Archives par mot-clé : surréalistes

Bijoux d’artistes au Musée des Arts Déco

Très agréable promenade pour les amateurs de bijoux au Musée des Arts Décoratifs à Paris : du 7 mars au 1er juillet 2018, le musée présente l’exposition Bijoux d’artistes, de Picasso à Jeff Koons, inspirée des collections personnelles de Diane Venet, journaliste de formation, épouse de l’artiste Bernar Venet, qui collectionne depuis trente ans les bijoux d’artistes et cherche à comprendre le cheminement de chaque objet, leurs histoires et garde les souvenirs de ses rencontres avec les artistes qu’elle évoque  dans un livre paru  en 2011 : Bijoux d’artistes, de Picasso à Jeff Koons.

Le parcours  est essentiellement chronologique et revisite les courants artistiques internationaux, de l’art moderne à l’art contemporain, en mettant en regard quelques tableaux face aux vitrines :  des surréalistes aux nouveaux réalistes, du pop art au cinétisme, les bijoux dans leur vitrine  sont valorisés face aux quelques oeuvres de Dali, Ernst, Hains, Soto ou Roy Lichenstein,  Niki de Saint-Phalle, qui sortent de la  pénombre. La scénographie a été confiée à l’architecte d’intérieur Antoine Plazanet et aux graphistes Éricand Marie.

Niki de Saint-Phalle fait partie des donatrices qui ont enrichi le fonds des collections permanentes du musée. Alexandre Calder, Louise Bourgeois, Arman, Mathieu, César,  Wilfredo Lam, les young british artists et Weiwei, ont aussi créé des bijoux qui figurent dans ce parcours.

soit 15artistes français et internationaux et 230 bijoux. 

Le bijou d’artiste est une œuvre en soi et la joaillerie,  un terrain d’expérimentations.  Avec cette exposition, Diane Venet et la commissaire Karine Lacquemant illustrent un chapitre de l’histoire de l’art peu connu.

Claude Lévêque  et Jean-Luc Moulène ont réalisé, à la demande de Diane Venet, des bijoux inédits. Le parcours s’achève sur une scène contemporaine anglaise très active, la Young British Artists, à l’instar de Damien Hirst. 

L’ exposition est effectivement Non exhaustive, subjective et poétique. Ce peut être l’occasion aussi de revisiter les collections permanentes du musée des Arts décoratifs, qui en ce domaine, également, sont d’une grande richesse.

Picabia, historien des années 1920

A l’occasion des 60 ans de sa mort, rééditition de l’unique roman de Francis Picabia : Caravansérail.

“Texte de référence épuisé depuis des années, Caravansérail est un roman autobiographique, mais aussi un document majeur où l’artiste règle ses comptes avec les principaux acteurs de dada, du surréalisme et du monde de l’art en général.  Publié à titre posthume en 1974, il était épuisé depuis les années 1980. Ce projet artistique, intellectuel et patrimonial apporte sur les années 1920 un éclairage historique jubilatoire et unique.  Unique roman de Francis Picabia, Caravansérail : tel est le sésame et l’ultime réponse de ce roman où il exprime l’essentiel de ses idées.  Texte autobiographique à clés et à tiroirs, Caravansérail se présente comme une série de tableaux évoquant avec causticité l’esprit d’une époque”.

Picabia en rupture avec les Surréalistes et Breton, crée ici un roman à son image : sa relecture finale n’aura pas lieu car Picabia ne trouve pas d’éditeur. Il abandonne ce texte et se lance en 1924 dans la création du Ballet “Relâche” révolutionnaire, une rupture créatrice dont les membres de Fluxus peuvent se réclamer.

Lire des extraits :
http://widget.editis.com/belfond/9782714456595/#page/1/mode/1up

A redécouvrir à cette occasion :

Christian Derouet, Francis Picabia ; lettres à Léonce Rosenberg 1929-1940, Cahiers du Mnam, 2000.


© Francis Picabia – la révolution Espagnole 1937 (huile sur toile)

Drouot vend des dieux amérindiens aux enchères

hopis-masques-2224323-jpg_1933843_480x209Deux articles du journal Le Point appellent l’attention sur la vente à Drouot (Paris) le 9 décembre d’objets sacrés d’une tribu amérindienne :

http://mobile.lepoint.fr/culture/masques-hopis-dieux-aux-encheres-08-12-2013-1765994_3.php

Le masque “Mère corbeau” vendu le 9 décembre à Drouot. Arnaug Guillaume / AFP

http://mobile.lepoint.fr/culture/masques-hopis-les-etats-unis-veulent-suspendre-la-vente-07-12-2013-1765918_3.php?type=acc

Voir également :

http://www.france24.com/fr/20130410-indiens-hopis-vente-encheres-masques-drouot-neret-minet-tessier-sarrou-etats-unis

“Pour les Hopis, qui sont environ 18 000, répartis dans 12 villages dans le nord de l’Arizona, ces objets faits de cuir ou de bois, ornés de crin de cheval ou de peintures, ne sont en effet pas considérés comme de l’art, mais comme des êtres vivants qui n’auraient jamais dû quitter leur territoire. ‘Ils permettent de personnifier des esprits, les ‘Kachinas’, qui vont faire venir la pluie ou encore permettre la fécondité. Ils sont utilisés dans un cadre religieux. Ce sont des amis”, précise à FRANCE 24 l’anthropologue Patrick Pérez, auteur de “Les Indiens Hopi d’Arizona : six études anthropologiques” (éd. L’Harmattan, 2004).”Perez-Patrick-Les-Indiens-Hopi-D-arizona-6-Etudes-Anthropologiques-Livre-896268772_ML

La justice a débouté à deux reprises l’association “Survival International”, qui contestait la vente d’objets sacrés d’une tribu amérindienne. L’ambassadeur des USA en France demande la suspension de la vente pour que la tribu dont proviennent ces œuvres identifie les objets cultuels à retirer de cette vente.

Si certains objets peuvent être échangés sur le marché (comme les petites poupées Kachina donnés aux enfants amérindiens et, pendant des années, vendus aux touristes), d’autres en revanche n’ont rien à y faire bien que ces ventes soient en Europe, comme aux Etats-Unis, légales : pour l’historienne Joëlle Rostkowski, spécialiste des Indiens d’Amérique et enseignante à l’EHESS, ces masques sont portés lors des rituels par des danseurs qui abritent alors en eux les esprits. Ils ne sont pas montrés en dehors de ces occasions.

Le catalogue Drouot :
http://catalogue.drouot.com/html/d/index.jsp?id=17979

L’avocat français de Survival International, Pierre Servan-Schreiber précise : “Nous avions travaillé à une définition des objets cultuels qui pourraient être interdits à la vente :

– qu’ils soient issus d’une communauté d’hommes qui les considère comme absolument essentiels à sa culture ;

– que cette communauté soit toujours existante ;

– qu’ils appartiennent non à un individu, mais à la communauté qui s’en prévaut ;

– qu’enfin ils ne puissent être trouvés et achetés dans le commerce”.

“La réponse qui nous a été donnée, ajoute-t-il, revient à nous sommer de ne pas revenir au tribunal une troisième fois”.

“Aux aspects juridiques s’ajoutent, ici, des enjeux éthiques, note Joëlle Rostkowski. L’Icom (International Council of Museums), qui traite des questions de déontologie dans les musées, se pose par exemple la question de l’attitude à adopter envers ce type d’objets”. La France, qui a restitué ces dernière années à la Nouvelle-Zélande des têtes maories appartenant à des collections publiques, est d’ailleurs elle-même confrontée à ces enjeux.”

A la une : Des masques censés être vendus aux enchères le 9 décembre 2013. Arnaud Guillaume / AFP

Le temps où les surréalistes collectionnaient ces masques avec émotion est  passé mais ces œuvres religieuses ont, comme d’autres objets cultuels des sociétés dites primitives, grandement inspiré la création de l’entre-deux guerre et durant l’après- guerre :

Miro conservent dans son atelier de Palma de Majorque des poupées Kachina :

http://www.fondation-hermitage.ch/fileadmin/user_upload/presse/2013_Miro/MIRO_dossier_de_presse_ok_01.pdf

“Une fois installé dans son atelier, Miró cherche à apprivoiser ce nouveau lieu de travail et à stimuler sa créativité. Pour cela, il y accumulera sans cesse des éléments naturels et artificiels: cartes postales, coupures de journaux, cailloux, papillons, coquillages, siurells (sifflets-statuettes en terre cuite, typiques de l’artisanat majorquin), jouets, kachina (figurines en bois peintes) des Indiens Hopi ou encore masques d’Océanie.”

Voir à ce propos l’ouvrage de Rémi Labrusse sur Miró : Rémi Labrusse, Miró : un feu dans les ruines, Paris, Hazan, 2004.

Sur cet ouvrage, lire l’article  de Maria Stavrinaki paru dans la revue Perspective : http://perspective.revues.org/1053 : “Modernité préhistorique : techniques d’« auto-imitation » et temporalités à rebours chez Max Ernst et Joan Miró”, Prehistoric modernity: techniques of “self-imitation” and reverse temporalities in work by Max Ernst and Joan Miró, Maria Stavrinaki, p. 574-579

“Le travail de Miró entrait en résonance, comme l’écrit Labrusse, avec « la poésie […], la psychanalyse et l’anthropologie », conférant « à l’activité imaginative et plastique des enfants une puissance de fascination singulière, quoique vague, en communication directe et grave avec un chaos originel obscur dont la civilisation occidentale aurait méthodiquement – mais vainement – voulu occulter la besogne toujours menaçante » (Labrusse, 2004, p. 67).

 

Quelle histoire. Un récit de filiation (1914-2014)

Stéphane Audoin-Rouzeau vient de publier un récit, non pas d’ego histoire mais de filiation, à la fois instructif et émouvant, qui traque chez trois générations d’hommes les conséquences psychologiques de la Grande Guerre, mais aussi celles de la “petite ” si vite perdue en juin 40.
Un sentiment d’incommunicabilité, de désastre, d’incurable échec, les investisse, malgré la volonté de se battre et de gagner et malgré la victoire effective contre l’Allemagne.
Ces 160 pages se lisent d’un trait, à la poursuite des fantômes et des histoires, pas ou mal racontées, entre générations, la troisième tentant de recoller les morceaux de vie de ces survivants brisés à 20 ans.
     Le récit de l’engagement surréaliste du père de l’auteur, permet de découvrir un beau portrait d’ André Breton. Les rêves des surréalistes se brisent à leur tour après Mai 68, Prague et Cuba, reflètant les balbutiements de l’histoire, comme un éternel retour de l’inéluctable défaite. L’ouvrage est une vraie réussite.

S. Audoin-Rouzeau résume ainsi sa démarche :

« L’écriture spécifique d’habitude mise en œuvre pour parler des combattants des tranchées, des femmes en deuil ou des enfants de la guerre, j’ai tenté de l’appliquer à ceux auxquels, d’une manière ou d’une autre, je tiens. Il se trouve que sur trois générations en demeure une trace écrite. »

Clément Chéroux : L’immagine comme punto interrogativo

L’édition n°1 des “Carnets du BAL”, s’est appuyé en partie sur le colloque intitulé L’Image-document entre réalité et fiction, qui, à l’initiative du BAL, s’est tenu les 3 et 4 novembre 2009 à la Fémis, à Paris. Cet exemplaire de la revue est, semble-t-il, balépuisé.

L’article de Clément Chéroux qu’il comprenait ( “L’image comme point d’interrogation ou la valeur d’extase du document surréaliste”) a fait l’objet d’une nouvelle édition  chez Johan et Levi, en 2012, dans une version italienne, sous le titre : L’immagine comme punto interrogativo o il valore estatico del documento surrealista. Ces 46 pages annotées et illustrées rendent hommage aux surréalistes et à leur prescience s’agissant du pouvoir révolutionnaire des images, dont ils ont fait la démonstration dans le cadre d’un usage renouvelé de l’objet photo, entre “trasformazione, trasfigurazione et transustanziazione”, l’essentiel étant, en paraphrasant Rimbaud, de changer la vision, “cambiare la vista”.

Évoquant les notions de “trasformazione, trasfigurazione et transustanziazione”, Clément Chéroux  fait appel à la problématique d’une exposition du MoMA de 1990, intitulée “High and Low“, qui analysait l’intérêt que portait l’art contemporain à l’art populaire et les rapports d’appropriation et de chosification qui  en résultaient : la problématique évoquée se rapproche de celle qu’il a voulu souligner dans son article.

Pour en savoir plus sur l’exposition « High and Low. Modern Art and Popular Culture » dont le commissaire était Kirk Varnedoe, et qui comprenait notamment des œuvres de Roy Lichtenstein, voir l’article de Rosalind Krauss dans October et  l’interview de Kirk Varnedoe donnée à Art Press (N° 141). Voir le communiqué de presse de l’époque du MoMA.