Archives du mot-clé musées ;

Quoi de neuf dans les musées ? Gratuité, démocratisation, accessibilité

Au Louvre, la fin de la gratuité un dimanche par mois en haute saison. Cependant, cette mesure restera en vigueur entre octobre et mars :  » Les agences de voyage ont trop tiré sur la corde. Le Louvre met fin à la gratuité d’accès à ses collections le premier dimanche de chaque mois entre avril et septembre, a annoncé le musée lundi 3 février. Alors que le nombre de visiteurs venant pour la première fois était en forte baisse lors de ces « dimanches gratuits », la fréquentation des visiteurs étrangers avait augmenté considérablement, les agences touristiques ayant « profité de cet ‘effet d’aubaine’ pour organiser un grand nombre de visites à ces dates », explique le musée. Conséquence, une « hyper-fréquentation », « un impact négatif sur la satisfaction des visiteurs » et sur « les conditions de travail des agents du musée ».  A l’origine, cette gratuité mensuelle, instaurée en 1996, répondait à la « démocratisation en faveur des visiteurs nationaux » et à « la nécessité de favoriser l’accès au musée des publics les plus éloignés des pratiques culturelles ». Objectifs qui ne sont désormais plus atteints, estime l’établissement. Du coup, à compter du 1er avril et durant la saison haute, le prix du billet d’entrée pour les collections permanentes du Louvre (hors exonération) reviendra à 12 euros. Cette mesure, décidée par le musée en novembre 2013, a été avalisée par le ministère de la Culture » : http://mobile.francetvinfo.fr/culture/expos/fin-de-la-gratuite-du-louvre-lle-premier-dimanche-du-mois-en-haute-saison_521325.html

 En fait bien avant 1996, il y a eu des périodes de gratuité au musée du Louvre avec les mêmes conséquences  et le même effet d’aubaine s’agissant des agences touristiques.Pour les enseignants et les 18-25 ans la gratuité perdure, voici la liste des musées qui sont concernés : http://www.louvrepourtous.fr/Liste-des-musees-et-monuments,196.html

Signalons quelques initiatives locales, récentes :

Pour les 6-12 ans, des tablettes numériques pour visiter le palais des Beaux-Arts de Lille : « Sept œuvres d’art sont détaillées en vidéos et en photos, commentaires, petits jeux, dans le parcours qui dure 15 minutes. C’est un bon moyen de permettre aux familles de faire découvrir de manière plus ludique et « moderne » les collections. Le palais des Beaux-Arts de Lille est le premier musée du Nord Pas-de-Calais à offrir à ses visiteurs ces tablettes » : http://m.nord-pas-de-calais.france3.fr/2014/01/03/lille-des-tablettes-numeriques-pour-visiter-le-palais-des-beaux-arts-387849.html

Le site du musée : http://www.pba-lille.fr/spip.php?article3192

A Sérignan, visite du musée d’art contemporain en langue des signes française :

 Une « guide conférencière nationale des musées de France en LSF, accompagnera les visiteurs pour leur permettre de découvrir le musée : l’exposition Entre-deux et la collection. La visite commencera par la découverte de l’exposition « Entre-deux » qui propose d’explorer la question de l’espace à travers la découverte d’oeuvres d’artistes de générations différentes qui témoignent d’un intérêt commun. Après l’intervention de Felice Varini, c’est l’artiste Peter Downsbrough, qui réalise une œuvre directement liée à l’architecture du musée. Dès l’entrée, il investit le lieu par ses compositions de lignes et d’éléments linguistiques qui donnent une nouvelle écriture et lecture des espaces d’exposition. Tel un fil conducteur, l’œuvre guide le regard et fait le lien entre les différentes œuvres » : http://www.midilibre.fr/2013/09/26/serignan-visite-du-musee-en-langue-des-signes-francaise,762269.php
Le musée :
http://mrac.languedocroussillon.fr/3114-presentation-musee-art-contemporain-montpellier-serignan.htm
http://mrac.languedocroussillon.fr/

Guerres, désastres et ravages : les prochaines expositions

Plusieurs expositions sont consacrées au thème de la guerre en Europe et évoquent ses ravages,  ses désastres :

Au Louvre-Lens : Les désastres de la guerre 1800-2014
http://www.louvrelens.fr/desastres/-/asset_publisher/VsusbMfi3xaU/content/les-desastres-de-la-guerre?p_r_p_564233524_assetsIds=72214

A la une : « L’Oublié », huile sur toile, 1872, d’ Émile Betsellère. « Jeune soldat mortellement blessé, étendu à plat ventre sur le sol couvert de neige après la bataille (1870). Il se soulève sur ses bras ; beau profil. Intéressante impression de vent glacé soufflant sur la scène. (Salon de 1872) ». Le tableau est au musée de Bayonne : http://notesdemusees.blogspot.fr/2008/06/bayonne.html

du 28 mai au 6 octobre 2014 : L’exposition bénéficie du label national « Centenaire » et s’inscrit dans l’opération « Guerres et Paix » des musées du Nord – Pas de Calais.
C’est la plus complète :

« L’exposition s’intéresse à une vingtaine de conflits comme à autant de tournants, qui génèrent des problèmes nouveaux en matière de technique et de politique de représentation. Près de 170 artistes sont représentés, à travers tous les supports (peinture, sculpture, arts graphiques, photographie, cinéma, vidéo, installations, bande dessinée, image d’Epinal, dessin de presse, etc.) : Beckmann, Betsellère, Capa, Daumier, David, Delacroix, Delaroche, Detaille, Dix, Doré, Erro, Fautrier, Fenton, Gance, Géricault, Goya, Grosz, Hartung, Heartfield, Kudo, Lebel, Léger, Lejeune, Lupertz, Masereel, Masson, Meissonier, Méliès, Miller, Ming, Moore, Music, Nash, Neuville, Picasso, Ristelhueber, Schlichter, Steib, Steinlen, Van Dongen, Villeglé,..»

A voir également :
Art et culture en période de conflit : Le M Museum de Louvain ( Belgique) fait le décompte des malheurs subis par l’art en temps de conflit, du 20 mars au 1er septembre 2014 : http://www.mleuven.be/fr/art-contemporain/a-venir/ravage/

Vienne-Berlin : dans les premières décennies du XXe siècle, couvrant la guerre et les Années folles : du 14 février au 15 juin 2014, à Vienne au Belvédère puis à Berlin : http://www.belvedere.at/en/ausstellungen/ausstellungsvorschau/vienna—berlin-e124952

La seconde guerre mondiale en 100 objets,  du 5 février au 5 mai 2014 au  Kunsthal de Rotterdam : 25 musées des Pays-Bas participent à l’exposition : http://www.kunsthal.nl/en-22-734-The-Second-World-War-in-100-objects.html

Sources et veille : s’informer sur les expositions, les musées, en France et ailleurs

Deux sources qui permettent de s’informer sur l’actualité des musées et des expositions et qui peuvent ainsi participer à la veille sur ces sujets de recherche :

La lettre de Raphaël Pic : http://www.artaujourdhui.info/index.php

« L’Art Aujourd’hui est une société d’édition multimédia, créée à Paris en 2001 par des professionnels de la presse, de la communication et du marketing, à l’origine de nombreuses publications innovantes qui font toujours autorité dans leur domaine, tels Stratégies pour le monde de la communication, ou le Journal des Arts pour celui de l’art. »

Rédacteur en Chef, Rafael Pic : Expositions, musées, galeries, salons, enchères, livres, multimédia, l’Art en Europe et dans le monde. La lettre évoque de nouveaux musées en Europe :
– à Bruxelles, le musée  « fin de siècle » qui a ouvert le 6 décembre 2013 :
« Ces œuvres témoigneront de la multitude des disciplines artistiques entre 1868, date de la fondation de la Société libre des Beaux-Arts et 1914. Des peintres et des sculpteurs aussi renommés que Constantin Meunier, James Ensor, Henri Evenepoel, Fernand Khnopff, Léon Spilliaert ou encore Georges Minne témoignent de l’effervescence de cette période, qui s’est aussi manifestée dans tous les autres domaines de la création : littérature, opéra, musique, architecture, photographie ou poésie (Maurice Maeterlinck, Emile Verhaeren, Octave Maus, Victor Horta, Henri Van de Velde, Maurice Kufferath, Guillaume Lekeu, …). L’architecture Art Nouveau sera également évoquée, grâce à un outil de projection en 3D. Situé en plein cœur de Bruxelles, là où entre 1884 et 1914 les expositions des cercles Les XX et La Libre Esthétique ont fait de la ville l’une des capitales artistiques de la fin du XIXe siècle, ce musée se distinguera par son caractère pluridisciplinaire, grâce à un partenariat avec la Bibliothèque royale, le Théâtre royal de la Monnaie, les Musées royaux d’Art et d’Histoire, la Cinematek, la Bibliotheca Wittockiana et la Fondation Roi Baudouin, ainsi que la Région Bruxelles-Capitale dont le dépôt de la collection Gillion Crowet constituera l’un des points forts du parcours. »

musée fin-de-siècle museum – Every end is a new beginning.

Musée Fin-de-Siècle Museum
rue de la Régence, 3
1000 Bruxelles Site web http://www.fin-de-siecle-museum.be

– La fondation Arnaud qui ouvre un musée le 22 décembre 2013,  consacré à la la peinture du XIXe à Lens (Suisse) : http://fondationpa.ch/fr/100/homepage
La Tate Britain qui adopte une nouvelle présentation : http://www.tate.org.uk/
– La réouverture du Musée de Valence à compter du 14 décembre 2013.
http://www.museedevalence.fr/
La réouverture du Musée des  Beaux-Arts de Bordeaux le 19 décembre 2013.

http://www.musba-bordeaux.fr/

Plus pointu, pensé et critique, le blog bien connu des spécialistes, d’Élisabeth Lebovici, « Le beau vice » : http://le-beau-vice.blogspot.fr/?view=mosaic

Cette ancienne journaliste du quotidien Libération, titulaire d’une thèse de doctorat sur L’Argent dans le discours des artistes américains, 1980-81 à l’Université Paris X, est l’auteure de nombreuses monographies d’artistes et coorganise depuis 2006 le séminaire « Something You Should Know: artistes et producteurs » à l’EHESS, Paris.

Elle se fait l’écho notamment des rapports parfois malaisés entre recherche et musées, « au temps présent ». E. Lebovici note par exemple que le MoMA prend en compte les travaux de recherche les plus récents et modifient dans le cadre d’une prochaine exposition, ses cartels : le musée reconnaît ainsi l’apport des chercheurs, ce n’est pas toujours le cas ailleurs :

« Pour tenir compte de la recherche, qui  s’efforce de repenser l’histoire des représentations modernes au tamis des questions de genre et de sexualités, le musée a décidé de changer ses cartels pour une exposition à l’automne prochain et le fait savoir à celle qui a fait bouger les lignes. »

http://le-beau-vice.blogspot.fr/?view=mosaic#!/2013/12/qui-peur-des-etudes-de-genre-et-de.html

 

 

Les carnets du mois de novembre : veille chinoise, bandes dessinées, arts de la Corée

Trois carnets ce mois-ci attirent l’attention : ils correspondent à une approche spécialisée de l’activité artistique, par pays ou par medium: La Chine, la Corée ou le neuvième art : la BD.

Voici un site de veille sur la Chine qui traite aussi d’histoire et signale les publications récentes comme cette « Histoire de l’art chinois au XXe siècle » sur le site Chin’Electrodoc : http://chinelectrodoc.hypotheses.org/4997

La revue Comicalités. Études de culture graphique « a vocation à explorer le champ de la culture graphique, et plus précisément les relations existant entre dessin et média afin d’interroger les rapports existant entre un mode d’expression et des dispositifs de production et diffusion des biens culturels ».
Comicalités : http://graphique.hypotheses.org

Ancien carnet de recherche ciblé sur la BD, Comicalités étend aujourd’hui ses champs  d’exploration. Il ne publie que des billets et  pose des questions qui concernent tout medium :
« La bande dessinée n’existerait pas sans ses auteurs : c’est un fait […]  ses auteurs lui permettent-ils véritablement d’exister ? Fonder la légitimité d’un mode d’expression sur un processus de création au détriment de toute autre opération me semble en effet problématique. » Julien Baudry.

Arts de la Corée | Une histoire des arts visuels et matériels
http://artsdelacoree.hypotheses.org

Voilà un site particulièrement riche en ressources documentaires,  axé sur la Corée,  mais qui traite plus largement de l’Asie : il « vise à diffuser, partager et mettre en valeur des informations scientifiques sur l’Histoire de l’art de la Corée (annonces d’événements, publications, expositions, etc.). Sa création a été motivée par la demande d’étudiants souhaitant avoir accès à des ressources documentaires sur les arts de la Corée ». En coréen, français ou anglais, il signale les activités scientifiques, les collections permanentes  d’art coréen en Europe, en Asie (hors Corée), en Amérique du nord ; les ouvrages récemment publiés et les expositions qui se tiennent sur ce thème dans le monde entier. Par exemple, l’exposition  du photographe Ahae, qui s’est tenue en septembre :

Ahae, « Fenêtre sur l’extraordinaire », Orangerie du château de Versailles :
http://artsdelacoree.hypotheses.org/899

La pluie et le beau temps des grands collectionneurs

Ces collectionneurs tout-puissants qui règnent sur l’art contemporain.  Un article éloquent de Martine Robert le 24/10  paru dans les Échos   » Par leur mécénat, leurs prêts d’œuvres, leur présence dans les « boards » des musées et leurs fondations, les grands collectionneurs font la pluie et le beau temps et règnent sur l’art contemporain ».
L’article est cité sur France-Culture dans la revue de presse culturelle d’Antoine Guillot :

https://www.franceculture.fr/emission-revue-de-presse-culturelle-d-antoine-guillot-la-revue-de-presse-culturelle-d-antoine-gu-328

https://www.franceculture.fr/emission-revue-de-presse-culturelle-d-antoine-guillot-le-poids-des-gros-2013-10-30

Sur le site du syndicat des maisons de vente volontaires, SYMEV, un résumé des actes d’un colloque organisé à Marseille  « peu après le déclenchement de la crise financière sur le thème de « l’art, l’argent et la mondialisation » représentent pour tous les professionnels du marché de l’art une importante source de réflexion. Certaines interventions éclairent notamment le rôle singulier joué par les commissaires-priseurs dans un secteur en pleine mutation » :

http://symev.org/2013/10/10/regards-croises-sur-lart-largent-et-la-mondialisation/