« Les Illusions perdues », aussi dit « Le soir » (1843) de Charles Gleyre (1806-1874), peinture à l’huile sur toile, 157 x 238 cm Paris, Musée du Louvre 

(Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado)

Charles Gleyre : l’académisme et ses fantasmes. Rencontre avec Michel Thévoz

A l’occasion, de l’exposition temporaire « Charles Gleyre, le romantique repenti »  qui se termine le 11 septembre 2016 au musée d’Orsay, Michel Thévoz a participé à une conférence qui peut être réécoutée  ici.

Une conférence inaugurale a été donnée par les deux commissaires de l’exposition, Côme Fabre et Paul Perrin, à réécouter à partir de ce lien.

Charles Gleyre. Autoportrait© Nora Rupp, Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne.

« Dans l’épopée qu’est l’histoire de la peinture française au XIXe siècle, le rôle de Charles Gleyre est trop souvent oublié.
Certes, ce Parisien d’adoption ne s’est guère préoccupé de sa postérité française. Né en 1806 dans le canton de Vaud, Gleyre est resté toute sa vie un citoyen de la Confédération helvétique et un farouche républicain.
Après le coup d’Etat exécré de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, il reçoit peu, n’expose plus et dédaigne les commandes publiques ; la maladie et la guerre de 1870 le contraignent à cesser son enseignement. Taiseux et solitaire, humble et cynique, Gleyre est déjà menacé d’oubli quand il meurt, en mai 1874. C’est en vain que son ami Charles Clément s’empresse de recueillir les derniers témoignages et de recenser maints chefs-d’oeuvre déjà dispersés à l’étranger : bientôt, seules les Illusions perdues, toile mélancolique du musée du Louvre, restent dans les mémoires. On se souvient qu’il fut le premier maître de Sisley, Bazille, Renoir ».

Michel Thévoz a aussi été conservateur au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Il est l’auteur en 1980 de l’ouvrage intitulé « Académisme et ses fantasmes : Le réalisme imaginaire de Charles Gleyre » qui vient d’être réédité.

livre_moyen_9782707303189

Il évoque, à travers plusieurs tableaux, cet  artiste vaudois qui trouve sa place à Paris (et qui est pourtant souvent obligé d’adapter son travail aux commandes qui lui sont faites), dans une société dont il partage apparemment les goûts mais dont il est aussi le symptôme, une société en voie de pétrification, qui voudrait arrêter l’histoire. Le goût prononcé du peintre pour les scènes violentes et obscènes (comme dans le tableau « Néron tuant sa mère »), s’accompagne d’audaces picturales, dignes de ses élèves impressionnistes, qui contribueront pourtant à son oubli.

Est-il « académique » ? Ce vaudois n’a pas de prix de Rome, ne sera pas membre de l’Académie, et si sa peinture semble classique, sa catégorisation ne va pas de soi.

Michel Thévoz propose d’adopter une nouvelle approche et un nouveau vocabulaire, pour analyser les rapports effectifs, les tensions, entre les tendances « modernes », avant-gardistes et les tendances classiques, « néoclassiques », comme le propose par exemple Nathalie Heinich dans son ouvrage Le paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique.

En effet, les peintres du XIXe siècle qui ont depuis été identifiés sous les étiquettes « d’impressionnistes » ou « d’académiques » voire de « pompiers »  se fréquentaient, interagissaient. Il faut, d’après Michel Thévoz, revisiter  régulièrement l’histoire de l’Art : ce passé est « imprévisible », il doit faire l’objet d’une relecture périodique.

C’est le constat que dressait aussi Jean Clair en 2011 lorsqu’il a évoqué à ma demande les expositions pionnières de François Mathey aux Arts Décos :

« Je me souviens très bien de l’exposition « Equivoques », en 1973, qui portait sur la peinture du XIX ème siècle à laquelle je m’intéresse tout particulièrement. Cela montrait que les exclusions et les jugements péremptoires des critiques d’art n’étaient pas fondés, qu’il n’y avait jamais eu cette dichotomie violente entre la peinture académique et la peinture novatrice : des passerelles existaient, même si elles restaient au premier coup d’œil, invisibles. Il y avait aussi dans cette exposition (outre l’ironie, la provocation, l’audace) un intérêt pour l’iconologie : pour le portrait, les physionomies, qui m’intéressait beaucoup ».

EQUIVOQUESequivoques

Equivoques. peintures françaises du XIXe siècle. catalogue  et affiche de l’exposition qui a eu lieu au musée des Arts décoratifs du 9 mars au 14 mai 1973 (commissariat : Olivier Lépine et François Mathey).

 

 

CUIR-300x270

Raphaël Cuir : un critique d’art sur internet

Epoux de l’artiste Orlan, Raphaël  Cuir est un spécialiste de la représentation du corps humain dans l’histoire de l’art. Il vient de publier un ouvrage intitulé  « Renaissance de l’anatomie ».

9782705692339-208x300

ob_d2cf1f_mlp108795

Il est  également  président de la section française  de l’Association internationale des critiques d’art (AICA) .

Il intervient ici avec Didi-Huberman :

Il a été l’un des précurseurs de l’art à la télévision en lançant la chaîne « Mémoires actives » sur Internet en 1999, dont voici un best of.

Le critique a clos à la Villa Arson en 2012 un colloque sur la performance. Il évoque  les questions de champ et de définition que pose ce terme, qui renvoie à des actions et des pratiques artistiques très différentes. Un autre mode d’exposition   » de la vie même ».

Intervention dans le cadre du colloque « La performance : vie de l’archive et actualité », AICA-France/Villa Arson.2012.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cy-Twombly-Fontainebleau-5-thumb-900x544-42564

La très attendue exposition « Cy Twombly »

Au Centre Pompidou : du 30 novembre 2016 au 24 avril 2017, est programmée la première rétrospective de l’œuvre de Cy Twombly, organisée en Europe depuis le décès de l’artiste survenu en 2011. Elle est donc très  attendue.

Elle bénéficiera  de la collaboration de la Cy Twombly Foundation et de son président Nicola del Roscio, de la Fondazione Nicola Del Roscio, à Gaeta et du soutien d’Alessandro Twombly, le fils de l’artiste.

« Elle reviendra sur la carrière de ce grand artiste américain. Construite autour de trois grands cycles: Nine Discourses on Commodus (1963), Fifty Days at Iliam (1978) et Coronation of Sesostris (2000), cette rétrospective propose un parcours chronologique de 140 peintures, sculptures, dessins et photographies entre l’héritage de l’expressionnisme abstrait américain et les origines de la culture méditerranéenne.

Si ses premiers travaux des années 1950 sont marquées par le primitivisme de l’époque, l’artiste achèvera sa carrière avec une oeuvre particulière, un plafond « bleu Giotto » rectangulaire réunissant une quarantaine de cercles d’autres couleurs figurant des boucliers antiques et sept cartouches portant le nom de sept sculpteurs célèbres de l’Antiquité grecque, commande du Musée du Louvre.

image_80

Rétrospective complète de l’oeuvre de Cy Twombly, elle souhaite souligner l’importance que celui-ci accorde aux cycles et aux séries dans lesquels il réinvente la grande peinture d’histoire. »

Toujours d’actualité pour découvrir l’oeuvre  de cet artiste, cette monographie intitulée  » Cy Twombly. Peindre, dessiner, écrire « (Paris, Éditions du Regard, 2004).

2016-08-15-21-28-48--2142378052

Et un site dédié à l’artiste retrace sa carrière artistique

Cy-Twombly-Fontainebleau-5-thumb-900x544-42564 pic01

 

 


Cy Twombly : Blooming, 2001 – 2008 Courtesy Archives Fondazione Nicola Del Roscio Photo : Studio Silvano, Gaeta © Cy Twombly Foundation
En savoir plus sur http://www.evous.fr/Exposition-Cy-Twombly-1190381.html#quGHmXqGKQwxXSih.99

 

 

A la recherche d’une oeuvre-signal

Signaler le musée dans la ville grâce à  une oeuvre contemporaine ? A Rennes , il  y aura bientôt une telle oeuvre sur la façade : « Cette oeuvre d’art, plutôt moderne, permettra de mieux repérer le bâtiment situé quai Emile Zola, en centre-ville de Rennes. Un appel d’offres est lancé aux artistes jusqu’au 9 septembre. La Ville de Rennes a lancé une commande publique pour qu’un artiste réalise une œuvre d’art sur la façade du musée des Beaux-Arts, sur les quais.

L’enjeu est de mieux signaler le bâtiment, « l’idée est que le musée sorte de ses murs, précise Anne Dary, la directrice du musée. Il faut que l’on voie, de l’extérieur, que c’est un lieu d’art, car aujourd’hui, beaucoup ne savent pas où se trouve le musée des Beaux-Arts à Rennes, pourtant idéalement situé. Le bâtiment est anonyme dans le tissu urbain. »

Les artistes ont jusqu’au 9 septembre pour déposer une idée. Un jury constitué de six personnes, (l’élu chargé des musées, l’élu à l’urbanisme, le conseiller aux arts plastiques de la Drac, la directrice de la culture de la Ville, la directrice du musée, un conservateur du musée) sera chargé de présélectionner entre trois et quatre projets »…

La pratique est-elle  courante ?

Voici un bref  tour des façades enrichies d’une  oeuvre et/ ou d’un  signal éphémère  ou permanent :facade_mac_de_lyon_ok_1

La  façade du musée d’art contemporain de Lyon (MAC).

musee-d-art-moderne-et

Au musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice.

Eli et Edythe Broad à Los Angeles  ont créé un  musée d’art contemporain pour  leur collection, le Broad Museum, au signal  immanquable :

blog

Oeuvre éphémère enfin  à Liège, et spectaculaire signal :

IMG_0715-800x600Fresque sur la façade du musée des Beaux-Arts de Liège.

Les 9, 10 et 11 mai 2014, a eu lieu le Festival Connexions Urbaines, un festival itinérant qui propose concerts, expos, spectacles, performances… dans de nombreux lieux publics et privés au centre de Liège.

A cette occasion et en collaboration avec Spray Can Arts, l’artiste espagnol Oscar San Miguel Erice a réalisé une fresque sur la façade du BAL.

capture_decran_2016-02-25_a_12_08_45

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.