Archives par mot-clé : musée des arts et traditions populaires

La Joconde en 11 000 exemplaires

Le Louvre confirme l’acceptation du legs des 11.000 pièces de la collection du “jocondophile” Margat. Cela donne lieu à un certain nombre de commentaires :http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2014/06/20/03015-20140620ARTFIG00020-le-louvre-confirme-le-leg-des-11000-pieces-du-jocondophile.php

Pourquoi le Louvre accepte-t-il cette collection ? Elle semble pour certains indigne du musée qui l’accueille. En guise de boutade certains  verraient davantage cette collection au musée des ATP ( musée des arts et traditions populaires) mais ce musée créé en 1937 sous le Front Populaire par Georges- Henri Rivière (1897-1985) a fermé ses portes depuis 2005. Ou plus exactement ses collections ont rejoint celles du MUCEM, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée : http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/evenements/les-arts-et-traditions-populaires-sinstallent-au-mucem-a-marseille-130875

En quoi cette collection d’objets dérivés du tableau de Mona Lisa par Léonard de Vinci ressortirait-elle des arts et traditions populaires ?  Pour Jean Margat, géologue de formation, spécialiste en hydrologie, il s’agit surtout de déconstruire le chef-d’œuvre pour ridiculiser l’idolâtrie. Il a déjà écrit sur ce thème un ouvrage paru le 1er avril (!) 1997, LE MYTHE DE LA JOCONDE. Déclinaisons sur le tableau le plus emblématique de tous les temps :

9782828905477FS“devenue un personnage à part entière, mythifié par notre société de consommation, à laquelle elle prête les multiples facettes de son visage. La Joconde et le sourire ambigu qu’elle arboré ne nous révèlent jamais entièrement sa véritable personnalité. Ses Intentions, son caractère, les sentiments que cache son visage neutre et flou, tout en elle nous échappe. C’est peut-être la raison pour laquelle nous tentons à tout prix de la travestir et de la défigurer, à travers les Innombrables pastiches qui ont été faits d’elle. Car elle est véritablement partout. En première page des magazines, elle vole la vedette aux cover-girls du XXI siècle pour mieux personnifier La Femme immuable, une sorte d’essence de la féminité qui traverserait l’espace-temps. Sur une quantité de cartes postales, elle devient l’ambassadrice du Louvre et des richesses culturelles de Paris. Elle apparaît également dans la publicité et sur toutes sortes d’affiches. Parfois même, on lui vole son identité pour remplacer son visage par celui d’hommes ou de femmes célèbres. C’est alors l’ultramédiatisation de Mona Lisa que l’on utilise, afin de symboliser la renommée internationale de personnages connus. La Joconde devient donc à la fois la déesse que l’on vénère et que l’on désacralise, selon que l’on accepte humblement son mystère ou que l’on tente irrévérencieusement de résoudre son énigme. Car les multiples caricatures qu’elle a subies ou inspirées sont en vérité autant de moyens de s’approprier ce personnage et de le comprendre. Ce sont ces pastiches et ces transfigurations que cet album retranscrit, en témoignage à la femme qui aura fait le plus fantasmer l’humanité”. Jean Margat

En enrichissant ainsi ses fonds, le musée du Louvre pourra sans doute prochainement renouveler l’esprit de l’exposition déjà réalisée en 1971 par le musée des Arts décoratifs sur le même thème grâce à des artistes idolâtres japonais :  Japon-Joconde. Joconde cent sourires, par Makoto Nakamura ( né en 1926, voir sa collection au MoMA : http://www.moma.org/collection/artist.php?artist_id=4212) et Shigeo Fukuda (1932 – 2009 http://www.graphistes-world.com/shigeo-fukuda). Il s’agissait alors de Variations graphiques sur le tableau de Vinci par ces deux graphistes japonais.japon_nakamura_fukuda_00