Archives par mot-clé : objets sacrés

Drouot vend des dieux amérindiens aux enchères

hopis-masques-2224323-jpg_1933843_480x209Deux articles du journal Le Point appellent l’attention sur la vente à Drouot (Paris) le 9 décembre d’objets sacrés d’une tribu amérindienne :

http://mobile.lepoint.fr/culture/masques-hopis-dieux-aux-encheres-08-12-2013-1765994_3.php

Le masque “Mère corbeau” vendu le 9 décembre à Drouot. Arnaug Guillaume / AFP

http://mobile.lepoint.fr/culture/masques-hopis-les-etats-unis-veulent-suspendre-la-vente-07-12-2013-1765918_3.php?type=acc

Voir également :

http://www.france24.com/fr/20130410-indiens-hopis-vente-encheres-masques-drouot-neret-minet-tessier-sarrou-etats-unis

“Pour les Hopis, qui sont environ 18 000, répartis dans 12 villages dans le nord de l’Arizona, ces objets faits de cuir ou de bois, ornés de crin de cheval ou de peintures, ne sont en effet pas considérés comme de l’art, mais comme des êtres vivants qui n’auraient jamais dû quitter leur territoire. ‘Ils permettent de personnifier des esprits, les ‘Kachinas’, qui vont faire venir la pluie ou encore permettre la fécondité. Ils sont utilisés dans un cadre religieux. Ce sont des amis”, précise à FRANCE 24 l’anthropologue Patrick Pérez, auteur de “Les Indiens Hopi d’Arizona : six études anthropologiques” (éd. L’Harmattan, 2004).”Perez-Patrick-Les-Indiens-Hopi-D-arizona-6-Etudes-Anthropologiques-Livre-896268772_ML

La justice a débouté à deux reprises l’association “Survival International”, qui contestait la vente d’objets sacrés d’une tribu amérindienne. L’ambassadeur des USA en France demande la suspension de la vente pour que la tribu dont proviennent ces œuvres identifie les objets cultuels à retirer de cette vente.

Si certains objets peuvent être échangés sur le marché (comme les petites poupées Kachina donnés aux enfants amérindiens et, pendant des années, vendus aux touristes), d’autres en revanche n’ont rien à y faire bien que ces ventes soient en Europe, comme aux Etats-Unis, légales : pour l’historienne Joëlle Rostkowski, spécialiste des Indiens d’Amérique et enseignante à l’EHESS, ces masques sont portés lors des rituels par des danseurs qui abritent alors en eux les esprits. Ils ne sont pas montrés en dehors de ces occasions.

Le catalogue Drouot :
http://catalogue.drouot.com/html/d/index.jsp?id=17979

L’avocat français de Survival International, Pierre Servan-Schreiber précise : “Nous avions travaillé à une définition des objets cultuels qui pourraient être interdits à la vente :

– qu’ils soient issus d’une communauté d’hommes qui les considère comme absolument essentiels à sa culture ;

– que cette communauté soit toujours existante ;

– qu’ils appartiennent non à un individu, mais à la communauté qui s’en prévaut ;

– qu’enfin ils ne puissent être trouvés et achetés dans le commerce”.

“La réponse qui nous a été donnée, ajoute-t-il, revient à nous sommer de ne pas revenir au tribunal une troisième fois”.

“Aux aspects juridiques s’ajoutent, ici, des enjeux éthiques, note Joëlle Rostkowski. L’Icom (International Council of Museums), qui traite des questions de déontologie dans les musées, se pose par exemple la question de l’attitude à adopter envers ce type d’objets”. La France, qui a restitué ces dernière années à la Nouvelle-Zélande des têtes maories appartenant à des collections publiques, est d’ailleurs elle-même confrontée à ces enjeux.”

A la une : Des masques censés être vendus aux enchères le 9 décembre 2013. Arnaud Guillaume / AFP

Le temps où les surréalistes collectionnaient ces masques avec émotion est  passé mais ces œuvres religieuses ont, comme d’autres objets cultuels des sociétés dites primitives, grandement inspiré la création de l’entre-deux guerre et durant l’après- guerre :

Miro conservent dans son atelier de Palma de Majorque des poupées Kachina :

http://www.fondation-hermitage.ch/fileadmin/user_upload/presse/2013_Miro/MIRO_dossier_de_presse_ok_01.pdf

“Une fois installé dans son atelier, Miró cherche à apprivoiser ce nouveau lieu de travail et à stimuler sa créativité. Pour cela, il y accumulera sans cesse des éléments naturels et artificiels: cartes postales, coupures de journaux, cailloux, papillons, coquillages, siurells (sifflets-statuettes en terre cuite, typiques de l’artisanat majorquin), jouets, kachina (figurines en bois peintes) des Indiens Hopi ou encore masques d’Océanie.”

Voir à ce propos l’ouvrage de Rémi Labrusse sur Miró : Rémi Labrusse, Miró : un feu dans les ruines, Paris, Hazan, 2004.

Sur cet ouvrage, lire l’article  de Maria Stavrinaki paru dans la revue Perspective : http://perspective.revues.org/1053 : “Modernité préhistorique : techniques d’« auto-imitation » et temporalités à rebours chez Max Ernst et Joan Miró”, Prehistoric modernity: techniques of “self-imitation” and reverse temporalities in work by Max Ernst and Joan Miró, Maria Stavrinaki, p. 574-579

“Le travail de Miró entrait en résonance, comme l’écrit Labrusse, avec « la poésie […], la psychanalyse et l’anthropologie », conférant « à l’activité imaginative et plastique des enfants une puissance de fascination singulière, quoique vague, en communication directe et grave avec un chaos originel obscur dont la civilisation occidentale aurait méthodiquement – mais vainement – voulu occulter la besogne toujours menaçante » (Labrusse, 2004, p. 67).