Archives du mot-clé musée d’Orsay

Charles Gleyre : l’académisme et ses fantasmes. Rencontre avec Michel Thévoz

A l’occasion, de l’exposition temporaire « Charles Gleyre, le romantique repenti »  qui se termine le 11 septembre 2016 au musée d’Orsay, Michel Thévoz a participé à une conférence qui peut être réécoutée  ici.

Une conférence inaugurale a été donnée par les deux commissaires de l’exposition, Côme Fabre et Paul Perrin, à réécouter à partir de ce lien.

Charles Gleyre. Autoportrait© Nora Rupp, Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne.

« Dans l’épopée qu’est l’histoire de la peinture française au XIXe siècle, le rôle de Charles Gleyre est trop souvent oublié.
Certes, ce Parisien d’adoption ne s’est guère préoccupé de sa postérité française. Né en 1806 dans le canton de Vaud, Gleyre est resté toute sa vie un citoyen de la Confédération helvétique et un farouche républicain.
Après le coup d’Etat exécré de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, il reçoit peu, n’expose plus et dédaigne les commandes publiques ; la maladie et la guerre de 1870 le contraignent à cesser son enseignement. Taiseux et solitaire, humble et cynique, Gleyre est déjà menacé d’oubli quand il meurt, en mai 1874. C’est en vain que son ami Charles Clément s’empresse de recueillir les derniers témoignages et de recenser maints chefs-d’oeuvre déjà dispersés à l’étranger : bientôt, seules les Illusions perdues, toile mélancolique du musée du Louvre, restent dans les mémoires. On se souvient qu’il fut le premier maître de Sisley, Bazille, Renoir ».

Michel Thévoz a aussi été conservateur au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Il est l’auteur en 1980 de l’ouvrage intitulé « Académisme et ses fantasmes : Le réalisme imaginaire de Charles Gleyre » qui vient d’être réédité.

livre_moyen_9782707303189

Il évoque, à travers plusieurs tableaux, cet  artiste vaudois qui trouve sa place à Paris (et qui est pourtant souvent obligé d’adapter son travail aux commandes qui lui sont faites), dans une société dont il partage apparemment les goûts mais dont il est aussi le symptôme, une société en voie de pétrification, qui voudrait arrêter l’histoire. Le goût prononcé du peintre pour les scènes violentes et obscènes (comme dans le tableau « Néron tuant sa mère »), s’accompagne d’audaces picturales, dignes de ses élèves impressionnistes, qui contribueront pourtant à son oubli.

Est-il « académique » ? Ce vaudois n’a pas de prix de Rome, ne sera pas membre de l’Académie, et si sa peinture semble classique, sa catégorisation ne va pas de soi.

Michel Thévoz propose d’adopter une nouvelle approche et un nouveau vocabulaire, pour analyser les rapports effectifs, les tensions, entre les tendances « modernes », avant-gardistes et les tendances classiques, « néoclassiques », comme le propose par exemple Nathalie Heinich dans son ouvrage Le paradigme de l’art contemporain. Structures d’une révolution artistique.

En effet, les peintres du XIXe siècle qui ont depuis été identifiés sous les étiquettes « d’impressionnistes » ou « d’académiques » voire de « pompiers »  se fréquentaient, interagissaient. Il faut, d’après Michel Thévoz, revisiter  régulièrement l’histoire de l’Art : ce passé est « imprévisible », il doit faire l’objet d’une relecture périodique.

C’est le constat que dressait aussi Jean Clair en 2011 lorsqu’il a évoqué à ma demande les expositions pionnières de François Mathey aux Arts Décos :

« Je me souviens très bien de l’exposition « Equivoques », en 1973, qui portait sur la peinture du XIX ème siècle à laquelle je m’intéresse tout particulièrement. Cela montrait que les exclusions et les jugements péremptoires des critiques d’art n’étaient pas fondés, qu’il n’y avait jamais eu cette dichotomie violente entre la peinture académique et la peinture novatrice : des passerelles existaient, même si elles restaient au premier coup d’œil, invisibles. Il y avait aussi dans cette exposition (outre l’ironie, la provocation, l’audace) un intérêt pour l’iconologie : pour le portrait, les physionomies, qui m’intéressait beaucoup ».

EQUIVOQUESequivoques

Equivoques. peintures françaises du XIXe siècle. catalogue  et affiche de l’exposition qui a eu lieu au musée des Arts décoratifs du 9 mars au 14 mai 1973 (commissariat : Olivier Lépine et François Mathey).

 

 

Podcasts pour l’été : expositions, musées et recherches

L’exposition  « Carambolages » questionne aussi le mode institutionnel de présentation des collections muséales. Trois tables rondes réunissant artistes, collectionneurs, conservateurs et historiens d’art s’interrogent sur le sens et le devenir des musées :

Quel sera le musée de demain ? (1/3) Avec Gilles Barbier et Christian Boltanski, tous deux artistes, Jérôme Glicenstein, maître de conférences en arts plastiques à l’Université Paris 8, et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ». Modération : Bernard Marcadé, critique d’art et commissaire d’expositions.

Quel sera le musée de demain ? (2/3)

Avec Marie-Anne Lescourret, rédacteur en chef adjoint de la revue « Cités », ancien professeur d’esthétique de l’Université de Strasbourg, Anne et Patrick Poirier, artistes et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages »
Modération : Philippe Régnier, directeur de la rédaction du Quotidien de l’art.
L’iconologie, vision neuve de l’histoire de l’art imaginée par Aby Warburg (1866-1929) privilégie une approche anthropologique des œuvres reposant sur l’idée d’archétypes créatifs visuels qui circuleraient à travers les individus et les civilisations : pourrait-elle servir de base à ces nouveaux musées dont la finalité dernière serait de restituer au regardeur sa liberté entière d’interprétation ?

Quel sera le musée de demain ? (3/3)

Avec Pierre Bayard, professeur de littérature française à l’Université Paris 8 et psychanalyste, Thierry Dufrêne, professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université Paris Ouest Nanterre et Alain Fleischer, écrivain, directeur du Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Jean-Hubert Martin, commissaire de l’exposition « Carambolages ».
Modération : Jean Lebrun, journaliste, producteur de l’émission de France Inter « La Marche de l’histoire »
Peut-on imaginer demain, à l’heure d’une culture définitivement mondialisée, des musées écartant les rassemblements géographiques et chrono-historiques de genres et d’artistes d’ordinaire utilisés pour baliser la réception des visiteurs ? Et qui leur substitueraient des rapprochements d’œuvres fondés sur la seule analogie d’images transcendant frontières, âges et sociétés ?

Ces trois conférences  sont en ligne ici.

natures mortesAu musée d’Orsay, en ligne également,  la journée d’études du jeudi 9 juin 2016 sur les musées, moteurs de la recherche : ici.

Conférence introductive : Alice Thomine-Berrada et Xavier Rey, conservateurs, musée d’Orsay, et Luc Bouniol-Laffont, chef du service culturel, directeur de l’auditorium.

  • Musée et Alma Mater. Jalons pour une histoire de la recherche universitaire dans les musées : Pascal Griener, Institut d’histoire de l’art et de muséologie, Université de Neuchâtel (Suisse).
  • Un état des lieux de la recherche réalisée par les élèves conservateurs à l’INP : Philippe Barbat, directeur de l’Institut National du Patrimoine.
  •  La recherche au Musée national d’art moderne / Centre Pompidou : Nicolas Liucci-Goutnikov, conservateur en charge de la coordination scientifique, MNAM, Centre Pompidou.
  •  Bilan du département de la recherche du musée du quai Branly : Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement, musée du quai Branly.
  • Intégrer la recherche dans l’activité des musées de région : cinq ans d’expériences au musée des Beaux-Arts de Rouen, Sylvain Amic, directeur de la Réunion des Musées Métropolitains – Rouen Normandie.
  •  La collaboration avec les musées de région, Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA.
  •  Le labex Création, Art, Patrimoine (CAP) comme expérience de collaboration entre musées et centres de recherche universitaires : Jean-Philippe Garric, professeur d’histoire de l’architecture, directeur du labex CAP, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  •  Quelle recherche dans un musée de région en rénovation ? Le cas du musée Bonnat-Helleu : Sophie Harent, directrice, musée Bonnat-Helleu, Bayonne.
  • Le projet d’exposition « La maison des merveilles. Collections de donateurs » et les éléments de médiation FALC (Facile à lire et à comprendre) Pascal Trarieux, directeur, musée des Beaux-Arts de Nîmes.
  • L’exposition en laboratoire de recherche : Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, Sciences Po.
  • Synthèse : Pascal Liévaux, chef du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication.
  • Présentation de la « Base Salons » :
 Introduction des partenaires : Antoinette Le Normand-Romain, directeur général de l’INHA et Dominique Dupuis-Labbé, conservatrice générale du patrimoine, chef du bureau des acquisitions, de la restauration, de la conservation préventive et de la recherche, direction générale des patrimoines, sous-direction des collections, service des musées de France. Création-conception de la base : Georges Vigne, conservateur en chef honoraire du patrimoine et Catherine Chevillot, conservateur général du patrimoine, directrice, musée Rodin.

Carlo Carrà et l’Italie s’invitent chez le douanier Rousseau

Après avoir été présentée en 2015 au Palazzo Ducale de Venise, l’exposition  « Le Douanier Rousseau : L’innocence archaïque  » est en ce moment au Musée d’Orsay. Elle propose une nouvelle approche  : Rousseau  est un inspirateur pour les artistes de son temps. Sa réception en est donc modifiée. De peintre naïf il devient l’une des souces du renouveau de la peinture du siècle qui commence.

jungle a paris commissairat lemoine

Il y a dix ans, l’exposition itinérante à la Tate Modern à Londres, au Grand Palais à Paris  ( 15 mars – 19 juin 2006) et à la National Gallery à Washington en 2005-2006, « Le Douanier Rousseau. Jungles à Paris », sous le commissariat de Serge Lemoine, se focalisait sur sa période tardive. L’exposition du musée d’Orsay reprend les jungles mais illustre tous les a priori sur le peintre en le confrontant aux peintres du passé, mais aussi à ses contemporains des années 1900, notamment aux peintres italiens venus à Paris à cette époque.

Henri Rousseau, dit Le douanier Rousseau, La Cascade, 1910, huile sur toile, 116,2 x 150,2 (Chicago, the Art Institute of Chacago).
Henri Rousseau, dit Le douanier Rousseau, La Cascade, 1910, huile sur toile, 116,2 x 150,2 (Chicago, the Art Institute of Chicago).

Le  Douanier Rousseau devient peintre à 40 ans :  son sens des proportions, sa difficulté à mettre en place les corps dans l’espace ou ses perspectives sont bien à lui et le positionne dans la catégorie alors moquée des peintres naïfs. La présentation d’Orsay met ses portraits issus des collections permanentes du musée en regard de tableaux de peintres Primitifs comme Ucello, mais aussi aux côtés d’œuvres de Seurat, Delaunay, Kandinsky ou Picasso, et d’artistes moins connus, comme le futuriste Carlo Carrà aux oeuvres remarquées, qui puise manifestement dans les tableaux de Rousseau une nouvelle forme d’inspiration. Une autre de ses oeuvres  figurent à l’Orangerie pour l’exposition « Apollinaire . Le regard du poète »:

Les Nageurs, Carlo Carrà - Musée de L'Orangerie.
Les Nageurs, Carlo Carrà – Musée de L’Orangerie.

Entre 1899 et 1900, Carlo Carrà est à Paris pour décorer des pavillons de l’exposition universelle. Lui aussi peintre autodidacte à ses débuts, Carrà décide de relier Giotto, Paolo della Francesca, Ucello et le Douanier Rousseau : Avec Henri Rousseau, je construis la nouvelle peinture Européenne » affirmera-t-il.

 

Carlo Carra – Les romantiques (1916).Carlo Carra - Les romantiques (1916)

 

 

Carlo Carrà : Le fiacre, hommage à La Carriole du père Junier du Douanier Rousseau. rousseau24-590x393

Carrà dessinera beaucoup, en réduisant les images à l’essentiel, pour retrouver ces “élémentaires de la peinture” perdus au sein des élaborations du XXème siècle.

La commissaire Gabriella Belli, qui a initié cette exposition en 2015 à Venise,  révèle donc l’influence méconnue de Rousseau sur d’autres artistes, italiens, liés à la peinture métaphysique et du réalisme magique, comme Morandi, présenté italia nuovadéjà en 2006 au Grand Palais par la même commissaire italienne.

Cette exposition d’il y a dix ans, était co-produite par la RMN et le MART (musée d’Art moderne et contemporain de Trente et de Rovereto) sous la direction scientifique de Gabriella Belli, directrice du MART. L’exposition a été conçue en collaboration avec trois grands musées italiens : le musée communal de Milan, la Galerie d’Art moderne de Turin et la Galerie nationale d’Art moderne de Rome.

Conférences de juin et recherches en histoire de l’art

 L’ange au sourire de la cathédrale de Reims, XIIIe siècle © Creative Commons – Eric Santos

Le Festival d’histoire de l’art ( FHA) 2016 aura lieu précisément à Fontainebleau, du 3 au 5 juin prochains. Les conférences et tables rondes sont très nombreuses.

 A noter la présence de Nathalie Boulouch, pour une présentation des archives de la critique d’art, au château, salon des fleurs :

Selon le principe d’un inventaire à la Prévert, cette conférence présentera la richesse des collections des Archives de la critique d’art qui ont pour missions de collecter, conserver et valoriser les écrits et les archives des critiques d’art actifs depuis le milieu du XXe siècle. Elles offrent des ressources sur l’art et la création contemporaine grâce à des collections patrimoniales et à une bibliothèque spécialisée.

L’auditorium du musée d’Orsay accueille le 9 juin prochain une journée d’étude ayant pour thème Les musées moteurs de la recherche.

dont voici la présentation :
 Depuis une dizaine d’années, la plupart des grands musées parisiens et en région ont engagé un travail de valorisation de l’aspect scientifique de leur activité.   Pour prolonger et enrichir la réflexion que le musée d’Orsay a lancée sur le rôle et l’organisation de la recherche en son sein, il convie dans son auditorium, avec le soutien de l’Institut national d’histoire de l’art, des personnalités appartenant au monde des musées ou à celui de l’université, à témoigner de leur expérience récente dans ce domaine.
Ce premier rendez-vous est l’occasion pour le musée d’Orsay et l’Institut national d’histoire de l’art d’annoncer la mise en ligne d’une base de données dédiée aux livrets de Salons et expositions de groupe (1673-1914), un outil attendu par tous les historiens d’art.  Au-delà, il est question de mieux appréhender et de faire partager au public les enjeux actuels et futurs ainsi que les modalités de la recherche, telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui dans nos musées.
Le programme  est ici.

Vidéos d’art : les désastres de la guerre à Lens

Les Désastres de la guerre, 1800-2014 au Louvre Lens, la grande exposition de l’été, à voir jusqu’au 6 octobre  : https://www.youtube.com/watch?v=sXWsz-LzIlI&feature=youtube_gdata_player

Le document nourrit l’œuvre d’art qui se nourrit elle même d’œuvres précédentes comme ce tableau d’Alphonse de Neuville de 1873 sur la guerre de 1870, intitulé  » Les dernières cartouches » prêté par le musée d’Orsay, thème qui sera ensuite repris par Méliès en 1897 dans un court-métrage muet en noir et blanc qui figure au sein de l’exposition, intitulé Bombardement d’une maison.

800PX-~1

Capture2

La vidéo évoque également le film dit de « Stevens » identifiant la Shoah lors des procès de Nuremberg, montré pour la première fois dans une exposition. (Voir à ce propos l’article de C. Delage,  « L’Image comme preuve : l’expérience du procès de Nuremberg », Vingtième siècle.Revue d’histoire, n° 72, octobre-décembre 2001, p. 63-78 :

 » Le premier film projeté en audience le 29 novembre 1945, sous le titre Les Camps de concentration nazis[…] fut réalisé sous la direction du lieutenant de marine Ray Kellogg, adjoint de John Ford à la direction de l’unité photographique et cinématographique de l’OSS.  Dans une lettre adressée à John Ford le 20 novembre…. Le colonel George Stevens, alors en service au corps des Transmissions des Forces expéditionnaires alliées, attaché au Grand Quartier général, souvent cité comme étant le réalisateur du film, n’y a apposé son affidavit qu’en sa qualité de responsable, entre le 1er mars et le 8 mai 1945, des images tournées dans les camps de concentration nazis et les camps de prisonniers libérés par les Alliés. Cette mission lui avait incombé en raison de ses fonctions officielles au sein du Signal Corps – le service photographique et cinématographique de l’armée américaine. Malgré son titre, le film ne retraçait pas l’histoire des camps nazis, comprise comme celle de la « solution finale », mais témoignait de ceux qui, « parmi les plus représentatifs de ces camps, reflètent les conditions de vie qui y régnaient », en réalité ceux libérés ou découverts par les Américains et les Britanniques »..

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2001-4-page-63.htm

Sur le catalogue de l’exposition, voir à l’occasion de la quinzième édition du festival littéraire franco-irlandais à Dublin, la rencontre avec Laurence Bertrand Dorléac autour du catalogue « Les désastres de la guerre 1800-2014 » aux éditions Somogy et « Contre-déclin, Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire » aux éditions Gallimard :  http://www.mollat.com/livres/bertrand-dorleac-laurence-les-desastres-guerre-1800-2014-9782757208151.html