Un hommage à François Mathey rendu par le directeur du musée des Arts Décoratifs

A l’occasion  de l’exposition « Coucou Bazar » qui a lieu actuellement au musée des Arts décoratifs, il était difficile pour les Arts Décos de faire l’impasse sur celui qui est à l’origine de l’implantation d’une donation Dubuffet inattendue au sein de ce musée : François Mathey.

Sous le titre  » Jean Dubuffet, Coucou Bazar – « Jean Dubuffet aux Arts Décoratifs » par Olivier Gabet « ,  le tout nouveau directeur du musée s’attache à faire comprendre cette époque étonnante où son musée jouait un rôle central sur la scène parisienne  grâce à ce drôle de personnage. L’hommage à Mathey a eu lieu, même s’il est parfois lacunaire. Il s’agissait en outre de parler de Dubuffet et non de Mathey :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/prochainement-502/dans-la-nef-605/jean-dubuffet-coucou-bazar/jean-dubuffet-aux-arts-decoratifs

« Jusqu’à la création du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, et à l’exception de l’effervescence que suscite dès les années 1960 l’ARC dirigée par Pierre Gaudibert et Suzanne Pagé au cœur du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le musée des Arts décoratifs est un lieu majeur de la scène moderne et contemporaine française, sous l’impulsion de son directeur François Mathey, personnalité aimant à jouer des « équivoques » et des chemins de traverse. »

Pour compléter ce commentaire, voici quelques précisions : rappelons que le fameux ARC est créé en 1967, donc fort tard pour susciter une quelconque effervescence au début des années 1960, et animé par Suzanne Pagé plus tard en fait, en 1970.
C ‘est Marie Claude Dane qui anime effectivement le musée municipal au début des années 60 avec  » Mythologies quotidiennes » en 1964 par exemple.

Quant à la création du Centre Pompidou inauguré en 1977, il peut être utile de dire que Mathey a participé à sa programmation-création et que le musée des Arts décoratifs lui a donné la dernière de ses innovations : le Centre de Création Industrielle CCI, initié par Mathey. Il a d’ailleurs accueilli, jusqu’en 1977, les premières expositions de ce département qui ne pouvait pas encore s’installer du côté de Beaubourg. Enfin, soulignons qu’après 1977, le musée des Arts décos n’a pas fermé ses portes et Mathey a continué sa carrière et ses expositions originales.

Le terme « d’équivoques »  fait allusion à l’exposition éponyme de 1973 organisée par Mathey sur les peintres académiques « pompiers » du 19e siècle, qui étaient fort peu appréciés au cours des années 1970 mais qui sont en grande partie redevenus à la mode depuis, à Orsay notamment.

 » Les chemins de traverse  » ? L’expression évoque sans doute son goût pour l’art populaire, l’art brut , l’art singulier, l’art d’avant-garde qu’il salue bien avant ses collègues conservateurs en les exposant dès le début des années 1960, Dubuffet entre autres. Olivier Gabet précise qu’en 1967, l’artiste fait cette donation car il  » tient à témoigner une forme de reconnaissance et de complicité à l’égard d’un musée dont il se plaît à rappeler qu’il est « le seul en France à montrer au public depuis bon nombre d’années les productions de l’art contemporain le plus vivant » « . Olivier Gabet conclut sur la donation Dubuffet exceptionnelle faite au musée :  » Dubuffet dira qu’il lui semblait légitime de ‟ remettre [s]es ouvrages entre les mains de ceux qui leur portent estime ”.

Olivier Gabet reconnait le travail accompli par son prédécesseur en le réinscrivant dans la longue tradition de l’Union Centrale des Arts Décoratifs :

« Renouant avec une tradition d’expositions pionnières organisées depuis le début du XXe siècle au pavillon de Marsan sous l’égide de l’Union centrale des arts décoratifs, des premières expositions d’art islamique ou africain à la place accordée aux avant-gardes européennes, Mathey culbute les catégories de l’art, s’interroge sur les formes artistiques, s’affranchit des hiérarchies, créant ici cet espace de liberté et d’expérience sensible qu’est tout musée. Sans trop négliger la perspective historique de l’Union centrale des arts décoratifs, on voit alors rue de Rivoli quelques expositions mémorables consacrées à Fernand Léger, aux gouaches découpées d’Henri Matisse, à la collection du Guggenheim. Mathey s’enthousiasme pour nombre d’artistes contemporains qui souvent trouvent dans ces murs la liberté d’imaginer leurs premières rétrospectives « .