Archives pour la catégorie Expositions pionnières

Artistes & robots d’hier et d’aujourd’hui

Le Grand Palais entraîne le visiteur dans un grand tour consacré aux robots d’hier et d’aujourd’hui ; l’exposition est sonore,  interactive, ludique, immersive, poétique et pédagogique. C’est la première exposition muséographique consacrée à Paris, exclusivement à l’imagination artificielle

Les robots de Tinguely,  l’oeuvre de Nam June Paik, la machine de Nicolas Schöffer de 1959,

sont remplacés aujourd’hui par des robots invisibles (souvent un algorithme), d’Elias Crespin ou de Miguel Chevalier.

C’est le robot qui, chez Orlan, récite des mots générés aléatoirement.

Parmi les multiples œuvres exposées, signalons, par exemple,  Nicolas Darrot, qui a bénéficié d’une exposition monographique à la Maison rouge en 2016 :

On peut également apprécier l’oeuvre interactive d’Edmond Couchot et Michel Bret, Pissenlits :

 

 

 

 

A signaler que Nicolas Schöffer fait actuellement l’objet d’une rétrospective : L’art cybernétique de Nicolas Schöffer au LaM de Villeneuve-d’Ascq.

 

 

Artistes & robots au Grand Palais, du 5 avril au 9 juillet 2018.

Commissariat : Laurence Bertrand Dorléac et Jérôme Neutres.

Conseil artistique de Miguel Chevalier, direction technique de Nicolas Gaudelet. Scénographie et mise en lumière Sylvie Jodar, Atelier Jodar Architecture. L’application mobile téléchargeable permet de poursuivre et d’approfondir la visite, d’en conserver un souvenir à la fois sonore et visuel, grâce notamment à des vidéos de robots artistes en fonctionnement.

L’art vidéo en ligne : les précurseurs suisses

L’art vidéo a très tôt été salué en Suisse  grâce notamment au directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, René Berger, qui inaugure la collection de vidéos du musée par l’acquisition d’une œuvre de Jean Otth, Limite E (1973). Le musée lausannois fait ainsi œuvre de précurseur (il faudra attendre la fin des années 1970 pour que les musées de Bâle, Zurich et Berne commencent à introduire la vidéo dans leurs collections), en réponse aux œuvres des pionniers  romands de l’art vidéo. Ceux que René Berger, alors directeur du Musée, nommera les « mousquetaires de l’invisible » (René Bauermeister, Gérald Minkoff, Muriel Olesen, Jean Otth, Janos Urban) participent non seulement à créer, mais également à faire connaître l’art vidéo grâce aux évènements qu’ils organisent dès 1972, notamment dans le cadre du groupe Impact. Depuis, de l’expérimentation avec le médium à son utilisation pour capter des actions, du poste de télévision à la projection, du rapport frontal avec les spectateurs à leur implication dans l’espace de l’installation, la vidéo s’est déclinée sur des modes radicalement divers« .

Autre grand nom de la vidéo montré dès ses débuts à Lausanne et que le Musée a invité pour une exposition monographique en 1991 : Bruce Nauman. Bill Viola croisait les «mousquetaires» dès 1974 à Lausanne C’est ce qu’avait rappelé l’exposition temporaire de Lausanne, en  2016, intitulée « Interactions fictives, Making space 40 d’art vidéo ».  

Les textes de René Bergé sur l’art vidéo ont été rassemblés dans un ouvrage paru en 2014.

L’intérêt pour ce mode d’expression ne faiblit pas en Suisse. La Fondation SIKART vient de mettre en ligne  de nouvelles vidéos :

Gherkins Natural History de Christian Gonzenbach

 Les vidéos, si elles ne constituent pas la part la plus immédiatement visible de SIKART Dictionnaire sur l’art en Suisse, n’en sont pas moins un appoint essentiel. D’entente avec les artistes, de nombreuses pièces ont pu être mises en ligne sur SIKART. Des formes d’art basées sur la temporalité, telles que le film, la vidéo ou la performance, trouvent ainsi une résonance médiatique dans le dictionnaire.

Les séquences filmées invitent à l’immersion: faites l’expérience de l’histoire naturelle avec Gherkins Natural History<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-i/> de Christian Gonzenbach ou mettez-vous dans la peau d’une femme d’Amazonie équatorienne avec Forest Law<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-d/> d’Ursula Biemann, où il est question du droit de la nature face à l’exploitation des ressources premières. Osez une excursion dans l’étrange Scanner<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-h/> de Max Philipp Schmid ou voyez combien le quotidien est transfiguré dans Mare Mitochondrium<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-k/> de Saskia Edens. Roman Signer vous emmènera dans une course en Kajak<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-u/> cahoteuse, Sonja Feldmeier quant à elle dans une ascension tranquille mais très imagée dans Neverending<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-o/>. Si vous souhaitez en revanche demeurer dans le fleuve du temps, optez pour Denkmal<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-b/> d’Herbert Distel. Des vidéos de Judith Albert<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-n/>, Thomas Kneubühler<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-p/> et Rémy Markowitsch<http://sik-isea.cmail19.com/t/t-l-urjibl-ohjlrdtuu-x/> sont dorénavant aussi en ligne.

Forest Law d’Ursula Biemann

sikart.ch

« Réactiver la collection » et faire participer le public

En 2014, ce carnet a fait référence à de nouvelles pistes pour la démocratisation culturelle à travers une politique d’accrochage inédite des musées d’art et d’histoire.

Annick Notter, conservatrice des Musées d’Art et d’Histoire de La Rochelle http://www.franceinter.fr/emission-carnets-de-campagne-la-charente-maritime-25, avait trouvé une approche audacieuse et unique pour lever les blocages socio-culturels et valoriser l’ensemble de ses collections permanentes « Depuis 2008, le Musée des Beaux-arts de La Rochelle http://www.ville-larochelle.fr/ a mis en place une politique d’accrochage inédite de ses collections. Chaque année, c’est un groupe de citoyens rochelais qui choisit, parmi les collections du musée, les œuvres qu’il aimerait voir exposées pendant un an. Les collections sont constituées « d’environ 800 à 850 tableaux, pour une surface d’exposition de 400m2. L’espace disponible « permet d’exposer qu’environ 70 à 80 œuvres, ce qui représente seulement 10 % de la collection ».

Il s’agit « pour ces groupes de choisir des œuvres qu’ils aiment, qui leur font plaisir et qu’ils aimeraient voir accrochées dans le musée. La première étape consiste à convaincre un groupe de personnes de le faire et ce n’est pas toujours facile ! Le travail de préparation commence une année en amont. Un groupe de travail est constitué, il se réunit lors de plusieurs séances. Au programme : consultation des catalogues photographiques des œuvres, sélection individuelle d’images dans un premier temps puis mise en commun ensuite ».

L’exposition dure un an : ont été par exemple invités les gardiens du musée,  les élèves de la classe de terminale en histoire des arts d’un lycée, la société des amis des arts, un collectif d’artistes locaux, les agents du centre technique municipal, un groupe de femmes d’un quartier, et pour  la 8ème édition les rugbymen du Stade Rochelais. Cette expérience s’est installée dans la durée puisqu’elle en est à sa onzième édition : ce sont les élèves du lycée hôtelier qui ont choisi les œuvres  présentées lors de leur exposition : Le palais des sens.

« Après avoir cherché à explorer la notion de plaisir, les lycéens ont réorienté leur travail autour des cinq sens.  Ils ont porté leur regard sur les 900 oeuvres des collections du musée et ont retenu 70 peintures et dessins de grands maîtres et de peintres régionaux, du XVIe siècle à nos jours.  Les jeunes muséographes ont organisé l’exposition en six espaces thématiques distincts : les coups de coeur, la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût.  Pour ce dernier, ils ont dressé une table du XVIIIe siècle évoquant la cérémonie du thé et le repas contemporain ».  L’exposition dure de septembre 2017 à septembre 2018.

A découvrir ici, la richesse de la programmation des musées de la Rochelle.

 

Exposer l’art textile contemporain

Rares sont les musées qui exposent en France l’art textile :  Françoise de Loisy conservateur en chef aux musées d’Angers, en dressait le constat en 2014 : 

En France, on aime trop cloisonner les choses. On ghettoïse des artistes, sous prétexte qu’ils utilisent une matière, longtemps associée à la manufacture, à l’artisanat. Sheila Hicks, par exemple, est une grande artiste américaine, une des pionnières du renouveau de l’art textile dans les années 1960. Elle vit en France. Qui le sait ? Elle vient pourtant d’exposer une oeuvre monumentale au Palais de Tokyo, mais là encore, en toute discrétion. D’un autre côté, le mouvement est tellement multiple.

Les oeuvres de Sheila Hicks ( Portrait par Giulia Noni) obtiennent ces dernières années un écho grandissant. Elle a participé au festival d’automne en 2016 au musée Carnavalet avant sa fermeture pour travaux : La sculpture ambrée de l’artiste américaine Sheila Hicks, installée par le Festival d’automne, est visible depuis la rue des Francs-Bourgeois. «Nous souhaitions renouer avec la tradition du festival qui trouvait des lieux alternatifs aux lieux habituels de l’art contemporain. Nous voulions sortir du white cube, avance Clément Dirié, le commissaire.

L’artiste a exposé à la Biennale de Venise en mai dernier.

Installation de Sheila Hicks dans l’exposition « Viva arte viva ». Photo Mirco Toniolo. Sipa DR.

C’est à Sheila Hicks qu’a été confiée la quatrième des commandes triennales de la Région Centre-Val de Loire pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire (2017-2019). Elle a participé au parcours hors les murs de la Fiac 2017, au Petit Palais.

En févier 2018, le Centre Pompidou  lui consacrera une exposition monographique, une reconnaissance qui interviendra plus de quarante cinq ans après l’hommage rendu au travail de l’artiste par François Mathey (autre pionnier) qui a exposé son travail et celui de Niki de Saint Phalle au Grand Palais lors de l’exposition bilan sur l’art contemporain organisée en 1972.

Rappelons qu’en 1974, Sheila Hicks fêtait ses 40 ans quand le Stedelijk Museum d’Amsterdam lui consacrait une première rétrospective.

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.