Que verra-t-on à l’exposition Lucio Fontana ?

Concetto spaziale, 1957, aniline et collage sur toile, inv. A23933, appartenant au Stedelijk Museum d’Amsterdam (Pays-Bas),

http://www.stedelijk.nl/en/artwork/4984-concetto-spaziale

un  tableau culte prêté pour l’exposition « Lucio Fontana (1899-1968), rétrospective », présentée au Musée d’art moderne de la ville de Paris du 24 avril 2014 au 24 août 2014 :

“Né en 1899 à Rosario en Argentine de père italien, sculpteur de formation, il passera la majeure partie de sa vie à Milan. Exploitant toutes les possibilités de la sculpture polychrome (terre cuite, céramique, mosaïque) et collaborant avec des architectes, il est un des premiers artistes abstraits italiens dans les années 1930. Il passe la Seconde Guerre Mondiale en Argentine. De retour à Milan en 1947, il devient la figure de proue du mouvement spatialiste qu’il définit dans divers manifestes. Ce mouvement part de l’espace et de la lumière pour concevoir des œuvres en relation avec le monde environnant et la conquête spatiale. Il s’incarne dans ses sculptures en céramique, ses toiles trouées et ses environnements. En 1949, il réalise ses premiers Concetti spaziali (Concepts spatiaux), toiles perforées sur lesquelles il intervient avec divers matériaux et couleurs vives. Après une rétrospective à la Biennale de Venise en 1958, il commence sa série de toiles fendues, les Tagli et devient une figure de référence pour les artistes des années 1960″ : http://www.mam.paris.fr/fr/expositions/lucio-fontana

Fontana a exposé  le monochrome intitulé Concetto spaziale, Attesa à la Biennale de Venise en 1958. L’artiste est exposé pour la première fois dans un musée français en 1960 au musée des Arts décoratifs à Paris, au sein de l’exposition collective sur la peinture intitulée “Antagonismes”  ( commissariat de François Mathey et Julien Alvard) : figuraient alors à ses côtés Bacon, alors peu connu, Dubuffet qui refusait en général de figurer en France dans les expositions collectives, mais aussi Soulages, Hartung, Yves Klein.. On ne dira jamais assez le rôle précurseur mené dans le domaine de l’exposition de l’art vivant, par ce musée et son conservateur durant ces années cinquante, soixante et soixante-dix.

Sa fondation : http://www.fondazioneluciofontana.it

Lucio Fontana ne manquait pas d’humour et a participé  en pleine période des ” Tagli (1958-1968)” à l’exposition collective “Antagonismes II l’Objet” au musée des Arts décoratifs en 1962 : il y présentait des robes bien entendu coupées portées par des mannequins.

L’album Maciet de la bibliothèque des Arts décoratifs en garde quelques clichés.