, mais il faisait partie de la Résistance intérieure, pas moi. Il était très hostile à mes projets. Je suis un homme de Londres, faites attention à cela : je me suis engagé le 28 juin 1940. Le jour où de Gaulle a été reconnu par Churchill. Le même jour un officier est venu recruter, dans l’un de ces camps (situé dans une école dans la banlieue de Londres). J’étais avec Yves Guéna, parmi 3000 personnes. Un autre officier était venu deux jours avant au nom du régime de Vichy, pour nous rapatrier puisque l’armistice était signé. Une foule de gens l’a rejoint d’ailleurs, ils trouvaient cela très bien...

Plus tard, pendant la guerre froide, toutes ces divisions ont dû se dissiper ?
Non, certaines choses ne se dissipent pas. Je n’avais pas vingt ans, c’était quand même un choix ! Je ne l’ai jamais regretté, c’est l’une des rares choses que je recommencerai. Mais la Résistance pour moi c’est Londres en juin-juillet 1940 !"


Ces extraits éclairent principalement l'attachement de Daniel Cordier pour l'art. Pour en savoir davantage sur sa vie et son action dans la Résistance, voir notamment:


Daniel Cordier, une voix de la résistance.


Décès de Daniel Cordier, compagnon de la Libération et collectionneur d'art | Connaissance des Arts

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search