Archives du mot-clé Roger Tallon

L’histoire du design en France

L’histoire du design en France / The History of Design in France / Colloque international / International Conference, Institut national d’histoire de l’art (Paris, France), le 21 juin 2017 /  June 21, 2017.

Salle Vasari / Vasari conference room.

Organized by Stéphane LAURENT, HICSA/Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

L’histoire du design en France présente une grande richesse mais paradoxalement aucun état des lieux n’a jamais été effectué. Les inventions se sont multipliées durant la révolution industrielle et les premières tentatives d’industrialisation d’un objet esthétique, aux formes modernes, ont été entreprises au début du vingtième siècle. Si l’Art nouveau n’a fait qu’une proposition timide, son vocabulaire a motivé certains industriels, qui l’ont choisi afin de diversifier leurs gammes d’articles. L’Art Déco réussit davantage une popularisation de l’objet moderne dans le cadre d’une approche commerciale qui reste fondée sur l’artisanat.

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, un rapprochement est entrepris entre les ingénieurs, les industriels et les créateurs de modèles. Il est porté par l’Union des artistes modernes (UAM) et est mis en scène à l’Exposition des Arts et techniques de 1937.

L’impulsion vient surtout après la Seconde Guerre mondiale avec l’influence du modèle américain de « design industriel », importé en France sous la traduction d’ « esthétique industrielle » grâce à des figures comme Jacques Viénot et Raymond Loewy, qui fondent respectivement l’agence Technès et la Compagnie d’esthétique industrielle (CEI). Toutefois les tentatives antécédentes, nées du projet français d’un « art social » au travers de l’embellissement du cadre de vie, se maintiennent, grâce notamment au  mouvement  Formes  Utiles, avant de déboucher sur des recherches sur les plastiques  et  la dérision des formes dans le mouvement Pop des années soixante et soixante-dix, où s’illustrent des designers comme Olivier Mourgue, Roger Tallon et Pierre Paulin. C’est en grande partie à l’initiative de graphistes français comme Paul Colin qu’est fondée l’Alliance graphique internationale, et à celle de Viénot qu’est mise en place l’International Council of Societies of Industrial Design (ICSID). Prenant conscience de l’importance de ce nouveau champ dans les pratiques artistiques, champ qui s’ancre durablement comme le montre la réussite d’un Philippe Starck, les institutions entreprennent de soutenir le mouvement avec la création du Centre de création industrielle en 1969 ou de la Cité du design de Saint- Etienne plus récemment. Des recherches et publications récentes sur le domaine, issus de travaux universitaires, permettent de faire un point sur la question.

The history of design in France presents a great richness but paradoxically no state of the question has been really carried out. Inventions multiplied during the industrial revolution and the first attempts to industrialize an aesthetic object with modern forms were undertaken at the beginning of the twentieth century. While some of the Art Nouveau decorators made the first proposals, the style motivated some entrepreneurs, who saw an opportunity to diversify their catalogues of items. Art Déco was more successful in popularizing the modern object within a commercial approach although it remained based on craftsmanship. On the eve of the Second World War, there was a rapprochement between engineers, industrialists and creators. It was incarnated by the Union of Modern Artists (UAM) and presented at the Exhibition of Arts and Techniques of 1937. The impulse came mainly after the Second World War with the influence of the American model of « industrial design ». It was imported in France under the translation of « esthétique industrielle » thanks to figures like Jacques Viénot and Raymond Loewy, who respectively founded Technès and the Compagnie d’esthétique industrielle (CEI). Thereafter was developed an enthusiastic research on plastics through a derision of forms. It was illustrated by the Pop movement in the Sixties and Seventies, with designers like Olivier Mourgue, Roger Tallon and Pierre Paulin. It was largely on the initiative of French graphic designers such as Paul Colin, that the International Graphic Alliance was founded, and the one of Viénot that the International Council of Industrial Design Companies (ICSID, now World Design Organization) was created. Aware of the importance in artistic practices of this new field, which is demonstrated by the success of a star designer like Philippe Starck, some public institutions decided to support the movement. Thus were created the Centre de Création industrielle in Paris in 1969 or the Cité du design in Saint-Etienne more recently. Recent research and publications on the subject will help to update and address the topic.

Le Programme / Program.

 

Exposition Roger Tallon aux Arts Décos : aux origines de la création

20160907_192237tallon

La donation de Roger Tallon aux Arts Décos est ici célébrée à travers une exposition temporaire rue de Rivoli, qui est répartie sur deux étages. Françoise Jollant et Dominique Forest en sont les commissaires. 

L’exposition est  très riche, la revue de presse accueille l’exposition Roger Tallon avec intérêt, compte tenu de l’ingéniosité du designer et de l’incroyable diversité des objets qui l’intéressaient : Sage dans sa scénographie, l’exposition Roger Tallon des Arts décoratifs, à Paris, étonne par la diversité et la modernité des créations de ce designer disparu en 2011. Il a touché à tous les domaines, du « frigidaire » au TGV :

  • les moyens de transport ( une moto « Taon », le rail, avec une collaboration au long cours avec la SNCF : le Corail, le TGV, mais aussi le funiculaire de Montmartre, etc. );
  • la maquette du journal Artpress toujours d’actualité,
  • les mobiliers ( les sièges comme la chaise Sentou ou le lit et les sièges qui figurent dans le film  » La piscine » )
  • le tube de produit solaire Bergasol et les lunettes de soleil ;
  • les bidons d’essence ;
  • les conditionnements de produits de pharmacie,
  • jusqu’à une improbable crèche composée de sièges, commandée pour l’aéroport d’Orly  et dont on expose ici le siège César.
  • L’enfant jésus apparaissait dans une télévision, ce qui est normal pour l’auteur de la célèbre Téléavia. televiseur_portatif_tallon

Roger Tallon était très lié aux Nouveaux réalistes dont Yves Klein, décédé prématurément. César a moulé le fameux pouce de Roger Tallon pour l’une de ses sculptures les plus connues.cesar-baldaccini-vgj

Le portrait et l’histoire de Roger Tallon par Françoise Jollant Kneebonne.

20160907_192552

Pour les amateurs d’art et de design, Roger Tallon (1929-2011), c’est l’extraordinaire escalier hélicoïdal Module 400 en aluminium (1966 et 1974).

tallon-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

Exposition des composants de l’escalier Module M400 édité par la galerie Lacloche, 1966.(©Les Arts Décoratifs, Paris/ADAGP 2016).

 

Car ces créations ont bien sûr été exposées avant cette très complète rétrospective. Michel Ragon, écrivain, critique d’art, a participé avec François Mathey à une exposition de la galerie Lacloche : « Je travaillais sur l’architecture, les objets, je connaissais bien Lacloche un bijoutier de grand luxe de la place Vendôme. Il avait ouvert sa galerie au premier étage, il faisait des expositions de peinture que je soutenais. Un jour, il m’a proposé de faire une exposition sur l’objet. L’exposition chez Lacloche était innovante : les artistes étaient invités à faire des sièges, des bijoux. J’ai incité Lacloche à faire des bijoux d’artistes, comme avec Penalba, puis la seconde exposition, je l’ai faite avec Mathey : ce qu’il avait réalisé au musée des Arts décoratifs sur le même thème m’avait beaucoup plu ».

Cette exposition rassemblait des sculptures, des mobiliers, des meubles de François Arnal, Arman, Alexandre Babeanu, Jef Banc, Berrocal, Martine Boileau, Cesar, Celine Chalem, Louis Chavignier, Michel Guino, James Guitet, Philippe Hiquily, Jacobsen, Radivoje Knezevic, Caroline Lee, Robert Malaval, Matta, Metcalf, Alicia Moi, Nikos, Marta Pan, Georges Patrix, Alicia Penalba, Philolaos, Bernard Rancillac, Day Schnabel, Jurgen Schneyder, François Stahly, Jose Subira Puig, Roger Tallon, Aurello Teno, Claude Viseux, Artigas, Bondt, Din Vanh, Filhos, Knoop, Torun.

C’était un clin d’œil à la célèbre exposition Antagonismes 2 , l’Objet organisée en 1962 au musée des Arts décoratifs.

 

 

 

Ralf Lauren après les Arts décos, occupe les beaux-arts

« Le défilé et le dîner jet-set organisés par Ralph Lauren mardi 8 octobre à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris ont mis le feu aux poudres. Pendant cinq jours, en raison de la préparation de l’événement, les étudiants n’ont pas pu accéder à quatorze ateliers de l’école. « On s’est fait déborder », a concédé au Monde Nicolas Bourriaud, le directeur. Il a justifié la réquisition de l’établissement par le mécénat de 1,5 million d’euros conclu avec le groupe de prêt-à-porter américain pour équiper l’amphithéâtre d’honneur en matériel audiovisuel » : http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/10/11/ralph-lauren-declenche-une-fronde-aux-beaux-arts_3493976_3246.html

 Ralf Lauren a déjà investi de façon spectaculaire, au sens propre du terme, le musée des Arts décoratifs en présentant cette fois sa collection de voitures de course (du 28 avril 2011 au 28 août 2011) : « Une sélection de ses plus prestigieuses voitures de sport des années 1930 à nos jours est présentée pour la première fois en Europe au musée des Arts Décoratifs […] A travers cette collection, Ralph Lauren démontre que l’automobile est un art majeur dessiné par les plus grands noms : Bugatti, Alfa Romeo, Bentley, Mercedes-Benz, Jaguar, Porsche et, bien sûr, Ferrari, point culminant de cet ensemble exceptionnel. »

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/arts-decoratifs/expositions-23/archives-25/l-art-de-l-automobile-chefs-d/

En fait, s’agissant du caractère inédit de cette exposition, on joue ici un peu sur les mots car, le musée des Arts décoratifs a déjà par le passé exposé des automobiles, et ce à deux reprises :

« Bolide design », du 31 janvier au 30 avril 1970, est une exposition organisée par le CCI dont le commissaire était Piero Fornasetti (1913-1988). Le musée des Arts décoratifs, dans un communiqué de presse datant de mars 2011, le rappelait d’ailleurs avec justesse :

« Une exposition rendant hommage à l’automobile n’est pas tout à fait une première dans l’histoire de l’institution. En 1970, Les Arts décoratifs présentaient une sélection de voitures de compétition « Bolide Design ». Un jury particulier issu du monde de l’art et du design avait alors été constitué autour de François Mathey pour composer cette exposition. Les designers Joe Colombo, Roger Tallon, Pio Manzù, les artistes Jean-Paul Riopelle, Jean Tinguely, Victor Vasarely, auxquels il faut ajouter Robert Delpire, avaient choisi les modèles avec l’idée de montrer que « l’art et la technique, chacun à leur niveau, sont l’expression de l’homme et de ses rapports avec la création » : le bolide comme objet de design, comme œuvre d’art. »

Un quasi-circuit automobile est installé dans la nef du musée, pour présenter ces bolides. L’exposition rencontre un vrai succès, (50 00 visiteurs). Le catalogue est préfacé par Jacques Chaban-Delmas, alors Premier ministre. Le commentaire des actualités cinématographiques consacrées à cette exposition évoque le rôle mythologique joué dans la société française par l’automobile.  Jean-François Jaeger concluait alors ainsi son article dans La Quinzaine : «  Aucune confusion de genre n’a sans doute été cherchée dans la manifestation du musée des Arts décoratifs, nous y trouverons le plaisir un peu masochiste de côtoyer des vedettes dont l’usage nous sera, hélas, refusé, objets de culte et mirages pour nos instincts de puissance. »

Autre exposition, liée au « BMW Art cars » des années 1970, celle de la Mercédès dessinée (« tunée ?! »)  par Alexandre Calder à la demande d’Hervé Poulain et destinée à la course des 24 Heures du Mans. François Mathey a accepté de la montrer très brièvement au musée en 1975 car il s ‘agissait là d’un phénomène de société qui subsiste d’ailleurs encore aujourd’hui  :

http://www.les24heures.fr/index.php/1975/208-1975-voitures/287-1975-93-bmw-calder