Archives du mot-clé Odilon Redon

Une histoire de l’art du pastel


Pendant six mois (une durée exceptionnelle), le Petit Palais expose une partie de sa collection permanente de pastels : « L’Art du pastel, de Degas à Redon » est une occasion inédite d’admirer plus de cent vingt pastels du Petit Palais jamais montrés depuis 1983 et de s’intéresser au renouveau du pastel dans la seconde moitié du XIXe siècle ».

L’ exposition est à la fois belle et instructive à plus d’un titre : elle propose un voyage chronologique et thématique qui débute à la fin du XVII e siècle avec  Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842) et se conclut avec Odilon Redon et Ker-Xavier Roussel. Elle met ainsi en valeur les collections permanentes de ce musée de la Ville de Paris, en renouant avec une époque où  ce musée jouait  un rôle de premier plan.

En route, la commissaire Gaëlle Rio revisite en cinq sections l ‘histoire des peintres mais aussi des sculpteurs, qui ont eu recours à ce médium pour des raisons différentes. Naturalistes, impressionnistes, symbolistes traitent de thèmes plus ou moins académiques. On retrouve ainsi des artistes oubliés, méconnus et des œuvres sombres ou colorées qui réapparaissent dans la pénombre.

Des grands noms qui font l’objet d’expositions monographiques non loin de là, sont présents comme Edgar Degas (auteur de 700 pastels), Paul Gauguin ou Auguste Renoir.

Edgar Degas, Mme Alexis Rouart et ses enfants.

 

Paul Gauguin, Le sculpteur Aubé et son fils Emile.

 

 

 

Auguste Renoir. Esquisse représentant Berthe Morizot et sa fille.

Deux femmes artistes sont représentées,  à cette étape du parcours : Mary Cassat et Berthe Morizot. L’exposition illustre son temps où les nus académiques ou pas, abondent, comme cette « Contemplation » d’Eugène Emmanuel Lemercier, ou ce dessin préparatoire rehaussés de pastel de Fernand Pelez pour son grand tableau Les Danseuses, réalisé entre 1905 et 1909.

 

 

 

 

L’exposition grâce notamment à ses cartels, explique également comment se constitue une collection. Le portrait de la princesse Radziwill de 1801 réalisé par Élisabeth Vigée Le Brun,  est un achat obtenu grâce aux arrérages du legs Dutuit en 1969 ; Armand Guillaumin a fait don au Petit Palais d’un ensemble important de pastels en 1922 : « Guillaumin se consacre à la technique du pastel à partir de 1865 et ses nombreuses études de paysages, allant de simples esquisses prises sur le vif à des dessins très aboutis, donnent lieu à de multiples variations autour de la couleur et de la lumière ». 

Un cartel rapporte cette anecdote sur  cette esquisse représentant Berthe Morizot et sa fille, donnée par Auguste Renoir : Ambroise Vollard tente de vendre au nom du peintre cette esquisse aux amis du musée du Luxembourg en 1907. Ceux-ci hésitent trop au goût du peintre. Renoir vexé, offrira l’esquisse au musée du Petit Palais.

Le pastel peut être une fin en soi pour les portraits mondains, constituer des dessins préparatoires avant la réalisation d’ un décor d’église ou d’un tableau de chevalet, voire d’une affiche, le pastel renvoie donc  à plusieurs usages. Alfred Roll prépare ainsi une affiche pour les tuberculeux victimes de la guerre 14/18 ( étude pour l’affiche  » les blessés de la tuberculose ») qui ne sont pas reconnus comme blessés de guerre.

Victor Prouvé, le décorateur, a lui aussi réalisé de nombreux pastels préparatoires, comme cette étude de femme aux yeux fermés :

Des artistes très différents, notamment des sculpteurs, s’exercent  aux pastels : « Le sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux produit de nombreux albums de croquis et dessins au crayon et au pastel, dont quelques exemples sont exposés, comme un Portrait d’homme – peut-être un autoportrait.

Le peintre Pierre Carrier-Belleuse réalise des nus, préférant pour cela le pastel  à la peinture. Répondant au goût de leur époque, les pastellistes du XIXe siècle, Albert Besnard, James Tissot , Marcel Baschet ou Jacques Emile Blanche, (Portrait de Marie-Blanche Vasnier) « font des portraits mondains ou des nus féminins, témoignage du goût bourgeois qui perdure au tournant du siècle ».

La Liseuse de James Tissot. 

 

Jacques- Emile Blanche, Portrait de Marie-Blanche Vasnier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les symbolistes concluent le parcours : « Dans des harmonies poudreuses colorées parfois étranges, ces artistes expriment leurs sentiments, leurs rêves et traduisent esthétiquement une réalité intérieure à la portée plus universelle que les paysages ou les portraits. Dans cette dernière section de l’exposition, une place particulière est réservée à Odilon Redon, figure majeure et singulière du renouveau du pastel à la fin du XIXe siècle ».

Ker-Xavier Roussel, Scène antique.

Il n’ y a pas d’audioguide pour cette exposition mais une application qui peut être téléchargée gratuitement : elle commente les œuvres phares du parcours (dont les textes ont été partiellement cités ci- dessus) et renvoie vers deux vidéos :

L’affiche de l’exposition est une œuvre présentée en 1897, par Charles Léandre pour sa première participation à l’exposition de la Société de Pastellistes français, elle s’intitule « Sur champ d’or ».Pour prolonger la visite, l’application renvoie vers l’ensemble des pastels de la collection du Petit Palais qui est en ligne sur le site des collections des musées de la Ville de Paris. En sortant de l’ exposition, au sein du musée, des tableaux de Monet, Sisley, illustrent la richesses de ces collections permanentes. Les photographies de  l’exposition temporaire d’Andres Serrano se confrontent avec l’art du passé.

Les œuvres au sol de Sheila Hicks, quant à elles, marquent, dans le monumental hall d’entrée du Petit Palais, l’irruption de l’art contemporain présenté par la FIAC, et qui a investi en face pour quelques jours le Grand Palais.

 

Odilon Redon. Femme nue dans les rochers.

Odilon Redon- Anémones dans un vase bleu (détail).

Jamais un coup de dés..trésor national

Mallarme1

« Marcel Broodthaers considère  Mallarmé comme « le fondateur de l’art contemporain ». Il voit dans le poème-partition Un coup de dés jamais n’abolira le hasard, le traité de l’art déhiérarchisé propre à notre temps ». Plusieurs expositions ont fait référence  à ce poème et à son auteur :

– Hommage à Mallarmé en 2005 au musée des Beaux arts de Nantes ( « Mallarmé l’action restreinte »).

–  en 2013 lorsque les 50 centres d’art  ont salué la décentralisation culturelle.

L’unique  manuscrit qui subsiste de ce texte vient d’être consacré trésor national

« Un manuscrit autographe de Stéphane Mallarmé, Jamais [sic] un coup de dés n’abolira le hasard, encre noire avec indications typographiques au crayon bleu et pagination au crayon rouge sur papier quadrillé, 24 pages en 12 f. in-4°, 1897,

La commission régulièrement convoquée et constituée, réunie le 21 octobre 2015,

Après en avoir délibéré ;

Considérant que le bien pour lequel le certificat d’exportation est demandé est un rare manuscrit d’un poème emblématique écrit par le chef de file de la poésie symboliste, Stéphane Mallarmé (1842-1898) ; que la première publication de ce poème, qui représente une forme d’aboutissement des recherches de Mallarmé pour concevoir un texte total, intervenue en 1897 dans la revue internationale Cosmopolis, a été considérée comme insatisfaisante par le poète en raison de difficultés techniques ayant empêché l’unité de lecture voulue ; que ce manuscrit, fixant le texte et sa disposition avec un luxe de détails, constitue la forme définitive élaborée ensuite la même année par Mallarmé dans la perspective d’une édition commandée par Ambroise Vollard et devant être illustrée de gravures d’Odilon Redon ; que cette maquette de la mise en page précise devant être imprimée par Firmin-Didot a été calligraphiée à l’encre et semée d’indications typographiques au crayon à l’intention de l’imprimeur par le poète lui-même ; que cette œuvre exigeante est restée en suspens, compte tenu de l’impossibilité de sa validation par l’auteur puisque le travail de préparation de l’impression a été interrompu par la mort brutale de Mallarmé ; qu’il s’agit de l’unique manuscrit subsistant, celui livré pour Cosmopolis ayant disparu, de ce texte qui ne sera finalement publié qu’en 1914 par le docteur Bonniot aux éditions de la Nouvelle Revue française ; que ce poème, incontournable dans l’histoire littéraire française, représente un essai précurseur d’approche de l’écriture au-delà de ses limites traditionnelles, par une liberté dans la syntaxe et dans l’ordonnancement des mots sur la page ; que ce manuscrit d’un texte fondamental par l’ouverture qu’il a créée vers la modernité et ayant connu une immense postérité, constitue un témoin capital du processus créatif propre à Mallarmé et l’expression la plus fidèle de la vision qu’il avait pour son poème ;

Qu’en conséquence, cette œuvre présente un intérêt majeur pour le patrimoine national du point de vue de l’histoire et de l’art et doit être considérée comme un trésor national,

Emet un avis favorable au refus du certificat d’exportation demandé ».

Avis n° 2015-16 de la commission consultative des trésors nationaux  paru au Journal officiel de ce jour.

 

José-Maria de HEREDIA (1842-1905) – Bretagne

Bretagne

Pour que le sang joyeux dompte l’esprit morose,
Il faut, tout parfumé du sel des goëmons,
Que le souffle atlantique emplisse tes poumons ;
Arvor t’offre ses caps que la mer blanche arrose.

L’ajonc fleurit et la bruyère est déjà rose.
La terre des vieux clans, des nains et des démons,
Ami, te garde encor, sur le granit des monts,
L’homme immobile auprès de l’immuable chose.

Viens. Partout tu verras, par les landes d’Arèz,
Monter vers le ciel morne, infrangible cyprès,
Le menhir sous lequel gît la cendre du Brave ;

Et l’Océan, qui roule en un lit d’algues d’or
Is la voluptueuse et la grande Occismor,
Bercera ton cœur triste à son murmure grave.

Brise marine

L‘hiver a défleuri la lande et le courtil.
Tout est mort. Sur la roche uniformément grise
Où la lame sans fin de l’Atlantique brise,
Le pétale fané pend au dernier pistil.

Et pourtant je ne sais quel arôme subtil
Exhalé de la mer jusqu’à moi par la brise,
D’un effluve si tiède emplit mon cœur qu’il grise ;
Ce souffle étrangement parfumé, d’où vient-il ?

Ah ! Je le reconnais. C’est de trois mille lieues
Qu’il vient, de l’Ouest, là-bas où les Antilles bleues
Se pâment sous l’ardeur de l’astre occidental ;

Et j’ai, de ce récif battu du flot kymrique,
Respiré dans le vent qu’embauma l’air natal
La fleur jadis éclose au jardin d’Amérique.

Marine (Le Port de Lorient), huile de Berthe Morisot (1841-1895)

Berthe-Morisot-Marine-The-Harbor-at-Lorient-

 

 

 

 

Blog littéraire sur les artistes et la Bretagne : http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2010/10/10/jose-maria-de-heredia/

Les peintres de la Bretagne, Éditions Palatines, 2011 : http://enfinlivre.blog.lemonde.fr/2011/12/13/les-peintres-de-la-bretagne/

Les-peintres-de-la-Bretagne1

 A la une : Odilon Redon – Village breton