Archives par mot-clé : CNRS

Numériser les archives contemporaines : la TGIR Huma-Num.

Signalons un nouveau carnet d’hypothèses.org : http://humanum.hypotheses.org

Ce carnet du CNRS a pour ambition d’ouvrir un espace de convergence d’informations relatives aux activités de la TGIR (Très grand instrument de recherche) et de ses consortiums.

Archives des mondes contemporains (arcmc) est un consortium qui a pour objet “ la création d’un instrument de recherche collectif qui permette de répondre aux problèmes qui découlent de la nature même des archives de la période contemporaine (XIXe-XXe siècle) qui sont caractérisées tout à la fois par leur masse, l’hétérogénéité des supports (du papier au microsillon en passant par la photographie ou les disquettes informatiques, CD-rom et les supports vidéo anciens et récents), leur fragilité, la diversité de leur statut juridique (public ou privé), et la dispersion des lieux où elles sont conservées”.

 Un exemple : le fonds des archives industrielles des Établissements Vairet-Baudot : “La briqueterie Vairet-Baudot est une ancienne usine de production céramique installée au cœur de ce qu’on appelait au début du XXe siècle la « Vallée de la céramique ». Les premiers bâtiments sont édifiés en 1893, les plus récents en 1920. L’entreprise, créée par Jean-Baptiste Baudot, puis dirigée à partir de 1896 par son gendre Ernest Vairet, s’est spécialisée dans la fabrication de briques de pavage et de produits anti-acides destinés à l’industrie chimique. L’usine connaît son apogée durant la Première Guerre mondiale, employant alors une centaine d’ouvriers, et ferme ses portes en 1967, date à partir de laquelle l’usine est abandonnée au vandalisme, à la rouille et à la végétation ” [Source : http://www.ecomusee-creusot-montceau.fr/spip.php?rubrique63] En 1995, l‘Écomusée du Creusot-Montceau devient propriétaire de ce qui est devenue une épaisse friche industrielle. Il lance ensuite un chantier de restauration”. 

Un fonds d’archives industrielles classé et en partie numérisé :http://arcmc.hypotheses.org/840

 

 

Démocratisation culturelle, décentralisation culturelle

Deux séminaires sur ce sujet : celui du Comité d'histoire du ministère de la culture :

"Une histoire de la démocratisation culturelle et de ses mises en œuvre politiques est-elle possible ? C'est la réflexion que le Comité d'histoire a souhaité poser dans le cadre de son séminaire. Ce programme qui se poursuit en 2014 consacrera le 20 janvier et 10 février deux séances sur l'action culturelle et l'éducation populaire puis il abordera les industries culturelles au cours des séances de 17 mars, 7 avril et 5 mai.

Pour en savoir plus  :
http://www.culturecommunication.gouv.fr/Ministere/Les-services-rattaches-a-la-Ministre/Comite-d-histoire/Actualites-du-Comite-d-histoire/Programme-en-cours-La-democratisation-culturelle-au-fil-de-l-histoire-contemporaine

Informations pratiques :
Ces séances se tiendront de 14h00 à 18h00 du 20 janvier 2014 au 5 mai 2014 à Sciences Po Paris, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle de conférences (rez-de-chaussée).
Durée : séances d'une demie-journée chacune, interventions limitées de 20 à 30 minutes
Accès libre après inscription préalable auprès de comitehistoire@culture.gouv.fr

Par ailleurs, comme la décentralisation culturelle participe à la démocratisation culturelle (en tous les cas on peut le souhaiter), signalons le colloque Décentralisation et culture. Quel devenir pour les politiques publiques?  qui s’est tenu Nantes les 23 & 24 octobre 2013 à l’initiative de l’Observatoire des Politiques Culturelles,

Le carnet d’hypothèses http://enigmes.hypotheses.org/ d’Alain Faure, chercheur en science politique au CNRS, propose  une note de synthèse sur l’Atelier 1 intitulé Quelles politiques culturelles dans un cadre de coopération territoriale renforcé: QUEL HORIZON INTERTERRITORIAL POUR LES POLITIQUES CULTURELLES?

http://enigmes.hypotheses.org/1147

OPENBIBART : une bibliographie d’histoire de l’art en ligne

“De l’amateur d’art au chercheur, toute la littérature sur l’art occidental en accès libre”, ou presque ! C’est en tout cas l’objectif de cette application du CNRS : http://www.openbibart.fr/

On retrouve sur ce site la base du répertoire d’Art et d’Archéologie (1910-1972), dont la numérisation a abouti dans le cadre de l’INHA   : http://agorha.inha.fr/inhaprod/jsp/direct_form_raa.jsp

Le match perdu des néo conceptuels face à la “peinture/ peinture”

Le sociologue Alain Quemin a publié récemment un ouvrage relatif au classement des artistes qui révèle que ceux qui dominent aujourd’hui le marché de l’art sont très majoritairement : des hommes, âgés, américains, figuratifs.

La place des artistes français reste modeste, l’essentiel de leurs œuvres relevant du domaine du néo conceptuel, d’ ailleurs largement soutenu par les pouvoirs publics : Philippe Parreno  au Palais de Tokyo ou Pierre Huygue au Centre Pompidou. Or le public trouve à juste titre ces œuvres peu accessibles et les acheteurs sont d’abord séduits par la peinture abstraite ou figurative.
L’émergence des artistes chinois va d’ailleurs jouer en faveur de la peinture figurative, essentielle production de ces nouveaux artistes, et si Pékin s’apprête à “voler l’idée d’art moderne” à New York, c’est tout un pan de la création française qui va bientôt se démonétiser à vive allure. Cela peut en revanche favoriser la peinture figurative française, peu mise en valeur ces derniers temps.
Pour en savoir plus :
“Fiac : l’art contemporain, ou le triomphe du vieil Américain”:
http://www.lepoint.fr/tiny/1-1747413
« Le monde de l’art contemporain n’échappe pas, lui non plus, à la vogue des palmarès. Bruce Nauman, Gerhard Richter, Georg Baselitz, Jeff Koons ou Damien Hirst caracolent dans le Kunstkompass, sorte de hit-parade des artistes les plus en vue. Le galeriste star Larry Gagosian ou le méga-collectionneur François Pinault, eux, ont les honneurs du Power 100, classement des personnalités les plus influentes de l’art ».

Les artistes chinois en tête sur le marché des enchères d’œuvres d’art : http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/02/23/l-artiste-chinois-zhang-daqian-numero-un-des-encheres-mondiales-en-2011_1647444_3246.html

http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/l-artiste-chinois-zhang-daqian-devient-no-1-des-encheres-mondiales-et-detrone-picasso_1085738.html

“Comment le communisme a sauvé l’art chinois” :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/24/comment-le-communisme-a-sauve-l-art-figuratif_3502464_3246.html

L’ouvrage d’Alain Quemin : “Les stars de l’art contemporain”, CNRS Éditions, http://www.cnrseditions.fr/Sociologie/6794-les-stars-de-l-art-contemporain-alain-quemin.html

“L’art contemporain en France, estime ce sociologue, a également été handicapé par un enfermement dans le minimal et le conceptuel le plus radical” : http://next.liberation.fr/arts/2013/10/23/art-les-foires-d-empoigne_941843