Archives du mot-clé Pierre Restany

Quand David Hockney exposait à Paris en 1974 au musée des Arts Décos et rendait hommage au Louvre

Dès 1974, grâce au British Council et au financement de l ‘AFAA ( Association française d’action artistique), David Hockney a présenté ses oeuvres à Paris au musée  des Arts décoratifs de Paris, alors dirigé par Francois Mathey, coorganisateur de l’événement.

Le catalogue, bilingue, comprend notamment un entretien de l’artiste avec  le critique Pierre Restany.

La rétrospective actuelle ne comprendra peut-être pas  ces deux illustrations -hommage au Louvre et à Paris, ville où  l’artiste  a vécu de 1973 à 1975 : la première de couverture  s’intitule « contrejour on the french style- against the day dans le style français ». 1974.

Cette oeuvre est aujourd’hui  au Ludwig Museum, à Budapest.

La dernière de couverture  du catalogue « two vases in the Louvre » 1974,  sera aussi sur l’affiche de cette exposition.

 « Hockey lors de son séjour à Paris occupe l’atelier qui fut autrefois celui de Balthus. Au Louvre, il photographie, dessine cette fenêtre qui lui inspirera son Contre-jour… »

David Hockney fait partie de ces nombreux artistes inspirés par le Louvre et que Pierre Schneider évoquait à l’occasion de l’exposition « Copier-créer  » organisée par Jean-Pierre Cuzin en 1993 pour célébrer le bicentenaire de ce musée : Les pille-art du Louvre, publié le 27/05/1993 :

« Dès la création du musée, les plus grands peintres s’y sont nourris des oeuvres de leurs prédécesseurs. Pour les interroger, les dévorer, et, finalement, les oublier. La preuve en 330 peintures et dessins ».

A signaler également la parution récente des articles de presse de Pierre Schneider parus sous le titre « Chroniques de l’Express (1960-1992) Le droit à la beauté ».

 

« L’Action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art » : Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot

citiqueart_couv_42-small250En ligne, depuis mai 2015 sur le site de La revue critique d’art, Actualité internationale de la littérature critique sur l’art contemporain le n° 42 | 2014 : CRITIQUE D’ART ,  l’article intitulé :  « L’Action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art » :
 » François Mathey (1917-1993), conservateur puis conservateur en chef au musée des Arts décoratifs (1953-1985) a réalisé plus de 350 expositions. Les collections des Archives de la critique d’art retracent son activité foisonnante. Il partage avec Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot les mêmes goûts et la même envie de promouvoir l’art vivant. Les trois critiques le soutiennent dans cette aventure. De son côté, François Mathey les appuie lorsqu’ils défendent le Nouveau réalisme, la Figuration narrative ou l’architecture utopique. L’exposition 60/72 : douze ans d’art contemporain en France met un coup d’arrêt à ce soutien mutuel, car François Mathey ose présenter sa propre histoire de l’art. L’exposition est jugée en outre politique, donc condamnée.

Les débuts de François Mathey sont pourtant jugés prometteurs. En 1960, Pierre Restany salue son audace et celle de Julien Alvard, son co-commissaire pour l’exposition Antagonismes : «Les portes du musée national d’Art moderne seront les dernières à s’ouvrir […] Devant cette trop habituelle carence, c’est le Pavillon de Marsan qui marque les points, François Mathey aspirant à pleines goulées les effluves pures et impures de la nouvelle vague. L’exposition “Antagonismes”, au musée des Arts décoratifs, constitue un événement capital de la vie artistique parisienne »: http://critiquedart.revues.org/13591

La version anglaise : François Mathey’s Programme, through the Eyes of Three Art Critics

Traduction de Simon Pleasance :

 « François Mathey (1917-1993), curator then head curator at the Musée des Arts Décoratifs (1953-1985), organized more than 350 exhibitions. The collections of the Archives de la critique d’art trace his hectic activity. With Michel Ragon, Pierre Restany and Gérald Gassiot-Talabot he shared the same tastes and the same desire to promote living art. The three critics all backed him in this adventure. François Mathey, in turn, supported them when they championed Nouveau Réalisme, Figuration Narrative, and utopian architecture. The exhibition 60/72 : douze ans d’art contemporain en France brought this mutual back-slapping to an end, because François Mathey had the audacity to present his own history of art. The show was deemed to be political, to boot, and duly condemned.

 Yet François Mathey’s early days were nevertheless seen as promising. In 1960, Pierre Restany hailed his daring, along with that of his co-curator for the exhibition Antagonismes, Julien Alvard: “The doors of the National Museum of Modern Art will be the last to open […]. Faced with this all too customary shortfall, it is the Pavillon de Marsan which is scoring points, with François Mathey gulping in the emanations, pure and impure alike, of the new wave. The exhibition Antagonismes, at the musée des Arts décoratifs, is an event of paramount importance for the artistic life of Paris”  http://critiquedart.revues.org/13593

Une exposition sur les archives de la critique d’art à l’INHA

Intitulée «  Mémoires croisées / dérives archivistiques Archives de la critique d’art« , cette exposition sur les archives de la critique d’art, a lieu du 13 mai au 18 juillet 2015, à l’INHA, salle Roberto Longhi : http://www.inha.fr/fr/ressources/expositions/en-2015/memoires-croisees-derives-archivistiques.html

« Les Archives de la critique d’art ont été créées en 1989 par l’AICA France (Association internationale des critiques d’art) avec quelques critiques et universitaires convaincus de la nécessité d’un tel projet pour la recherche, les professionnels et le public. La constitution de ces archives a permis de réunir à Rennes un ensemble exceptionnel de documents concernant l’art, la critique, les débats et les institutions depuis 1945, aussi bien en France que dans le monde. En avril 2014, l’association qui en avait la charge a décidé de confier leur destin à un Groupement d’Intérêt scientifique (GIS), associant l’AICA international, l’INHA et l’université Rennes 2. Les Archives de la critique d’art de Rennes sont ainsi entrées officiellement dans les collections de l’INHA. En écho à cet évènement, l’exposition organisée par l’INHA, sous le commissariat de Jean-Marc Poinsot, a pour objectif de donner à voir la richesse et la diversité des documents conservés aux archives. Constituées par les critiques d’art et leurs interlocuteurs professionnels (artistes, galeries, revues, centres d’art et autres organismes dédiés à l’art contemporain) » ces archives sont sont, en effet, un témoignage essentiel sur le monde de la création, mais aussi sur les politiques artistiques et culturelles d’une époque ».

« Les thématiques retenues sont autant d’îlots possibles dans l’histoire ou des voies de traverse. Elles visent de la sorte à suggérer des curiosités, des appétits plutôt qu’à marquer des territoires qui auraient déjà été appropriés ou conquis » précise Jean-Marc Poinsot, le commissaire, assisté de Laurence Le Poupon et de Charlotte Brice.

carton-invitation_web2Effectivement, on est happé,  » hameçonné », tout d’abord par les « îlots » préférés, car en rapport avec les recherches  entreprises : l’îlot « 1972 » ou celui consacré à la »première biennale de Paris en 1959 » ont par exemple retenu mon attention.
Grâce aux archives alors installées à Chateaugiron, j’avais pu aller au delà des souvenirs des témoins de l’événement parisien et analyser plus en détail cette première exposition d’art contemporain au Grand Palais organisée par François Mathey en 1972 ( L’exposition « Douze ans d’art contemporain », 1972, in Réinventer le musée – François Mathey, un précurseur méconnu (1953-1985) :http://www.lespressesdureel.com/sommaire.php?id=2947&menu=).

L’îlot « première biennale de Paris 1959 » me rappelle la redécouverte inattendue d’une biennale précédente qui a eu lieu au musée des Arts décoratifs, en 1957, mais qui n’était pas passée à la postérité :http://musearti.hypotheses.org/?p=88

Mais dans l’espace hélas restreint de la salle Longhi, d’autres archives ne demandent qu’à être (re)découvertes :  Le néoconcrétisme brésilien,  les débats de « L’Année 1964 « ;  ceux de Supports ⁄ SurfacesLa critique et l’architecture , mais aussi les engagements des femmes :  Aline Dallier-Popper, Dany Bloch, Anne Tronche et Catherine Francblin, et l’aventure de la Galerie Jennifer Flay.

La diversité des rencontres et des échanges internationaux (L’AICA et ses congrès de 1948 à 2014 ) est bien sûr également illustrée.

« L’exposition présente un choix de documents issus des fonds de l’AICA, de la Biennale de Paris, de Dany Bloch, Aline Dallier-Popper, Marc Devade, Jennifer Flay, Don Foresta, Catherine Francblin, Roberto Pontual, Pierre Restany et Michel Ragon« .

Michel Ragon, critique d’art et d’architecture (http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3212 ), (https://www.franceculture.fr/theme/moduletheme-culture-academie/arts-et-lettres/architecture/michel-ragon-critique-d%E2%80%99art-et-d%E2%80%99arc ,

 Le site des Archives de la critique d’art : http://www.archivesdelacritiquedart.org/

A la Cité de l’architecture et du patrimoine : Michel Ragon, critique d’art et d’architecture

michel ragon critiquePlusieurs actualités en ce moment à propos de Michel Ragon :

A la Cité de l’architecture et du patrimoine : Michel Ragon, critique d’art et d’architecture
jeudi 25 septembre 2014 [18h30 – 20h30] dans le salon d’accueil de la bibliothèque.
Hall de tête – 1er étage 1, place du Trocadéro – Paris 16

Michel Ragon est principalement connu comme le fondateur, critique attitré et infatigable défenseur du GIAP – Groupe international d’architecture prospective.  L’enjeu de l’ouvrage « Michel Ragon, critique d’art et d’architecture » (Presses universitaires de Rennes, 2013) est à l’inverse de dévoiler des aspects moins connus de sa critique de l’architecture et de l’urbanisme contemporains durant la seconde moitié du XXe siècle. Ce livre s’inscrit également dans les préoccupations actuelles de renouvellement de l’historiographie de cette période, tant en histoire de l’art qu’en histoire de l’architecture. En présence des auteurs : Hélène Jannière, professeur d’histoire de l’architecture contemporaine à l’université Rennes 2. Richard Leeman, professeur d’histoire de l’art à l’université de Bordeaux. Le modérateur est Jean-Louis Violeau, sociologue, professeur à l’ENSA Paris-Malaquais et chargé de cours au master d’urbanisme de Sciences Po.

et pour mémoire, actuellement en ligne ou en librairie : http://www.archivesdelacritiquedart.org/revue_critique_d_art/librairies/

dans la revue Critique d’art :  Brigitte Gilardet « L’action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art », Critique d’art, n°42, avril 2014. http://www.archivesdelacritiquedart.org/revue_critique_d_art/numeros/show/71

 » François Mathey (1917-1993), conservateur au musée des Arts décoratifs (1953-1985) a réalisé plus de 350 expositions. Les fonds déposés aux archives de la critique d’art et ceux figurant à la bibliothèque des Arts décos, retracent le dialogue que ce conservateur a entretenu avec les critiques. Mathey partage avec Michel Ragon, Pierre Restany et Gérald Gassiot-Talabot la même envie de promouvoir l’art vivant. Les trois critiques le soutiennent et il les appuie lorsqu’ils défendent le Nouveau réalisme, la Figuration Narrative ou l’architecture utopique. Pierre Restany en 1960 salue Mathey et Julien Alvard, pour l’exposition « Antagonisme I la peinture ». Michel Ragon la même année encense l’exposition rétrospective consacrée à Jean Dubuffet. Pierre Restany en 1961 estime que F. Mathey se taille « la part du lion, dans l’histoire de notre muséologie contemporaine ». En 1962, « Antagonismes II, l’Objet » déclenche l’enthousiasme des critiques. En 1964, Jean Cassou croit que P. Restany est à l’origine d’un complot visant à le faire remplacer par Mathey. Ce dernier apporte son soutien à Gassiot-Talabot pour organiser avec Mme Dane l’exposition « Mythologies quotidiennes » en 1964. F. Mathey reçoit le critique dans son propre musée en 1967 pour l’exposition « BD et Figuration Narrative », une première dans un musée. C’est la fameuse exposition de 1972 qui mettra un coup d’arrêt à ce soutien mutuel.. ».

Plusieurs expositions temporaires notables sont présentées ce mois-ci à la Cité de l’architecture et du patrimoine :                       

– jusqu’au  lundi 08 septembre 2014, l’exposition « Architecture en uniforme » (voirhttp://musearti.hypotheses.org/?p=3944 et http://musearti.hypotheses.org/?p=2622 ).

–  et celle réservée à Bernard Zehrfuss :Bernard Zehrfuss (1911-1996) La poétique de la structure, jeudi 19 juin 2014 – lundi 13 octobre 2014 : http://www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/25535-bernard_zehrfuss_1911-1996.html

le mardi 16 septembre 2014 [19h00 – 21h00] une table ronde est consacrée à son œuvre :

Centre national des industries et des techniques, La Défense, 1952-1958, vue de la voûte en cours de chantier, cliché Jean Biaugeaud, Paris © Fds Zehrfuss. Académie d'architecture/CAPA

Avec Jean-Paul Viguier, architecte ; François Loyer, historien de l’architecture et de la ville ; Benoît Pouvreau, historien, Service du patrimoine culturel, Conseil général de la Seine-Saint-Denis ; Ann Hindry, historienne de l’art et conservateur de la collection Renault réunis autour des commissaires de l’exposition, Christine Desmoulins et Corinne Bélier.

un_politique_en_architecture_eugène_claudius-petit_1907-198920100424Benoît Pouvreau est notamment l’auteur d’une thèse et d’un ouvrage sur l’action d’Eugène Claudius-Petit (« Un politique en architecture »), qui fut  ministre en charge de la reconstruction, maire de Firminy, président de l’UCAD (Union Centrale des Arts décoratifs) et ami des architectes et de Le Corbusier:

PH1985_0559Portraits d’architectes : http://www.citechaillot.fr/ressources/expositions_virtuelles/portraits_architectes/ZEHRFUSS%2003.swf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

François Mathey au prisme de trois critiques d’art

Le dernier numéro de la revue Critique d’art  n°42 (Hiver 2013/ Printemps 2014) est paru :

couvertureDans la rubrique « archives », je consacre un article à François Mathey au prisme de trois critiques d’art : Pierre Restany, Michel Ragon,  Gérald Gassiot-Talabot :

L’action de François Mathey au prisme de trois critiques d’art / François Mathey’s Programme, Through the Eyes of Three Art Critics.

Voici le sommaire de ce numéro : http://www.archivesdelacritiquedart.org/revue_critique_d_art/numeros/show/71

L’éditorial par Jean-Marc Poinsot : http://www.archivesdelacritiquedart.org/uploads/numero/editorial_pdf/71/Edito_42.pdf

A signaler l’intégralité des anciennes rubriques du dossier « Archives », en version bilingue en anglais, en ligne sur critiquedart.revues.org

Encore disponible :
– Photo_LinardMémorial socio-politique de Jacques Villeglé :
« Aux Critiques disparus » (2012), sur simple demande à : sylvie.mokhtari@archivesdelacritiquedart.org