Archives du mot-clé musée Marmottan

Contre-cultures d’hier et d’aujourd’hui

À la Maison rouge vient de s’achever l’exposition  sur les contre -cultures entre 1969 et 1989, qui s’est déroulée du 24 février au 21 mai 2017.

 Ses commissaires,  Guillaume Désanges et François Piron l’ évoquent  dans un documentaire en ligne (la maison rouge ), « L’esprit français, Contre-cultures 1969-1989 »:  Interviews des commissaires de l’exposition : Guillaume Désanges et François Piron. Réalisation : Jean-Nicolas Schoeser (trystero.fr) :

"De la Figuration Narrative à la violence graphique de Bazooka, des éditions Champ Libre à la création des radios libres, de Hara-Kiri à Bérurier Noir, cette exposition rend compte d’un « esprit français » critique, irrévérencieux et contestataire, en proposant une multitude de filiations et d’affinités. À travers une soixantaine d’artistes et plus de 700 oeuvres et documents, rassemblant à la fois journaux, tracts, affiches, extraits de films, de vidéos et d’émissions de télévision, l’exposition assume une forme de révision esthétique, en allant regarder vers d’autres “genres” de la création que ceux généralement mis en avant dans l’art contemporain. Elle est également l’occasion de présenter des pièces rarement montrées telles que des carnets du groupe Dziga Vertov (fondé par Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin), une sculpture monumentale de Raymonde Arcier ou les « livres d’école » d’Henri et Marinette Cueco ainsi que de passer commande d’œuvres à Christian Chapiron, dit Kiki Picasso et Claude Lévêque".

Vues de l ‘exposition :

L’affiche reprenait une oeuvre des artistes  Pierre et Gilles qui font aujourd’hui l’objet d’une exposition rétrospective au MuMa au Havre jusqu’au 20 août prochain, proposée en collaboration avec le Musée d’Ixelles à Bruxelles.

Le MuMa du Havre, dans le cadre des 500 ans de la création de la ville, présentera jusqu’au 20 août prochain, une exposition autour d’« Impression soleil levant » de Monet, oeuvre révolutionnaire, peinte dans ce port en 1872. Elle est détenue aujourdhui par le musée Marmottan.

La donation Moreau-Nélaton : le musée des Arts décoratifs, antichambre du Louvre

DERNIER JOUR pour voir et revoir  » Delacroix en héritage, Autour de la collection d’Étienne Moreau-Nélaton ». http://www.musee-delacroix.fr/fr/les-activites/expositions/delacroix-en-heritage-autour-de-la-collectiond-etienne-moreau-nelaton-11-decembre-2013-17-mars-2014

05-_Etude_d_apres_des_miniatures_persanes-c91e2Eugène Delacroix, Études d’après des miniatures persanes

Qui se souvient du rôle d’antichambre du Louvre joué par le musée des Arts décoratifs ? Peu de gens en vérité mais c’est bien  ce musée  qui en 1907,  accueille la collection Moreau-Nélaton, qui est effective au décès de son propriétaire, en 1927. Cette donation comprend des peintures françaises du XIXe siècle, et notamment des impressionnistes jusqu’ici absents des collections françaises. La donation fusionne en fait deux collections, celle de peintures françaises du XIXe siècle, créée vers 1840 par Adolphe Moreau, et celle qui la complète, entre 1898 et 1906, constituée par son petit-fils Étienne Moreau-Nélaton (1859-1927), qui acquiert des œuvres impressionnistes. Cette donation au musée du Louvre a pour but de faire figurer les impressionnistes au musée, comme le rappelle la notice du Dictionnaire critique des historiens de l’art, consacrée au donateur Moreau-Nélaton, artiste, historien de l’art et critique d’art : il ambitionnait d’intégrer les impressionnistes :  » dans la continuité des peintres romantiques et de l’école de Barbizon; ainsi, en liant juridiquement l’acceptation des toiles de Géricault, Delacroix, Corot et Diaz à celles des impressionnistes, il forçait l’entrée au Louvre d’un courant artistique que le legs Caillebotte n’avait réussi à imposer que partiellement en 1894. Par ce geste, il défendait donc la pérennité de la tradition française de la peinture, une idée centrale de son oeuvre d’historien d’art qui l’avait amené à participer à l’élaboration de la notion de « patrimoine français », in Michela Passini, Vincent Pomarède, « Notice Moreau-Nélaton », Dictionnaire critique des historiens de l’art, en ligne sur le site de l’INHA : http://www.inha.fr/spip.php?article2467

La donation Moreau-Nélaton va être installée au musée des Arts décoratifs  et exposée de 1907 à  1934.

Sa démarche a été saluée par une exposition du 3 mai au 22 juillet 1991, intitulée De Corot aux impressionnistes, hommage à Étienne Moreau-Nélaton: http://www.musee-orsay.fr/fr/evenements/expositions/hors-les-murs/presentation-generale/article/de-corot-aux-impressionnistes-hommage-a-etienne-moreau-nelaton-4088.html?cHash=1daef5be9d

tmp_cfbf0e8290f8c1b7aa2f11b79fed9703

Edouard Manet (1832-1883)Le déjeuner sur l’herbe, 1863,  Huile sur toile, H. 208 ; L. 264,5 cm, Paris, musée d’Orsay, Donation Étienne Moreau-Nélaton, 1906 © RMN -Grand Palais(Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

 

Rappelons l’exposition de tableaux impressionnistes issus de collections privées et donc peu ou pas connus du grand public à voir en ce moment au musée Marmottan :

Les Impressionnistes en privé, Cent chefs-d’œuvre de collections particulières, du 13 février au 6 juillet 2014 : http://www.marmottan.fr/fr/les_impressionnistes_en_priv%C3%A9-expositions-9125-2538