L’art “dégénéré” bientôt en ligne

La lettre d’information du célèbre magasine d’art brut Raw Vision, relaie l’information selon laquelle le Victoria et Albert Museum de Londres va mettre en ligne, vers la fin de ce mois,  le seul inventaire subsistant des œuvres qui ont été listées et qualifiées par le régime nazi de “dégénérées” et dont certaines ont été exposées lors de la fameuse exposition itinérante (1937/1938) sur l’art dégénéré, “Entartete Kunst”. Le régime nazi a ainsi répertorié 16 558 œuvres d’art qui furent ensuite vendues, prêtées ou détruites.

Pour en savoir plus sur cette future publication en ligne voir :

V &A to publish German 1941-1942 list of ‘Degenerate Art’ :  “Scholars internationally have used the document since its arrival at the Museum, and copies have been shared with institutions around the world. However, images of the original pages have not been available online so far. Martin Roth, V&A Director, said: “This list is so significant for all those who work in the field of provenance research. The recent Gurlitt case highlights how important it is for this original document to be made available in its entirety to as wide an audience as possible by publishing it online.” The document will be accessible on the V&A website from late January 2014. online”http://www.vam.ac.uk/b/blog/network/history-page-va-publish-german-1941-1942-list-degenerate-art-online

La liste en question inclut tout aussi bien Picasso que Van Gogh, et d’autres artistes de la collection d’art brut d’Hans Prinzhorn.  Psychiatre et historien d’art, Prinzhorn a constitué une importante collection d’art des “fous” : http://www.rzuser.uni-heidelberg.de/~gf7/index_eng.shtml

Adresse

La collection Prinszhorn, cachée et sauvegardée, a été redécouverte et exposée en 1963 par Harald Szeemann à la Kunsthalle de Berne. Il considère  alors qu’il s’agit d’art psycho-pathologique.

Ce n’est pas la démarche qu’adoptera Jean Dubuffet, qui a constitué sa propre collection et qui crée le concept d’art brut, regroupant sous ce vocable les productions de personnes exemptes de culture artistique . C’est ainsi que des œuvres de sa collection personnelle seront présentées et exposées pour la première fois au musée des Arts décoratifs de Paris en 1967 à l’initiative de François Mathey.