Centenaire de 14/18 : des expositions pour dépeindre la guerre

Alors que le rendez-vous des historiens à Blois débute prochainement pour évoquer la puissance des images, de nombreuses expositions temporaires font le point sur quelques réalités de la guerre de 14/18, à l’occasion de la célébration prochaine du Centenaire de l’armistice.

Parmi l’ensemble de ces manifestations, voici quelques expositions temporaires (dont certaines ont déjà débuté), soutenues ou pas par la Mission Centenaire 14-18 et qui peuvent retenir l’attention. Quel que soit leur format, leur localisation ou leurs ressources, elles mettent toutes l’accent sur des aspects moins connus de la Grande Guerre et sont accueillies dans des lieux très variés :

En Alsace tout d’abord – la Maison des arts de Bischwiller, De 14 à 18 : des tranchées aux avenues est une exposition bilingue français allemand, (labellisée par la Mission Centenaire 14-18 et soutenue par le Souvenir Français). Elle s’achève le 31 décembre 2018. Elle est organisée par Bénédicte Mathey-Fuss, et évoque le contexte de cette guerre s’attachant à ceux qui l’ont vécue des deux côtés du front, soit près de 180 pièces issues de musées, archives et collections privées :

Les Dernières Nouvelles d’Alsace en font un compte rendu élogieux :    En fond sonore, des morceaux de musique patriotiques, allemands, ou de la chanson française datant de l’époque 14-18. Sous les lumières, protégés par leurs vitrines, des objets riches de leur histoire. Les pièces d’une mosaïque qui raconte la Grande guerre autrement. Qui évoque ceux qui l’ont subie, au front ou à l’arrière. Ceux qui en ceux revenus aussi. Difficilement le plus souvent.. Financée en partie par la Mission Centenaire 14-18, elle prend la forme d’une collection d’objets répartis en espaces thématiques, pour mieux aborder les différents aspects de la vie pendant le conflit.

Le premier thème abordé est celui du climat qui règne en Alsace entre 1870 et 1914. De la francophilie de certains Alsaciens à la « poudrière des Balkans », le jeu d’alliances qui fait basculer l’Europe dans la guerre après l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand le 28 juin 1914. Le parcours conduit ensuite le visiteur à s’intéresser à « la tendre enfance des conflits ». D’un côté, des éléments d’uniformes. Le stirnpanzer, casque allemand de plus de 6 kilos, est posé à côté du casque Adrian en métal léger. 

Le monde de l’enfance en temps de guerre est également traité :

Les petits soldats français sont des prêts du Musée du jouet de Colmar et du Musée Tomi Ungerer de Strasbourg, explique Bénédicte Mathey-Fuss, commissaire de l’exposition et chef du service culture de Bischwiller. Les soldats germaniques sont un prêt de particuliers allemands : il est extrêmement difficile d’en trouver aujourd’hui.

Le destin des combattants ensuite est évoqué : une pelle, quelques douilles, et des plaques commémoratives allemandes et françaises affichant une liste de noms. Des Alsaciens, morts sous l’un ou l’autre uniforme. Une affiche confronte la vision dépassée qu’entretient l’état-major au sujet de la guerre, de la victoire par « le choc des masses formées par les armées », à la réalité des centaines de milliers d’hommes envoyés à la mort.

L’exposition décrit également l’après-guerre : le retour des gueules cassées, leur inventivité pour compenser leurs handicaps. Un espace est spécialement consacré à la prise en charge des blessés de guerre, avec notamment quelques photos du lazaret de Bischwiller. 

L’exposition s’attarde ensuite sur la place des femmes pendant le conflit. les infirmières,  mais aussi la question de la place de la  femme dans la société d’après-guerre. Il y a une sorte de tension entre ces hommes qui reviennent et ces femmes qui se sont émancipées.  On demande aux femmes de quitter leur travail pour que les hommes puissent reprendre leur place.  La dernière pièce de l’exposition est quant à elle consacré au libérateur de Bischwiller, le général Camille Rampont.

 

L’exposition suivante, Familles à l’épreuve de la guerre, est présentée par le Musée de la Grande Guerre à Meaux et reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture. Elle bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’Etat : elle adopte une orientation résolument intimiste, Jean-Yves Le Naour, le commissaire, s’attache à présenter les bouleversements et les répercussions de la Grande Guerre pour des millions de familles.

Affiche de l’exposition au Musée de la Grande Guerre.

« Quelles répercussions la Grande Guerre a-t-elle eues sur ces millions de familles qui ont subi le conflit ?
En quoi la Première Guerre mondiale a-t-elle bouleversé la vie des foyers ? Dans le cours de l’histoire européenne et mondiale, comme sur les destins individuels, la rupture provoquée par la guerre est profonde et brutale ».

L’exposition 14 graffiti 18 

bénéficie également du soutien de la Mission du Centenaire, elle est organisée jusqu’au 30 novembre 2018, en Ardèche par Aude Poinsot au MuséAl. Elle évoque les graffitis de la cité souterraine de Naours et s’accompagne d’un programme de conférences données par des archéologuesConfrontée sans le vouloir au devoir de mémoire, l’archéologie de la Grande Guerre fournit aujourd’hui de précieuses informations permettant de nuancer et d’enrichir le discours historique. Les graffitis, écrits par les soldats au crayon gris sur les murs de la cité souterraine de Naours, racontent des histoires humaines bouleversantes. Voir le dépliant :ICI

14-18, La monnaie ou le troisième front à la Monnaie de Paris, qui bénéficie également du soutien de la Mission Centenaire 14-18, traite  d’un tout autre sujet à partir du 6 novembre 2018 :

La Grande Guerre, ce sont d’abord deux fronts. Le premier, sanglant, fut militaire, tenu par les soldats dans les tranchées, les mers et les airs. Le second, laborieux fut celui de « l’arrière », tenu par les mineurs, les ouvrier(e)s, les paysans. Dans cette guerre de positions et d’usure, le premier protège le deuxième, qui lui-même permet au premier de tenir à l’ennemi. Mais ces deux fronts n’auraient su résister si un troisième ne s’était mis en place, dès avant même le déclenchement de la Guerre : un front monétaire ! Au moyen de son exceptionnelle collection que viennent éclairer les documents d’archives prêtés par les institutions partenaires, l’exposition entend expliquer cette période clef de l’histoire monétaire moderne que caractérisent en particulier la démonétisation progressive de l’or puis de l’argent, et l’accroissement de l’usage de la monnaie papier (et du chèque postal).

Enfin, l’exposition : « Peindre les ruines. Noyon en 1918″ – est organisée par le musée du Noyonnais dans l’Oise,  du 21 avril au 16 décembre 2018 : Noyon en 1918 clôt un cycle d’expositions temporaires entamé en 2015. L’ exposition « s’appuie très largement sur les riches collections du musée du Noyonnais et valorise pour la première fois un ensemble d’œuvres peintes, graphiques et photographiques entré dans les collections du musée dès les débuts de celui-ci.

Après la Première Guerre mondiale, la peinture de guerre connaît une transformation profonde, que les œuvres sélectionnées pour l’exposition veulent refléter, sur le territoire noyonnais, tout en illustrant les graves destructions que subit la ville et la région au cours de l’année 1918. Les prêts généreux de collectionneurs privés viennent étoffer le parcours et enrichir la connaissance sur des artistes méconnus aux talents insoupçonnés.

Le catalogue de l’exposition, co-écrit par la Société historique, archéologique et scientifique de Noyon et la conservation des musées, constitue un prolongement de cette exposition.