Archives du mot-clé Graffiti

Rafael Schacter – Atlas du Street Art et du Graffiti

Sortie depuis mars en France de l’ouvrage de Rafael Schacter – Atlas du Street Art et du Graffiti  :
http://yalepress.yale.edu/yupbooks/book.asp?isbn=9780300199420
9780300199420Rafael Schacter est anthropologue et conservateur à Londres. Il a été l’un des organisateurs et commissaires de l’exposition « Street Art » à la TateModern de Londres, en 2008. Auteur de nombreuses publications, il a donné des conférences sur « l’Art public indépendant» dans le monde entier. Son étude ethnographique « Ornament and Order » se fonde sur un engagement constant et sur plus de deux ans de recherches, avec les plus grands représentants de ce domaine artistique.
Atlas du street art et du graffiti est l’ouvrage le plus approfondi jamais publié sur le sujet. 113 artistes, 25 pays, 750 illustrations, 16 villes et 12 cartes originales créées par des artistes pour mieux comprendre les enjeux et la portée de l’art populaire le plus développé dans le monde, du désert à la métropole la plus active.
 http://www.artistikrezo.com/2014021015370/actualites/street-art/atlas-du-street-art-et-du-graffiti.html » Ecrire et/ou dessiner sur des murs ou des parois sont des actes aussi élémentaires qu’universels, liés au désir primal de l’être humain de modeler ou de décorer son environnement matériel. Le street art est la réponse moderne à ce besoin ».

http://www.connaissancedesarts.com/art-contemporain/actus/une-geographie-du-street-art-106511.php

Quelques anciens qui font appel aux graffitis :

Tapiès écrit en 1971 que l’évocation de son pays est dans les années cinquante, associée à des moments d’angoisse, de destructions, de frustrations, à l’oppression et à la misère.  Son opposition au régime espagnol s’exprime à travers ses « murs » recouverts de graffitis.

La scénographie adoptée par Quasar qui regroupe en vrac ses réalisations dans un espace couvert de graffitis lors de l’exposition du CCI « Gaetano Pesce et Quasar », du 25 septembre au 2 novembre 1971, au musée des Arts décoratifs.

 Préface de François Mathey in Lucien Hervé, Le Beau court dans la rue, 1970 :

« On était devant un mur. Partout des murs. Un monde clos comme une prison. Il n’y avait rien d’autre à voir. Le ciel était trop haut, impossible. Il n’y avait pas d’autres horizons. Alors, on s’est mis à les contempler, à les scruter, à les ausculter pour savoir chaque nouveau jour, quel nouveau signe apparaîtrait qui nous donnerait l’espoir. C’étaient de grandes taches humides, de vétusté suintant l’angoisse ou l’abandon. Sur la trame d’immenses plages inconsolées, boursouflées, écaillées, déchirées, peineuses, pendaient en lambeaux le désespoir, la fatigue, notre déchéance. Puis on y décela bientôt les traits hâtivement incisés des amours furtives, cachées, des initiales, des sigles, les symboles de bitume, au minium, tracés avant le couvre-feu, entre deux patrouilles nocturnes ; les murs vivaient, témoignaient. L’immense imagerie  clandestine des murs veillait et toute la ville palpitait. On ne parlait pas encore du tachisme ; les graffitis n’avaient rien à voir avec la calligraphie, le signe signifiant. Il ne s’agissait pas d’abstraction. La réalité était sur les murs, et les images d’Hervé nous font revivre les rêves éveillés que nous faisions alors avec Wols, Staël ou Dubuffet ».