Archives du mot-clé Photographies

Dianne Bos : The Sleeping Green et ses poètes

Ploegsteert, Belgique, 2014 © Dianne Bos – Centre Culturel Canadien

L’espoir renaît toujours. Tel était le titre de l’exposition présentée au Centre  Culturel canadien qui vient de s’achever : « The Sleeping Green », sous-titré par le Centre Culturel Canadien « Un no man’s land cent ans après » :

« Dianne Bos : The Sleeping Green » est une véritable évocation enchantée d’un passé pourtant rougi du sang de millions d’hommes, de femmes et d’animaux tombés au champ d’honneur.          Coquelicot, Ploegsteert, Belgique, 2014 © Dianne Bos

Mémorial britannique de la Première Guerre mondiale à Ploegsteert.

 À l’aide de photographies réalisées via des boîtiers généralement très anciens (dont une chambre noire), Dianne Bos exploite toute la force esthétique du format carré pour parler, poétiquement, de cette guerre qui fit débuter le XXe siècle sous l’égide de l’horreur. Aberration chromatique, flou de bougé, flare et autres décolorations partielles ne doivent pas ici être considérées comme des erreurs techniques de la part d’un photographe débutant maîtrisant encore mal son appareil photo. Dianne Bos a volontairement choisi de mettre en scène les failles de ses anciens boîtiers de sorte à en faire surgir un lyrisme étonnant : utiliser des faiblesses pour mieux parler du chagrin, de l’horreur de la guerre, de la perte, mais aussi et surtout de l’espoir qui pourtant, renaît toujours ».

« Un no man’s land cent ans après ». Encore faut-il avoir en tête un code culturel typique des pays du Commonwealth pour pouvoir le déceler et comprendre le message. Dans l’exposition d’indénombrables taches écarlates, brillantes ou sourdes, fanées ou éclatantes : Ce sont des coquelicots, qui constellent de pourpre les photographies de Dianne Bos. Le coquelicot rouge, au Canada comme au Royaume-Uni, est devenu un symbole parfaitement éloquent de la question du souvenir, le « poppy » :

Comme le rappelle le musée canadien de la guerre, on trouve ses racines dans les écrits du poète et soldat canadien John McCrae et son poème le plus connu, « Au champ d’honneur » :

 

Manuscrit de « In Flanders fields. John McCrae a écrit ce poème pendant la Bataille d’Ypres. Cela deviendra le plus célèbre poème de guerre. Source : Bibliothèque et Archives Canada/C-128809).

L’exposition évoque également Break of Day in the Trenches, du poète britannique  Isaac Rosenberg, décédé en 1918 dans les tranchées.

  • Vues de l’ exposition au Centre culturel canadien :

  • Évocations canadiennes de la Bataille d’Ypres :

Richard Jack (1866-1952), La deuxième bataille d’Ypres, décembre 1917. Collection d’art militaire galerie d’art de Beaverbrook.

 

Hommage à Lucien Clergue, aux origines de l’exposition photographique

Capturelucien« Il a réalisé 800 000 clichés et est l’initiateur des « Rencontres d’Arles » : le photographe Lucien Clergue est mort cette nuit à l’âge de 80 ans. 

Le revoir : http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes/2014/11/15/le-photographe-arlesien-lucien-clergue-est-decede-592660.html

Lucien Clergue était très fier d’avoir été exposé par Steichen au  Museum of Modern Art de New York en 1961 et au
« Louvre (musée des Arts décoratifs) » en 1962. Le commissaire de cette exposition parisienne, était François Mathey.

Dans notre entretien du 21 mai 2011 , il se souvenait avoir eu cette chance grâce à une première exposition de ses photographies à Zurich : « J’avais exposé en 1958 au musée des Arts et métiers de Zurich. Le musée était mitoyen avec l’École des arts et métiers, qui était très célèbre en Europe et où avaient étudié les grands noms de la photographie suisse : Robert Franck, Burri, Werner Bischoff (qui est mort trop jeune). L’exposition d’Edward Steichen, « Family of man », était montrée au même moment dans ce musée. C’est donc à ce moment-là qu’Edward Steichen, ou son assistante Grace Mayer ont dû voir mon travail. Il a acheté neuf de mes photos qui sont ainsi entrées dans le fonds photographique du MoMA. J’ai ensuite été exposé au MoMA deux ans plus tard, en 1961, aux côtés de Yasuhiro Ishimoto et de Bill Brandt : Edward Steichen faisait une série d’expositions intitulées « Diogenes with a camera » et m’a fait figurer dans la cinquième et dernière d’entre elles. J’avais vingt-sept ans, c’était inespéré. Edward Steichen a achevé sa carrière au musée sur cette exposition ».

«  Comment  Mathey a-t-il eu l’idée d’organiser cette exposition ? Je n’en sais rien, peut-être avait-il entendu parler de l’exposition de New York. Il était dans une veine d’expositions de photographes, il avait exposé auparavant Cartier-Bresson, puis après moi, je crois, Denis Brihat. Nous avons préparé ensemble l’exposition, avec son assistante,  (Yolande Amic) et avec qui nous avons réglé bien des détails ».

A l’époque, par exemple, j’ai réalisé et payé l’affiche (le musée n’avait pas de moyens pour cela). Je l’ai même distribuée moi-même rue de Rivoli, au grand dam de Jean Cocteau ! Avec l’accord de François Mathey, l’affiche mentionnait que l’exposition se déroulait au « Louvre, Pavillon de Marsan, musée des Arts décoratifs ». On avait l’impression d’exposer au Louvre, ce qui est vrai, d’une certaine façon, puisqu’il s’agit des bâtiments du Louvre. Pour accéder à l’exposition, on montait le grand escalier pour se diriger vers de grandes salles, à droite, munies de grandes fenêtres. »
Les lieux d’expositions étaient rares à cette époque : le musée des Arts décoratifs était connu pour favoriser la photographie mais il n’y avait pas beaucoup d’autres lieux d’exposition, ni d’ailleurs de marché :
«  Il n’y avait pas grand-chose, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai créé en 1970 les Rencontres de la photographie d’Arles. À vrai dire, c’était le vide sidéral ! Le seul lieu valable c’était le hall de la Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu, où une fois par an, dans le cadre d’un concours national mélangeant amateurs et professionnels, nous montions les photos sur des panneaux en bois. »

La photographie n’était pas alors considérée comme un art  :  » Le fait d’avoir exposé au MoMA à New York a déclenché toutefois des choses. L’exposition chez François Mathey a provoqué quant à elle la réaction de Jean-Marie Drot qui est venu, pour la télévision, réaliser un film sur moi, à Arles, accompagné de toute son équipe. Il avait déjà réalisé toute une série d’émissions sur les artistes contemporains, cela a donc joué un rôle certain dans la reconnaissance de mon travail. Mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque, le MNAM ne s’occupait pas du tout de la photographie, il n’y avait pas de galeries, ni à Paris, ni à New York et pas d’amateurs ni de collectionneurs non plus : il n’y avait pas de marché. Mon exposition à New York en 1961 n’a pas abouti à la signature d’un quelconque contrat avec une galerie, cela n’existait tout simplement pas à l’époque ».

Il exposait des nus dans la mer, des animaux, des études de marécages. Lucien Clergue avait bien voulu témoigné sur Mathey et cette exposition dont il se souvenait avec plaisir : « Jean Cocteau, Georges Mathieu, Michel Tournier, César étaient présents au vernissage« . Mathey avait « un côté très humain, très direct, il se mettait au service de l’artiste, il n’y a pas eu de heurts. D’autres artistes m’ont fait part de son comportement très respectueux, il était merveilleux. Il n’était pas très grand, sa corpulence lui donnait un air un peu terrien, accroché à la terre, il était sans doute d’origine paysanne, il faisait preuve vis-à-vis de moi, si jeune, de beaucoup d’attention : c’était très agréable ».

Lucien Clergue est retourné plus tard au musée des Arts décos : « Beaucoup plus tard, car une partie de mon travail a consisté à réaliser des surimpressions de photos de nus ou de corridas sur des tableaux, j’ai eu l’accord de Marie-Claude Beaud[1] pour aller dans les salles du musée prendre quelques photos, mais je suis allé plus souvent au Louvre dans le cadre de ce travail ».

corrida


Le tournage du Testament d’Orphée par Lucien Clergue : Le photographe Lucien  CLERGUE raconte le tournage du film Le Testament d’Orphée dans le Val d’Enfer des Baux de Provence : http://www.ina.fr/video/I00006527

[1]Directrice générale des musées de l’UCAD (et directrice du musée de la Publicité), de 1996 à 1999.

L’exposition « Henri Cartier-Bresson » d’hier et d’aujourd’hui

L’exposition « Henri Cartier-Bresson »  écrit le Journal des arts, « a totalisé 424 535 visiteurs entre le 12 février et le 9 juin 2014, un record pour une exposition de photographies au Centre Pompidou ».

Soit en 101 jours d’ouverture, une moyenne quotidienne de 4 200 visiteurs. « Elle se classe comme l’exposition de photographies la plus fréquentée de l’histoire du Centre Pompidou ».

Remontons le temps à la recherche des expositions pionnières.

Les premières expositions rétrospectives d’Henri Cartier-Bresson à Paris ont eu lieu  au musée des Arts décoratifs en 1955 puis en 1966.

Octobre-novembre 1955 : Henri Cartier-Bresson. (Commissaires Robert Delpire, Henri Cartier-Bresson).

Voici grâce à la fondation Henri Cartier Bresson http://www.henricartierbresson.org/la petite revue de presse qui a pu être retrouvée, pour une exposition de quinze jours seulement, masquée par la grande rétrospective Picasso accueillant  dans les mêmes lieux, au Pavillon de Marsan le fameux tableau Guernica :

LATTES, Jean, « Henri Cartier-Bresson ou la volupté de l’œil », Journalistes reporters photographes, no 12, 1955.

MAUROIS, André, « Cartier-Bresson et Kant », Carrefour, 2 novembre 1955.

OURDIN, Georges, « Un grand artiste, M. Cartier-Bresson », Le Monde, 23 novembre 1955.

OSCHE, Madeleine, « Henri Cartier-Bresson, témoin et poète de notre temps », Le Leicaiste, no 27, novembre 1955, p. 5-7.

« The singularity of Cartier Bresson », article non signé, Industrial image, décembre 1955, p. 5- 6.

« Cartier-Bresson exhibition in the Louvre », article non signé, Leica fotografie, no 1, 1956, p. 13-14.

Deuxième rétrospective en 1966/1967 ; cette fois on dénombre les visiteurs, ils sont 23 448 du 30 novembre 1966 au 30 janvier 1967 : Le commissaire est François Mathey.

La revue de presse est plus fournie, l’intérêt (pour la photo et pour Cartier-Bresson) a grandi, la presse spécialisée est plus nombreuse, la presse généraliste plus intéressée et l’impact est international  :

–              « Musée des Arts décoratifs : Henri Cartier-Bresson », article non signé, Terre d’Images, no 33, novembre 1966.

CHARLES-ROUX, Edmonde, « Cartier-Bresson au musée des Arts décoratifs, une exposition sans bavardages », Les Lettres Françaises, 24 novembre 1966, p. 18.

WEISS, R. Margaret, « Encore at the Louvre : Henri Cartier-Bresson », Saturday Review, 26 novembre 1966, p. 23.

BOCCHI, Lorenzo, « Una sua mostra in una sala del Louvre. Bresson mago dell’obbietivo non vuol mai essere fografato », Corriere della sera, décembre 1966.

DENTAN, Yves, « Un portrait de Henri Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 3 décembre 1966.

DESCARGUES, Pierre, « Henri Cartier-Bresson : « La photographie, qu’est-ce que c’est ? », La Tribune de Lausanne, 4 décembre 1966.

MARCHAND, Sabine, « Au musée des Arts décoratifs, photographies d’Henri Cartier-Bresson », Le Figaro, 6 décembre 1966.

KEIM, Jean-A., « Au musée des Arts décoratifs, les 1 000 yeux de Cartier-Bresson », titre du journal non signalé, 8 décembre 1966.

CRESPELLE, Jean-Paul, « Cartier-Bresson (œil photographique) veut disparaître derrière ses photos », France Soir, 9 décembre 1966.

CUTLER, Carol, « Paris, Artists of Paint Camera », New York Herald Tribune, Washington Post, 13 décembre 1966.

CARTIER, Jean-Albert, « Au musée des Arts décoratifs, Henri Cartier-Bresson », Combat, 19 décembre 1966.

CHABAUD, Isabelle, « Le cœur du photographe », Ouest France, 21 décembre 1966.

FERMIGIER, André, « Un géomètre du vif », Le Nouvel Observateur, n° 109, 14-20 décembre 1966, p. 44-45.

GASSER, Manuel, « Henri Cartier-Bresson : Im Polizeirevier bei der Cartier Bresson – Ausstellung in Louvre (Paris) », Wettvoche Zurich, décembre 1966.

SCHWARTZ, Paul Waldo, « Paris sees the photos of an artist », New York Times, 20 décembre 1966.

« La photographie est un art », article non signé, Le Figaro, 29 décembre 1966.

HEYMANN, Danièle, « Cartier-Bresson ne croit plus à la photo », L’Express, 2-8 janvier 1967, p. 30-31.

PLECY, Albert, « Cartier-Bresson », Point de vue images du monde, 3 février 1967.

RUFFINI, Giovanna, « La mostra parigina del piu grande fotografo », Corriere di Napoli, 3 mars 1967.

Hélène Adant photographe française (1903-1985) est de tous les vernissages de cette époque au musée des arts décos et prend de cette exposition des instantanés savoureux  : http://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/clientBookline/service/reference.asp?INSTANCE=INCIPIO&OUTPUT=PORTAL&DOCID=0843522&DOCBASE=CGPP

Les archives des vernissages des expositions du musée des arts décoratifs auxquels elle participe se trouvent au fonds Hélène Adant, à la Bibliothèque Kandinsky, au Centre Pompidou,  et la boucle est bouclée..

 

L’art populaire Indien

Hervé Perdriolle est collectionneur, critique d’art et commissaire d’exposition. Il a été le promoteur de la Figuration Libre et a participé en France aux premières expositions notamment de Jean-Michel Basquiat, Keith Haring (1984) et Ravinder Reddy (2000). Depuis 1996, son activité principale consiste à faire connaître et à promouvoir les « Autres maîtres de l’Inde » à travers les œuvres des meilleurs artistes contemporains de l’art tribal et de l’art populaire Indiens. En septembre 2009, Hervé Perdriolle ouvre sa collection au public dans le cadre de son appartement galerie.

chapeau6789

Jadupatua montrant un de ses rouleaux peints
Photos Hervé Perdriolle.

Hervé Perdriolle vous invite à découvrir, individuellement ou en groupe, une sélection exceptionnelle de l ‘art itinérant indien, des rouleaux peints en Inde par des Patuas du West Bengal et des Jadupatuas du Jarkhand.

HERVE PERDRIOLLE INDE(S) Rue Gay Lussac 75005 Paris
Site: http://herve-perdriolle-paris-presentation.blogspot.fr/

Yves Véquaud est un autre passionné d’art populaire indien : il a fait connaître l’art éphémère des femmes de Mithila en contribuant à l’organisation et au catalogue d’une exposition à Paris, au musée des Arts décoratifs en 1974/ 1975 : Mithila. Les femmes, leurs peintures et la faveur des dieux.

Hervé Perdriolle a rendu hommage à Yves Véquaud sur un site dédié : http://tributetoyvesvequaud.blogspot.fr/

mahasundari devi 22x30 in

Oeuvre de Mahasundari Devi décédée en 2013.

Voici Quelques peintures de Mithila sur le site d’Alain Joly : http://alainjoly1.pagesperso-orange.fr/mithila1.htm

En 1976, Yves Véquaud publie un livre sur ces créations éphémères illustré par les photographies dÉdouard Boubat  (http://www.edouard-boubat.fr/) :  » L’art du Mithila »  aux Presses de la Connaissance.

23345262

 Signalons enfin l’exposition « Art des femmes du Mithilâ », de 2014 au musée des arts d’Afrique et d’Asie, à Vichy, mettant en valeur la donation de Jean et Monique Saucethttp://musee-aaa.com/?page_id=764

9782343015101r et l’ouvrage de Martine Le Coz, Mithilâ. L’honneur des femmes, paru en septembre 2013 : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=41133

Cartier-Bresson : une nouvelle exposition du 12/02/2014 au 09/06/2014

Où a-t-il fait sa première exposition à Paris ? Au musée des Arts décoratifs en 1955 avec François Mathey et  Robert Delpire. 15 jours seulement pour le photographe alors peu connu. Il exposera à nouveau dans le même musée dix ans plus tard en 1966. Entretemps la photographie et le photographe seront connus et légitimés au musée.

cartier bresson

http://www.ina.fr/video/CPD12002955/le-siecle-de-cartier-bresson-video.html

http://www.centrepompidou.fr/cpv/agenda/expositions?agenda.dateCal=22-10-2013

 » Dix ans après la disparition de l’artiste, le Centre Pompidou consacre au photographe français Henri Cartier-Bresson, figure emblématique de l’art moderne, la première grande rétrospective présentée en Europe, événement particulièrement attendu dans le monde de la photographie. En réunissant plus de trois cent cinquante tirages, films, documents et archives, cette exposition inédite propose une relecture des grands événements du XXe siècle à travers le regard de celui que l’on surnomme « l’oeil du siècle » : du Surréalisme à la Guerre froide, en passant par la guerre d’Espagne, la Seconde Guerre Mondiale et la décolonisation » :http://www.exponaute.com/expositions/8140-henri-cartier-bresson/