Le papier découpé, un art populaire “transcendant”

Appelés canivets s’ils sont créés au canif, les papiers découpés relèvent d’une tradition millénaire en Chine et ont traversé les siècles en Europe, les couches sociales et même les genres. Ils ont tantôt été créés par des détenus, des nonnes, des paysans et des bourgeois aussi. Leur parcours a de quoi surprendre car l’art est difficile et minutieux, il demande de la patience, il est de l’ordre de l’intime, de la création modeste, humble, il s’offre. Il naît en maintes occasions, se manifestent lors de célébrations et aborde de nombreux thèmes : la religion et plus particulièrement le Christ, mais aussi les mariages, les fêtes ou les anniversaires.
L’ouvrage qui vient de paraitre est richement illustré et rappelle l’histoire de cet art populaire qui a pu transcender les genres, les classes sociales et les frontières.  Son auteure Felicitas Oehler, préside l’association suisse du découpage. Le parcours chronologique de son livre est centré sur l’Europe, plus particulièrement l’Allemagne et la Suisse, mais cette tradition existe aussi dans les régions de Lyon et de Besançon.

Parmi les premières créations mises en valeur, les images à décor de dentelles et les premiers canivets ( du XVIIe et de la fin du XIXe siècles). Cet art a ses collectionneurs, passionnés, ses galeries, ses expositions et ses rares musées. François Mathey, lui même collectionneur, les accueille dans son musée lors de deux expositions qui font date : “Ils collectionnent” en 1974 et “Artiste, Artisan ?” en 1977. A titre d’exemple, l’association ” trésors de ferveur” a sa propre collection de plus de 240 objets réunis depuis sa création, et gère une collection privée de plus de 4000 objets et 1500  “images de missel” comprenant, entre autres des reliquaires domestiques, des souvenirs de couvents, de pèlerinage et des canivets.

Felicitas Oehler décrit longuement dans son ouvrage les silhouettistes allemands et l’art de Johann Jacob Hauswirth (décédé en 1964), précurseur du découpage sur papier à sujet alpestre. Parmi les artistes présentés, Jean Huber, officier et juriste, peintre, graveur sur cuivre, et découpeur de papier, qui fut l’ami de Voltaire. Enfin,  notons la présence de nombreuses femmes au sein de la toute dernière génération de créateurs.