Archives par mot-clé : Inventaire

Les carnets de l’Inventaire : Étienne Martellange, insignem architectum et pictorem

Le service de l’Inventaire général étudie le patrimoine culturel régional « de la petite cuillère à la cathédrale » et le valorise à travers ses études thématiques et topographiques. Les carnets de l’Inventaire vous offrent un aperçu de ses travaux et de son actualité : hhtp://inventaire-rra.hypotheses.org

A signaler les travaux d’Adriana Sénard, sur ” Le Frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne (1610-1621)” :

« L’église du collège de Roanne, actuelle chapelle Saint-Michel, est l’un des plus importants chantiers de l’architecte jésuite, Étienne Martellange. Né à Lyon le 22 décembre 1569, dans une famille d’artistes peintres, il intègre la Compagnie de Jésus à Avignon en 1590 et prononce ses vœux de frère coadjuteur temporel en mars 1603 à Chambéry. Formé à l’art de bâtir au cours de ses années de noviciat, sa carrière d’architecte itinérant débuta en juin 1603, à la suite du rétablissement des Jésuites. Autorisés par Henri IV et l’édit de Rouen à rouvrir leurs collèges et à édifier de nouveaux ensembles, les Jésuites entreprirent une intense phase de construction à laquelle contribua le frère Étienne. Nommé architecte et visiteur des chantiers des provinces de Lyon, Champagne et France, il sillonna le royaume et participa jusqu’à sa mort, le 3 octobre 1641, à ces travaux. […] Cette étude illustre la complexité de l’activité de l’architecte, mais mériterait un prolongement. En effet, le frère Étienne a aussi été un dessinateur prolixe, qui portraiture les villes et les monuments élevés depuis l’antiquité. Durant ses séjours à Roanne, il a réalisé dix-sept vues de la ville et de sa région qui offrent un visage aujourd’hui méconnu du Roannais au XVIIe siècle et de certains de ses édifices profondément altérés par le temps, telle l’abbaye de La Bénissons-Dieu »

Pour en savoir plus : SÉNARD, A. « Le Frère Étienne Martellange, architecte de l’église du collège jésuite de Roanne (1610-1621) », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes [en ligne], 12 décembre 2013.

URL : http://inventaire-rra.hypotheses.org/2225

Effectivement «  le frère Étienne a aussi été un dessinateur prolixe » : il a été en effet  salué par les passionnés de dessin  et d’architecture qui lui rendent un hommage appuyé :
Le Père Martellange ne s’est pas seulement consacré aux Monuments religieux (notamment l’église Saint-Paul-Saint-Louis à Paris) mais aussi aux bâtiments civils, dans toutes les provinces de France. Henri IV le qualifie de « peintre et architecte remarquable », « insignem architectum et pictorem » et le sollicite pour la construction  du lycée de La Flèche. Pour un résumé de l’activité du Père Martellange, voir Henri Bouchot, Notice sur la vie et les travaux d’Étienne Martellange, Paris, 1886.

François Mathey , ancien inspecteur général des Monuments historiques, écrit une préface pour l’ouvrage de Jean Garneret, consacré aux Petites villes de Franche-Comté paru en 1991. Pour rendre hommage à son ami Garneret, il évoque le Père Martellange :

« Il est un précédent analogue. Je pense au travail du Père Martellange qui au début du XVIIe siècle […]. Les dessins d’architectes passent pour des croquis hâtifs comme s’il fallait se prouver à soi-même que malgré le tire-ligne et la gomme on a gardé l’habileté de la main. Ceux du Père Martellange sont autant spontanés, mais ils refusent l’improvisation, la complaisance. Ils vont au bout. Ainsi ceux de l’abbé et pour les mêmes raisons, car l’un et l’autre se veulent témoins et ils nous doivent la vérité ».

A la une : les étapes de ce chantier de Roanne sont illustrées et la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve quatre plans du collège de la main de l’architecte et cinq dessins du chantier : Première vue de l’église du collège de Roanne, 16 décembre 1617 (BnF, Est., Ub 9, f. 102) © Bibliothèque nationale de France.