Archives du mot-clé Niki de Saint Phalle

Exposer l’art textile contemporain

Rares sont les musées qui exposent en France l’art textile :  Françoise de Loisy conservateur en chef aux musées d’Angers, en dressait le constat en 2014 : 

En France, on aime trop cloisonner les choses. On ghettoïse des artistes, sous prétexte qu’ils utilisent une matière, longtemps associée à la manufacture, à l’artisanat. Sheila Hicks, par exemple, est une grande artiste américaine, une des pionnières du renouveau de l’art textile dans les années 1960. Elle vit en France. Qui le sait ? Elle vient pourtant d’exposer une oeuvre monumentale au Palais de Tokyo, mais là encore, en toute discrétion. D’un autre côté, le mouvement est tellement multiple.

Les oeuvres de Sheila Hicks ( Portrait par Giulia Noni) obtiennent ces dernières années un écho grandissant. Elle a participé au festival d’automne en 2016 au musée Carnavalet avant sa fermeture pour travaux : La sculpture ambrée de l’artiste américaine Sheila Hicks, installée par le Festival d’automne, est visible depuis la rue des Francs-Bourgeois. «Nous souhaitions renouer avec la tradition du festival qui trouvait des lieux alternatifs aux lieux habituels de l’art contemporain. Nous voulions sortir du white cube, avance Clément Dirié, le commissaire.

L’artiste a exposé à la Biennale de Venise en mai dernier.

Installation de Sheila Hicks dans l’exposition « Viva arte viva ». Photo Mirco Toniolo. Sipa DR.

C’est à Sheila Hicks qu’a été confiée la quatrième des commandes triennales de la Région Centre-Val de Loire pour le Domaine de Chaumont-sur-Loire (2017-2019). Elle a participé au parcours hors les murs de la Fiac 2017, au Petit Palais.

En févier 2018, le Centre Pompidou  lui consacrera une exposition monographique, une reconnaissance qui interviendra plus de quarante cinq ans après l’hommage rendu au travail de l’artiste par François Mathey (autre pionnier) qui a exposé son travail et celui de Niki de Saint Phalle au Grand Palais lors de l’exposition bilan sur l’art contemporain organisée en 1972.

Rappelons qu’en 1974, Sheila Hicks fêtait ses 40 ans quand le Stedelijk Museum d’Amsterdam lui consacrait une première rétrospective.

Le cyclop ouvre un œil en avril

Une sculpture de 22,50 mètres et de 350 tonnes d’acier : cette œuvre collective créée à partir de 1969, à l’initiative de Jean Tinguely est à nouveau visible à partir d’avril.

À Milly-la-forêt au milieu des bois, une tête appelée Cyclop, abrite un nombre important d’œuvres, conçues par les amis de Jean Tinguely : une colonne de Niki de Saint Phalle, une accumulation de gants composés par Arman et un pénétrable sonore de Jesus-Rafael Soto, une œuvre de César, une cheminée du Centre Pompidou… L’œil du cyclop est toujours en mouvement.

Description de l’oeuvre au CNAP : http://www.cnap.fr/le-cyclop-de-jean-tinguely

À Milly : http://www.millylaforet-tourisme.com/Le-Cyclop

Le programme : http://www.lecyclop.com/Programmation-program

Actuellement en Suisse, au musée Tinguely  : une exposition Objets ludiques – L’Art des possibilités :

http://www.tinguely.ch/fr/ausstellungen_events/aktuell_und_vorschau.html

 

Tirs et assemblages de Niki : 1958/1964

Niki de Saint Phalle est l’une des rares femmes artistes reconnues et exposées dans les années 1960 :

http://fresques.ina.fr/elles-centrepompidou/fiche-media/ArtFem00150/tirs-niki-de-saint-phalle.html

En 1967 elle expose ses sculptures avec celles de Tinguely, sur le toit du pavillon français de l’Exposition universelle de Montréal. François Mathey et Germain Viatte participent à l’installation de ces créations.
Elle est l’une des deux seules femmes exposées au Grand Palais en 1972 à Paris lors de l’exposition bilan sur la création des années 1960 à 1972, avec Sheila Hicks (et sans Gina Pane  et Tania Mouraud qui déclinent l’invitation). L’exposition est contestée car placée sous le patronage du président de la République et organisée à sa demande pour préfigurer le Centre Beaubourg :

http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01202/intervention-d-artistes-lors-de-l-exposition-60-72-douze-ans-d-art-contemporain-en-france.html

La galerie Vallois expose actuellement pour un mois seulement un moment de création très particulier de Niki de Saint Phalle, entre 1958 et 1964 :  » En joue ! Assemblages et tirs 1958-1964. »
http://www.galerie-vallois.com/

Une lettre à Pontus Hulten : « Cher Pontus,Te rappelles-tu 1961-62-63 ?Tu m’as demandé de te parler des Tirs » : http://www.femmespeintres.net/pat/textes/niki03.htm

Son autobiographie, TRACES. – Une autobiographie, remenbering 1930-1949

(re)découvrir sa donation à Nice sur le site du MAMAC : http://www.mamac-nice.org/francais/collection/donation/photo_01.html