Archives du mot-clé Oeben

Quand les chambres de commerce ont leurs musées

Le Génie de la Fabrique - 22.05.2015 au 31.12.2016

Le Génie de la Fabrique – 22.05.2015 au 31.12.2016 au musée des Tissus de Lyon.

Selon le magazine « Connaissances des arts « , deux  musées appartenant à la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon menacent de fermer faute de moyens : le musée des Tissus et le musée des Arts décoratifs.  Ils sont, semble-t-il, méconnus. Pour les découvrir, voir leur site internet commun, ici.

« D’un côté, deux millions et demi (!) de tissus récoltés sur toute la planète, de l’Egypte ancienne aux créations contemporaines du Japon. La plus importante collection de textiles du monde. De l’autre, des objets d’art européens et d’Extrême-Orient, des meubles d’Oeben, Topino, Riesener ou des Hache, et un ensemble unique de majoliques réuni par la famille Gillet [active dans l’industrie textile et chimique ] .

Pourquoi, un siècle et demi après leurs créations, ces deux musées sont-ils menacés ? Qui faut-il blâmer pour une situation aussi grave ? La Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon, propriétaire des lieux et des collections ? Depuis la perte de 20 % des taxes versées par les petites entreprises et les PME au profit de l’État (un tiers de son budget), elle est devenue aussi impécunieuse que ses consœurs  (la Chambre de Commerce de Rouen a du vendre les meubles 1950 d’André Arbus et Jacques Adnet de son Palais des Consuls). Pour ses deux musées, elle a besoin d’un million et demi d’euros par an, leur cherche un avenir mais ne trouve pas d’interlocuteur volontariste. »

La chambre de commerce cherche un repreneur : « La communauté urbaine de Lyon, où sont implantés ces deux musées ? La deuxième métropole de France a déjà hérité du musée des Confluences et  son musée des Beaux-Arts, déjà à l’étroit dans le Palais Saint-Pierre, ne pourrait pas exposer en permanence ces trop nombreux trésors.  

Lyon, la ville des canuts et des soyeux, ne peut pas laisser partir cet ensemble inestimable. Après la Première Exposition Universelle de Londres en 1851, les fabricants de Lyon ont fait confiance en leur ville et ont voulu y garder leurs productions, donnant leurs plus beaux échantillons. Un acte aussi généreux pourrait-il être aujourd’hui rayé d’un trait ? ».

Héritières des bureaux de Commerce, parfois très anciens, ces chambres ont été créées  en 1898, sont devenues des « établissements publics économiques », elles sont chargées de représenter les intérêts des entreprises commerciales, industrielles et de service.  Elles gèrent communément des aéroports, des ports, des gares routières, des ponts à péage, des zones industrielles, des entrepôts, des halles des bourses et des écoles de formations.

Les entreprises sont à la source de leur financement, par voie de cotisations obligatoires prélevées grâce à des taxes additionnelles à l’impôt. La suppression de la taxe professionnelle et les allègements fiscaux décidés par l’Etat et dont bénéficient les petites entreprises et les PME,  touche donc les revenus perçus par ces chambres.

Dotées souvent d’un patrimoine à la fois immobilier et mobilier très important, elles ont pu, comme c’est le cas à Lyon, accueillir à la demande des industriels,  des collections dignes des musées, liées à l’essor de leurs activités au XIXe siècle.

Certains industriels lyonnais ont fait le choix de donner à la municipalité de Lyon, leurs collections personnelles comme l’industriel Émile Guimet dont les objets  se retrouvent pour partie au sein du musée des Confluences , une autre partie de sa collection est visible à Paris, au musée des arts asiatiques.

votrecci_n4_musee_marine

Il convient de rappeler que d’autres chambres de commerce gèrent des musées, comme la chambre de commerce de Marseille (la CCIMP) et son Musée de le Marine et de l’Economie  qui en rappelle ici  l’histoire :

« La CCIMP est considérée comme la chambre de commerce la plus ancienne au monde. En 1599, les échevins de Marseille décident de former un Bureau du Commerce chargé de veiller aux intérêts du négoce maritime […]. Le musée est né du fait, qu’à la fin du 19ème siècle, le public et la presse locale se sont émus de la disparition progressive de la marine à voile. De nombreux témoignages (gravures, médailles, maquettes…) sont alors rassemblés et exposés en 1913 dans une salle du Palais de la Bourse. En 1934, cet espace d’exposition s’agrandit et devient le Musée d’Histoire de la Chambre de Commerce. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections sont dispersées et, bien qu’ayant subi quelques pertes, elles sont exposées à la Libération […] . Dans les années 1980, déplacé dans l’aile Est, le musée est repensé et devient le Musée de le Marine et de l’Economie« .

Ce musée a présenté plusieurs expositions temporaires : « Ces événements sont l’occasion de présenter des archives, des documents imprimés ou des objets issus des réserves, de mettre en place des partenariats et de faire connaître Marseille et la CCIMP, via son patrimoine, à travers le monde ou simplement dans sa région. Des villes comme New York, Los Angeles, Alexandrie, Gênes ou Stockholm ont accueilli ces expositions ».