Histoires, musées, expositions : parutions récentes pour la nouvelle année

Voici pour la nouvelle année, quelques parutions et manifestations récentes, susceptibles d’apporter d’autres éclairages sur des sujets en rapport avec l’histoire et son exposition :

– Sur l’art contemporain dans la revue Critique d’art,  dont le sommaire du numéro 49 est en ligne, voir notamment  Elitza DulguerovaPenser avec les grandes manifestations périodiques : l’espace, l’histoire, l’art .

-Sur « La cérémonie publique dans la France contemporaine » : l’introduction du séminaire parue sur le site du comité d’histoire du ministère de la culture – Politiques de la culture, par Patrick Garcia, professeur à l’Université de Cergy-Pontoise, chercheur à AGORA Cergy-Pontoise et chercheur associé permanent à l’Institut d’histoire du temps présent.

-Sur l’histoire de l’art brut, à l’occasion des 40 ans du musée de Lausanne : les actes du colloque organisé en novembre 2016, sont parus :  Vincent Capt, Sarah Lombardi et Jérôme Meizoz (dir.), L’ART BRUT. Actualités et enjeux critiques, Ed. Antipodes, Lausanne, 2017.

De plus en plus de chercheur·e·s de toutes disciplines se penchent sur ces objets issus de lieux non répertoriés, tirés d’on ne sait où par des personnes sans légitimité artistique aucune. Un peu d’effet de mode, ainsi qu’un long travail de défense de l’Art Brut par des collectionneurs et par des amateurs, font de cet art hors catégorie un Sujet d’étude. Car cet objet, l’Art Brut, se révèle rapidement comme Sujet, actif, qui chahute des disciplines universitaires encore bien cloisonnées, qui les force à sortir de leur zone de confort et même à collaborer. En témoignent dans ce livre des textes d’historiens, de linguistes, de poéticiens, de sociologues, de critiques d’art et de théoriciens de l’esthétique.

-Un ouvrage du regretté Laurent Danchin sur Mai 68 : Laurent Danchin, Mai 68 : Entre Pierre Grappin et Benny Lévy.  MYCELIUM,   Les Bonbons aux  éditions LELIVREDART :

Pour ma part, de toutes ces années de lutte violente, d’agressivité et de contestation sans indulgence, j’ai gardé la conviction que l’on était à un tournant fondamental de l’histoire, dans une mutation de culture et de civilisation de très grande ampleur, dépassant de loin le cadre d’une seule vie humaine. Une époque critique où il fallait tout reconstruire à partir de nouvelles fondations.

As for me, from all these years of violent struggle, verbal agressiveness and protest without indulgence, remains the conviction we were at a fundamental turn of history, in a large-scale mutation of culture and civilisation exceeding by far the scale of a single human life. These were critical times when everything had to be rebuilt from new foundations.

Pour les autres publications de Laurent Danchin, voir notamment les Archives du site Mycelium.

– Enfin, sur une autre période historique, plus longue (1880-1930), à signaler la série de manifestations et d’expositions  actuellement  présentées à Strasbourg  :

LABORATOIRE D’EUROPE. STRASBOURG, 1880-1930
Du 23 septembre 2017 au 25 février 2018, Laboratoire d’Europe, Strasbourg 1880-1930,  cette vaste manifestation pluridisciplinaire organisée par les Musées de la Ville de Strasbourg en collaboration avec l’Université de Strasbourg, offre un ensemble d’expositions et de manifestations culturelles à travers la ville. La période chronologique retenue indique la volonté de déplacer le regard d’une histoire événementielle vers une approche d’un temps plus long, celui des productions et des échanges culturels qui  fondent aujourd’hui encore  la singularité strasbourgeoise. Le Commissariat général est assuré par Roland Recht et Joëlle Pijaudier-Cabot.

Voir l’application téléchargeable, accompagnant la visite.

Les treillis soudés d’Edoardo Tresoldi

Edoardo Tresoldi, Locus  (Photographie Roberto Conte DR).

L’artiste Edoardo Tresoldi né en 1987 dans la province de Milan, est considéré comme l’un des nouveaux talents italiens. Depuis 2016, il est à l’origine de  créations différentes : la « reconstitution » de la Basilique de Siponto et une création architecturale éphémère vu au Bon Marché cet automne. Ces créations sont réalisées à partir de treillis soudés.

Photographies de  Giacomo Peppo (DR).

Le souvenir d’une basilique : «  De ses treillis soudés, il crée des architectures qui sont lien entre le ciel et la terre. En 2016, Il fait revivre dans le sud de l’Italie (entre Pescara et Bari sur la mer Adriatique) la basilique Santa Maria Maggiore di Siponto qui était en ruine depuis le XIIIème siècle. Linstallazione-di-Edoardo-Tresoldi-per-la-Basilica-paleocristiana-di-Siponto-©-Giacomo-Pepe-6[1]4 500 mètres carrés de treillis soudé, un poids de 7 tonnes, une structure haute de 15 mètres et 3 mois de travail pour l’équipe de jeunes architectes et d’ingénieurs chargés du projet. C’est aussi un projet pertinent qui va changer radicalement la perception d’un site historique majeur.  Dans son tissage de fil de fer, de ses treillis tressés, Edoardo Tresoldi crée une architecture transparente en rappel d’un tremblement de terre. […] Au départ, pour le ministère de la culture, il s’agissait de créer une couverture pour protéger une très ancienne mosaïque chrétienne.

L’ artiste précise que « le  projet a évolué plusieurs fois, jusqu’à ce que l’architecte Francesco Longobardi voit mon travail et ma pensée” .

Il sera soutenu par le surintendant archéologue Luigi La Rocca. C’est à ce moment-là que le projet a pris forme et que l’idée a été de composer une installation contemporaine dialoguant avec l’architecture du passé.

Autre réalisation cette fois à Paris : le Bon Marché, centre commercial de luxe, a présenté une nouvelle exposition pour  ses clients , sous le nom de  « Aura » : Edoardo Tresoldi a monté deux grandes structures métalliques représentant des fantômes de l’architecture italienne ancienne. Ces structures ont été construites à partir d’armatures de fil métallique.

L’œuvre  a été réutilisée dans le cadre  de la soirée caritative annuelle de la Elton John AIDS Foundation  qui s’est tenue récemment à Londres :

Colloque « Art et Camouflage »

Le colloque « Art et camouflage » se déroulera les 14 et 15 décembre prochains à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris : Ce colloque est proposé par Patrice Alexandre, artiste, ancien enseignant aux Beaux-Arts de Paris, Jean Yves Jouannais, critique d’art, essayiste, enseignant (Beaux-arts de Paris), Alexandre Lafon, historien, conseiller à la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, Patricia Ribault, enseignante (Beaux-arts de Paris, Humboldt Universität Berlin) et Didier Semin, enseignant, (Beaux-arts de Paris), en collaboration avec le séminaire « Spatialisation de la mémoire » de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne.

Avec le soutien de la Mission du centenaire 14-18, de la Première Guerre mondiale :

« Dans Autobiographie d’Alice Toklas, paru en 1933, Gertrude Stein raconte une anecdote restée célèbre : en 1914, Picasso, voyant, boulevard Raspail à Paris, un canon recouvert de motifs zébrés noirs, kaki et ocre, en partance pour le front, se serait écrié « c’est nous qui avons fait ça ! ». « Nous », c’est-à dire, bien entendu, les cubistes. L’affirmation n’était pas absurde. Guirand de Scevola, un portraitiste qui a créé dans l’armée française, au début de la Première Guerre mondiale, les « sections de camouflage», a dit même s’être inspiré des formes brisées de la peinture cubiste pour concevoir les premiers motifs destinés à dissimuler sur les champs de bataille combattants et matériels. »

 Si en 14-18, l’armée française crée donc la première section de camouflage ( dont l’emblème est un petit caméléon brodé sur un brassard rouge et blanc), il est moins sûr que ses activités soient inspirées du cubisme :

Ce « mythe cubiste » repose sur des bases fragiles. En fait, si certains liens existent en effet entre cubisme et camouflage, les cubistes n’ont pas été à l’origine de cette activité nouvelle au sein de laquelle ils ont toujours été en minorité. Car en 1915-1918, il s’agissait bien moins de décomposer les formes que d’imiter le plus scrupuleusement possible la nature afin de dissimuler armements, positions, routes, véhicules, etc. Ainsi, même si cette vision des choses paraît moins séduisante, peut-être est-il temps de reconnaître que ce sont finalement les décorateurs de théâtre, d’opéra ou de cinéma qui ont donné le ton dans cette pratique nouvelle.

A découvrir dans le programme : prg-Colloque-CAMOUFLAGE-cahier-maison-DEF.-1.12.18

Les artistes d’art brut, autodidactes, et naïfs des Balkans d’hier, et les artistes singuliers d’aujourd’hui, à la Halle Saint Pierre

Un billet d’entrée pour deux expositions temporaires à la Halle Saint Pierre (qui ne présente pas de collections permanentes)  : les auteurs Caro et Jeunet  exposent  avec brio au RDC :

A l’étage, l’exposition « TURBULENCES DANS LES BALKANS  » est présentée du 7 septembre 2017 au 31 juillet 2018. Elle  rassemble essentiellement des artistes contemporains serbes et des artistes d’ art naïf et d’art populaire plus anciens et reconnus, Ilija Bosilj et Sava Sekuli, qui ont connu les deux guerres mondiales. Les premières critiques l’ont noté : le mélange des générations est totale. La diversité des styles est très grande. Les catégorisations traditionnelles sont dépassées, comme souvent à la Halle Saint Pierre, l ‘essentiel étant, de se placer  » sous le vent de l’art brut . »

Le dossier de presse propose la synthèse suivante :  L’exposition Turbulences dans les Balkans poursuit les prospections que la Halle Saint Pierre mène depuis plus de vingt ans aux frontières de l’art brut. La scène artistique des Balkans donne à voir ses territoires alternatifs riches de leur complexité et leur diversité. Gardiens du grand héritage de l’art populaire, icône de la pop culture, explorateurs de langages archaïques ou magiciens du matériau brut, tous ces artistes inventent des mondes singuliers travaillés par une Histoire déchaînée autant que par les sentiments et les instincts excessifs qui enflamment leur relation au monde. TURBULENCES, est la métaphore de ces expériences intimes mises en images, en émotions et en réflexions. C’est le vent de l’art brut qui relie organiquement ces formes d’art différentes mais pourtant voisines.  Comment ne pas porter sur Ilija Bosilj et Sava Sekulic, maîtres de l’art naïf yougoslave, un œil neuf libéré du jugement de la naïveté.(…). Dans leur sillage Matija Stanicic, Milan Stanisavljevic et Barbarien feront également pencher leurs œuvres du côté brut de la force psychique.  Mais ce sont les compositions torturées de Jakic, que l’artiste vivait non pas comme « un dessin ou une peinture, mais comme une  sédimentation  de douleur »  qui nous plongent implacablement dans un monde archaïque, déstructurant dans le même temps nos logiques rationnelles.

A noter qu’il y a peu d’artistes femmes dans cette exposition, dont voici quelques vues :

Nina Krstic, conservatrice du Musée d’art Naïf et Marginal de Jagodina en Serbie, conserve et protége ce patrimoine artistique . Elle présente des artistes aux entreprises très différentes,Siljan Joskin, Ivana Stanisavljevic, Igor Simonovic , Ljubisa Jovanovic Kene ou Vojkan Morar :  Ils  ont gagné la reconnaissance au sein de la tribu créatrice complexe et plurielle des artistes « outsiders ». La rencontre de l’art brut et des Balkans n’en est cependant qu’à ses premiers développements, loin de la vulgarisation  en cours en Europe occidentale et aux Etats-Unis. Autrefois poudrière, aujourd’hui morcelés et en quête de stabilité, les Balkans tentent d’exister ailleurs que dans le poids du passé, que ce soit un passé lointain marqué par la domination des Empires, les mythes nationaux, ou un passé proche fait de conflits armés. En marge des institutions une scène artistique alternative voit le jour. (…) L’association Art Brut Serbia, fondée par Goran Stojcetovic s’est donnée pour mission  de créer émulation,  rencontres,  partage aussi ses membres, dont Danijel Savovic, Budimir Pejakovic, Bojan Dordevic Omca, Dragan Gagac Jovanovic, Dragan Radovic Cica,  sont  de sensibilité très différente et d’une grande variété d’inspiration. L’association collabore étroitement avec le centre culturel autonome Matrijarsija dont l’objectif est d’être un « générateur puissant d’art turbulent ». (…) Turbulences dans les Balkans met en acte le besoin existentiel de ces artistes de penser le monde en le poétisant, de faire résonner un langage qui ne raisonnerait plus. (Extraits du texte du catalogue de Martine Lusardy, directrice et commissaire de l’exposition.)

Quelques illustrations choisies parmi  les très nombreux artistes présentés  : les dessins de Zoran Tanasic  (déjà salué par le magasine Raw Vision en 2009)placardés dans différents lieux de la ville, font de l’espace public le théâtre éphémère de son récit personnel.TANASIC par Ivan ZUPANC,

Sava Sekulic, né en 1902, à Bilisani, en Croatie, décédé en 1989, à Belgrade, en Serbie

 

 Ilija BOSILJ BASICEVIC ( né en 1895, à Sid, Serbie, décédé en 1972) :

Vojislav JAKIC  (1932-2003), originaire de Macédoine, un autre classique, qui figure dans la collection de l’art brut de Lausanne, dont l’une des œuvres figure sur l’affiche de l’exposition et une autre, très remarquée, en tête de ce billet ( Vojislav Jakic, Le dessin sanguinaire, 1973. 622 cm x 312. Musée national Kraljevo).

 V. Jakic, Tortues siamoises, apothéose de la guerre, 1999.

L’une des rares artistes femmes  présentées,  Matija STANICIC (1926-1987) :

 

 

 

 

 

 

STANICIC Matija, Anniversaire, env. 1976-1977, 100x71cm, techniques mixtes sur papier carton, MNMA.

Parmi la jeune génération, signalons Ivana STANISAVLJEVIC, née en 1977 à Belgrade , déjà repérée par le marché de l’art :

Château sur roues (017), 2003.

et Boris DEHELJAN, et son Jimmy Hendrix, de métal (2016).

 

 

 

 

 

 

A noter que, parallèlement à Belgrade,  après des années de travaux, le musée d’art contemporain vient de rouvrir ses portes, closes depuis 2007.

Le précieux art textile de Marie-Rose Lortet

Tricologie monacale© DR Photo Clovis Prevost. 

Au 52 rue Jacob, face à l’emplacement historique de la galerie fondée par Alain Bourbonnais à Paris, la petite galerie d’art et librairie, représentante de la Fabuloserie, expose du 28 octobre 2017 au 30 décembre 2017, les créations de Marie-Rose Lortet.

Cette plasticienne strasbourgoise vit et « tresse » depuis plus de 40 ans à Vernon. En 1967, ses « ouvrages » sont remarqués par Jean Dubuffet qui lui achète quelques pièces.  Elle expose Galerie Delpire en 1969 puis à l’ atelier Jacob. Gilbert Lascault, Colin Rhodes, Linda Goddard, Lucienne Peiry, Laurent Danchin et bien d’autres conservateurs et critiques d’art, ont depuis rendu célèbres ses travaux délicats et poétiques, qui ont rejoint notamment  les collections permanentes nationales, mais aussi celles de la collection de la Neuve Invention à LausanneElle figure depuis longtemp au sein des collections de la Fabuloserie. Alain Bourbonnais l’a fera participer à l’exposition des Singuliers de l’art en 1978, alors que Suzanne Pagé est directrice de l’ARC2, section d’art contemporain du musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Architectures de fil, territoires de laine, Masques de laine, théâtre de têtes, ses créations très diverses ont été exposées en 2016 au château de Laval.

Sources :

Collection en ligne du FNAC :

Marie-Rose LORTET Strasbourg (Bas-Rhin, France), 1945.

Vêtement de pluie n°44. Autre titre : Objet qui lutte contre son environnement1987. Objet-sculpture Coton, lin, sucre, résine 100 x 85 x 35 cm S. à la base : Rose Lortet Achat à l’artiste en 1989 Inv. : FNAC 89314 Centre national des arts plastiques. En dépôt depuis le 23/05/1995 : Musée d’art et d’industrie (Roubaix).