Archives du mot-clé Patrick NEU

Six siècles de jardins européens au Grand Palais

Trois commissaires ont préparé l’exposition « Jardins » actuellement au Grand Palais : Laurent Le Bon, le directeur du musée  Picasso à Paris : il a dirigé l’ouvrage consacré à Pascal Cribier : itinéraires d’un jardinier,  et participé à celui consacré au Lorrain et photographe Jean-Luc Tartarin : Grands Paysages, Bestiaire, Fleurs, Ciels 1997-2003, paru en 2010 ;

 Marc Jeanson, qui est responsable de l’Herbier du Museum national d’histoire naturelle  et Coline Zellal, conservatrice du patrimoine, commissaire de l’exposition « Jardins extraordinaires » sur les grilles du jardin du Luxembourg,  et l’auteure de  l’Ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, publié dans la collection « Penser le Genre » des Presses universitaires de Provence, en 2013.

« Conçue comme une « promenade jardiniste » en trois temps, le vocabulaire des jardins, l’élaboration du jardin comme œuvre totale, les représentations artistiques du jardin, l’exposition explore l’histoire et les formes revêtues par les jardins en Europe à partir de la Renaissance. Soit six siècles de création humaine autour du jardin, cette figure symbolique qui se veut miroir ordonné du monde.

Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde , Michel Foucault (Dits et écrits 1954-1988). »

La scénographie « aérée » de  Laurence Fontaine  (dont le travail a déjà été souligné pour l’exposition  » Formes simples » au Centre Pompidou Metz), est conforme à l’esprit du jardin  : elle facilite des  rapprochements et des circulations qui permettent au visiteur  de créer sa promenade. Elle s’est inspirée ( selon JJ. Birgé) du film de Peter GreenawayMeurtre dans un jardin anglaisLe réalisateur qui a débuté une carrière de peintre, a eu un grand-père pépiniériste. Il témoigne de son goût des jardins dans le DVD produit à l’occasion de cette exposition.

Une peinture murale de Pompéi ouvre la marche, puis la pluralité des objets et des œuvres, des supports d’expression assemblés,  étonne :  dessins, herbiers et herbiers d’artistes, photographies, bijoux , cires et outils de jardin, panoramas de jardins royaux et tableaux de chevalet, films et vidéos ( peut être les plus difficiles à mettre en valeur), font progresser le visiteur au milieu d’ œuvres de la Renaissance, jusqu’aux créations les plus contemporaines, sans aucune sensation de rupture.

Attention, il y a aussi une surprise olfactive…

Des extraits de nombreux films et de vidéos d’art, des œuvres de grands artistes peintres sont présentées :  Brueghel, Paul Klee , Dürer, Watteau, Fragonard, Monet, Picasso, Dubuffet, Bonnard, Berthe Morisot, Caillebotte, Vuillard, Klimt, Nolde). Tetsumi Kudo est également présent. L’exposition offre également des œuvres inédites de peintres moins connus, comme Edouard Debat-Ponsan (1847-1913) que le Musée des Beaux-Arts de Tours a évoqué récemment.

 

A signaler, les aquarelles d’iris mourants de Patrick Neu.

Et enfin la présence des Acanthes de Matisse, prêtée par la Fondation Beyeler. Réalisée en 1953, restaurée en 2012, cette œuvre appartient à la série des Papiers découpés, œuvres tardives auxquelles le peintre tenait tant, mais dont l’accueil par la critique et les musées restait incertain. Elles ont été présentées par la Kunsthalle de Berne en 1959, le Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1960 et par François Mathey, à Paris, en 1961 (avec les Acanthes) au musée des Arts décoratifs :  les gouaches découpées, pour elles-mêmes, seules, comme des œuvres légitimes, dans leur plénitude.

Trois expositions à l’italienne, à Paris. La Fondation Etrillard entre en scène

Afficher l'image d'origine La Fondation Etrillard  mécène des expositions Carambolages au Grand Palais et Paul Klee, l’ironie à l’œuvre organisée au Centre Pompidou, se lance dans l’organisation d’expositions temporaires et présente jusqu’au 18 décembre 2016 à l’Hôtel de La Salle, au 21 rue de l’Université, 75007, Paris l’exposition « Renaissances, Un hommage contemporain à Florence« , une exposition d’art contemporain sous la direction d’Anna Morettini. Cette fondation va décerner pour la première fois, le prix MorettiniLe jury, associant des figures importantes du monde de l’art florentin, est composé de Caterina Biagiotti, la directrice de la Fondazione Biagiotti, Arturo Galansino, directeur du Palazzo Strozzi, Giandomenico Semerano, directeur adjoint de l’académie des Beaux-Arts de Florence, Stefania Gori, historienne de l’art, l’artiste Laurent Grasso, et d’Anna Morettini. En décembre 2015, Gilles Étrillard, homme d’affaire ayant fait fortune dans le rachat de PME, a lancé sa fondation éponyme qu’il a confiée à Anna Morettini. Depuis sa base genevoise, la fondation propose de soutenir les jeunes artistes tout en réconciliant « la tradition et l’histoire européennes et le monde contemporain ».

Dans cette exposition, « La commissaire encourage un dialogue idéalisé d’œuvres d’artistes contemporains qui se réapproprient le territoire et l’héritage de Florence.  Les quatorze artistes présents sont européens en majorité, ou américains, ils ont déjà exposé dans de nombreux musées. Leur travail renvoie à l’Art florentin de la Renaissance, à ses matériaux, ses techniques, sa manière et son message universel » : Sandow BIRK, Guillaume BRESSON, Glenn BROWN, James Lee BYARS, Jan FABRE, Ryan GANDER, Laurent GRASSO, Candida HÖFER, Patrick NEU, Adrian PACI, Gerhard RICHTER, Thomas STRUTH, Pieter VERMEERSCH et Massimo VITALI.

etrillard-3

Candida Höfer, Palazzo Vecchio Firenze I, 2008, Courtesy Ben Brown Fine Arts, London © ADAGP, Paris 2016.

A la Monnaie de Paris, c’est Chiara Parisi qui présente l’exposition  « Maurizio Cattelan,  Not Afraid of Love » : « une exposition qui sera profondément « habitée » par Cattelan. Un choix d’œuvres, dont l’image reste pour toujours accrochée à la rétine, seront exposées dans les salons XVIIIème siècle de la Monnaie de Paris« .Maurizio Cattelan Untitled

Enfin, à l’ambassade d’Italie en France l’exposition « Léonard en France. Le maître et ses élèves 500 ans après la traversée des Alpes. 1516 – 2016 ».

Afficher l'image d'origine

Ouverte gratuitement au public du 20 septembre au 20 novembre 2016, cette exposition est une initiative lancée en collaboration avec le Musée du Louvre et plusieurs Musées italiens, se situe dans le cadre des actions de la diplomatie culturelle italienne pour la promotion du patrimoine artistique et affirme la volonté de valoriser la culture commune italienne et française dans la dimension européenne. L’exposition célèbre l’anniversaire de l’arrivée du grand Maître en France – à l’automne 1516 – en proposant au public français et international des peintures emblématiques du Maître et de ses élèves. On y verra la présentation comparée d’œuvres de Léonard de Vinci et de ses plus proches élèves (Francesco Melzi, qui le suivit en France, et Gian Giacomo Caprotti dit Salaì, qui se rendra à Amboise pendant le séjour français de Léonard) en mettant en valeur le chef-d’œuvre de Léonard «Visage de Femme» dite «La Scapigliata», provenant de la Galerie de Parme (Complesso della Pilotta), au terme d’un parcours avec des références liées au trois tableaux apportés en France par Léonard (La Gioconda, Saint Jean- Baptiste, Sainte Anne).Entre autre, l’exposition présente – sur la base d’études inédits du Louvre et de documents originaux – la reconstruction de l’itinéraire de Rome à Amboise, en traversant les Alpes au Mont-Cenis.