Archives du mot-clé Stedelijk Museum

« Face à Face » avec Henri Michaux – Centre Walloni

 

Henri Michaux n’aurait probablement pas réalisé de selfie. Face au Centre Pompidou, donnant sur la piazza, le Centre Wallonie-Bruxelles présente une exposition, jusqu’au  21 mai 2017, qui s’intitule « Face à Face » sur Henri Michaux.

L’ artiste « Cobra » Alechinsky ( l’un des prêteurs de cette exposition) découvre les oeuvres de Michaux en 1945 avec celles de Jean Dubuffet et des surréalistes. 

A la question : « quel est le premier peintre dont vous avez acheté une oeuvre  après la guerre ? » , Daniel Cordier répond : « Henri Michaux. Une toute petite gouache qui était présentée chez une libraire qui vendait des livres de la collection La Pléiade, (introuvables à ce moment-là) : elle était située à proximité du café de Flore, boulevard St-Germain. Elle avait eu une très bonne idée : on lui apportait des petits dessins, de petites sculptures et elle les vendait « .

Daniel Cordier, devenu galeriste, exposera Michaux à de nombreuses reprises. Parmi les  très nombreuses expositions temporaires d’Henri Michaux, signalons les premières expositions organisées dans les années 1960, dans des musées : les oeuvres  d’Henri Michaux ont été exposées en 1965 au musée national d’art moderne, à Paris, après avoir été présentées  au Stedelijk Museum, en 1964 à Amsterdam. L’exposition de 2017 inclut  des dessins, des peintures,  des livres  d’artistes, des lettres et des photographies, ainsi que la projection d’un film consacré au poète et dessinateur qui aimait Klee, Zao Wou Ki ou Magritte, artistes dont quelques oeuvres figurent dans l’exposition.

Anne-Elizabeth Alpern, spécialiste de son oeuvre, donnera au Centre une conférence le 7 mars prochain. 

 ☆Sur le site du Centre Wallonie Bruxelles, l’annonce d’une autre conférence en mai et d’un spectacle consacré à Henri Michaux :

Centre Wallonie Bruxelles

henri michaux

Il a choisi de se retirer et refusé qu’on fixe son image, il s’agit de montrer paradoxalement tous les visages qu’il fait surgir sous nos yeux, par le texte et les images. C’est cette confrontation à laquelle fait référence le titre de l’exposition « Face à face ».

☆D’autres documents en ligne dressent son portrait ou récitent ses textes :

☆ Lecture : Dans les appartements de la Reine.

☆ Vues d’une exposition en 2013  au musée des beaux-arts de Winterthour,  le Kunstmuseum Winterthur, en Suisse.

☆  L’exposition Henri Michaux à la galerie Antoine Laurentin en 2015.

La Seconde Guerre mondiale et le Stedelijk museum

Du 27 février au 31 mai 2015, une exposition est consacrée au stedelijk museum et à la seconde guerre mondiale. Moins connues en France que les aventures de J. Jaujard au Louvre, les activités résistantes d’un responsable du Stedelijk museum, Willem Sandberg (1887-1984) méritaient elles aussi d’être soulignées, à l’occasion du 70 e anniversaire de la libération des Pays-Bas qui sera célébré en mai 2015. L’exposition est structurée à partir de la collection permanente mais présente également des documents photographiques inédits. Elle raconte cinq histoires fascinantes survenues durant de cette période. Ainsi, en 1943, sous l’occupation, le Stedelijk a été contraint d’organiser deux expositions de propagande: Kunstenaars zien den Arbeidsdienst et De Jeugdherberg van morgen. Mais le musée a également organisé sa petite résistance en programmant des thèmes plus patriotiques tels que Stad en Land (1942), Le musée est alors placé sous la direction de David Roëll (1936 – 1945) et de son adjoint Sandberg, responsable de la section d’art moderne : ils mettent à l’abri les collections dans un bunker situé dans les dunes, près de Castricum, aux côtés d’environ 500 collections dont celle de la famille royale, des héritiers de Van Gogh et de nombreux collectionneurs juifs. Après la guerre, des collectionneurs et des artistes juifs, en geste de remerciement, ont effectué des dons au profit du musée, notamment des œuvres de Van Gogh et de Kokoschka. 

 2014-04-06-17-39-26_schuilkelder tne bunker The bunker near Castricum, with work from a.o. Van Gogh. Foto Joh. de Haas.

 

matisse%20Odalisque%201921

Collectie Stedelijk Museum Amsterdam Henri Matisse, Odalisque, 1921

sandberg-portraitsandberg logo

W. Sandberg, graphiste de formation (il a notamment créé après la guerre le logo de son musée) s’est engagé dans la résistance et a fabriqué de faux papiers : il a dû à son tour se cacher à partir de 1943 au moment de l’arrestation des membres de son réseau (dont l’artiste Gerrit van der Veen). Après la libération, le Stedelijk était également impliqué dans la récupération internationale des œuvres d’art pillées depuis 1933.  Cette recherche se poursuit encore aujourd’hui : voir à ce propos le site du Dutch national research project

Directeur de son musée après la guerre (1945-1962) il est devenu une figure majeure parmi les conservateurs promouvant l’art contemporain dans les années 1950 aux années 1970, eu Europe, grâce à son implication et à l’intérêt constant  qu’il a porté à la création contemporaine, locale aussi bien qu’internationale : il a été salué par son collègue François Mathey qui a exposé son œuvre graphique au musée des Arts décoratifs à Paris en 1973 :Sandberg « désigne » le Stedelijk : Amsterdam, 1945-63… Typographie, muséographie. Musée des Arts Décoratifs, Paris, 30 mars-30 avril’73 l’Institut néerlandais de Paris lui a consacré des années plus tard une exposition très riche et intéressante, en 2007 : http://strabic.fr/Willem-Sandberg-precurseur

Deux expositions en cours : Sheila Hicks, 16 décorateurs aux Arts décos

A signaler la parution d’un article saluant l’exposition de Sheila Hicks à Paris en ce moment et résumant les étapes de sa vie et de ses activités :

673774-news_art_sheilahicks«After the Rain», 2013. (Sheila Hicks)

Lointaine héritière du Bauhaus, l’Américaine Sheila Hicks est une figure de l’art textile. Après le Palais de Tokyo cette année, elle présente à la rentrée une installation à la galerie Frank Elbaz.

 http://next.liberation.fr/arts/2014/09/09/rendez-vous-avec-madame-hicks_1091307

Site de la galerie Elbaz : http://www.galeriefrankelbaz.com/wp/exhibitions/


0a8ce794c525cd4c56d105c51f79f5cbParis a accueilli récemment  Maison & Objet http://www.maison-objet.com/paris, la Design Week depuis le 6, http://www.parisdesignweek.fr/fr/news/

S’ouvrira bientôt la Biennale des Antiquaires le 11 : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/biennale-des-antiquaires-2014

Les Arts décoratifs présentent la 5 e édition d’« AD Intérieurs » du 6 septembre au 23 novembre 2014 :  elle mettra en scène des trésors méconnus du musée des Arts décos. Olivier Gabet a choisi de valoriser davantage les collections permanentes du musée en demandant à 16 décorateurs de concevoir « une pièce a vivre autour d’une œuvre de son choix sélectionnée dans les réserves du musée des Arts décoratifs.  C’est l’occasion pour le public de découvrir des objets d’art rarement présentés, mais aussi de déambuler dans des décors qu’ils ne peuvent le plus souvent découvrir que dans les pages du magazine. Il n’est en effet pas demandé à ces décorateurs, aux sensibilités et aux styles variés, de se conformer aux exigences scénographiques habituelles du musée, mais au contraire de concevoir de véritables pièces à vivre – dressing, bureau, boudoir, etc – dans les galeries latérales de la nef. Ce dispositif inédit a pour ambition de capter l’esprit du moment et de proposer des visions prospectives de la maison. Les projets visent à ériger l’art de vivre à son niveau le plus élevé, en faisant appel au savoir-faire des meilleurs artisans, rejoignant ainsi le principe fondamental des Arts Décoratifs, la réalisation du beau dans l’utile. C’est une nouvelle occasion pour le musée de perpétuer l’étroite collaboration qu’il entretient avec les décorateurs, architectes d’intérieur et designers. Une tradition inscrite dans l’histoire de l’institution depuis sa fondation » : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/accueil-292/une-486/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/

Pour un historique des années fondatrices des collections les plus anciennes du musée :http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/le-musee-des-arts-decoratifs-et

La très riche période des années 1950 aux années 1970 est représentée par plusieurs  créations issues des collections permanentes :

suspension-Sottsass-4935e-79842-234d1Ettore Sottsass, Suspension, 1957 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

 

Le décorateur Charles Zana  met en scène une suspension sculpturale d’Ettore Sottsass (1917-2007) en métal et Plexiglas, fabriquée en 1957 par Arredoluce. Cette pièce rare, l’une des premières créations du maître du design transalpin, a été acquise en 2013 grâce au mécénat du Cercle Design des Arts Décoratifs.

Pour mémoire, le Centre de Création Industrielle (CCI) a exposé Ettore Sottsass Jr. : de l’objet fini à la fin de l’objet, au Musée des Arts Décoratifs à Paris, du 21 octobre 1976 au 3 janvier 1977.

Les livres d’Ettore Sottsass ont fait l’objet d’une exposition à la bibliothèque en 2012 : Les livres d’Ettore Sottsass : bibliothèque des Arts décoratifs, Paris, 7 mai – 27 juillet 2012 (Commissaires Giorgio Maffei et Bruno Tonini).

Vincent Darré a recours à la « sculpture-assemblage Accumulation Renault n° 180, combinaison de collecteurs d’échappement, de l’artiste franco-américain Arman (1928-2005), pionnier dans le détournement d’objets manufacturés ».

A-2010-1249-JT-d95b0-f2e73-7537dArman, Sculpture Accumulation renault n° 180, 1972 © Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance

L’œuvre fut donnée par Arman aux Arts Décoratifs l’année même de sa création en 1972« . Les Accumulations Renault ont fait l’objet d’une exposition de mars à juin 1969 au musée des Arts décoratifs : voir à ce propos le document de l’INA  (qui confond Mathey le commissaire de l’exposition avec un autre personnage) : http://www.ina.fr/video/CAF97001122/exposition-arman-video.html

voir également l’article de Michel Ragon, « Arman : à propos de l’exposition du musée des Arts décoratifs », Cimaise, no 93-94, septembre-décembre 1969, p. 39-51.

Pour cette aspect de la création d’Arman, voir  les archives de Claude-Louis Renard : « Art chez Renault, Claude-Louis Renard, la régie Renault et l’art, 1966-1985 » : http://www.art-renault-renard.com/index.php
– le témoignage d’Alain Bizos, photographe, dans un entretien filmé du 10 janvier 2007 (durée : 12 min 48 s). Assistant d’Arman de 1967 à 1979, il participe à la création des pièces qui seront exposées au musée des Arts décoratifs en 1969.
– le témoignage de Catherine Millet, critique d’art, dans un entretien filmé du 6 décembre 2006 (durée : 24 min 55 s).

Enfin, une création de César, a inspiré Chahan Minassian : il s’agit d’un » travail sur les pales de réacteur d’avion en acier inoxydable, soudées les unes aux autres, d’un bureau recouvert de verre fumé, réalisé en 1966 par le sculpteur César (1921-1998) . L’œuvre fut donnée aux Arts Décoratifs par Marcel Lefranc en 1992″.

Chahan-Minassian
 César, Bureau, 1966 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

César a participé à plusieurs expositions dans ce musée :

 Antagonismes l’objet, 1962, Trois sculpteurs : César, Roël d’Haese, Tinguely : Juin-septembre 1965. Cette exposition a donné lieu à une interview de Tinguely, alors peu connu du public : à voir sur l’INA :« Le magasine des arts de l’actualité télévisée », Adam Saulnier, TF1, 05/09/1965 – 11 min 29 s

César a aussi créé pour la cristallerie Daum et exposé en 1969 : César/Cristal/Daum 1969, source INA : César au musée des Arts décoratifs, – L’amour de l’art – ORTF – 24/10/1969 – 5 min 25 s : http://www.ina.fr/video/CAF97001629/cesar-au-musee-des-arts-decoratifs-video.html

Hors ce musée, François Mathey  a préfacé plusieurs catalogues d’exposition pour cet artiste, de 1966 à 1984 :

Amsterdam, César, Stedelijk Museum, 1966 : http://www.stedelijk.nl/en

Marseille, César, Musée Cantini, 1966 : http://www.marseille.fr/siteculture/les-lieux-culturels/musees/le-musee-cantini

César : plastiques, Paris, CNAC, 1970.

César : œuvres 1960-1970, Montreuil, Galerie municipale Marie-Thérèse Douet, 1971.

César, Marseille, Musée Cantini, 1972.

Les Fers de César, Jouy-en-Josas, Fondation Cartier pour l’art contemporain, 1984 : http://fondation.cartier.com/fr/

LA PARTIE DE CAMPAGNE AU MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER

c39d6ec4bf45248aacf3b0683040802778ba7f1bPour fêter les 50 ans de la Fondation Maeght,http://www.fondation-maeght.com/  le musée Léger de Biot accueille un tableau de l’artiste appartenant à la fondation :http://www.musees-nationaux-alpesmaritimes.fr/fleger/
LA PARTIE DE CAMPAGNE ,  » chef-d’œuvre de Fernand Léger qu’il a réalisé en 1954. Pour cette présentation hors-les-murs, le tableau dialoguera avec les œuvres de la collection du musée, donnant à comprendre les étapes de travail de Léger qui « monte » sa composition afin de traduire son rêve d’un art pour tous au service d’une humanité fraternelle ».

Rappelons que c’est le musée des Arts décoratifs et François Mathey qui organisent la première rétrospective parisienne de l’œuvre de Léger, du 30 juin au 16 octobre 1956, après le décès de l’artiste, survenu le 17 août 1955, à Gif-sur-Yvette.

Le communiqué de presse du musée annonce la présentation de 100 œuvres couvrant la période de 1905 à 1955, figurent notamment Contrastes de formes  de 1913 ;  Adieu à New York, de 1946,  Hommage à David de 1948. Cette manifestation est organisée avec le concours des musées de Philadelphie, Bâle, le musée privé Kröller Muller, http://kmm.nl en Hollande, le Musée national d’art moderne de Paris, de grandes galeries privées et des collectionneurs, français et étrangers. L’exposition de 1956 va prendre en compte toutes les phases qui composent l’œuvre de cet artiste : outre la période cubiste, les années de guerre (1914-1918), la période mécanique et le retour à la figure (1918-1923), la préoccupation monumentale, la période puriste (1924-1927), les objets dans l’espace et leurs prolongements, à partir de 1928, puis la période américaine (1940-1945), ainsi que la dernière période française (1945-1955).

Cette exposition va voyager en Europe pendant plus d’un an, à Bruxelles, au Palais des Beaux-arts, dans un format plus réduit, d’octobre à novembre 1956 , puis à Amsterdam, au  Stedelijk Museum, du 11 décembre 1956 au 28 janvier 1957, puis à Munich, au Haus der Kunst de mars à mai 1957, au  Kunsthalle de Bâle, de mai à juin 1957, au Kunsthaus de Zurich, de juillet à août 1957, à Dortmund du 29 septembre au 27 octobre 1957, au Museum am Ostwall http://www.dortmund.de/en/index.html. François Mathey va consacrer beaucoup d’énergie à cette exposition itinérante : il l’organise à Munich puis l’accompagne à Bâle en mai 1957.

 

Autre invité cet été à Biot, John Armleder :

Actif depuis la fin des années 60, notamment au sein du groupe genevois Écart, l’artiste suisse John Armleder voit la reconnaissance de son œuvre à partir des années 80. Les « ameublements » ou « Furniture Sculpture », ainsi que l’artiste nomme ses agencements d’objets mobiliers « retouchés », le révèlent sur la scène internationale. Marquée par les propositions multimédias du mouvement Fluxus, l’œuvre d’Armleder questionne les notions d’authenticité et d’originalité et plus globalement l’art dans son rapport au réel. Les objets combinés à ses peintures, les formes élémentaires (rayures, pois) ou libres (coulures) comme l’ensemble des procédés mettant en scène son travail (échafaudages, plantes vertes, téléviseurs) interrogent la réception de ses œuvres, entre art et décoratif, objet et sujet et plus globalement entre art et vie. L’exposition que John Armleder a imaginée pour le musée national Fernand Léger poursuit cette interrogation qui, depuis l’émergence des avant-gardes artistiques au XXe siècle, constitue la réalité même de l’art.

 

Quels tableaux à la future exposition Roger Bissière au musée de Lodève ?

L’exposition « Bissière (1886-1964), figure à part », coorganisée et présentée au musée de Lodève du 5 juillet au 2 novembre 2014 : http://www.museedelodeve.fr/index.php?id=1278

puis au musée des beaux-arts de Bordeaux du 18 décembre 2014 au 15 février 2015, ( http://www.musba-bordeaux.fr)  va bénéficier des prêts  de tableaux suivants :

« Bleu (Composition 36) », 1951, peinture à l’œuf sur papier monté sur carton, inv. A 3630, appartenant au Stedelijk Museum, Amsterdam (Pays-Bas) ; ce musée a constitué une collection d ‘art contemporain exceptionnelle grâce notamment à deux de ses conservateurs Eddy de Wilde et W. Sandberg . Le musée prête volontiers ses tableaux aux musées français ses tableaux de Fontana ou de Martial Raysse :  (voir http://musearti.hypotheses.org/?p=2105 et http://musearti.hypotheses.org/?p=2180)
« Gris et Violet (Composition 342) », 1957, huile sur toile, inv. 1958-ACE 5, appartenant au Musée national d’histoire et d’art de Luxembourg (Luxembourg) http://www.mnha.public.lu/;
« L’Ange de la cathédrale, 1946-47 », huile sur papier marouflé sur toile, inv. 576, appartenant au musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds (Suisse) – (http://musearti.hypotheses.org/?p=2424). Sa riche collection a été évoquée récemment : http://musearti.hypotheses.org/?p=2424

La  Galerie  Bucher Jaeger, dernier marchand de l’artiste, fera aussi partie des prêteurs ( anniversaire et hommage de Véronique sa fille à Jean-François Jaeger : http://musearti.hypotheses.org/?p=1778

L’exposition est organisée dans le cadre des célébrations nationales 2014 :

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/recueil-2014/arts/roger-bissiere

C’est bien sûr François Mathey qui a organisé la première rétrospective parisienne consacrée à l’artiste, deux ans après sa mort, en 1966, au musée des Arts décoratifs, grace à de nombreux prêts de la galerie Jaeger.

bissiere2Lumière du matin – Huile sur toile, 1960
Fondation Jean et Suzanne Planque, Lausanne (Suisse) – CR 2523
© Courtesy Galerie Jaeger Bucher / Jeanne Bucher, Paris – Photo Luc Joubert