Archives du mot-clé Sheila Hicks

Exposer l’art textile contemporain

Rares sont les musées qui exposent en France l’art textile :  Françoise de Loisy conservateur en chef aux musées d’Angers, en dressait le constat en 2014 : 

En France, on aime trop cloisonner les choses. On ghettoïse des artistes, sous prétexte qu’ils utilisent une matière, longtemps associée à la manufacture, à l’artisanat. Sheila Hicks, par exemple, est une grande artiste américaine, une des pionnières du renouveau de l’art textile dans les années 1960. Elle vit en France. Qui le sait ? Elle vient pourtant d’exposer une oeuvre monumentale au Palais de Tokyo, mais là encore, en toute discrétion. D’un autre côté, le mouvement est tellement multiple.

Les oeuvres de Sheila Hicks ( Portrait par Giulia Noni) obtiennent ces dernières années un écho grandissant. Elle a participé au festival d’automne en 2016 au musée Carnavalet avant sa fermeture pour travaux : La sculpture ambrée de l’artiste américaine Sheila Hicks, installée par le Festival d’automne, est visible depuis la rue des Francs-Bourgeois. «Nous souhaitions renouer avec la tradition du festival qui trouvait des lieux alternatifs aux lieux habituels de l’art contemporain. Nous voulions sortir du white cube, avance Clément Dirié, le commissaire.

L’artiste a exposé à la Biennale de Venise en mai dernier.

Installation de Sheila Hicks dans l’exposition « Viva arte viva ». Photo Mirco Toniolo. Sipa DR.

C’est à Sheila Hicks qu’a été confiée la quatrième des commandes triennales de la Région Centre-Val de Loire pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire (2017-2019). Elle a participé au parcours hors les murs de la Fiac 2017, au Petit Palais.

En févier 2018, le Centre Pompidou  lui consacrera une exposition monographique, une reconnaissance qui interviendra plus de quarante cinq ans après l’hommage rendu au travail de l’artiste par François Mathey (autre pionnier) qui a exposé son travail et celui de Niki de Saint Phalle au Grand Palais lors de l’exposition bilan sur l’art contemporain organisée en 1972.

Rappelons qu’en 1974, Sheila Hicks fêtait ses 40 ans quand le Stedelijk Museum d’Amsterdam lui consacrait une première rétrospective.

Une histoire de l’art du pastel


Pendant six mois (une durée exceptionnelle), le Petit Palais expose une partie de sa collection permanente de pastels : « L’Art du pastel, de Degas à Redon » est une occasion inédite d’admirer plus de cent vingt pastels du Petit Palais jamais montrés depuis 1983 et de s’intéresser au renouveau du pastel dans la seconde moitié du XIXe siècle ».

L’ exposition est à la fois belle et instructive à plus d’un titre : elle propose un voyage chronologique et thématique qui débute à la fin du XVII e siècle avec  Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) et se conclut avec Odilon Redon et Ker-Xavier Roussel. Elle met ainsi en valeur les collections permanentes de ce musée de la Ville de Paris, en renouant avec une époque où  ce musée jouait  un rôle de premier plan.

En route, la commissaire Gaëlle Rio revisite en cinq sections l ‘histoire des peintres mais aussi des sculpteurs, qui ont eu recours à ce médium pour des raisons différentes. Naturalistes, impressionnistes, symbolistes traitent de thèmes plus ou moins académiques. On retrouve ainsi des artistes oubliés, méconnus et des œuvres sombres ou colorées qui réapparaissent dans la pénombre.

Des grands noms qui font l’objet d’expositions monographiques non loin de là, sont présents comme Edgar Degas (auteur de 700 pastels), Paul Gauguin ou Auguste Renoir.

Edgar Degas, Mme Alexis Rouart et ses enfants.

 

Paul Gauguin, Le sculpteur Aubé et son fils Emile.

 

 

 

Auguste Renoir. Esquisse représentant Berthe Morizot et sa fille.

Deux femmes artistes sont représentées,  à cette étape du parcours : Mary Cassat et Berthe Morizot. L’exposition illustre son temps où les nus académiques ou pas, abondent, comme cette « Contemplation » d’Eugène Emmanuel Lemercier, ou ce dessin préparatoire rehaussés de pastel de Fernand Pelez pour son grand tableau Les Danseuses, réalisé entre 1905 et 1909.

 

 

 

 

L’exposition grâce notamment à ses cartels, explique également comment se constitue une collection. Le portrait de la princesse Radziwill de 1801 réalisé par Élisabeth Vigée Le Brun,  est un achat obtenu grâce aux arrérages du legs Dutuit en 1969 ; Armand Guillaumin a fait don au Petit Palais d’un ensemble important de pastels en 1922 : « Guillaumin se consacre à la technique du pastel à partir de 1865 et ses nombreuses études de paysages, allant de simples esquisses prises sur le vif à des dessins très aboutis, donnent lieu à de multiples variations autour de la couleur et de la lumière ». 

Un cartel rapporte cette anecdote sur  cette esquisse représentant Berthe Morizot et sa fille, donnée par Auguste Renoir : Ambroise Vollard tente de vendre au nom du peintre cette esquisse aux amis du musée du Luxembourg en 1907. Ceux-ci hésitent trop au goût du peintre. Renoir vexé, offrira l’esquisse au musée du Petit Palais.

Le pastel peut être une fin en soi pour les portraits mondains, constituer des dessins préparatoires avant la réalisation d’ un décor d’église ou d’un tableau de chevalet, voire d’une affiche, le pastel renvoie donc  à plusieurs usages. Alfred Roll prépare ainsi une affiche pour les tuberculeux victimes de la guerre 14/18 ( étude pour l’affiche  » les blessés de la tuberculose ») qui ne sont pas reconnus comme blessés de guerre.

Victor Prouvé, le décorateur, a lui aussi réalisé de nombreux pastels préparatoires, comme cette étude de femme aux yeux fermés :

Des artistes très différents, notamment des sculpteurs, s’exercent  aux pastels : « Le sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux produit de nombreux albums de croquis et dessins au crayon et au pastel, dont quelques exemples sont exposés, comme un Portrait d’homme – peut-être un autoportrait.

Le peintre Pierre Carrier-Belleuse réalise des nus, préférant pour cela le pastel  à la peinture. Répondant au goût de leur époque, les pastellistes du XIXe siècle, Albert Besnard, James Tissot , Marcel Baschet ou Jacques Emile Blanche, (Portrait de Marie-Blanche Vasnier) « font des portraits mondains ou des nus féminins, témoignage du goût bourgeois qui perdure au tournant du siècle ».

La Liseuse de James Tissot. 

 

Jacques- Emile Blanche, Portrait de Marie-Blanche Vasnier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les symbolistes concluent le parcours : « Dans des harmonies poudreuses colorées parfois étranges, ces artistes expriment leurs sentiments, leurs rêves et traduisent esthétiquement une réalité intérieure à la portée plus universelle que les paysages ou les portraits. Dans cette dernière section de l’exposition, une place particulière est réservée à Odilon Redon, figure majeure et singulière du renouveau du pastel à la fin du XIXe siècle ».

Ker-Xavier Roussel, Scène antique.

Il n’ y a pas d’audioguide pour cette exposition mais une application qui peut être téléchargée gratuitement : elle commente les œuvres phares du parcours (dont les textes ont été partiellement cités ci- dessus) et renvoie vers deux vidéos :

L’affiche de l’exposition est une œuvre présentée en 1897, par Charles Léandre pour sa première participation à l’exposition de la Société de Pastellistes français, elle s’intitule « Sur champ d’or ».Pour prolonger la visite, l’application renvoie vers l’ensemble des pastels de la collection du Petit Palais qui est en ligne sur le site des collections des musées de la Ville de Paris. En sortant de l’ exposition, au sein du musée, des tableaux de Monet, Sisley, illustrent la richesses de ces collections permanentes. Les photographies de  l’exposition temporaire d’Andres Serrano se confrontent avec l’art du passé.

Les œuvres au sol de Sheila Hicks, quant à elles, marquent, dans le monumental hall d’entrée du Petit Palais, l’irruption de l’art contemporain présenté par la FIAC, et qui a investi en face pour quelques jours le Grand Palais.

 

Odilon Redon. Femme nue dans les rochers.

Odilon Redon- Anémones dans un vase bleu (détail).

Deux expositions en cours : Sheila Hicks, 16 décorateurs aux Arts décos

A signaler la parution d’un article saluant l’exposition de Sheila Hicks à Paris en ce moment et résumant les étapes de sa vie et de ses activités :

673774-news_art_sheilahicks«After the Rain», 2013. (Sheila Hicks)

Lointaine héritière du Bauhaus, l’Américaine Sheila Hicks est une figure de l’art textile. Après le Palais de Tokyo cette année, elle présente à la rentrée une installation à la galerie Frank Elbaz.

 http://next.liberation.fr/arts/2014/09/09/rendez-vous-avec-madame-hicks_1091307

Site de la galerie Elbaz : http://www.galeriefrankelbaz.com/wp/exhibitions/


0a8ce794c525cd4c56d105c51f79f5cbParis a accueilli récemment  Maison & Objet http://www.maison-objet.com/paris, la Design Week depuis le 6, http://www.parisdesignweek.fr/fr/news/

S’ouvrira bientôt la Biennale des Antiquaires le 11 : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/biennale-des-antiquaires-2014

Les Arts décoratifs présentent la 5 e édition d’« AD Intérieurs » du 6 septembre au 23 novembre 2014 :  elle mettra en scène des trésors méconnus du musée des Arts décos. Olivier Gabet a choisi de valoriser davantage les collections permanentes du musée en demandant à 16 décorateurs de concevoir « une pièce a vivre autour d’une œuvre de son choix sélectionnée dans les réserves du musée des Arts décoratifs.  C’est l’occasion pour le public de découvrir des objets d’art rarement présentés, mais aussi de déambuler dans des décors qu’ils ne peuvent le plus souvent découvrir que dans les pages du magazine. Il n’est en effet pas demandé à ces décorateurs, aux sensibilités et aux styles variés, de se conformer aux exigences scénographiques habituelles du musée, mais au contraire de concevoir de véritables pièces à vivre – dressing, bureau, boudoir, etc – dans les galeries latérales de la nef. Ce dispositif inédit a pour ambition de capter l’esprit du moment et de proposer des visions prospectives de la maison. Les projets visent à ériger l’art de vivre à son niveau le plus élevé, en faisant appel au savoir-faire des meilleurs artisans, rejoignant ainsi le principe fondamental des Arts Décoratifs, la réalisation du beau dans l’utile. C’est une nouvelle occasion pour le musée de perpétuer l’étroite collaboration qu’il entretient avec les décorateurs, architectes d’intérieur et designers. Une tradition inscrite dans l’histoire de l’institution depuis sa fondation » : http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/accueil-292/une-486/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/

Pour un historique des années fondatrices des collections les plus anciennes du musée :http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/actuellement/decors-a-vivre-les-arts-decoratifs/le-musee-des-arts-decoratifs-et

La très riche période des années 1950 aux années 1970 est représentée par plusieurs  créations issues des collections permanentes :

suspension-Sottsass-4935e-79842-234d1Ettore Sottsass, Suspension, 1957 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

 

Le décorateur Charles Zana  met en scène une suspension sculpturale d’Ettore Sottsass (1917-2007) en métal et Plexiglas, fabriquée en 1957 par Arredoluce. Cette pièce rare, l’une des premières créations du maître du design transalpin, a été acquise en 2013 grâce au mécénat du Cercle Design des Arts Décoratifs.

Pour mémoire, le Centre de Création Industrielle (CCI) a exposé Ettore Sottsass Jr. : de l’objet fini à la fin de l’objet, au Musée des Arts Décoratifs à Paris, du 21 octobre 1976 au 3 janvier 1977.

Les livres d’Ettore Sottsass ont fait l’objet d’une exposition à la bibliothèque en 2012 : Les livres d’Ettore Sottsass : bibliothèque des Arts décoratifs, Paris, 7 mai – 27 juillet 2012 (Commissaires Giorgio Maffei et Bruno Tonini).

Vincent Darré a recours à la « sculpture-assemblage Accumulation Renault n° 180, combinaison de collecteurs d’échappement, de l’artiste franco-américain Arman (1928-2005), pionnier dans le détournement d’objets manufacturés ».

A-2010-1249-JT-d95b0-f2e73-7537dArman, Sculpture Accumulation renault n° 180, 1972 © Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance

L’œuvre fut donnée par Arman aux Arts Décoratifs l’année même de sa création en 1972« . Les Accumulations Renault ont fait l’objet d’une exposition de mars à juin 1969 au musée des Arts décoratifs : voir à ce propos le document de l’INA  (qui confond Mathey le commissaire de l’exposition avec un autre personnage) : http://www.ina.fr/video/CAF97001122/exposition-arman-video.html

voir également l’article de Michel Ragon, « Arman : à propos de l’exposition du musée des Arts décoratifs », Cimaise, no 93-94, septembre-décembre 1969, p. 39-51.

Pour cette aspect de la création d’Arman, voir  les archives de Claude-Louis Renard : « Art chez Renault, Claude-Louis Renard, la régie Renault et l’art, 1966-1985 » : http://www.art-renault-renard.com/index.php
– le témoignage d’Alain Bizos, photographe, dans un entretien filmé du 10 janvier 2007 (durée : 12 min 48 s). Assistant d’Arman de 1967 à 1979, il participe à la création des pièces qui seront exposées au musée des Arts décoratifs en 1969.
– le témoignage de Catherine Millet, critique d’art, dans un entretien filmé du 6 décembre 2006 (durée : 24 min 55 s).

Enfin, une création de César, a inspiré Chahan Minassian : il s’agit d’un » travail sur les pales de réacteur d’avion en acier inoxydable, soudées les unes aux autres, d’un bureau recouvert de verre fumé, réalisé en 1966 par le sculpteur César (1921-1998) . L’œuvre fut donnée aux Arts Décoratifs par Marcel Lefranc en 1992″.

Chahan-Minassian
 César, Bureau, 1966 © Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

César a participé à plusieurs expositions dans ce musée :

 Antagonismes l’objet, 1962, Trois sculpteurs : César, Roël d’Haese, Tinguely : Juin-septembre 1965. Cette exposition a donné lieu à une interview de Tinguely, alors peu connu du public : à voir sur l’INA :« Le magasine des arts de l’actualité télévisée », Adam Saulnier, TF1, 05/09/1965 – 11 min 29 s

César a aussi créé pour la cristallerie Daum et exposé en 1969 : César/Cristal/Daum 1969, source INA : César au musée des Arts décoratifs, – L’amour de l’art – ORTF – 24/10/1969 – 5 min 25 s : http://www.ina.fr/video/CAF97001629/cesar-au-musee-des-arts-decoratifs-video.html

Hors ce musée, François Mathey  a préfacé plusieurs catalogues d’exposition pour cet artiste, de 1966 à 1984 :

Amsterdam, César, Stedelijk Museum, 1966 : http://www.stedelijk.nl/en

Marseille, César, Musée Cantini, 1966 : http://www.marseille.fr/siteculture/les-lieux-culturels/musees/le-musee-cantini

César : plastiques, Paris, CNAC, 1970.

César : œuvres 1960-1970, Montreuil, Galerie municipale Marie-Thérèse Douet, 1971.

César, Marseille, Musée Cantini, 1972.

Les Fers de César, Jouy-en-Josas, Fondation Cartier pour l’art contemporain, 1984 : http://fondation.cartier.com/fr/

Séjours d’artistes américains à Paris : quelques archives

Les Archives of American Art, du Smithsonian Institution, sont diverses et couvrent tous les champs de l’activité artistique, de la tapisserie à l’architecture, en passant par la sculpture et la peinture. Elles sont constituées de retranscriptions d’entretiens oraux, de photographies, lettres et autres documents issus de fonds d’archives privés numérisés. Elles peuvent utilement être consultés pour connaitre des  activités de ces artistes en France et notamment à Paris.

Trois exemples de ces « séjours d’artistes » saisis à Paris, grâce à ces archives et à d’autres sources disponibles en ligne :

– s’agissant des architectes : les photographies et papiers de Marcel Breuer,

une image d’archive où figurent Marcel Breuer, Le Corbusier, et Eugène Claudius -Petit, intitulée :  Architects in a Parisian cafe 

parisian cafe 1950 Creator: UNESCO, photographer, Walter Gropius, second from the left; Marcel Breuer, right foreground; Le Corbusier, background on the right with head turned away. Forms part of: Marcel Breuer papers, 1920-1986 

View all Image Gallery items from the Marcel Breuer papers

Sa biographie très détaillée est en ligne :http://www.aaa.si.edu/collections/marcel-breuer-papers-5596/more

Le CCI , après le MoMA, lui consacrera en 1974 une exposition au pavillon de Marsan. « Marcel Breuer at the Metropolitan Museum of Art » (traveling exhibition),  Centre de Création Industrielle, Pavillon de Marsan,  Musée des Arts Décoratifs, Paris, France.

Autre ressource, une retranscription de l’entretien de Sheila Hicks avec Monique Levi-Strauss : Oral history interview with Sheila Hicks, 2004 : http://www.aaa.si.edu/collections/interviews/oral-history-interview-sheila-hicks-11947

Sheila Hicks, évoque sa participation à l’exposition de 1972 « bilan de l’art contemporain 1960-1972, qui se tient au Grand Palais et dont François Mathey est le commissaire.

sheila hicks2Hicks in 1972

http://news.slowandsteadywinstherace.com/2012/04/hero-sheila-hicks.html

 

Le sculpteur Alexandre Calder :http://www.aaa.si.edu/collections/alexander-calder-papers-7294 a longuement séjourné en France, il témoigne dans un entretien du 26 octobre 1971 : http://www.aaa.si.edu/collections/interviews/oral-history-interview-alexander-calder-12226

Calder_CSL w_b&w shot backFamilier du musée des Arts décoratifs, Calder y expose pour une journée en 1975 une voiture décorée par ses soins : BMW’s Art Cars debuted to the public in Paris at the Musee des Arts Decoratifs at the Louvre in May 1975. It was an elegant creative alliance of racer and art auctioneer Herve Poulain and American sculptor Alexander Calder mixed with the foresight of BMW Motorsport chief Jochen Neerpasch. Calder started with a scale model of the Batmobile, cloaking it in broad swaths of red, blue and yellow while ignoring the car’s structure and shape.http://www.carguychronicles.com/2013/12/calders-bmw-batmobile-art-car-amelia.html

Le mot clé « Paris » sur le site de l’American Art, du Smithsonian Institution, permet de découvrir :

– un guide des archives disponibles,  Guide to Archival Sources for American Art History :http://www.aaa.si.edu/files/publications/guide-american-art-related-archival-resources-paris.pdf

– des photographies d’artistes académiques parisiens et d’artistes américains dans leur atelier, entre 1880 et 1890, Photographs of artists in their Paris studios, 1880-1890 :http://www.aaa.si.edu/collections/photographs-artists-their-paris-studios-10228

sargentJohn Singer Sargent in his studio

ou une photo d’atelier de Sam Francis à Paris en 1956 :

AAA_freebett_27657sam Francis

 

 

 

Tirs et assemblages de Niki : 1958/1964

Niki de Saint Phalle est l’une des rares femmes artistes reconnues et exposées dans les années 1960 :

http://fresques.ina.fr/elles-centrepompidou/fiche-media/ArtFem00150/tirs-niki-de-saint-phalle.html

En 1967 elle expose ses sculptures avec celles de Tinguely, sur le toit du pavillon français de l’Exposition universelle de Montréal. François Mathey et Germain Viatte participent à l’installation de ces créations.
Elle est l’une des deux seules femmes exposées au Grand Palais en 1972 à Paris lors de l’exposition bilan sur la création des années 1960 à 1972, avec Sheila Hicks (et sans Gina Pane  et Tania Mouraud qui déclinent l’invitation). L’exposition est contestée car placée sous le patronage du président de la République et organisée à sa demande pour préfigurer le Centre Beaubourg :

http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01202/intervention-d-artistes-lors-de-l-exposition-60-72-douze-ans-d-art-contemporain-en-france.html

La galerie Vallois expose actuellement pour un mois seulement un moment de création très particulier de Niki de Saint Phalle, entre 1958 et 1964 :  » En joue ! Assemblages et tirs 1958-1964. »
http://www.galerie-vallois.com/

Une lettre à Pontus Hulten : « Cher Pontus,Te rappelles-tu 1961-62-63 ?Tu m’as demandé de te parler des Tirs » : http://www.femmespeintres.net/pat/textes/niki03.htm

Son autobiographie, TRACES. – Une autobiographie, remenbering 1930-1949

(re)découvrir sa donation à Nice sur le site du MAMAC : http://www.mamac-nice.org/francais/collection/donation/photo_01.html