Archives par mot-clé : François Barré

Sigma à Bordeaux : souvenirs, souvenirs

Le quotidien Libération signale l’exposition que consacre le CAPC de Bordeaux au festival Sigma créé dans les années 1960, à l’initiative de Roger Lafosse et à l’origine entièrement financé par le maire de Bordeaux, Jacques Chaban-Delmas : http://next.liberation.fr/arts/2013/11/15/generation-sigma_944683

De cette génération Sigma, est issu notamment François Barré, qui rejoint ensuite le musée des Arts décoratifs à Paris, fort de cette expérience : François Mathey le recrute pour contribuer à la naissance et à l’animation du Centre de Création industrielle (CCI) en 1969.

L’exposition (du 14.11.2013 au 02.03.2014) rappelle le caractère innovant de ce festival et met en valeur les archives de son fondateur qui ont été déposées aux archives municipales  : http://www.capc-bordeaux.fr/programme/sigma

“Creuset de la création avant-gardiste, le festival Sigma (1965 –1996), éclaté dans toute la ville, électrisa Bordeaux pendant près de trois décennies. Sous l’impulsion de son créateur Roger Lafosse, la manifestation provoqua une véritable onde de choc dans la ville et au delà. Sigma fut un moment exemplaire d’expérimentations fondatrices, qu’il s’agisse du théâtre, de la danse, de la musique ou des arts visuels, en interaction avec des formes alors méconnues comme le happening ou la performance parmi tant d’autres.”

Le festival Sigma et le CAPC vont se succéder dans le même lieu : le CAPC s’installe en effet dès 1974 dans l’Entrepôt Lainé, un ancien entrepôt de denrées coloniales, occupé auparavant par le festival.

Un carnet de recherche retrace l’exploration du fonds d’archives déposé aux Archives Municipales de Bordeaux, “SIGMA L’ARCHIVE VIVANTE” : http://sigma.hypotheses.org/

De 1965 aux années quatre-vingt-dix, le festival SIGMA fait de Bordeaux l’un des rendez-vous européens des avant-gardes. Il fait reconnaître en France quelques unes des figures les plus marquantes de la contre-culture américaine (le Living Theatre, le Bread & Puppet, le Barbwire Theatre) ou européenne (Arrabal, le Grand Magic Circus), popularise les œuvres de Silvano Bussoti, Webern, Varese, Xenakis, Sun Ra ou Pierre Henry, coexister happenings (Jean-Jacques Lebel) et art cinétique (Nicolas Schöffer), Mondrian et les Pink Floyd. Télévision, design, écologie ou cybernétique nourrissent expositions et conférences. Pendant une semaine chaque année, Bordeaux placée au centre de l’attention des médias, devient une capitale internationale de « la recherche dans tous les arts ».

L’exposition consiste en une sélection de cet ensemble considérable d’archives réalisée par le CAPC, les Archives municipales de Bordeaux et l’INA, mise en espace dans la nef du musée sous la forme de reproductions et de montages audiovisuels. Cette sélection incarne le point de vue spécifique, le « regard » que portent sur Sigma, les institutions qui ont élaboré ce projet.

 L’INA garde trace du 25e anniversaire du festival le 18 novembre 1989,  ce “mélange efficace de poésie, de violence d’humour, et de provocation” : http://www.ina.fr/video/CAB89048903/sygma-a-bordeaux-video.html

Un portrait enfin, par le journal Sud-Ouest, du fondateur du festival, l’homme d’affaires Roger Lafosse, décédé en juin 2011 :

http://www.sudouest.fr/2011/06/30/le-denicheur-de-sigma-439853-729.php