Les musées et l’artiste du mois : Marcel Gromaire à Besançon et au MNAM

  • Gromaire-eee57

G. Charensol dans la Revue des deux mondes salue en août 1963 l’artiste peintre et graveur Marcel Gromaire : ” Afin de comprendre pourquoi la rétrospective Gromaire, au musée National d’Art Moderne, constitue l’événement de l’année dans le domaine de la peinture contemporaine il suffit de se reporter aux débuts de ce peintre. Son père est un professeur qui n’attache
que peu d’importance au goût que, très jeune, son fils manifeste pour le dessin. Il le fait inscrire à la Faculté de Droit de Paris et c’est après avoir vaincu beaucoup de résistance qu’il peut fréquenter les Académies Ranson et Colarossi. Il travaille quelques temps
avec un cubiste de la première heure, aujourd’hui à peu près oublié, Le Fauconnier. Puis il voyage. Homme du Nord, les pays du Nord l’attire. Il parcourt l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique, la Hollande. En 1913 il part faire son service militaire. La guerre éclate. Pendant six ans il ne touchera plus ses pinceaux. Dans les tranchées, sur son lit d’hôpital, après sa blessure en 1916, il a le temps de méditer. Lorsqu’il rentre à Paris en 1919 il a vingt-sept ans. Une dure expérience l’a mûri. Il a acquis la certitude que la voie dans laquelle il s’était engagé avant la guerre est la bonne”.

Marcel Gromaire a fait l’objet d’une très belle exposition  en 1956 au musée des Beaux Arts de Besançon organisée par Marie Lucie Cornillot que  Charensol ne mentionne pas.

Les archives de la Revue des deux mondes sont en ligne : http://www.revuedesdeuxmondes.fr/archive/search.php?section%5B%5D=ARTICLE&title=gromaire&author=&subject=&body=&operator=or&first=1829&last=2014

et sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/VisuSNE?id=oai_immateriel.fr_9789782356505&r=revue+des+deux+mondes&lang=FR


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search