L’histoire de l’art et l’art contemporain en question

Les anglo-saxons s’interrogent beaucoup en ce moment et à juste titre :

A lire dans Apollo magazine : Not just for the posh: rebranding History of Art, de Lara Prendergast (This article first appeared on Culture House Daily) : “There’s a campaign running at the moment to rebrand History of Art and clear up some of the myths surrounding the subject. It’s seen as a posh subject, studied by posh girls, and with good reason too: A-level History of Art is offered at only 17 state secondary schools out of more than 3,000, plus a further 15 sixth–form colleges. By contrast, over 90 fee-paying schools offer the subject ».

Pas seulement pour le chic : « relancer » la “marque”  Histoire de l’art
de Lara Prendergast (Cet article est apparu sur Culture House Daily):
Il y a une campagne en cours en ce moment visant à modifier l’image de marque de l’histoire de l’art et dissiper certains mythes qui l’entourent. Ce domaine d’études est considéré comme snob, étudié par les jeunes femmes chics appartenant à l’élite  et ce n’est pas sans raison : seules 17 écoles secondaires publiques sur plus de 3000 offrent un cursus en histoire de l’art ainsi que 15 autres collèges. En revanche, plus de 90 écoles privées payantes offrent un enseignement sur ce sujet ». La suite: http://www.apollo-magazine.com/just-posh-rebranding-art-history/

Relancer l’histoire de l’art oui mais pour étudier quel art ? Dans le domaine propre à l’art contemporain, les critiques d’art s’interrogent également : voir à ce propos l’article en ligne sur Slate.fr :

L’art ne pose-t-il plus problème ? « Entre 1986 et 2012, le critique d’art new yorkais Joshua Decter rédige des articles portant sur l’art contemporain (en général aux États-Unis, mais aussi en Allemagne et en Grande-Bretagne). Ils sont rassemblés en 2013 et publiés aux États-Unis, puis repris tels quels dans cette édition française. Le titre n’est donc pas modifié d’une édition à l’autre. Il correspond d’ailleurs pleinement à l’idée déployée dans ces pages: l’art n’est pas une solution (à nos maux), il est un problème. Plus exactement, il est devenu un problème. Pourquoi ? Parce que, institutionnalisé, il ne se pose plus de questions et ne pose plus de problèmes à personne. Même l’art le plus critique relativement aux institutions est devenu atone. Et ce n’est pas tenir un discours cynique de le faire remarquer, ou d’en faire la critique –qui devient par là même une critique critique. Le philosophe américain Arthur Danto lui-même est appelé en renfort de la critique, puisqu’on lui doit l’idée selon laquelle l’art ne devient art qu’à partir du discours tenu par la communauté des spécialistes. Or les musées appartiennent à cette communauté. Donc l’art qu’ils acceptent de cautionner rentre bien dans leur cadre, puisqu’ils produisent eux-mêmes le discours qui légitime les pratiques contestatrices ».

La suite par Christian Ruby,le 12 juin 2014 : http://m.slate.fr/story/88421/art-probleme


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search