Comprendre les musées du XXe siècle : François Mathey à l’Union Centrale des Arts décoratifs.

Communication de B. Gilardet du 15 mars 2011, à l’INHA (salle EPHE) au séminaire ” Histoire des institutions et acteurs culturels au XXe siècle” dirigée par Agnès Callu.

“François Mathey (1917-1993) a été le conservateur en chef du musée des Arts décoratifs de Paris de 1967 à 1985. Il a débuté son activité au sein de ce musée dès 1953. Son action, aujourd’hui relativement méconnue, a été particulièrement marquante et singulière, des années 1950 jusqu’au milieu des années 1980. Il a en effet réalisé plus de 350 expositions, essentiellement tournées vers l’art contemporain, l’art vivant, alors que cela ne semblait pas être la vocation première de son musée. Une approche biographique et chronologique de cet acteur du monde culturel français d’après-guerre a permis de balayer tous les champs de la création (peinture, sculpture) mais aussi les nouveaux modes d’expression qui ont conquis leur légitimité comme le cinéma, la photographie, la BD ou le design. Car au sein de son musée, F. Mathey expose avant tout le monde tous les modes d’expression les plus marginaux comme l’art populaire, l’Art brut, l’art éphémère, à une époque où les centres pluridisciplinaires comme le Centre Beaubourg n’existent pas encore.

Le lieu d’exercice des activités de F. Mathey est en soi un « acteur principal » qui épaule son action. L’Union Centrale des Arts Décoratifs (UCAD) est une institution privée qui s’inscrit dans le paysage muséal parisien, au sein du Palais du Louvre, au Pavillon de Marsan depuis 1905. L’UCAD englobe à la fois un musée mais aussi une bibliothèque et des écoles d’enseignement artistique. Si l’histoire de l’UCAD a été longuement étudiée s’agissant de ses origines et de son champ de compétence avéré (les Arts décoratifs), la période considérée est moins bien connue. Elle correspond pourtant (du moins entre 1965 et 1975) à un moment de son histoire particulièrement crucial s’agissant de ses rapports avec l’État, qui mérite d’être tout particulièrement étudié. Plus qu’une toile de fond, ces relations influencent directement les activités de François Mathey et jouent un rôle capital dans le développement de son action. Il va incarner pendant plus de trente ans la politique de son musée et participer de façon décisive à l’évolution institutionnelle de l’UCAD.”

Actes du séminaire, ouvrage collectif à paraître fin 2015. http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique206&lang=fr.html

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search