Archives du mot-clé Musée des lettres et des manuscrits

Musée privé ou archives nationales ? Des manuscrits du général de Gaulle reviennent à l’État

Musée privé ou archives nationales, la justice judiciaire a tranché. Les 313 documents manuscrits rédigés par le général de Gaulle entre décembre 1940 et décembre 1942 devront être restitués à l’État, à la suite d’une décision du tribunal de grande instance de Paris, mercredi 20 novembre 2013 :
http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/11/20/restitution-ordonnee-de-manuscrits-du-general-de-gaulle-a-l-etat_3517264_3246.html#xtor=RSS-3208
Estimant qu’il s’agit d’archives publiques « imprescriptibles et inaliénables », l’État, représenté par le ministère de la culture, avait réclamé la restitution des documents. L’avocat représentant le Musée des lettres et manuscrits, soutenait que les documents ne pouvaient « être assimilés à des archives publiques, car le général de Gaulle ne représentait pas une autorité d’État, ni le Comité français de libération nationale un gouvernement à cette période ».
Le juge en a décidé autrement. Le musée va faire appel de cette décision mais cet appel n’est pas suspensif :
http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20131120.AFP2676/restitution-ordonnee-de-313-manuscrits-du-general-de-gaulle-a-l-etat.html

La grande diversité des musées privés en France

On compte en France 1 200 musées dont 84 qui relèvent de l’État. Les autres musées sont, en majeure partie, financés par des collectivités territoriales et quelques uns sont privés.

Dans un article de 2011 paru dans le Figaro, la part belle est faite à quatre musées privés, les plus importants financièrement, et qui sont situés à Paris : http://www.lefigaro.fr/culture/2011/07/01/03004-20110701ARTFIG00417-l-insolent-succes-des-musees-prives.php

Le Musée Maillol, est le plus ancien, le plus respecté car fondé par Dina Vierny :
http://www.museemaillol.com

Les autres musées correspondent à des modèles économiques bien particuliers :

Le consortium Culturespaces  qui gère douze sites confiés en concession par des établissements publics dont le Musée Jacquemart -André à Paris :www.musee-jacquemart-andre.com/

Le PDG:  » Nous avons également le souci de bâtir des expositions sans perdre d’argent: on estime le nombre de visiteurs attendus, ce qui détermine un budget dans lequel le commissaire de l’exposition doit se tenir.» Autrement dit: on évite de faire venir des œuvres qui coûteraient trop cher et de financer des commissaires qui travailleraient dix ans.[…] On multiplie les sources de recettes: 20 % proviennent des soirées d’entreprises, 10 % des restaurants, 15 % de la librairie, 55 % de la billetterie. « Ils travaillent sur de petits formats, n’ont pas accès aux prêts du Bizot Group, composée des soixante plus grands musées du monde qui se prêtent entre eux», résume Thomas Grenon, ancien directeur de la Réunion des musées nationaux (RMN)  «Leur budget assurance est inférieur mais leur budget communication plutôt supérieur à celui du public et le prix d’entrée est le même pour une superficie d ‘exposition souvent inférieure.»

Le Musée des lettres et des manuscrits : www.museedeslettres.fr/public

« Gérard L’Héritier a créé la société Aristophil (aujourd’hui 10.000 adhérents) en 1990, spécialisée dans l’achat, la vente et l’expertise de collections de lettres, manuscrits et autographes. Son sous-titre: «L’art d’investir dans une collection enrichissante»: la plaquette détaille les avantages fiscaux de l’opération et propose aux acheteurs de signer un «contrat de garde, de conservation et d’exposition » avec Aristophil qui laisse sceptiques des piliers du marché. C’est cette société qui tient l’immeuble sur cour du 222 bd Saint-Germain: 40 salariés pour Aristophil, la rédaction de Plume, mensuel de bibliophilie, et trois salariés seulement pour le musée. «Lorsqu’un trésor passe, on prévient nos adhérents et nous l’achetons en copropriété avec eux», dit L’Héritier. Par ce mécanisme, Aristophil est copropriétaire de 75.000 documents gardés au coffre ».

La Pinacothèque : www.pinacotheque.com

« Fondée sous un statut de société commerciale, elle a deux espaces place de la Madeleine. Le plus ancien, ouvert en 2007, a pour actionnaire The Art Heritage Group, holding installé en Hollande. «Elle regroupe un certain nombre de gens qui amènent l’argent. Pour la plupart des collectionneurs, particuliers japonais, hollandais, américains, belges, français et suisses. Ce ne sont pas forcément leurs collections qui sont exposées à la Pinacothèque», indique Marc Restellini, concepteur et patron de cette entreprise de 60 personnes. […]  La Pinacothèque, financée par des collectionneurs, accueille des dépôts de collectionneurs et paie pour ses expos temporaires («en dédommageant les gens qui ont travaillé à les monter. […] Un dépôt de collectionneur c’est du spéculatif, et le spéculatif c’est le domaine des galeries pas des musées: exposer une pièce lui apporte de la valeur, et un simple bout de papier avec un dessin, s’il est accepté dans l’exposition monographique d’un grand peintre, peut passer d’une valeur zéro à une valeur phénoménale», dit Patrizia Nitti, proche des grands musées italiens.[…] Ce musée est rendu possible grâce au dépôt de collectionneurs privés, anonymes ou non : «On leur demande pour la forme s’ils ne les déposent pas dans l’intention de les mettre en valeur ou de les vendre mais ils restent libres », dit Restellini. »

in Ariane Bavelier, « l’insolent succès des musées privées », Le Figaro, 01/07/2011.

Mais derrière ces entreprises muséales, se cachent des musées privés, qui conservent des collections permanentes et/ ou offrent des expositions temporaires de qualité :

– ils peuvent être liés à l’activité culturelle d’un pays étranger : comme l’institut suédois http://paris.si.se/calendar-category/a-linstitut-suedois/ ou bien l’institut culturel néerlandais :http://www.institutneerlandais.com/ qui hélas va fermer ses portes très bientôt.

– Ils sont aussi parfois issus de la donation d’un spécialiste passionné : le Musée Dapper : « La Fondation Olfert Dapper – du nom d’un humaniste néerlandais du XVIIe siècle, auteur, sans jamais avoir quitté son pays, d’une encyclopédique Description de l’Afrique publiée en 1668 – a été créée en 1983, à Amsterdam, sous l’impulsion de Michel Leveau, son président ». http://www.dapper.fr/exposition-en-cours.php

Certains musées sont  liés à «  l’art et l’industrie » :  dans le Nord, par exemple, le Musée Baccarat : http://int.baccarat.com/on/demandware.store/Sites-international-Site/fr_FR/HubPage-WOB?cid=Mus%C3%A9e

Les plus riches sont certainement les fondations d’entreprise : la Fondation Cartier pour l’art contemporain à Paris, www.fondation.cartier.com

La Fondation Pierre Bergé – Yves Saint-Laurent – est la plus récente : http://www.fondation-pb-ysl.net/fr/Accueil-Fondation-Pierre-Berge-Yves-Saint-Laurent-575.html

Mais un musée privé même reconnu d’utilité publique, n’est pas forcément rentable. Beaucoup de musées peuvent fermer faute de moyens, car ils ne remplissent plus, par exemple les pré-requis en termes de sécurité et d’accueil du public,  ils tentent ensuite d’exister sur internet. C’est le cas du musée Arménien de France : www.le-maf.com

Le musée privé sur l’art déco abrité par le château Gourdon, a fermé et dispersé ses collections  en 2011 : www.chateau-gourdon.com

On trouve en France entière d’autres petits musées qui conservent une histoire particulière. Ils sont liés souvent à un patrimoine, à l’héritage d’une famille industrielle, ils sont axés sur l’histoire de cette famille : la Fondation Musée Schlumberger, située au château de Crève-cœur à Crève-cœur, en Auge (Normandie) :
http://www.chateau-de-crevecoeur.com/fr/index.php?page=famille

Ce musée est évoqué par un carnet de recherche: http://lacampa.hypotheses.org/1848

Parfois, certains musées publics absorbent en quelque sorte l’histoire de ces familles  : c’est le cas de l’éco-musée du Creusot  qui traite de l’histoire de la famille Schneider : http://www.ecomusee-creusot-montceau.fr/spip.php?rubrique91