Archives du mot-clé Pierlot

Revue de cartels : « il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir »

 

 

Il fut un temps où l’on expérimentait leur suppression : Francois Mathey l’a fait lors de l’exposition   » Equivoques » en 1973, lorsqu’il a choisi de questionner la valeur des oeuvres des peintres pompiers du XIXe siècle qu’il montrait sous un jour nouveau, démarche toujours débattue  depuis.

Daniel Cordier a effectué le même choix, lors de l’exposition consacrée à sa deuxième donation déposée  aux Abbattoirs à Toulouse, en 2009, intitulée  « Les désordres du plaisir » . Il n’y a rien à comprendre, il y a tout à voir », affirmait-il. Il avait en 2006 montré une sélection d’objets pour l’exposition  intitulée « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes ». Texte de Daniel Cordier pour l’exposition « Pas le Trocadéro, pas le musée d’Athènes »

A l’heure de la révolution numérique, les cartels des expositions temporaires  subsistent mais évoluent. Effet de mode ou recherche esthétique, le recours à une signalétique plus légère, transparente, voire parfois peu lisible, semble s’affirmer. Voici une brève revue de styles.

Au Musée de la Vie romantique à l’exposition Redouté, dans la partie de la maison-musée où sont présentées les créations contemporaines : le cartel coin de table a été adopté :

 

 

 

 

 

 

 

Les cartels figurant dans les autres pièces de l’exposition sont plus classiques, mais pas nécessairement à hauteur d’oeil.  Par exemple, ici, en bas (très en bas), à droite de cette présentation murale dédiée aux papiers peints :

ou bien le cartel est comme collé sur le mur de cet escalier, à côté de l’œuvre de Christine Coste, dont voici un détail :

L’expo ‘Redouté’ qui rencontre un grand succès, vient d’être prolongée, ce qui donnera lieu à un renouvellement des velins exposés.

Vu au Palazzo Braschi – Museo di Roma,  lors de l’exposition consacrée à Artemisia Gentileschi : accrochés sur une barre amovible, en bas des œuvres, mis à distance des murs :

L’ exposition Rodin au Grand Palais, opte pour ce buste de Victor Hugo, pour une grande étiquette mise en avant, sur le socle, en relief.

 

 

 

 

 

 

A l’exposition temporaire  » Jardins « : toujours au Grand Palais, un cartel en transparence, collé sur la vitrine qui accueille les objets en question : ici  une oeuvre en cire du militaire Louis Marie Antoine Robillard d’Argentelle, qui, passionné de botanique, s’était spécialisé dans la reproduction en cire de plantes et fruits tropicaux rencontrés lors des campagnes militaires auxquelles il participait. Ses oeuvres furent exposées à Paris une année aprés sa mort puis données par sa famille au Muséum d’Histoire Naturelle en 1887 :

Les cartels amovibles, au Château de Chantilly, sont conçus pour le Cabinet d’arts graphiques qui a ouvert ses portes au printemps. Ils ne peuvent pas être accrochés aux murs et sont posés sur la cheminée (pour renseigner sur le mobilier), ou intégrés aux vitrines qui présentent les dessins, ou bien, font comme partie du cadre :

Les rapports entre objets et cartels, la façon dont le public les perçoit, sont  essentiels et étudiés de façon appronfondie  :

« L’objet dépourvu de son étiquette dans l’exposition perd aussitôt son identité, est «muet». Inversement, une étiquette n’a de sens que lorsqu’elle accompagne un objet. Par conséquent, l’étiquette constitue la première étape de la médiation entre l’objet exposé et le visiteur ».

in Alice Chatzimanassis,  « Regarder et lire : Réflexion sur le rôle du texte dans une exposition d’art », MuséologiesLa cybermuséologie, Volume 6, numéro 2, 2013.

Voir également  :

Anne-Sophie Grassin, « Le jonglage objet-cartel », La Lettre de l’OCIM, 110 | 2007 : mars – avril 2007.

Épilogue : quand il n’y a rien à voir ?

Stahly, braderie, expos à Ratilly

« François Stahly, né le 8 mars 1911 à Constance (Allemagne) et mort le 2 juillet 2006 à Meudon, est un sculpteur appartenant à la nouvelle École de Paris » nous dit Internet. C’est aussi un grand ami de la famille Pierlot pour qui il a notamment créé une sculpture qui est installée dans la cour du château de Ratilly où ce week-end il y avait à la fois une braderie et deux expositions en une. En voici quelques témoignages photographiques. Sur le site touristique de Guédélon à peu de kilomètres de là, se construit un château d’aujourd’hui,  avec les mêmes pierres que celles utilisées pour Ratilly :

69c98c53ed7b260c17118874539b147c8072e3c23d1ab2fe92fad34f21732fb4 François Mathey a bien sûr été le premier à consacrer à Stahly une rétrospective dans un musée parisien en 1966, il a également exposé les tapisseries conçues et réalisées avec son épouse Claude Stahly : Stahly-Paris66g

 Le numéro  N°884 de la Bibliothèque de Travail consacre à François Stahly Sculpteur un reportage illustré par les photographies de l’exposition de 1966.collectif-collectif-bt-bibliotheque-de-travail-n-884-francois-stahly-sculpteur-livre-862054414_ML

Mathey est resté un ami proche : il a préfacé son catalogue pour l’exposition de 1980 (Exposition du Museum am Ostwall de Dortmunt, Engen Thiemann, François Mathey, Dortmund, 1980 ), et celui pour l’exposition de 1987 à Constance : http://www.academie-des-beaux-arts.fr/membres/actuel/sculpture/Stahly/fiche.htm

b768d84a94926e16551b6ab5a0a3c0f8

Jeunes créateurs au château de Ratilly, du 5 avril au 10 juin 2014

Ce centre d’art installé dans un château médiéval ( http://chateauderatilly.fr/chateau_anc.html) est né grâce à Jeanne et Norbert Pierlot, en 1951. Elle, potière ayant fait son apprentissage à St Amand-en-Puisaye chez Eugène Lion, et lui comédien, décident de s’installer à Ratilly et d’y créer un atelier de poterie, un lieu de stages et un centre d’animation culturelle qui deviendra, à partir des années 60 et 70, l’un des tout premier Centre d’Art Contemporain Privé. Chaque année, depuis plus de cinquante ans, des concerts, des spectacles originaux et des expositions d’arts plastiques majeures servent les artistes contemporains dans le cadre unique du château. La démarche originale de Jeanne et Norbert Pierlot, aujourd’hui disparus, est désormais perpétuée par leurs cinq enfants, soutenus par les Amis de Ratilly.

Toujours aussi actif,  le château de Ratilly  accueille du 5 avril au 10 juin 2014,  l‘ EXPOSITION DE PRINTEMPS  : http://chateauderatilly.fr/saison_expo.html

Margaux Shore, photographe. Sensible au noir et blanc, à la pellicule et au tirage argentique traditionnel, Margaux Shore rend compte de ses nombreux voyages aux États-Unis et en Amérique latine par une saisie de l’espace naturel, de la lumière ou de l’architecture comme autant de compositions et de géométries abstraites abandonnées au hasard et à la solitude.

Margaux_SHORE_Cassis_2011_pCassis, France, tirage sur papier baryté, 60 x 40 cm, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

Jérémy Gobé Plasticien
Jeremy_Gobe_L_adresse_1_2013_pL’adresse 1, chutes de feutre découpées et enroulées, 438 x 300 cm, 2013

Jérémy Gobé prolonge souvent des éléments naturels — oursins, papillons, coraux — par des biais manuels — tricot, dessin, sculpture, vidéos — afin de créer des objets hybrides surprenants. Ses œuvres prennent forme à partir de ce qu’il trouve sur son chemin, tissus, laines ou feutrines, objets abandonnés, auxquels il donne un sens nouveau, toujours original en fonction du lieu où il expose. Il est lauréat du Prix Bullukian 2011 pour la création contemporaine, Lyon 2012, et résident comme artiste invité en 2013-2014 au 104, rue Curial à Paris.

 

Le Château de Ratillly accueillera également du 21 juin au 15 septembre 2014  Claude VIALLAT pour une exposition intitulée  peintures et objets récents.

Dans les riches archives du château, quelques témoignages des expositions et manifestations passées :

1967, Peintures de Vieira da Silva, sculptures d’Étienne-Martin, au catalogue « Neuf merci pour Viera da Silva » de René Char et un texte de Pierre Joly pour Étienne-Martin.

I LE PALAIS ET LES MAISONS
   Paris est aujourd’hui achevé. J’y vivrai. Mon bras
 ne lance plus mon âme au loin. J’appartiens.
   
 II  DANS L’ESPACE
   Le soleil volait bas, aussi bas que l’oiseau. La nuit
 les éteignit tous les deux. Je les aimais.
 
   III  C’EST BIEN ELLE
   Terre de basse nuit et des harcèlements.
   *
   Nuit, mon feuillage et ma glèbe.
   
 IV LA GRILLE
   Je ne suis pas seul parce que je suis abandonné.
 Je suis seul parce que je suis seul, amande entre les
 parois de sa closerie.
    
 V LES DIEUX SONT DE RETOUR
   Les dieux sont de retour, compagnons. Ils viennent
 à l’instant de pénétrer dans cette vie ; mais la parole
 qui révoque, sous la parole qui déploie, est apparue,
 elle aussi, pour ensemble nous faire souffrir.
 
   VI ARTINE DANS L’ECHO
   Notre emmêlement somptueux dans le corps de
 la voie lactée, chambre au sommet pour notre couple
 qui dans la nuit ailleurs se glacerait.
    
 VII  BERCEUSE POUR CHAQUE JOUR  JUSQU’AU DERNIER
   Nombreuses fois, nombre de fois,
 L’homme s’endort, son corps l’éveille ;
 Puis une fois, rien qu’une fois,
 L’homme s’endort et perd son corps.
 
 VIII  AUX MIENS
   Je touche à l’étendue et je peux l’enflammer. Je
 retiens ma largeur, je sais la déployer. Mais que vaut
 le désir dans votre essaim jaloux ? Terne est le bouton
 d’or sans le ton des prairies.
 Lorsque vous surgirez, ma main vous requerra,
 ma main, le petit monstre resté vif. Mais, à la réserve
 de vous, quelle beauté ? … quelle beauté ?
 
 IX  LA FAUVETTE DES ROSEAUX
   L’arbre le plus exposé à l’œil du fusil n’est pas
 une arbre pour son aile. La remuante est prévenue : elle
 se fera muette en le traversant. La perche de saule
 happée est à l’instant cédée par l’ongle de la fugitive.
 Mais dans la touffe de roseaux où elle amerrit, quelles
 cavatines ! C’est ici qu’elle chante. le monde entier le sait.
 
 Eté, rivière, espaces, amants dissimulés, toute une
 lune d’eau, la fauvette répète : « Libre, libre, libre,
 libre … »                                                                          


Capturecun

19 Juin 1970 :  Fêtes du Solstice » en collaboration avec l’ORTF : Merce Cunningham  et Dance Company, John Cage et David Tudor au pupitre.

Merce Cunningham à Paris en juin 1970 : http://fresques.ina.fr/en-scenes/liste/recherche/John%20Cage/s#sort/-pertinence-/direction/DESC/page/1/size/10

 

 

 

L »histoire du centre d’art de Ratilly : http://chateauderatilly.fr/centre_art_expo.html

Ce centre de création de poteries en grès a été honoré à deux reprises par le musée des Arts décoratifs. L’exposition de 1962, Grès d’aujourd’hui, d’ici et ailleurs, rassemble des pièces de Cumella, Del Pierre, Derval, Hamada, Jouve, Leach, Lerat, Mohy, de Montmollin, Pierlot, Tuumi, de Vinck. Elle est accueillie en octobre 1962 au Musée des Arts Décoratifs de Paris sous le titre : « Maîtres potiers contemporains ». « Cette sélection réalisée d’abord à Ratilly par Norbert Pierlot avait le mérite de révéler pour la première fois au grand public la diversité des recherches actuelles d’un art qui recherchait son autonomie », comme le rappelle  en 1976 François Mathey qui consacre une nouvelle exposition à   » Ratilly »: 

En 1975, Norbert Pierlot s’isole dans une ferme voisine où il poursuit une recherche personnelle de grandes pièces fortement chamottées. C’est le début d’une évolution personnelle du pot vers la sculpture.

pieceunique1« Dans ces pièces, dont certaines mesurent plus d’un mètre, le stade de la poterie est dépassé. Plusieurs reprennent la forme du pot mais décentrées, déformées, s’inscrivant sans ambiguïté dans une problématique de l’espace et de la lumière. D’autres s’affranchissent du prétexte premier pour s’affirmer comme de véritables sculptures. Les surfaces, alternativement traitées par lissage et arrachement des grains de chamotte, donnent un frémissement épidermique à ces volumes sévères, secrets comme des roches. Pas d’émail, pas d’habillage. Norbert Pierlot semble avoir fait sienne la parole de Beethoven : Dans le monde de l’art comme dans la création toute entière, la liberté et le fait d’aller plus loin sont le but. Si l’on songe à ses pièces antérieures il est en effet allé bien plus loin car il a renoncé aux séductions premières. » in Marcel Poulet, « L’Aventure de Ratilly », Revue de la Céramique et du Verre, juillet-août 1988.
Ce travail sera présenté au Musée des Arts Décoratifs à Paris en 1976 dans l’importante exposition consacrée à Ratilly. Ce seront les dernières pièces de Norbert Pierlot avant son décès à Ratilly en janvier 1979.

François Mathey, catalogue de l’exposition : « Ratilly » au Musée des Arts Décoratifs de Paris en 1976.31b3tJFITbL

 

 

 

 

 

 

 

Les Grès de Ratilly, plus de 200 modèles de poterie utilitaire dessinés par Jeanne Pierlot, dont l’emblème est une chouette, y sont toujours réalisés.
La vente aux particuliers a lieu principalement sur place, dans le vaste grenier devenu salle d’exposition._ILL4193

chouette_defGrâce à Nathalie Pierlot, potière, le centre poursuit sa production de grès : http://chateauderatilly.fr/Gres_de_Ratilly_Catalogue.pdf

couverture_g

Des musées singuliers dans l’Yonne et alentours

Une universitaire de Montréal au Québec (V. Rousseau)
a étudié la concentration de musées d’art brut, d’art naïf d’art populaire dans le département de l’ Yonne et alentours :
La fabuloserie de Dicy créée par Alain Bourbonnais,
Le musée d’art populaire créé à Laduz par Raymond et Jacqueline Humbert
Le musée d’art populaire et d’art naïf créé par Jacqueline Selz à Noyers-sur-Serein.
D’autres lieux d’animation et de création existent dans la région depuis plus longtemps encore : le château de Ratilly animé par la famille des potiers Pierlot, http://www.chateauderatilly.fr/ ou Métairie Bruyère centre d’arts graphiques à Parly : http://www.la-metairie.fr/
D ‘autres sont plus récents : le centre régional d’art contemporain de Fontenoy et le centre d’art de Tanlay.
La Puisaye est un lieu de création de céramiques et de poteries traditionnel,  tourné aussi vers l’art contemporain comme le manoir de Lain avec Dauphine Scalbert :
http://www.euroceramique.com/expolain/expolainenligne/expolainenligne/expolain-en-ligne-2013.html.

Signalons également la  galerie de l’ancienne poste à Toucy est un lieu d’exposition bien connu : http://galerie-ancienne-poste.com

La rubrique « des nouvelles du triangle d’or  » se propose de relayer l’actualité de ces centres de création et de retracer leur histoire.

Singular museums in the Yonne and surroundings
Valérie Rousseau (university of Montreal, Quebec) has studied the presence of outsider art, art naive and folk art in the department of Yonne and surroundings :
The « fabuloserie » at Dicy created by Alain Bourbonnais ; the folk art museum in Laduz created by Raymond Humbert and his wife Jacqueline ; the museum of folk and naive  art created by Jacqueline Selz in the Noyers-sur-Serein.  Other places of creativity have existed for a longer time in the area : Castle Ratilly hosting the family of potters Pierlot : http://www.chateauderatilly.fr  or the « Metairie Bruyere », center of graphic arts in Parly : http://www.la-metairie.fr/
Other ones are more recent, such as the regional centre of contemporary art of Fontenoy. Note also the existence of the art center from Tanlay. The Puisaye is a creative ceramics and traditional pottery and and some places are contemporary art oriented, as the Manor of Lain directed by Dauphine Scalbert : http://www.euroceramique.com/expolain/expolainenligne/expolainenligne/expolain-en-ligne-2013.html.

We don’t forget a very well known  place for ceramic exhibitions : la  « galerie de l’ancienne poste » in Toucy : http://galerie-ancienne-poste.com

The column « News from the Golden Triangle » is intended to give news, notify the existence of these creative centres and tell their story.

Musei particolari nella Yonne e dintorni.

Un’universitaria di Montreal, Quebec (V. Rousseau) ha studiato la diffusione dei musei di arte grezza, arte naif o popolare esistenti in Francia nel dipartimento dell’Yonne e dintorni : a Dicy la  » Fabuloserie » creata da Alain Bourbonnais, a Laduz il museo folk creato da Raymond e Jacqueline Humbert , il museo di di pittura naif e d’arte popolare creato da Jacqueline Selz a Noyers sur Serein. Altri luoghi di creatività esistono nella zona da molto più tempo : il castello di Ratilly, abitato dalla famiglia di ceramisti Pierlot  http://www.chateauderatilly.fr ,oppure la « métairie Bruyère »: http://www.la-metairie.fr/  centro di arti grafiche a Parly .

Altri sono piu recenti come il centro regionale di arte contemporanea di Fontenoy. Ricordiamo anche il centro d’arte di Tanlay. La zona della Puisaye è un centro di produzione di ceramiche tradizionali che si rivolgono all’arte contemporanea come il « manoir di Lain « con Dauphine Scalbert http://www.euroceramique.com/expolain/expolainenligne/expolainenligne/expolain-en-ligne-2013.html.

La « galleria del vecchio ufficio postal » di Toucy e anche molto conosciuta  : http://galerie-ancienne-poste.com

« Le notizie de Triangolo d’oro » è una rubrica che si propone di rendere nota l’esistenza di questi centri creativi e di tracciare la loro storia.

Article de Valérie Rousseau : Valérie Rousseau , « De la collection de l’Art Brut aux musées du « triangle d’or » », Socio-anthropologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 31 octobre 2007, Consulté le 08 août 2013. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/623

Le musée d’art et d’histoire de Puisayse, Villiers Saint Benoît :

http://www.yonne-89.net/museVilliers.htm